Widgets Amazon.fr

Chris Frantz sur sa chanson préférée de John Lennon

Chris Frantz sur sa chanson préférée de John Lennon

Après s’être croisés à la Rhode Island School of Design au début des années 1970, David Byrne et Chris Frantz partageaient une vision, bien que nébuleuse. Ce qui était clair, cependant, était une aversion mutuelle pour la conformité ; ils étaient déterminés à ne ressembler à personne d’autre. Ainsi, en 1973, ils posèrent les fondations de ce qui finirait par éclore en Talking Heads, opérant initialement sous le nom d’Artistics.

L’élan créatif du groupe s’est intensifié depuis les modestes débuts d’un appartement new-yorkais, surtout lorsque le duo a accueilli la petite amie de l’époque de Frantz (maintenant sa femme) pour rejoindre en tant que bassiste. À mesure que les choses prenaient forme, le son initial de Talking Heads portait une ressemblance avec le mouvement punk naissant balayant le monde occidental, tout en l’infusant d’un flair distinctif, plus obliquement artistique.

Bien que Talking Heads ait opté pour un style punk haché, à l’instar de leurs collègues habitués du CBGB comme Ramones et Television, leurs influences variaient considérablement. Comme presque tous les musiciens pop depuis les années 1960, ils étaient en partie inspirés par la force imposante des Beatles. De nombreux actes punk prétendraient le contraire puisque le monde en avait assez de la domination des Beatles dans les années 1970, mais il était difficile de nier les bases posées par le quatuor de Liverpool.

En 2015, Frantz a discuté de sa chanson préférée du co-fondateur et compositeur des Beatles, John Lennon, dans une interview avec Uncut. Sélectionnant ‘Instant Karma’, un single de Plastic Ono Band de 1970, Frantz a noté la production non conventionnelle de la chanson et les paroles perspicaces de Lennon.

“Je me souviens distinctement de la première fois que je l’ai entendue, en traversant le Highland Park Bridge à Pittsburgh, et ce fantastique son lourd de batterie est arrivé à la radio,” se souvient Frantz. “Je l’ai monté et j’ai pensé, wow, c’est cool et j’ai été surpris d’entendre la voix de Lennon. J’étais un grand fan des Beatles, mais je suppose qu’à cette époque ils s’étaient séparés, et je m’intéressais plus à des trucs expérimentaux.”

Le batteur de Talking Heads admirait le matériel psychédélique et avant-gardiste des Beatles de la fin des années 1960, mais, comme beaucoup de jeunes, il avait quelque peu évolué. “Je ne cherchais certainement pas dans les projets solo des Beatles une source d’inspiration, mais cette piste a attiré mon attention,” a-t-il admis. “Je suis un amateur de la production, du rythme shuffle de la batterie, avec beaucoup de réverbération gated sur les micros, et cet écho sur la voix. Le message de la paroles – mettant l’accent sur une odyssée spirituelle personnelle – est merveilleux, mais l’attrait concerne plus la production, qui était, je suppose, tout le travail de Phil Spector. La chanson est si hautement rythmique et lourde.”

En effet, le producteur légendaire Phil Spector a produit l’enregistrement et l’a fait lors d’une session plutôt hâtive. Lennon a écrit la chanson un matin en s’asseyant au piano chez lui, et dans l’esprit du titre de la chanson, il a décidé de l’enregistrer le jour même. Il a appelé à l’avance pour réserver le Studio Deux aux EMI Studios, Abbey Road, pour une session commençant à 19h ce soir-là avec Spector à la production sur recommandation de George Harrison.

La boutique Beatles : goodies, gadgets, instruments de musique

George Harrison se souvient un jour : “John m’a appelé un matin en janvier et a dit, ‘J’ai écrit cette mélodie, et je vais l’enregistrer ce soir et la faire presser et sortir demain – c’est tout le point : ‘Instant Karma’, tu sais.’ Donc j’étais dedans. J’ai dit, ‘OK, je te verrai en ville.’ J’étais en ville avec Phil Spector, et j’ai dit à Phil, ‘Pourquoi ne viens-tu pas à la session ?’ Il n’y avait que quatre personnes : John jouait du piano, je jouais de la guitare acoustique, il y avait Klaus Voormann à la basse, et Alan White à la batterie. Nous avons enregistré la chanson et l’avons sortie cette semaine, mixée instantanément par Phil Spector.”

 

JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER

Envie de ne rien manquer des Beatles et de Yellow-Sub ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez nos actus, offres et information concours
JE M'ABONNE
Garantie sans SPAM ! Conformité RGPD.
close-link