Widgets Amazon.fr

Billy Preston

L’organiste, pianiste et chanteur américain Billy Preston, qui avait été collaborateur des Beatles et des Rolling Stones, est mort dans un hôpital de Scottsdale (Arizona), mardi 6 juin, après un coma de plus de six mois. Il était âgé de 59 ans. Billy Preston a participé au dernier concert des Beatles, donné sur le toit de l’immeuble Apple à Londres en 1969. C’est son piano électrique que l’on entend dans Get Back, dont le 45-tours était sorti avec la mention “The Beatles with Billy Preston”.
Né le 9 septembre 1946 à Houston (Texas), Billy Preston a grandi à Los Angeles. Enfant prodige, il accompagne la reine du gospel, Mahalia Jackson, et tient en 1958 le rôle du compositeur W. C. Handy enfant dans le film St. Louis Blues d’Allen Reisner.
Comme nombre de musiciens de sa génération, il quitte le gospel pour la musique profane, en compagnie d’un prédicateur passé au rock’n’roll, Little Richard. Il joue derrière le créateur de Tutti Frutti lors de sa tournée anglaise de 1962 et fait la connaissance du groupe qui assure la première partie, les Beatles. Billy Preston accompagne ensuite celui des chanteurs de rhythm’n’blues qui a le plus conservé l’empreinte de la musique sacrée, Sam Cooke. A la mort de celui-ci, en 1965, il rejoint l’orchestre de Ray Charles tout en enregistrant des albums instrumentaux aux titres distingués, The Wildest Organ in Town et The Most Exciting Organ Ever. A la fin des années 1960, George Harrison, le guitariste des Beatles, l’invite à enregistrer sur le label du groupe, Apple. Cette collaboration produira deux albums et un succès, That’s the Way God Planned It (on le voit chanter ce titre et emballer le public du Madison Square Garden sur le DVD enregistré lors du concert pour le Bangladesh organisé par George Harrison en 1971). Parallèlement, Preston participe aux sessions qui donneront les trois derniers albums des Beatles : The Beatles, Abbey Road et Let It Be.
Lors de l’enregistrement de ce dernier disque, sa présence joviale permet d’atténuer les tensions qui sont en train de détruire les Beatles, “comme si on s’efforçait de bien se tenir devant un invité”, a dit Harrison. Après la dissolution du groupe, Billy Preston continue de collaborer avec George Harrison et Ringo Starr tout en multipliant les interventions sur des albums majeurs de l’époque : Young Gifted and Black d’Aretha Franklin, qu’il accompagne également sur scène, Sticky Fingers et Exile on Main Street des Rolling Stones ou There’s a Riot Going On de Sly Stone.
Il enregistre également en solo et connaît le succès avec les 45-tours Nothing for Nothing et Will It Go Round In Circles au début des années 1970. Il joue sur l’album Blood on the Tracks de Bob Dylan en 1975 et il écrit pour Joe Cocker l’un de ses plus grands succès, You Are So Beautiful.
Sujet à une addiction à la cocaïne et à l’alcool, Billy Preston connaît des ennuis avec la justice dans les années 1980 et tente à plusieurs reprises de se désintoxiquer. A partir de 2000, il est à nouveau très demandé en studio. On peut l’entendre sur des albums des Red Hot Chili Peppers (Red Hot Arcadium), d’Eric Clapton (Me and Mr. Johnson) et de Neil Diamond (12 Songs).
Thomas Sotinel

Lire  Paul McCartney adore être amoureux

Source : LE MONDE

JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER

Envie de ne rien manquer des Beatles et de Yellow-Sub ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez nos actus, offres et information concours
JE M'ABONNE
Garantie sans SPAM ! Conformité RGPD.
close-link

Découvrez la boutique de Yellow-Sub

Envie de vous faire plaisir ? Simple curiosité ? Découvrez notre boutique et faites le plein de bonnes affaires !
SE FAIRE PLAISIR
close-link
Click Me