Accueil / The Beatles / La discographie / CD / Beatles for Sale – The Beatles : les secrets de l’album (paroles, tablature)

Beatles for Sale – The Beatles : les secrets de l’album (paroles, tablature)

Beatles for Sale - The Beatles : les secrets de l'album (paroles, tablature)

Informations sur l’album

  • Pays : International
  • Support : CD
  • Label : Parlophone
  • Numéro de série : CDP 7 46438 2
  • Mixage : Mono
  • Date de publication : 26/02/1987

Track-listing de l’album

Description de l’album

Beatles for Sale est le quatrième album des Beatles, sorti le 4 décembre 1964, et produit par George Martin (Parlophone).
Ce quatrième album studio des Beatles fut enregistré par épisodes entre août et octobre 1964 dans le but d’être publié quelques jours avant les fêtes de fin d’année, d’où son titre ironique (« les Beatles à vendre »). Leur agent de presse Derek Taylor précise sur la pochette : « Les jeunes gens eux-même ne sont pas à vendre – l’argent, bien que bruyant, ne va pas jusque là – mais vous pouvez acheter cet album ».
Celui-ci a été un peu sous-estimé à sa sortie parce qu’il contenait beaucoup de reprises en comparaison des albums précédents. Cet album de 14 titres est sorti dans une version de 11 titres seulement aux États-Unis, intitulée Beatles ’65.
La version française de cette époque, nommée « Les Beatles 1965 » (14 chansons aussi) comporte une débauche de moyens : la couverture est cartonnée sur deux niveaux, avec un dégradé vertical du rouge à l’orange sur « THE BEATLES » répété dans une bande latérale gauche, l’image de la pochette est autocollante et dégage quand on la décolle une photo en noir et blanc du groupe. Ce design ne sera pas repris dans les rééditions ultérieures.
L’album s’est classé dans les charts anglais le 9 décembre et a atteint la première place le 19, remplaçant A Hard Day’s Night. Il fut n°1 des charts américains le 9 janvier.
Seul le titre Eight Days a Week fut extrait en 45 tours et exclusivement aux États-Unis, où il fut également n°1.

Informations complémentaires

Chronique du disque par Uncle Jack

Décembre 1964 et les Beatles se doivent de sortir un disque pour mettre sous le sapin, d’où ce titre ironique « For Sale » !

EUR 14,53 EUR 24,99
  • Record Label: Parlophone
  • Catalog#: CDP 7 46438 2
  • Year Of Release: 1987
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés

D’emblée, John mes la sauce, avec son attaque mortelle et son « I SAAW THE LIIIIIIGHT ! » de dément, hurlé à l’unisson avec Paul, qui devient plus tard « I NEARLY DIIIIE ! » Pas de doute, ILS sont de retour, comme d’habitude on va morfler ! « I’m a loser », sans commentaire, ou presque ! En effet, ce truc est l’archétype de la chanson Lennoniène de l’époque : une apparente désinvolture, des paroles déchirantes, une voix chargée de toute notre frustration et un solo d’harmonica malpoli  ! Emballez, c’est pesé !

« Baby’s in black », sous une trompeuse simplicité, une chanson criante de vérité, un texte fabuleux : »baby’s in black and I’m feeling blue, baby oww what can I Do ? »

Imparable ! McCartney détend l’atmosphère avec son interprétation déchainée de « Rock’n’roll music » de Chuck Berry, Paulo est un immense chanteur de rock’n’roll, on le sait, mais on est scié à chaque fois !

« I’ll follow the sun », d’une désarmante candeur, limpide et délicate, prouve une fois de plus que Paul a cette capacité de toucher à l’essentiel de la pop song sans avoir l’air de se donner du maal, c’est énervant à la fin !

« Misteeeeeer Moonliiiight », la gueulante de John fait dresser les poils, la chanson, assez kitch, est néammoins interprétée avec une conviction qui fait plaisir à voir !

« Kansas City. Hey Hey Hey Hey ! » bah oui, Paul nne peut cacher son plaisir quand il fait son Little Richard, et il nous étourdit avec ses « Wouh ! » affolants, tandis que Lennon et les autres font : »Bye bye bye byyyye  » et se fendent bien la pêche, c’est clair !

« Eight days a week » la chanson a l’air d’arriver de loin, John se paie le luxe de pousser des « woo woo » craquants avant que Paul ne le rejoigne pour les choeurs, ce refrain efficace et ancré dans nos mémoires. Parait qu’ils ont sué sur cette chanson, sans en être jamais satisfaits ! No comment encore une fois !

Bien suuuur, ce disque regorge de reprises, c’est ce que l’on lui reproche souvent, mais franchement, le « Words of Love » de Buddy holly que les Fabs vampirisent, sans cacher leur immense respect pour le génial binoclard, et ce « Honey Don’t »de Carl Perkins, chanté par un Ringo rigolard, et dont on jurerait qu’il secoue une poignée de cuillères à café en même temps qu’il caresse ses peaux, relax et swing, plaisantant avant les chorus de George : « Oh ! Rock on George ! For Ringo One time  ! », c’est du gateau !

« Every little thing » les voix de Paul et John n’ont jamais été aussi bien fondues ensemble, le titre est d’une évidence familère, le jeu de batterie de Ringo évoque ici les productions Phil Spector (Ronettes et Cie) et il refera le même coup pour « What you’re doing » . « I don’t want to spoil the Party », du Lennon basique et mal dans sa peau ( une de ses premières compos parait-il ) avec déjà un texte très sombre et une attaque vocale désarmante qu’il n’a jamais perdue. J’insiste sur le fait que cette capacité à pondre systématiquement des chansons catchy et intelligentes ne va pas de soi : ce que je veux dire, c’est qu’à force de qualité, les Beatles nous ont rendu difficiles, presque blasés, faudrait tout réécouter avec une oreille neuve ! ( eh, une oreille c’est pas cher ! )

EUR 14,53 EUR 24,99
  • Record Label: Parlophone
  • Catalog#: CDP 7 46438 2
  • Year Of Release: 1987
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés

« What you’re doing » par exemple, voilà une chanson que l’on n’entend plus, qui compte pour du beurre dans la discographie des Beatles, et bien je suis désolé mais c’est une petite perle de plus : un Paul en grande forme vocale qui amène le refrain avec sa souplesse habituelle, et Ringo qui s’amuse à faire un clin d’oeil au « Be my Baby » des Ronettes !

Phil : « Baah, Jack ! Et George ? T’as pas parlé de George, cette fois-ci. »

Jack : « Une seconde, Philou ! Il arrive. Dans une reprise de Carl Perkins, encore lui, « Everybody’s tryin’ to Be My Baby », mais le George nous la fait cool, limite country and western énervé, et pis des dérapages contrôlés à se damner pendant ses solos, il est parfait quoi, comme d’hab’.

Phil : « Ouais. Moi, j’l’aime bien, George.

Jack : »Moi aussi, Philou, moi aussi… »

EUR 14,53 EUR 24,99
  • Record Label: Parlophone
  • Catalog#: CDP 7 46438 2
  • Year Of Release: 1987
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés

Pensez aussi à lire

Wouldnit : Yoko Ono : paroles, traduction, histoire…

Informations sur la chanson Crédits : Yoko Ono Producteur : Yoko Ono, Rob Stevens L’enregistrement …

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !