Widgets Amazon.fr

Ringo Starr : des nouvelles ENFIN !

Il regarde, fasciné, ce grand homme mauve sur la scène du Sporting, à Monaco. Mario, le héros de Star Academy, qui se dit « très rock n’roll », prend une leçon avec Ringo Starr. Celui-ci a beau avoir été la dernière roue du carrosse Beatles, moins flamboyant que John, Paul, et Georges, quel allant, quel métier !

Quelle émotion de l’entendre chanter Photograph, Yellow Submarine, I Wanna be your man, et With a little help from my friends. Les serviettes du Bal de la Rose tournent en bouquet. Ursula Andress, Karl Lagerfeld, et les autres revisiteraient bien d’autres tubes mythiques de la bande des quatre.

Ringo nous l’a juré. Il prépare un album pour l’an prochain, tandis que Mario continue son rêve télévisuel avec un premier single, déjà dans les meilleures ventes. On se ressemble (1), de Calogero et Lionel Florence, deux talents de la galaxie Obispo : « L’album arrive, et la tournée Star Academy, qui passe par Nice et la Corse ».

Ringo voudrait qu’on parle surtout de ses fils, au sein d’un orchestre survitaminé. Zak, et Jason Starkey. L’un à la batterie, l’instrument de papa, l’autre aux percussions. Ringo (son surnom, à cause de ses nombreuses bagues) est né Richard Starkey, voici 61 ans. Sa fille, Lee est là, aussi. Venue de Londres rien que pour l’applaudir en chanteur enchanteur.

Lire  Les lunettes de John Lennon mises aux enchères sur Internet

Ce clown éternel donne aussi dans l’émotion : « Depuis que George est parti, après John, nous avons l’impression, avec Paul, d’être les derniers des dix petits nègres » (2).

Sacré destin. Venu du quartier le plus sinistre, le plus pauvre de Liverpool, abandonné à 3 ans sans argent par son père, les Beatles lui ont apporté la fortune. Il habite Monaco, un appartement bord de mer, vit surtout dans l’avion.

Mario connaissait les Beatles. Pas l’icône Marianne Faithfull, malgré son album, Kissin’ Time, qui conquiert toutes les générations. On comprend. Il a 25 ans. Elle en a 55, se faisait rare. Elle chante trois chansons, avec son guitariste. Trop intimiste pour une salle, qui laisse filer les paroles anglaises assez X de la première, et le « Delon salaud » de la deuxième.

Elle accroche plus avec la nostalgie de As tears go by. Mario nous l’accorde : « Elle est bonne, enfin, bonne chanteuse ». La princesse Caroline a, une fois de plus, fait le bon choix. Le spectacle qu’a imaginé François Marcadé, avec la bonne fée Françoise Dumas, est pop à souhait. Ringo Starr, qui a refusé de chanter au final des JO de Salt Lake City, n’a accepté que pour la princesse.

Lire  1 des Beatles, l'album de tous les succès

A-t-il touché un cachet ? « On l’a dédommagé de ses frais », nous répond-on. La soirée est donnée au profit de la Fondation Princesse-Grace. Il y a eu débat sur Mario. Était -il opportun de l’inviter à ce bal prestigieux ? La petite fille qui se faufile à la table, pour un autographe, suivie d’autres femmes, donne la réponse. Massimo Gargia, mister jet set, venu avec Lady, et Lord Baccardi, lui parle en aparté. Mario est tendance.

Quand on voit combien les boy’s band sont devenus race en voie d’extinction, on ne peut s’empêcher de penser à l’avenir. Mario, le beau sicilien, chantera-t-il au Bal de la Rose, quarante ans après ses débuts, comme Ringo ?

JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER

Envie de ne rien manquer des Beatles et de Yellow-Sub ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez nos actus, offres et information concours
JE M'ABONNE
Garantie sans SPAM ! Conformité RGPD.
close-link

Découvrez la boutique de Yellow-Sub

Envie de vous faire plaisir ? Simple curiosité ? Découvrez notre boutique et faites le plein de bonnes affaires !
SE FAIRE PLAISIR
close-link
Click Me