Widgets Amazon.fr

Liam Gallagher désigné comme le meilleur album solo post-Beatles

Depuis la chute des années 1960 et la fin des Beatles, très peu de groupes ont réussi à atteindre, du jour au lendemain, la même sensation d'hystérie sonore que les Fab Four. Si la Beatlemania reste un exploit d'une telle hauteur qu'il ne sera probablement jamais égalé, le boom de la Britpop dont Oasis a été le fer de lance est une autre courbe en cloche notable dans le tableau ondulant de l'histoire de la musique.

Depuis la chute des années 1960 et la fin des Beatles, très peu de groupes ont réussi à atteindre, du jour au lendemain, la même sensation d’hystérie sonore que les Fab Four. Si la Beatlemania reste un exploit d’une telle hauteur qu’il ne sera probablement jamais égalé, le boom de la Britpop dont Oasis a été le fer de lance est une autre courbe en cloche notable dans le tableau ondulant de l’histoire de la musique.

Le groupe Oasis est animé par une philosophie proche de celle des Beatles, qui repose sur l’amour du groupe liverpudlien. En fait, Liam Gallagher est un tel fan qu’il a même appelé son fils Lennon en l’honneur de son héros. De plus, il a même eu le privilège de rencontrer Paul McCartney à quelques occasions mémorables.

Comme il l’a confié au NME en 2017 : “Je l’ai rencontré quelques fois, il a été absolument un rêve. La dernière fois, c’était au Royal Albert Hall. Il m’a dit : ‘Pourquoi es-tu toujours pressé ? Assieds-toi, assieds-toi’. Je m’assois et il me demande : “Vous aimez les margaritas ?”. J’ai dit : “Oui, mais j’ai pris quelque chose avant de sortir, je ne mange pas à cette heure de la nuit”. Il a dit, ‘C’est des putains de boissons, espèce de connard’. Je pensais qu’il m’offrait une pizza.”

Lire  Paul McCartney - Back In The World - Concert de Moscou : le Billet de concert

Cependant, lorsqu’il a discuté de ses disques préférés avec The Quietus, le frontman a choisi de défendre l’effort solo de George Harrison comme l’un de ses préférés. Le légendaire triple album All Things Must Pass a été décrit comme ayant la “grandeur d’une musique liturgique” par le réalisateur Martin Scorsese, et Liam Gallagher a suivi dans les éloges. “C’est le meilleur album post-Beatles”, a-t-il déclaré à The Quietus. “On l’aime tous et tout, mais c’est celui qui sonnait le mieux, putain. Il y a des airs qui me font pleurer.”

Son ancien camarade de groupe de Beady Eye, Andy Bell, a ensuite ajouté : “Tout ce qui est dessus a une sensation chaleureuse de Wall-Of-Sound parce que Phil Spector l’a produit et il y a des chansons incroyables comme ‘Wah-Wah’, ‘Isn’t It A Pity’ et ‘My Sweet Lord’. Je peux m’identifier à George Harrison mais je ne vais pas faire un triple album.” La longueur litigieuse de l’album est également quelque chose que Gallagher semble appliquer comme un astérisque à ses louanges, ajoutant : “Les triples albums, c’est trop. Ils sont stupides, n’est-ce pas ? Même les doubles albums sont de trop.”

Gallagher a même repris le single phare de l’album, ” My Sweet Lord “, à plusieurs reprises, notamment avec Beady Eye au Royal Albert Hall en hommage au batteur des Charlatans, Jon Brookes, décédé quelques mois auparavant d’une tumeur au cerveau. L’interprétation est restée fidèle à la signification du morceau que George Harrison a exposé dans The Material World lorsqu’il a remarqué : “D’abord, c’est simple. Le truc avec un mantra, vous voyez… les mantras sont, eh bien, ils appellent ça une vibration sonore mystique enfermée dans une syllabe. Il a ce pouvoir en lui. C’est juste hypnotique.”

Lire  Ringo Starr et Paul McCartney : une collaboration artistique !

Tout n’a pas été simple pour Gallagher quand il s’agit de son amour pour Harrison, non plus. En 1996, Liam Gallagher n’a pas pu cacher sa douleur après que Harrison l’ait méchamment critiqué en disant à propos d’Oasis : “La musique manque de profondeur et le chanteur Liam est une douleur, le reste du groupe n’a pas besoin de lui.” Le plus jeune frère Gallagher a alors riposté à son héros et a déclaré à MTV Europe : “J’aime toujours les Beatles et j’aime toujours George Harrison en tant qu’auteur-compositeur des Beatles, mais en tant que personne, je pense que c’est un putain de téton. Et si je le rencontre un jour, je le lui dirai. Et si tu regardes, téton.”

Tous les tétons mis à part, le frontman fanfaron a clairement un amour durable pour les Beatles, et son soutien à All Things Must Pass est loin d’être un pouce levé désinvolte de la part de “l’homme turbulent”.

JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER

Envie de ne rien manquer des Beatles et de Yellow-Sub ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez nos actus, offres et information concours
JE M'ABONNE
Garantie sans SPAM ! Conformité RGPD.
close-link

Découvrez la boutique de Yellow-Sub

Envie de vous faire plaisir ? Simple curiosité ? Découvrez notre boutique et faites le plein de bonnes affaires !
SE FAIRE PLAISIR
close-link
Click Me