Widgets Amazon.fr

Graham Nash sur le morceau Please Please Me des Beatles

Graham Nash sur le morceau Please Please Me des Beatles

“C’était un disque à succès évident. Tout le monde le savait.”

” Comment ne pas être touché par leur énergie et leurs capacités d’écriture de chansons ? “, demande Graham Nash à propos des Beatles et, plus précisément, de leur premier album, Please Please Me.

Dans le prochain livre de Jeff Gold, 101 Essential Rock Records : The Golden Age Of Vinyl, From The Beatles To The Sex Pistols, Graham, qui a été intronisé deux fois au Rock And Roll Hall of Fame (pour The Hollies et Crosby, Stills & Nash), se souvient avoir écouté le premier album complet des Fab Four, qui, selon lui, “était incroyable à écouter – nouveau, fantastiquement énergique”.

Nash écrit sur Please Please Me ainsi que sur Blue de Joni Mitchell dans 101 Essential Rock Records, et il est rejoint par ses collègues essayistes musiciens Devendra Banhart, David Bowie, Peter Buck, Nels Cline (Wilco), Robyn Hitchcock, Johnny Marr et Suzanne Vega, qui partagent tous leurs pensées sur certains de leurs disques préférés.

101 disques essentiels du rock : The Golden Age Of Vinyl, From The Beatles To The Sex Pistols (Gingko Press) sera disponible en version reliée aux États-Unis le 30 novembre. (Vous pouvez le précommander ici.) Le livre sera publié au Royaume-Uni et en Europe le 6 décembre et en Australie le 16 décembre.

Voici l’essai de Graham Nash sur Please Please Me, reproduit avec l’autorisation de Gingko Press.

J’ai commencé à acheter des disques en 1956. Le premier que j’ai acheté était “Be-Bop-A-Lula” de Gene Vincent ; il était sur un disque 78 tours et j’ai eu le cœur brisé en m’asseyant dessus et en le cassant en morceaux. Je l’ai acheté chez un disquaire de Regent Road à Salford, près de Manchester, où je vivais.

Un dimanche soir, une émission de radio était diffusée depuis le Luxembourg en Europe ; elle était faible mais écoutable. Ma famille venait d’acquérir une radio et j’avais l’habitude de l’entendre à travers le montant de mon lit, alors que j’étais censé dormir et me préparer à aller à l’école le lendemain. J’étais rivé à ce nouveau son et je m’extasiais sur cette nouvelle musique à l’école avec mon ami Freddy Marsden qui en savait plus que moi sur le rock and roll.

Lire  Paul McCartney : il y en aura (presque) pour tout le monde

J’ai entendu pour la première fois le premier single des Beatles, “Please Please Me”, sur un acétate dans les bureaux de Dick James, un éditeur de leur musique. C’était un disque à succès évident. Tout le monde le connaissait. Tout le monde.

“Tout le monde, et certainement toutes les filles, savait que les Beatles allaient avoir un succès fou”, écrit Graham Nash.

J’ai rencontré les Beatles pour la première fois en novembre 1959 lors d’un concours de talents au Ardwick Empire Theater à Manchester. J’aimerais avoir une copie de ce spectacle. On y retrouvait Allan Clarke et moi, qui avons plus tard formé les Hollies, un certain Freddy Garrity, qui a formé Freddy and the Dreamers, un certain Ron Wycherley, qui est devenu Billy Fury, et un groupe de Liverpool, Johnny and the Moondogs, qui est bien sûr devenu plus tard les Beatles. À ce moment-là, Allan et moi n’avions pas encore créé les Hollies ; nous n’avons commencé qu’en 1962.

Tout le monde, et certainement toutes les filles, savait que les Beatles allaient avoir un succès fou. Lorsque je travaillais dans un café-bar appelé les 2 Jays (qui s’appellera plus tard l’Oasis), toutes les filles les voulaient. Ils passaient la porte et c’était fini ; ils ressemblaient tous à James Dean en cuir noir.

Un soir, les Hollies jouaient au club Twisted Wheel et les Beatles à l’Oasis. Après le spectacle, nous sommes tous allés dans un club “after hours” où l’on servait de l’alcool ; très discret à l’époque, surtout pour les adolescents. Les gars allaient à Londres pour enregistrer leur premier album et John avait oublié les paroles d’Anna d’Arthur Alexander, alors je lui ai montré les paroles.

C’était la première fois que je voyais quelqu’un manger une fleur. Le bassiste des Big Three, Johnny Gustafson, qui a fait la première partie des Beatles (je crois) était un peu ivre et à un moment donné, je me souviens qu’il a mangé une grosse rose et une cigarette.

Lire  Quel sort sera réservé à un lieu de la Beatlemania ?

L’album des Beatles “Please Please Me” était incroyable à écouter – nouveau, fantastiquement énergique. Comme pour les Beatles, le premier album des Hollies était aussi un enregistrement de notre “set”. On a fait deux fois le set de 30 minutes et on a fait le disque à partir de ça. Jusqu’à ce moment-là, les disques à longue durée de vie étaient essentiellement une série de singles sortis pour capitaliser sur le succès des “singles”. Mais John a réalisé qu’ils pouvaient en fait être une collection de musique qui faisait une déclaration, et après “Please Please Me”, c’est ce qu’ils ont fait. Bien sûr, cela a affecté tous les groupes ; les Beatles ont ouvert la porte et nous l’avons tous franchie.

Je me souviens d’un concert au Kings Hall, à Stoke-on-Trent, dans le nord de l’Angleterre. Ils venaient tout juste d’écrire “Misery” pour une chanteuse britannique appelée Helen Shapiro (avec qui j’ai dîné plus tard) et les Hollies faisaient la première partie des Beatles. Juste avant le soundcheck, John et Paul ont chanté leur nouvelle chanson pour moi, une voix dans chaque oreille, un vrai moment musical pour moi.

Comment ne pas être touché par leur énergie et leur capacité à écrire des chansons. Eux, et Bob Dylan, nous ont montré comment créer de la musique qui signifiait autre chose que des paroles de “moon, june”, et c’est lorsque j’ai écrit des chansons plus profondes que les Hollies ont été désenchantés par moi et que ce fut le début de la fin. J’avais écrit “King Midas in Reverse” et bien qu’elle ait été un succès critique, elle n’a pas réussi à nous faire entrer dans le top 10. Ils ne me faisaient plus confiance et cela a précipité mon départ.

On vous conseille de lire aussi....

JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER

Envie de ne rien manquer des Beatles et de Yellow-Sub ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez nos actus, offres et information concours
JE M'ABONNE
Garantie sans SPAM ! Conformité RGPD.
close-link