L’histoire du Cavern Club

Un sous-sol au 10 Mathew Street, à Liverpool, le 16 janvier 1957. C’est le lieu et jour où la musique live alternative est née. C’est le jour où le Cavern Club ouvre ses portes pour la première fois. Au programme de cette première soirée, un groupe de skiffle et trois groupes de jazz. Ces musiciens ne savent pas encore qu’ils vont inaugurer ce qui allait devenir l’un des clubs les plus célèbres du 20ème siècle.

Le créateur du Cavern Club s’appelle Alan Sytner. A l’époque, en 1957, il possède déjà deux autres nightclubs à Liverpool : le West Coast Jazz Club et le 21 Jazz Club. Ils ont un certain succès mais Alan ne souhaite pas en rester là. Il désire avant tout ouvrir un troisième club plus innovateur.

C’est au cours d’un séjour vacancier dans la capitale française qu’il trouve son nouveau concept. Visitant le quartier « jazz » de Paris, il découvre que la majorité des clubs sont installés dans des caves. Une idée originale qui lui sera inspirée par Le Caveau, un club parisien très branché qu’il fréquente. Son infrastructure se compose de plusieurs petites caves sombres et humides mais étonnamment atmosphériques. L’acoustique y est unique. Le son semble se propager dans toutes les cavités du Caveau et plus particulièrement lorsqu’il s’agit d’une trompette de jazz, l’instrument préféré de Alan Sytner.

De retour à Liverpool, il se met immédiatement à la recherche d’un endroit similaire dans le centre ville. Sans succès. Les quelques caves pouvant faire l’affaire sont situées le long du fleuve. Sans se décourager pour autant, il se rend à Mathew Street où il apprend qu’une cave serait disponible. Utilisée comme abri antiaérien durant la Seconde Guerre mondiale, elle est en parfait état avec de nombreuses voûtes séparatrices et ressemble beaucoup à celles qu’il a vues à Paris. Le Cavern Club est né.

LES BEATLES ET LE CAVERN CLUB DE LIVERPOOL : LES PORTES S’OUVRENT

Le premier groupe à jouer au club s’appelle The Merseysippi Jazz Band. Une formation qui existe encore actuellement ! Le succès du Cavern Club est immédiat. En l’espace de trois ans, plus de 20.000 personnes ont pris une carte d’adhérent. Les groupes se bousculent pour venir s’y produire. Le club est devenu un lieu national incontournable pour les inconditionnels britanniques du jazz.

L’ÈRE DU SKIFFLE

Tandis que le jazz traditionnel règne en maître sur le Cavern Club, un autre style musical appelé « Skiffle » commence à prendre de l’ampleur, bien décidé à le détrôner. Etabli aux Etats-Unis depuis les années quarante, le Skiffle devient vraiment populaire en Angleterre durant les années cinquante. On peut le définir ainsi : une musique folklorique teintée d’une influence jazz et blues. Le premier groupe régulier à jouer du skiffle au Cavern Club s’appelle Gin Mill Skiffle Group. C’est un groupe local formé entre autres de Tony Davis et Mick Groves (futur Spinners).

A Liverpool, le Skiffle se développe aussi bien à l’extérieur du club qu’à l’intérieur ; si bien qu’il est décidé d’engager des groupes pour se produire à l’heure du déjeuner. C’est une première à l’époque puisque les clubs n’étaient alors généralement ouverts que le soir. Les concerts donnés à l’heure du déjeuner connaissent un véritable succès. Non seulement, les ouvriers peuvent s’y rendre durant leur pose mais également les lycéens puisque, soit disant, aucun alcool n’est servi le midi. Toutefois, d’après plusieurs témoignages, certaines bouteilles réussissaient à passer quand même !

LA NAISSANCE DU « BEAT »

En 1959, après avoir déménagé à Londres avec sa nouvelle épouse, Alan Sytner décide de vendre le Cavern Club. Le nouveau propriétaire est comptable, il s’appelle Ray McFall. C’est un passionné de jazz et… il déteste plus que tout la « beat music ». Cette « beat music » s’apprête néanmoins à envahir le monde tel un ouragan.

Dès 1960, la clientèle du Cavern Club diminue considérablement, préférant dorénavant se rendre dans les club de « beat music ». Ray McFall est face à un véritable problème : soit il garde le Cavern Club comme club prédominant de jazz (avec une fréquentation en baisse) soit il fait une place à cette maudite « beat music » (et attire ainsi une clientèle plus jeune avec de l’argent à dépenser). Après avoir longuement réfléchi, il se résigne à la seconde solution mais à titre d’expérimentation seulement.

C’est ainsi que la « beat music » fait son entrée au Cavern Club à raison d’un soir par semaine (le mercredi). Les autres soirs sont uniquement réservés au jazz. La première soirée « beat music » est fixée au 25 mai 1960 avec comme groupe principal : Rory Storm And The Hurricanes (dont le batteur est un certain Richard Starkey). Bien que boycottée par les membres plus âgés de club, cette première soirée rencontre un énorme succès. Ce ne sera pas la dernière…..

QUATRE JEUNES HOMMES DE LIVERPOOL, ANGLETERRE

Durant l’année 1961, la « beat music » obtient également le créneau du mardi soir et, de temps à autres, certaines périodes du déjeuner. La musique jazz disparaît lentement du club et le mardi 21 mars elle n’existe pratiquement plus. Les Beatles font leur début au Cavern Club. Le groupe vient juste de rentrer de Hambourg. Fort des expériences acquises en Allemagne (ils jouaient jusqu’à huit heures par nuit), les Beatles sont considérés comme un véritable groupe de scène, sachant se donner entièrement à son public.

Leur début au Cavern Club est un succès immédiat. Les rappels sont sans fin et leurs fans en demandent à chaque fois davantage. Ils se produisent trois à quatre fois par semaines à l ‘heure du déjeuner et la plupart des week-ends. Devant les files d’attente incessantes pour venir les voir, Ray McFall décide de vendre des billets d’entrée avec réservation ! Ce procédé permettant de fidéliser la clientèle et de la conserver dans le temps a toutefois provoqué le mécontentement des autres responsables de club.

MERSEYBEAT PREND UNE POIGNÉE

Tandis que les Beatles poursuivent leur chemin vers la gloire (ils se produisent désormais dans tout le pays), d’autres artistes et groupes talentueux font leur apparition au Cavern Club. C’est le cas notamment de Cilla Black, The Four Jays et The Searchers. A cette époque, le seul groupe que l’on peut considérer comme « adversaire » des Beatles est Jerry And The Pacemakers. Les deux groupes se produisent souvent sur la même affiche et s’entendent à merveille si bien que Gerry lui-même à rejoint les Beatles (juste un soir seulement ! ) pour remplacer John qui était souffrant.

Au Cavern Club, les groupes s’entraidaient mutuellement en cas d’absence d’un musicien. C’était chose courante et l’esprit de camaraderie qui y régnait était l’essence même de l’esprit de ce que l’on appelait le Merseybeat.

En 1963, sous l’œil bienveillant de leur nouveau manger, Brian Epstein, les Beatles sont devenus des stars nationales. Leurs prestations au Cavern Club deviennent de plus en plus rares. Ils s’y produisent pour la dernière fois le 3 août 1963. Les Beatles étaient devenus « trop grands » pour le club

RENDEZ-VOUS DES LÉGENDES

Bien que les Beatles ne se reproduiront plus au Cavern Club, les inconditionnels de ce lieu mythique ne vont pas être déçus pour autant par les groupes et artistes qui vont leur succéder. Sa renommée durant le règne de Beatles l’avait élevé au statut légendaire et se devait bientôt d’être fréquentée par les musiciens les plus célèbres du 20ème siècle.

Le 24 janvier 1964, le « blues » fait son entrée au club avec les Yarbirds. Cette première prestation reçoit cependant un accueil assez froid. L’audience n’est pas habituée à ce style de musique. Un an plus tard, leur « lead guitarist » effectuera un retour remarqué. Son nom : Eric Clapton !

Puis le 5 novembre 1964, c’est au tour des Rolling Stones. Le concert est un succès comme l’a relaté Bill Wyman dans son autobiographie. Durant cette année 1964, il y eut d’autres artistes venus investir le Cavern Club, comme John Lee Hooker, Memphis Slim, John Mayall’s Bluesbreaker ou encore Howlin Wolf.

En 1965, le Cavern Club est confronté à de gros problèmes financiers. Une rénovation importante de son infrastructure doit être envisagée. Cependant, des artistes de renommée continuent à s’y produire. A titre d’exemple, le 31 mars 1965, étaient présents à l’affiche : Gene Vincent, Sandie Shaw, Petula Clark, Manfred Mann, The Kinks et The Clayton Squares. Mais une des soirées les plus mémorables fut incontestablement celle du 31 octobre 1965 où les Who se produirent au club pour leur première… et dernière fois !
.
En 1966, peu après la venue de Elton John, une nouvelle se répand à Liverpool comme quoi le Cavern Club est au bord de la faillite et pourrait fermer définitivement ses portes. Immédiatement, les groupes locaux se réunissent pour organiser un concert de 12 heures non-stop afin de récupérer des fonds pour sauver le club. Les fonds récoltés ne furent hélas pas suffisant et le Cavern Club fut officiellement fermé.

Fermé mais pas oublié pour autant, le Cavern Club attire considérablement l’intérêt d’acheteurs potentiels, d’hommes d’affaires et même d’une association de fans baptisée New Cavern Ltd. Mais finalement, il est acquis par Joe Davey, un propriétaire local de débit de boissons, et ouvre de nouveau ses portes le 23 juillet 1966 avec comme invité officiel le Premier Ministre Harold Wilson, fervent défenseur du Merseybeat.

Maintenant rouvert, le Cavern Club tente désespérément de retrouver son atmosphère originale qui l’a rendue célèbre. Malheureusement, il avait changé pour toujours. Le « nouveau » club était désormais réservé aux adultes et interdit à tout enfant mineur. Les lycéens d’antan qui firent en partie son succès désertèrent donc ce lieu magique. Ils en profitèrent également pour remplacer leurs sodas et leurs goûters par une consommation bien plus néfaste : la drogue. À la fin des années 60 et au début des années 70, la drogue se développe à travers le monde de façon fulgurante. C’est alors qu’une nouvelle mode apparaît, prônant l’Amour et la Paix, la mode Hippy. Elle se nourrit certes d’amour et de paix mais également de… LSD ! Cette nouvelle mode enfumée ne tarde pas à atteindre les rivages de Liverpool pour venir s’échouer sur les planchers de danse du Cavern Club. Pour certains, le début des années 70 au Cavern Club est une grande période et plus particulièrement pour Wishbone Ash, Thin Lizzy, Supertramp et Judas Priest. Mais pour beaucoup, le club était bel et bien mort. Qui avait tort ? Qui avait raison ? La question est sans importance puisque le 27 mai 1973 le Cavern Club, tel que l’ont connu les Beatles referme ses portes pour toujours. Entièrement détruit vers la fin 1981 pour être à nouveau reconstruit en partie sur son emplacement original, il ouvre à nouveau ses portes en 1984. Depuis, il attire toujours autant de monde et de nombreux groupes s’y produisent. C’est un endroit incontournable pour tout fan qui se respecte. Le 14 décembre 1999 Paul McCartney y a même fait un retour triomphal pour un unique concert, accompagné de David Gilmour, ……(musiciens).

THE CAVERN CLUB : LÉGENDES ET RÉALITÉ

LÉGENDE N°1

Le Cavern Club a été détruit en 1973 et un parking fut construit à son emplacement.

Les Faits : Le Cavern Club a été et reste toujours un club situé dans une cave. Les bâtiments situés au-dessus étaient des entrepôts de fruits. Ils ont été démolis en 1973. Le Cavern Club n’a subi aucun dommage, il a simplement fait l’objet d’un remblayage.

Pourquoi une telle légende ? Lorsque les entrepôts de fruits ont été démolis, ils laissèrent une sorte de terrain vague dans le centre ville. Il fut donc utilisé par les riverains pour garer leurs voitures. En aucun cas, un parking a été construit comme la légende veut bien nous le faire croire. ++++

LÉGENDE N°2

Le Cavern Club original était situé à l’opposé du Cavern Club ouvert actuellement.

Les faits : Le Cavern Club occupe aujourd’hui 50 % de son emplacement original. Son adresse en 1957 était 10 Mathew Street, elle l’est toujours en 2004.

Pourquoi une telle légende ? Les entrepôts de fruits situés au-dessus ont été démolis en 1973 et le Cavern Club a dû fermer ses portes. Le Conseil Municipal projetait d’utiliser ses sous-sols pour améliorer le réseau du chemin de fer mais cela ne s’est jamais concrétiser. Le Cavern Club a donc été remblayé. Il est resté pratiquement intact jusqu’en 1981.

En 1973, le propriétaire du Cavern Club s’appelle Roy Adams. Suite à la fermeture de son club, il décide d’en ouvrir un second situé en vis à vis. L’immense enseigne lumineuse surplombant Mathew Street indique  » The Cavern ». A proximité de la porte d’entrée, une plaque mentionne « le Cavern Club, aujourd’hui maintenant, se tient à l’opposé de l’emplacement original ». En 1973, plaque et enseigne avaient toute leur raison d’être.

En 1974, la nouvelle « Caverne » se plie à la nouvelle mode du moment : le punk. Roy Adams est d’ailleurs plutôt fier d’avoir « lancé » le chanteur Erics sur la scène internationale punk. Malheureusement, la mort du mouvement punk entraînera également  » la mort » de Erics. Cependant, tout au long de sa période punk, The Cavern conserva sa plaque et son immense enseigne et ce, jusqu’en 1992 après presque 20 ans de bons et loyaux services.

Le 8 décembre 1980, John Lennon est assassiné à New-York. Quelques mois plus tard, à Liverpool, l’architecte local David Blackhouse, plans en mains, obtient l’autorisation pour la réouverture du Cavern Club original dont la structure est restée intacte. Il désire également réaménager le secteur environnant en créant un centre commercial avec plusieurs « espaces John Lennon« . Vers la fin de l’année 1981, le Cavern Club est démoli. Même si sa structure est restée intacte, ses fondations sont jugées peu sûres. Les briques originales sont récupérées, traitées puis réutilisées pour sa reconstruction.

En 1984, c’est un Cavern Club « flambant neuf » qui ouvre ses portes. Mais pourquoi son emplacement original a t-il fait l’objet de tant de confusions ? La raison est simple. L’enseigne et la plaque de Roy Adams (The Cavern) ont surplombé Mathew Street durant presque vingt (de 1973 à 1992). En 1984, lorsque le Cavern Club à rouvert sur son emplacement original, beaucoup étaient persuadés que l’enseigne apposée par Adams désignait l’emplacement du Cavern Club original ! Ce qui est absolument faux. Force est de constater que de 1984 à 1992, cette enseigne n’était pas appropriée et les informations mentionnées sur la plaque étaient incorrectes.

LÉGENDE N°3

Aujourd’hui, il y a un parking à côté du nouveau Cavern Club. Au-dessous de ce parking se trouvent les restes du Cavern Club original.

Les Faits : Il y a en effet actuellement un parking à côté du Cavern Club. David Blackhouse a d’ailleurs réaffirmé récemment que toutes les cavités souterraines situées en dessous ont été remblayées. Il n’y a aucun reste du Cavern Club original sous le parking.

Pourquoi cette légende ? Ceci semble être une combinaison des deux légendes. C’est à dire que beaucoup ont pensé que le Cavern Club avait été démoli pour la construction d’un parking et que l’emplacement du nouveau Cavern Club n’était pas celui d’origine. La réalité est autre : le Cavern Club actuel occupe 50% de son emplacement original. ++++

Il y a eu un Cavern Club sur l’emplacement du 10 Mathew Street durant quarante années. Ce club est resté fermé de 1973 à 1984. En 1981, un projet de réouverture est lancé. La fiabilité de ces fondations étant incertaine, il est donc démoli pour être reconstruit. Les briques originales ont servi à la reconstruction. Les plans originaux ont été utilisés Les voûtes, les dimensions et la surface au sol sont plus ou moins exactes par rapport au club original. Cependant, trois différences principales sont à retenir :

Le nouveau Cavern Club occupe aujourd’hui seulement 50% de l’emplacement original.

Le nouveau Cavern Club est en fait plus profond que l’original. En 1962, vous deviez descendre dix-huit marches alors qu’aujourd’hui l’escalier en comporte une trentaine.

En 1962, lorsque vous entriez dans le sous-sol du Cavern Club la scène était directement devant vous. Aujourd’hui elle se trouve sur la gauche.

cavern-club-beatles

Pensez aussi à lire

26 novembre 2014 – São Paulo – Allianz Parque (Brésil)

LINE UP Paul McCartney Rusty Anderson Brian Ray Paul « Wix » Wickens Abe Laboriel Jr.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × deux =

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !