Accueil / George Harrison / La discographie / CD / Concert For George – George Harrison : les secrets de l’album (paroles, tablature)

Concert For George – George Harrison : les secrets de l’album (paroles, tablature)

Concert For George - George Harrison : les secrets de l'album (paroles, tablature)

Informations sur l’album

  • Pays : International
  • Support : CD
  • Label : W.S.M.
  • Numéro de série : 8122 74546 2
  • Mixage : Mono
  • Date de publication : 17/11/2003

Track-listing de l’album

Description de l’album

Le Concert for George est un concert organisé le 29 novembre 2002 au Royal Albert Hall de Londres en hommage au musicien George Harrison, ancien membre des Beatles mort un an plus tôt. Préparé à l’initiative de sa veuve Olivia et de son fils Dhani, il a été conçu par Eric Clapton et Jeff Lynne. Nombre d’amis du guitariste y participent, comme Paul McCartney, Ringo Starr, Ravi Shankar, Billy Preston, Tom Petty et les Monthy Python. Les bénéfices du concert sont reversés à la Material World Charitable Foundation, une association caritative fondée par Harrison.

Le concert du 29 Novembre 2002 raconté par Alex

L’avant concert

Dès mon arrivée à Londres, je pars à la recherche d’une place. J’envie les spectateurs qui retirent leurs billets au comptoir du Royal Albert Hall. Une file s’est spontanément « au cas où », mais il n’y a aucune place à vendre ! Je discute avec des gens qui ont dépensé de petites fortunes pour acheter un billet sur E-bay. Deux fans espagnols ont rencontré Paul McCartney dans la matinée, après avoir attendu deux heures devant son domicile. Un autre est venu exprès de Detroit… Aucune place à vendre au RAH.

Un peu dépité, je vais à Leicester Square. « One ticket for George Harrison, please » « I’m afraid, he won’ play Tonight » me répond-on en plaisantant. Mais on arrive à me dégotter une place. Je repasse deux heures plus tard, après avoir fait le tour de plusieurs cash-box pour réunir la somme de 300 livres. Je me console en pensant que certains ont dépensé cinq fois plus… A six heures, retour à la case départ. Le Royal Albert Hall ressemble davantage à l’Opéra Garnier qu’à Bercy. Et on respire l’atmosphère des grands événements. Les starlettes arrivent en limousines et distribuent des autographes. J’aperçois Stella McCartney.

A sept heures, les portes s’ouvrent, on rentre au compte-gouttes. On nous remet un programme luxueux, avec de très belles photos de George. L’encens brûle un peu partout. Je rejoins mon fauteuil, juste derrière l’orchestre.

Quelques rangs plus loin, je reconnais Bill Wyman, le bassiste des Stones… Quelle chance d’être là !

La partie Indienne et les Monthy Python’s Flying Circus

Un groupe de musiciens indiens rentre sur scène et joue un premier morceau avec Anoushka Shankar. Eric Clapton, en tenue décontractée, officie en maître de cérémonie : « Nous avons beaucoup répété, pendant les trois dernières semaines. Mais nous n’avons pas préparé de discours ». Puis il accueille Ravi Shankar, qui a composé deux morceaux pour l’occasion. N’ayant jamais assisté à un concert de musique indienne, je suis favorablement surpris. En revanche, je suis un peu déçu par l’interprétation de « The Inner Light » par Jeff Lynne. La partie orientale de la soirée s’achève sur une pièce indienne avec des solos de Clapton à la guitare acoustique ! Changement de décor et de style : les Monty Python, grands amis de Harrison, arrivent sur scène et interprètent certains de leurs sketches avant de chanter « The Lumberjack », rejoints en chœur par tout le public. Very british.

L’hommage des Stars

Quelques minutes plus tard, on voit apparaître une pléiade de stars, amis de l’ancien Beatle : Clapton, Jeff Lynne, Gary Brooker, Billy Preston, Jim Keltner, Ray Cooper, Klaus Voorman. Le fils de George, Dhani, revêtu d’une sorte de pyjama indien, joue de la guitare acoustique. Le groupe enchaîne les classiques : « I Want To Tell You », « If I Needed Someone », « Old Brown Shoe », « Give Me Love », « Beware Of Darkness ». Après “Here Comes the Sun”, Joe Brown choisit la chanson la plus inattendue du concert : « That’s the way it goes », l’une des perles cachées de « Gone Troppo » (bonjour, Pouille !). Vient ensuite l’un des sommets du concert : le magnifique « Horse to the Water », interprété par le Jools Holland Rythm’n Blues Band et une Sam Brown déchaînée. Tom Petty et les Heartbreakers jouent des versions assez fidèles de « Taxman », « I Need You » et du wilburien « Handle With Care ». Puis Clapton peut enfin lâcher sa guitare sur une très longue version de « Isn’t It a Pity ».

Paul et Ringo

On n’attend plus que les deux derniers invités : Ringo Starr, habillé dans un costume rouge, fait son apparition sous les ovations du public. Il explique le choix des deux chansons qu’il interprètera. Il a co-écrit « Photograph » avec George. « Depuis sa mort, la chanson a pris une autre signification ». Avant de chanter « Honey Don’t », il rappelle l’amour de Harrison pour Carl Perkins. Et enfin, il annonce « another great friend of Georgie »…

Paul McCartney, en costume noir, monte sur scène avec une guitare acoustique. Il plaisante un peu avec le public, en revenant sur une gaffe de Clapton qui a parlé de « George and his wife Dhani ». Première surprise : le choix de « For You Blue » qui à ma connaissance n’a jamais été joué sur scène par un ex-Beatle. Et on dirait qu’elle a été écrite par Paul. Puis, c’est le tour de « Something ». Comme lors de sa tournée, Paul commence au ukulélé. Puis la chanson se transforme prend une nouvelle vie après le solo de Clapton. Le groupe les rejoint, Clapton prend le relais au chant, Macca assure les parties hautes. Welcome to Abbey Road. McCartney chante aussi « All Things Must Pass », sans doute pour la première fois depuis les sessions de “Get Back ». Puis il passe au piano pour interpréter, en duo avec Clapton et avec tout le band, l’immortel hymne « While My Guitar Gently Weeps ». Que reste-t-il encore à jouer ? « My Sweet Lord » évidemment. Assis derrière son orgue, Billy Preston commence à psalmodier, rejoint par tous les autres. McCartney semble bien se débrouiller avec la litanie des dieux indiens. Il a dû s’entraîner avec le Maharishi. Le choix de « Wah-Wah » (à l’origine écrite contre Macca, qui semble bouder derrière les claviers) a de quoi surprendre. Mais l’exécution du groupe, avec claviers, cuivres et quatre batteurs (dont Ringo) et plein de solos, semble même dépasser l’intensité du wall of sound Spectorien. D’ailleurs, j’ai eu très mal aux oreilles, le lendemain. Il y a encore le temps pour une petite comptine (« I’ll See You In My Dreams ») que Joe Brown interprète au ukulélé. Paul conclut la soirée sur un trait d’esprit : « Olivia m’a dit qu’en regardant Dhani, on a l’impression que George est resté jeune et que nous avons tous vieilli ». Et c’est la fin du concert.

Les Coulisses

Quand les stars quittent la scène, une dernière surprise m’attend. Il y a visiblement quelqu’un de célèbre à la loge 18, devant laquelle je viens de passer. Je reviens sur mes pas. A un mètre de moi, je vois Sir George Martin, très grand et renfrogné. Un cerbère vraiment antipathique me fait comprendre qu’il ne donnera pas d’autographe. Soit. Je lui fais comprendre qu’après avoir fait autant de Km et déboursé autant de pounds, un peu de gentillesse de sa part serait la bienvenue. Mais George n’est pas seul dans sa loge. Peu après, je vois aussi Mrs Heather Mills McCartney, entourée de plusieurs copines. Très jolie, mais je dois avouer qu’elle ne m’a pas fait une grande impression (restons diplomates). Un peu fatigué, je renonce à attendre Paul et les autres artistes. Macca, Ringo, un Harrison (certes, pas le bon), Clapton, Billy Preston, Klaus Voorman… Désormais, il sera difficile de faire mieux pour une réformation des Beatles ou un remake du concert du Bangladesh… Et j’y étais !

EUR 29,90
(2CD) 2005 remaster of 1971 benefit concert with Bob Dylan, Eric Clapton, Ringo Starr etc. + previously unreleased Dylan track "Love Minus Zero/No Limit"
Habituellement expédié sous 24 h

La Revue de presse francophone

Paul McCartney et Ringo Starr célèbrent George Harrison (Source : Le Parisien du 30 Novembre 2002)

Les deux membres survivants des Beatles ont chanté en l’honneur de leur ami disparu, vendredi, jour anniversaire de sa disparition.

Les amis de George Harrison se sont retrouvés au Royal Albert Hall de Londres sur l’initiative d’Olivia, l’épouse du musicien décédé le 29 novembre 2001 des suites d’un cancer. Les bénéfices du concert seront reversés à l’association que George Harrison a créée en 1973 : la Material World Charitable Foundation.

Eric Clapton a ouvert la soirée avec ces quelques mots : « C’est une grande occasion pour moi parce que je peux partager avec vous mon amour pour George. Sa femme Olivia et son fils Dhani peuvent être les témoins de combien nous l’aimions à travers sa musique. »

Paul McCartney et Ringo Starr ont été rejoint sur scène par Dhani, le fils de George Harrison, pour interpréter quelques chansons.

L’hommage musical des deux derniers Beatles à George Harrison (Source : Le Parisien du 30 Novembre 2002)

Paul McCartney et Ringo Starr, les deux derniers Beatles, se sont retrouvés vendredi soir le temps d’un concert en hommage à George Harrison, autre membre du mythique groupe britannique, le jour anniversaire de sa mort.

Le concert était organisé au Royal Albert Hall de Londres par la veuve du musicien, Olivia, au profit de l’association caritative « Material World Charitable Foundation » fondée en 1973 par George Harrison. « C’est une grande occasion pour moi parce que je peux partager avec vous mon amour pour George. Sa femme Olivia et son fils Dhani peuvent être les témoins de combien nous l’aimions à travers sa musique », a souligné le chanteur et guitariste Eric Clapton en ouvrant la soirée, devant un parterre d’étoiles de la chanson et de la musique et une salle comble de 5.000 spectateurs, où dominaient les cheveux gris des nostalgiques de la grande époque des Beatles.

Harrison, qui vivait dans un somptueux manoir à Henley-on-Thames (nord-ouest de Londres), est décédé des suites d’un cancer à 58 ans le 29 novembre 2001 à Los Angeles, presque 21 ans après l’assassinat de John Lennon, le quatrième Beatle, à New York le 8 décembre 1980. La première partie du concert avait été spécialement composée par le musicien indien Ravi Shankar, le gourou musical de George Harrison, à l’époque du quatuor britannique dans les années 1960.

« Je ressens fortement la présence de George ici ce soir. Je veux dire, comment ne pourrait-il ne pas être ici quand nous tous qui l’aimions tant sommes rassemblés pour chanter pour lui et jouer de la musique pour lui ? », a lancé Ravi Shankar. Ringo Star et McCartney, en compagnie d’Eric Clapton, ont interprété plusieurs des chansons de leur défunt camarade, composées avant et après la dissolution du groupe, soulevant notamment un tonnerre d’applaudissements avec « Something », une ballade sentimentale, devenue un des grands succès de George Harrison.

Concert en hommage à George Harrison à Londres en présence des deux derniers Beatle (Source : Le Monde du 30 Novembre 2002)

Les deux ex-Beatles encore en vie, Paul McCartney et Ringo Starr, ont rendu hommage en musique à leur défunt compagnon de route George Harrison lors d’un concert chargé d’émotion au Royal Albert Hall de Londres, à l’occasion du premier anniversaire de sa mort.

Pour ce « Concert pour George », McCartney et Ringo Starr ont interprété vendredi soir quelques uns des plus grands succès des Beatles, notamment des titres composés par Harrison, devant un public de 5.000 fans enthousiastes et bouleversés qui ont pu applaudir également Eric Clapton, Joe Cocker, Ravi Shankar ou encore Dhani Harrison, le fils de George.

« Je ressens fortement la présence de George ici, ce soir », a déclaré, ému, sur scène Ravi Shankar, star de la sitar et gourou musical de Harrison. « Comment est-il possible qu’il ne soit pas ici quand nous tous qui l’aimions tant sommes rassemblés tous ensemble pour chanter pour lui et pour jouer de la musique pour lui ? »

Clapton a ouvert l’hommage avec un premier tube des Beatles, « I Want To Tell You », avant d’être rejoint sur scène par Cocker et Dhani Harrison pour « Here Comes The Sun ».

Clapton a ensuite déclenché une « standing ovation » en lançant ces quelques mots à la foule : « Ladies and gentlemen, Ringo Starr ! » Sous un tonnerre d’applaudissements, l’ex-Beatle est monté sur scène et a salué le public en disant : « Quelle soirée ! J’aimais George et George m’aimait ».

Starr a alors chanté « Photograph », un morceau qu’il avait co-écrit avec Harrison, accompagné sur scène à la guitare par Clapton, Jeff Lynne et Dhani.

Aux premières notes de « Honey Hon », toute la salle était debout et dansait. Starr s’est ensuite emparé du micro pour annoncer son ex-compère McCartney, provoquant à nouveau le délire dans le public.

Les deux ex-Beatles ont interprété ensemble « I Love You » avant d’être rejoints par Clapton et Dhani Harrison pour « Something », un morceau intimiste composé par l’ancien guitariste des Beatles.

C’est Clapton qui a chanté le plus célèbre tube du défunt Beatle, « While my Guitar Gently Weeps », accompagné au piano par McCartney, avant de faire « pleurer doucement » sa guitare pendant deux minutes pour un émouvant solo en fin de morceau.

Dhani, le fils de George, a pris sa guitare pour jouer « My Sweet Lord », chanté par Sam Brown, tandis que les fans frappaient dans leurs mains et dansaient.

Dhani, qui a une ressemblance troublante avec son père, a ensuite remercié les artistes du concert. « Je tiens à remercier du fond du coeur tous les musiciens. Vous êtes les meilleurs amis de mon père, il vous aime. Que Dieu vous bénisse tous », a-t-il lancé.

Puis, tous les artistes sont montés sur scène pour un final spécialement écrit pour l’occasion, « I’ll See You In My Dreams ».

De nombreux fans pleuraient lorsque les musiciens sont venus saluer et applaudir le public en fin de concert.

Les recettes du concert iront à la Material World Charitable Foundation, une association caritative fondée par Harrison.

Par ailleurs, selon des documents judiciaires rendus publics vendredi à l’occasion du premier anniversaire de sa mort, George Harrison a laissé près de 100 millions de livres sterling en héritage (155 millions d’euros) dans son testament. Les détails sur la répartition et les bénéficiaires de cette somme n’ont pas été communiqués.

Le guitariste, décédé d’un cancer le 29 novembre 2001 à Los Angeles à l’âge de 58 ans, mettait la dernière main à son nouvel album au moment de sa mort. « Brainwashed » est paru ce mois-ci, après que son fils Dhani, 25 ans, y a ajouté des parties vocales et de guitare.

George Harrison au Albert Hall de Londres (Source : Yahoo News du 30 Novembre 2002)

Un an jour pour jour après le décès de George Harrison, un concert est organisé ce soir au profit de l’association caritative qu’il a créé en 1973, la MATERIAL WORLD CHARITABLE FOUNDATION. Cet hommage a été voulu par son épouse, Olivia Harrison et l’ami le plus proche de Harrison, Eric Clapton.

Sont invités, les deux Beatles vivants, Paul McCartney et Ringo Starr, ainsi que de nombreux musiciens qui ont collaboré avec George Harrison : Joe Brown (GONE TROPPO, 1982), Leon Russel (Concert pour le Bangladesh, en 1971, Extra Texture, 1975) et les trois musiciens ayant travaillé les orchestrations du dernier album Brainwashed, Jools Holland, Jim Keltner et Jeff Lynne.

Dhani, fils de George Harrison a également convié les MONTHY PYTHON, Tom Petty et Bob Dylan, et surtout le maître de la musique indienne Ravi Shankar, initiateur de la musique orientale et ami du défunt.

Concert hommage à George Harrison (Source : Yahoo News du 30 Novembre 2002)

Autant mettre fin au suspense, Bob Dylan n’est pas apparu au concert en hommage à George Harrison, vendredi 29 novembre au Royal Albert Hall de Londres. En tournée américaine, le baladin avait prévenu de son absence la semaine dernière, avant d’interpréter Something. Pas de Dylan, donc, pour la célébration de « la vie et de l’œuvre » du guitariste des Beatles, mort le 29 novembre 2001, mais quelques noms sur l’affiche qui justifiaient amplement le déplacement : Eric (Clapton), Ringo (Starr), Paul (McCartney) et les autres.

Une heure a suffi pour que les places mises en vente trouvent preneurs. A l’extérieur, quatre fidèles d’Hare Krishna manifestent bruyamment, avec tambourin et clochettes, leur admiration pour le Beatle hindianisant. A l’intérieur, un chanceux nous assure qu’il a pu pénétrer dans l’enceinte sans billet, en économisant la modique somme de 150 livres. Des tarifs prohibitifs, mais la recette était versée à The Material World Charitable Foundation, organisme créé par le disparu en 1973.

Un portrait de Harrison moustachu, en sage oriental, surplombe la scène. Des musiciens en sari prennent place. Sa veuve, Olivia, allume quelques bougies avant que n’apparaisse celui à qui elle a confié la direction des opérations musicales, Eric Clapton. On n’est pas sûr que cela soit la meilleure idée, au regard de la production récente du guitar hero, mais cette réserve sera vite balayée.

« God » explique que les amis de George ont répété pendant trois semaines et que la soirée va débuter par une « expérience spirituelle ». L’hommage du maître au disciple. L’octogénaire Ravi Shankar salue celui qu’il considérait comme « son fils », s’assoit, et laisse à sa fille, Anoushka, le soin de s’emparer du sitar, dont elle joue prodigieusement. Avec un ensemble de 40 instrumentistes et choristes, le musicien indien a conçu une suite pour celui qu’il nommait Jairaj, mêlant une adoration de Ganesh, la chanson méconnue de Harrison, The Inner Light (chantée par le leader d’Electric Light Orchestra, Jeff Lynne) et un chant d’offrande, Arpan. Il y a plus de trente ans, lors du concert pour le Bangladesh organisé par Harrison, des spectateurs manifestèrent leur impatience. Ce soir, Ravi Shankar et les siens sont acclamés après quarante minutes de raga. Les temps ont heureusement changé.

Un intermède et l’effigie a été remplacée par une photo de Harrison jeune, au temps des Beatles. La spiritualité cède provisoirement la place à l’humour british. La joyeuse bande des Monty Python, reconstituée pour l’occasion, interprète Sit on My Face en tenue de serveurs de restaurants… avant de dévoiler des culs nus derrière le tablier.

Place, enfin, aux collègues du rock. La scène du Royal Albert Hall s’emplit jusqu’à l’engorgement. En première ligne, les chanteurs, Clapton et Lynne, et le fiston de Harrison, Dhani (producteurs avec Lynne de l’album posthume Brainwashed). Derrière eux, une dizaine de musiciens chevronnés, le facétieux percussionniste Ray Cooper, le claviériste de Procol Harum Gary Brooker ou le batteur vétéran Jim Keltner. Six guitaristes, deux batteurs, et autant de claviers, saxophones et choristes.

Clapton a réuni un « supergroupe » et opté pour le « mur du son », le mille-feuille instrumental inventé par l’Américain Phil Spector, qui produisit All Things Must Pass, le grand œuvre de Harrison. Une ampleur de cathédrale pour rendre gloire à ces chansons – I Want To Tell You, If I Needed Someone, Old Brown Shoe – que Lennon et McCartney n’accueillirent qu’avec parcimonie. Ce parti pris génère le plus souvent de la mélasse sonore, ici tout est idéalement en place, puissant et dense.

LA GUITARE DE Clapton

Interviennent Joe Brown (personne ne semble savoir qui il est) pour Here Comes The Sun et la chanteuse de soul Sam Brown, qui embrase Horse To the Water. La notoriété n’offre pourtant aucune garantie de réussite si l’on en juge par la version pataude que Tom Petty donne de Taxman. La baisse de régime est heureusement enrayée par l’association du rocker blond et de Jeff Lynne. Ils tentent l’impossible : ressusciter à eux deux les Traveling Wilburys (confrérie qu’ils formèrent avec Harrison, Dylan et Roy Orbison), et y parviennent miraculeusement pour un épatant Handle With Care.

Evidemment, les camarades de l’autre groupe auquel Harrison a appartenu ont été réservés pour la fin. On passera rapidement sur Ringo Starr, communiquant juste sa bonne humeur avec Photograph et Honey Don’t, pour en arriver à son bassiste. Paul McCartney expédie For You Blue dans les étoiles. Il entonne Something au ukulélé, sur un rythme jazzy, quand advient le moment le plus stupéfiant de la soirée. A mi-chemin, la chanson retrouve ses arrangements pop d’origine, Clapton fait pleurer sa guitare, chante à son tour l’hymne de Harrison pour cette femme que tous deux ont aimée. La suite était attendue : While My Guitar Gently Weeps, My Sweet Lord. Quand résonnent les derniers accords de Wah-Wah, George peut compter ses amis : ils sont 35 sur scène.

Un brillant hommage à George Harrison (Source : Yahoo News du 30 Novembre 2002)

A LA FOIS DIGNE, émouvant et brillant. Voilà qui pourrait qualifier l’hommage rendu, vendredi soir au Royal Albert Hall à Londres, par les amis et la famille de George Harrison, un an pile après sa mort. Surtout dans la dernière partie du concert, lorsque Paul McCartney est monté sur scène, rejoignant ainsi Ringo Starr et la pléiade de musiciens qui, depuis presque deux heures, refaisaient vivre avec brio et sobriété l’oeuvre du Beatles disparu. Là, McCartney, en grande forme vocale et très élégant dans son costume noir, a entonné un magnifique « For You Blue », suivi d’une étonnante version au ukulélé (une petite guitare hawaïenne) accompagné d’un piano de « Something », puis d’un explosif « While My Guitar Gently Weeps ». Alors que résonnaient les premiers accords de « My Sweet Lord », le Royal Albert Hall – où se croisaient l’acteur Tom Hanks, le réalisateur Tim Burton, l’ex-Nirvana Dave Grohl, le musicien Elvis Costello, la chanteuse de jazz Diana Krall… – s’est littéralement soulevé. Un moment vraiment magique, surpassant toutes les espérances de ceux qui avaient déboursé entre 25 et 150 £ (38,50 à 237 euros) au profit de l’association caritative Material World Charitable Foundation, créée par Harrison en 1973. Auparavant, dans une enceinte baignée d’odeurs d’encens, Eric Clapton, le maître de cérémonie de la soirée, a alors présenté le joueur de sitar Ravi Shankar, grand ami d’Harrison, et son orchestre d’une quarantaine d’instrumentistes. Dirigée par sa fille Anoushka, la formation a joué quarante minutes de musique indienne, entrecoupées par l’apparition de Jeff Lynne, le leader du groupe Electric Light Orchestra, reprenant « The Inner Light », une composition d’Harrison d’inspiration hindoue qui figurait sur la face B du 45-Tours « Lady Madonna ». Le tout dans le recueillement et surplombé d’un immense portrait du Beatles disparu, moustachu et les yeux fiévreux.

Une brochette de musiciens expérimentés

Après l’entracte et une intervention rigolarde des comiques du Monty Python’s Flying Circus (les fesses à l’air sous des tabliers de serveurs), place aux rockeurs. Devant, Jeff Lynne et le fils Dhani Harrison, producteurs de l’album posthume « Brainwashed », ainsi qu’Eric Clapton et, derrière, une brochette de musiciens expérimentés comme le bassiste Klaus Vormann ou le claviériste Billy Preston. Au-dessus d’eux, le portrait d’Harrison avait changé. C’était désormais le Beatles des débuts qui surveillait la bonne marche des opérations, lui aussi guitare en bandoulière. Après « I Want To Tell You », « If I Needed Someone », « Old Brown Shoes » ou encore « Here Come The Sun », autant de titres composés par Harrison avec les Beatles, l’Américain Tom Petty est arrivé, reprenant laborieusement « Taxman », puis se rattrapant avec « Handle With Care ». Reformant ainsi fugacement le groupe The Traveling Wilburys, mais sans Bob Dylan, retenu aux Etats-Unis. En conclusion de ce feu d’artifice de puissance et de clarté sonore, la trentaine de musiciens présents vendredi soir s’est alors regroupée sur scène pour un « Wah Wah », joyeusement foutoir, point final de cette soirée exceptionnellement réussie.

George Harrison : l’hommage Londonien (Source : Yahoo News du 2 Décembre 2002)

UN AN PILE APRÈS LA MORT du Beatle George Harrison, un concert-hommage est organisé ce soir à Londres au Royal Albert Hall, au bénéfice de la Material World Charitable Foundation, organisme caritatif fondé par le guitariste en 1973. A l’origine de cet événement, on retrouve Olivia Harrison, sa veuve, et Eric Clapton, ami de longue date du défunt.

Plusieurs autres musiciens seront présents sur scène, dont les ex-Beatles Paul McCartney et Ringo Starr, le chanteur-guitariste Joe Brown (qui avait participé en 1982 à l’album « Gone Troppo »), le pianiste Jools Holland, le batteur Jim Keltner et le guitariste Jeff Lynne, orfèvres de l’album posthume « Brainwashed » sorti le 18 novembre, sans oublier le musicien Leon Russel, qui avait joué avec Harrison lors de son Concert for Bangladesh en 1971 et sur l’album « Extra Texture » en 1975. Se réuniront également autour de Dhani, le fils de George Harrison, des membres du collectif de comiques britanniques les Monty Python’s Flying Circus, l’Américain Tom Petty et, peut-être, Bob Dylan. Et, bien évidemment, le joueur de sitar Ravi Shankar, qui avait, dans les années soixante, initié les Beatles aux charmes de l’Orient mystique.

Le DVD

Le communiqué de presse

Nous vous livrons ci-après le communiqué de presse officiel relatif à la publication du DVD « Concert For George » :

Concert For George in U.S. Theatres Oct. 3 for Limited Theatrical Release ; Musical Director Eric Clapton Performs with Harrison’s Closest Friends

Rock music’s most celebrated musicians gathered at Royal Albert Hall in London on Nov. 29, 2001, to pay tribute to one of their own, the legendary George Harrison, on the one year anniversary of his death. On that magical night, Harrison’s closest friends gathered to perform a collection of his music for a live audience. Concert For George is far more than a concert film ; it is a soulful cinematic tribute to a musician whose vision transcended the ordinary and whose talents contributed to a revolution in the music industry.

Under the musical direction of Harrison’s longtime friend Eric Clapton, the film captures an emotional gathering of musicians such as Jeff Lynne, Paul McCartney, Tom Petty and the Heartbreakers, Billy Preston and Ringo Starr. Truly a rare moment in music history, this documentary showcases these legends of music not likely to perform together on the same stage again. Concert For George is masterfully directed by famed British director David Leland, whose credits include Wish You Were Here (BAFTA winner), HBO’s Band of Brothers television series and The Traveling Wilburys video Handle With Care. The film transports viewers to Royal Albert Hall, beautifully shot, digitally remastered and recorded in 5.1 surround sound.

The film will open theatrically on Oct. 3 in New York, Los Angeles and select regional markets.

« The Concert For George was all I hoped it would be. The glue that held it together was our love for George. I don’t think I’ve ever heard a band play with so much emotion and respect, » said Olivia Harrison.

« All I wanted to do was really share our love for George and his music, » said Eric Clapton of his vision for the Concert For George.

« George kept up a relationship with everybody on that stage like old friends, old pals on stage, hanging out in rehearsals and backstage with everybody. It was a great way of getting closure, because we all had our stories and our memories and our laughter and our sad points of view, and it was just so great to be around all these people for me, that you could laugh and cry about, you know different moments in our life that George had touched, » said Ringo Starr.

All proceeds from the concert, the film and the DVD will go to The Material World Charitable Foundation, founded by Harrison in 1973.

About The Production

A @radical.media Production, produced by Ray Cooper, Harrison’s longtime film producing partner, Olivia Harrison and Jon Kamen, the documentary is meant as a celebration and tribute to George Harrison’s extraordinary musical career.

Under the direction of Leland and Director of Photography Chris Menges, the film captures the beauty of Royal Albert Hall from more than a dozen camera locations. The film was shot in High Definition and digitally mastered with sound recorded in 5.1 surround. The entire producing team was aware that the concert had an intimate feel that night — a feeling that required non-intrusive camera points and discreet filming. The result is a unique experience that truly makes viewers feel as if they’ve taken a seat in Royal Albert Hall and have an emotional connection to the music and the performers. The legendary Eric Clapton, who created a palette of music spanning Harrison’s entire career, oversaw the complete musical effort as Musical Director. Harrison’s longtime music producing partner, Jeff Lynne (also of The Traveling Wilburys), performed as well as collaborated on audio elements of the concert. A few special interviews and backstage moments are woven into the film, giving viewers a sense of the extraordinary bond Harrison shared with his friends and family, and how deeply they felt for him.

About The Performance

Each musician in the Western lineup had a personal friendship with George, and many from the Indian orchestra were chosen because of their history with George. The group spent three emotional weeks rehearsing George’s songs and collectively grieving the loss of their dear friend.

Eric Clapton led the performers through music from George Harrison’s spanning much of George’s career. Clapton led the band with Jeff Lynne singing « I Want To Tell You, » « Inner Light » and « Give Me Love. » Tom Petty performed « Taxman » and « I Need You » along with the Wilburys’ number, « Handle With Care. » Ringo Starr brought the crowd to an emotional peak with « Photograph, » a song he co-wrote with Harrison. Paul McCartney played a bit of ukulele, one of Harrison’s favorite instruments, and joined the band for « While My Guitar Gently Weeps » and « For You Blue. » The audience was treated to the Monty Python team performing some of Harrison’s favorite skits, including participation from surprise guest Tom Hanks. The show also pointed to Harrison’s spiritual side with Anoushka Shankar and a 16-piece orchestra of Indian musicians performing a special composition by her father and Harrison’s mentor, Ravi Shankar. The piece was entitled Arpan, meaning offering.

Joe Brown closed the evening with the old standard, « I’ll See You In My Dreams, » a loving and appropriate sentiment.

About The Material World Foundation

The Material World Charitable Foundation was established by George Harrison in 1973 to sponsor diverse forms of artistic expression and to encourage the exploration of alternative life views and philosophies. The Foundation also supports established charitable organizations with consideration to those with special needs. Funds for the activities of the Foundation have and will continue to come from copyrights donated by George Harrison.

Concert For George will be distributed internationally by ArenaPlex LLC. The DVD of Concert For George will release in November 2003 worldwide. For more information, please also visit www.concertforgeorge.com

Le Contenu du DVD

Publié le 25 Novembre 2003, le double DVD du « Concert For George » comporte les titres suivants :

DVD 1 :

– I want to tell you
– If I needed someone
– Taxman
– Handle with care
– Photograph
– Honey Don’t
– Monty Python stuff
– Here comes the sun
– Horse to the water
– Beware of darkness
– Isn’t it a pity
– For you blue
– Something
– ARPAN
– The inner light
– My sweet lord
– All things must pass
– While my guitar gently weeps
– See you in my Dreams
– Old brown shoe
– Give me love

DVD 2 :

– Partie théâtrale des Monty Pythons
– Interviews

Il est enfin à noter que le double DVD est fourni avec un luxueux livret de 32 pages.

La « Première »

Le 24 Septembre dernier, avait lieue aux Warner Bros. studios de Burbank, en Californie, lors , la projection privée du DVD « Concert For George ». , à laquelle assistaient : Paul McCartney et Heather Mills McCartney, Ringo Starr et Barbara Bach, Olivia et Dhani Harrison, Tom Petty et the Heartbreakers, Jeff Lynne, Ravi Shankar, Kid Rock, Sheryl Crow, James Taylor, Rosanna Arquette, Meg Ryan, Michael Kame,n Ray Cooper, Garry Shandling, Harry Shearer, Andy Sumners, Albert Lee, Billy Preston, Yoko Ono, Jackson Browne, Nathan East, Abe Laboriel Jr., Neil Aspinall, Eric Idle…

Informations complémentaires

Les musiciens :

– Eric Clapton – guitares, directeur musical
– Jeff Lynne, Tom Petty, Joe Brown, Albert Lee, Marc Mann, Andy Fairweather-Low, Dhani Harrison, Paul – McCartney – guitares électriques et acoustiques
– Gary Brooker, Jools Holland, Chris Stainton, Billy Preston, Paul McCartney – claviers
– Dave Bronze, Klaus Voormann – basse
– Ringo Starr, Jim Keltner, Jim Capaldi, Henry Spinetti – batterie
– Ray Cooper, Emil Richards, Jim Capaldi – percussions
– Jim Horn – saxophone ténor
– Tom Scott – saxophone alto
– Katie Kissoon, Tessa Niles, Sam Brown – chœurs
– Anoushka Shankar – sitar

Interprétation :

– I Want To Tell You : par Jeff Lynne
– If I Needed Someone : par Eric Clapton
– Old Brown Shoe : par Gary Brooker
– Give Me Love (Give Me Peace On Earth) : par Jeff Lynne
– Beware Of Darkness : par Eric Clapton
– Here Comes The Sun : par Joe Brown
– That’s The Way It Goes : par Joe Brown
– Taxman : par Tom Petty and the Heartbreakers
– I Need You : par Tom Petty and the Heartbreakers
– Handle With Care : par Tom Petty and the Heartbreakers
– Isn’t It A Pity : par Billy Preston
– Photograph : par Ringo Starr
– Honey Don’t : par Ringo Starr
– For You Blue : par Paul McCartney
– Something : par Paul McCartney and Eric Clapton
– All Things Must Pass : par Paul McCartney
– While My Guitar Gently Weeps : par Eric Clapton et Paul McCartney
– My Sweet Lord : par Billy Preston
– Wah-Wah : par Eric Clapton
– I’ll See You In My Dreams : par Joe Brown

EUR 29,90
(2CD) 2005 remaster of 1971 benefit concert with Bob Dylan, Eric Clapton, Ringo Starr etc. + previously unreleased Dylan track "Love Minus Zero/No Limit"
Habituellement expédié sous 24 h

Pensez aussi à lire

Yellow submarine – The Beatles : les secrets de l’album (paroles, tablature)

Informations sur l’album Pays : Japon Support : EP Label : APPLE Numéro de série …

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !