Widgets Amazon.fr

La magie digitale offre enfin aux Beatles leur cure de jouvence

{Chaque jour, depuis quarante ans, plusieurs dizaines de personnes accomplissent le rituel. Emprunter le passage piéton d’Abbey Road, dans le chic quartier de St. John’s Wood, à Londres, à quelques mètres du numéro 3 de la rue devenue la plus célèbre de l’histoire du rock grâce à la pochette du disque du même nom, paru le 26 septembre 1969, avec les Beatles sur ledit passage. Abbey Road figure, avec treize autres albums des Beatles, au programme des rééditions CD – dont la parution mondiale est prévue le 9 septembre – de l’intégralité des enregistrements en studio du groupe.}
Les Beatles en CD, c’est depuis 1987 la question qui fâche les amateurs du monde entier. Car le transfert du disque vinyle aux premiers âges du CD n’aura pas été, de l’aveu même des intéressés et leurs représentants, à la hauteur de ce que l’on attendait du catalogue des quatre de Liverpool – George Harrison (1943-2001), guitare et chant, John Lennon (1940-1980), guitare et chant, Paul McCartney, basse et chant, Ringo Starr, batterie et chant.
“The Beatles remastered” sera donc l’événement Beatles de l’année 2009. “The Beatles are back”, les Beatles sont de retour, affiche à sa “une” du samedi 5 septembre le quotidien britannique The Times, après les grosses opérations Anthology à partir de 1997 (archives en CD, cassettes vidéo puis DVD et livre), Let It Be… naked en 2003 (l’album Let It Be sans les interventions du producteur Phil Spector) ou Love en 2006 (le spectacle du Cirque du soleil et sa bande-son en 5.1). En juin et début juillet, aux studios Abbey Road, inaugurés en novembre 1931 et propriété de la major du disque EMI, les journalistes du monde entier étaient donc conviés à découvrir à quoi ressemblaient ces “nouveaux” Beatles.
Paul Bromby, responsable du marketing chez EMI, accueille, le 15 juin, le contingent français : une vingtaine de représentants de la presse écrite et de la radio. Le parcours est bien balisé. On passe devant du matériel d’enregistrement historique, des photographies de célébrités de la musique classique ou de la pop ayant enregistré ici. Puis c’est le studio 3. Le plus petit et l’un des trois d’Abbey Road où les Beatles ont enregistré, entre 1962 et 1970, la quasi-totalité de leurs morceaux.
Forcément, cela impressionne. Mais M. Bromby présente d’abord les animations et fonctionnalités du nouveau jeu vidéo Rock Band, estampillé Beatles, opération parallèle de grande envergure. Puis direction la control room du studio 3, où le dernier cri de l’informatique musicale entoure la table de mixage 96-pistes – les Beatles, eux, s’étaient arrêtés au 8-pistes. Allan Rouse, coordinateur du projet, prend la parole entre des écoutes de morceaux choisis des Beatles. Il faut oublier que sur ce matériel de haute technologie le résultat est forcément flatteur, mais l’on entend un pas de géant.
“Il ne s’agit pas d’un remixage mais d’un remastering”, précise Allan Rouse – à l’évidence un peu lassé de redire la même chose depuis des jours. Soit une amélioration du son à partir des bandes masters qui ont servi au moment de la gravure des disques vinyles originaux. Si le travail de Rouse et de six ingénieurs du son a commencé en 2005, “c’est durant l’année 2008 et le début 2009 que l’essentiel des interventions sur le son a été réalisé”. Avec de longues séances d’écoute pour identifier, seconde par seconde, ce qui pouvait être amélioré – dynamique, chaleur du son… – être corrigé – équilibrage de vitesse par exemple – voire enlevé – les dropouts, ce moment où lors de l’enregistrement sur bande magnétique une perte de signal abaisse durant quelques micro-secondes le volume.
Une fois tout repéré “il a fallu environ deux semaines de remastering par album, quand la plupart du temps cela prend un jour, deux au maximum”. Avec des décisions radicales : “Pas de suppression, en dehors de quelques minutes en tout sur l’ensemble des chansons, du souffle capté par les micros lors des enregistrements, car cela revient à couper des fréquences et donc de la musique ; nous l’avons légèrement abaissé. Pas d’augmentation de la dynamique de plusieurs décibels, pour approcher des normes sonores des musiques actuelles faites pour que les fichiers compressés en MP3 sonnent bien.”
Plus long, plus délicat, plus subtil, plus cher – mais sur le coût de production, comme sur les quantités de CD pressés, on ne saura rien – pour être au plus près de “la réalité de ce qui a été capté à l’origine” et combler l’attente de dizaines, voire de centaines de milliers d’acheteurs potentiels. Les Beatles survivants ou George Martin, leur producteur, le “cinquième Beatles”, né en 1926, ont-ils participé à cette remasterisation ? Non. Le résultat a-t-il eu leur aval ? “Aucun de nous ne serait là si les Beatles et leurs représentants n’avaient pas donné leur accord à ce projet. Nous avons envoyé l’ensemble, tel qu’il figure sur les CD, à Paul, Ringo, Yoko (Ono, veuve de Lennon) et Olivia (veuve d’Harrison). Nous n’avons pas eu de réactions. S’il y avait eu un problème, nous l’aurions su très vite.”
L’organisation Beatles, à savoir Apple Corps Ltd, qui gère les affaires depuis 1968, ne se lançant pas à l’aveugle dans ce genre de projet, la parution en albums séparés et en coffrets (stéréo et mono) s’annonce déjà comme un succès au vu des précommandes sur les sites Internet et en magasin. Amazon Etats-Unis annonce même que les 10 000 exemplaires du coffret mono prévus pour le marché américain sont tous précommandés et qu’Apple Corps et EMI ont remis en route sa fabrication.
Reste que cette édition CD semble arriver un peu tard, alors que le support est en crise. Les Beatles auraient pu décider d’une édition en Blu-ray (comme Neil Young sur son catalogue récemment) ou de leur présence sur les plate-formes légales de téléchargement. Allan Rouse précise que l’ensemble du catalogue est numérisé aux normes technologiques les plus récentes et que lorsque la décision sera prise, les studios Abbey Road pourront fournir rapidement la matière musicale. Selon certaines sources, l’opération “Digital Beatles” serait prévue dans quelques mois.

Lire  Beatles : adjugé ! vendu !

{Source : Le Monde / Sylvain Siclier}

JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER

Envie de ne rien manquer des Beatles et de Yellow-Sub ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez nos actus, offres et information concours
JE M'ABONNE
Garantie sans SPAM ! Conformité RGPD.
close-link

Découvrez la boutique de Yellow-Sub

Envie de vous faire plaisir ? Simple curiosité ? Découvrez notre boutique et faites le plein de bonnes affaires !
SE FAIRE PLAISIR
close-link
Click Me