Widgets Amazon.fr

Sean Lennon ou la pop cabossée

Le fils de John Lennon et de Yoko Ono vient de sortir son deuxième album, «Friendly Fire». Il est une des têtes d’affiche du Festival des Inrocks, qui commence ce soir à Paris.

«Je ne voulais simplement pas sortir d’album. Je n’ai pas forcément besoin d’en sortir, voilà.» Sean Lennon a laissé passer huit ans depuis Into the Sun, premier album qui révélait une vraie personnalité d’artiste (nos éditions du 5 juin 1998). On le voyait de loin en loin en guest star dans un album underground, mais rien d’autre. Voici enfin Friendly Fire (paru en octobre chez Capitol-EMI), album de dix chansons et dix petits films. «C’est grotesque de le dire mais ? hum ? je suis un artiste multimédia.»

On a souvent dit de Sean Lennon qu’il ressemble à ses deux parents : l’oeil myope et volontiers rêveur de son père John Lennon, les courtes phrases tranchantes de sa mère Yoko Ono. Et, à 31 ans, il assume depuis belle lurette le poids colossal de l’héritage. Alors, il explique tranquillement les contours d’un album que l’on peut regarder sur écran comme écouter sur une chaîne : «J’ai grandi à la maison avec ma mère et des amis qui sont tous des artistes, comme Keith Haring. J’ai été exposé depuis mon plus jeune âge à différents moyens d’expression. Maman est aussi une artiste multimédia. Quand on est gosse, on veut être comme ses parents et j’ai été élevé dans l’idée de m’exprimer de plusieurs manières différentes. J’ai appris en même temps à parler, à dessiner et à jouer de la musique.»

Lire  Paul McCartney : il inspire JAKE SHEARS

Des films plutôt que des clips

Voilà pour le contexte, la lignée, le gossip. Pour le reste, sa musique est une pop assez racée, avec des élans très jetés, fébriles, vertigineux. Une pop un peu cabossée, amochée, tavelée. Les films qui accompagnent toutes les chansons ont l’ambition de ne guère ressembler à des clips. «Je ne voulais pas utiliser le budget vidéo à réaliser une publicité pour mon album. Puisque ma musique n’est pas vraiment commerciale, puisqu’elle est plus arty, je voulais que les images aient une personnalité du même genre que l’album. Et ça n’aurait guère fait sens que je chante avec ma guitare en regardant la caméra avec le vent dans mes cheveux.»

Au contraire, entre quelques vedettes chics (comme Carrie Fisher ou Asia Argento : «J’ai de la chance d’avoir des acteurs de talent parmi mes amis»), on voit çà et là un groupe de rock à la dégaine caricaturale. On les prendrait volontiers pour une satire des années 1980, si Sean Lennon n’était prêt à réhabiliter toute l’époque : «On dit que les années 1980 ont été de mauvais goût, mais si on regarde ce qui se passe aujourd’hui, on n’a jamais été aussi loin dans le mauvais goût. Dans les années 1980, il y avait Talking Heads, Andy Warhol, David Byrne, Peter Gabriel… Les choses étaient décadentes, mais avec des exigences plus hautes. Devo a fait des tubes et, si on compare à ce qu’on entend à la radio aujourd’hui, Devo c’est de l’art conceptuel.»

Lire  PaulMcCartney.com : nerf de la guerre ?

Le jeune homme parle volontiers de décadence : «L’autre jour, j’étais dans le hall du Ritz et je me disais que cet endroit est magnifique, quand ils se sont mis à passer de la techno affreuse ? la civilisation d’écroule.» Francophone (les pensionnats en Suisse), il voit toujours dans la France un des «derniers piliers de la civilisation dans les sociétés occidentales». Il place très haut dans son panthéon René Laloux, le réalisateur français du dessin animé La Planète sauvage : «Je l’ai vu très jeune et ça m’a vraiment influencé. L’élégance des dessins et leur côté fait à la maison, ça a toujours été pour moi l’archétype de ce que doit être un artiste : faire quelque chose d’un peu cabossé, un peu triste, mais très élégant. Oui, Laloux est le modèle de ce que j’essaie de faire.»

Festival des Inrocks : Étienne Daho, Jarvis Cocker, Sean Lennon, Guillemots, The Pipettes, Arman Méliès, Babyshambles, TV On The Radio, The Kooks, The Spinto Band, etc. Et à Bordeaux, Lille, Nantes et Strasbourg jusqu’au 14

Source : Bertrand Dicale.

JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER

Envie de ne rien manquer des Beatles et de Yellow-Sub ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez nos actus, offres et information concours
JE M'ABONNE
Garantie sans SPAM ! Conformité RGPD.
close-link

Découvrez la boutique de Yellow-Sub

Envie de vous faire plaisir ? Simple curiosité ? Découvrez notre boutique et faites le plein de bonnes affaires !
SE FAIRE PLAISIR
close-link
Click Me