Widgets Amazon.fr

Ces chansons des Beatles que John Lennon détestait

Après son départ du groupe en 1970, l’auteur d’Imagine ne s’est plus privé de donner son avis, souvent désapprobateur, sur les tubes qui l’ont propulsé vers la célébrité.

Par Léa Mabilon
Publié le 06/12/2020 à 06:00, mis à jour le 06/12/2020 à 11:33
Le 8 décembre 1980, John Lennon était assassiné en pleine rue par l’un de ses fans, Mark David Chapman.
Le 8 décembre 1980, John Lennon était assassiné en pleine rue par l’un de ses fans, Mark David Chapman. DPA / ABACA
Il y a 50 ans, la séparation des Beatles faisait la une de tous les tabloïds. Après 13 albums studio, de 1962 à 1970, les quatre garçons de Liverpool – Paul McCartney, George Harrison, Ringo Starr et John Lennon – prenaient la route en solo, laissant derrière eux un héritage musical incomparable. Maestro derrière des chefs-d’œuvre tels que A Day In The Life, I Am the Walrus, ou Help!, John Lennon aura participé à la composition de près de 100 chansons du répertoire des Beatles. Pourtant, l’enfant prodige en regrette beaucoup…

À LIRE AUSSI :John Lennon, l’imagination au pouvoir

Run for Your Life
En décembre 1970, Jann Wenner, fondateur et éditeur du magazine Rolling Stone, obtient une interview de l’ex-membre des Fab Four alors qu’il prépare son premier album solo, Plastic Ono Band. Cet entretien s’impose désormais comme référence, tant John Lennon s’y laisse aller à la confidence. Se confiant sur les Beatles, il dira notamment : « Je n’ai jamais aimé «Run for Your Life» car c’est une chanson que j’ai bâclée. » À ce titre, il ajoute également que cette chanson était largement (trop?) inspirée de Baby Let’s Play House du King Elvis Presley.

Lucy In The Sky With Diamonds
Difficile de croire que ce titre incontournable figure parmi les plus détestés par John Lennon. Sur l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band , plusieurs chansons déplaisent à l’artiste. Il faut dire que l’élaboration de ce disque a été l’occasion de nombreux conflits entre lui et Paul McCartney. Sur le morceau How Do You Sleep, issu de son album solo Imagine, Lennon apostrophe d’ailleurs ce dernier. «Alors, Sgt. Pepper t’a pris par surprise (…) Ces ragots qui disaient que tu étais mort étaient vrais», harangue-t-il. Ce qui explique sûrement pourquoi Lennon se moquera de Lucy In The Sky With Diamonds lors d’une interview au magazine Playboy en 1980 : « Je l’ai entendue hier soir… C’est épouvantable, non ? »

Lire  George Harrison : nouvel album

It’s Only Love
Si l’auteur d’Imagine paraît vieux bougon lorsqu’il évoque son frère ennemi McCartney, il n’en reste pas moins critique avec ses propres productions. It’s Only Love, émanant de l’album Help! sorti en 1965, fait partie des titres qu’il aurait préféré n’avoir jamais composé. En 1972, il avouera au magazine Hit Parader, « c’est la chanson que je déteste vraiment. Les paroles sont épouvantables.» Dans le doute qu’on ne l’ait pas pris au sérieux, il réitérera ses propos à Playboy en 1980 : « J’ai toujours pensé que c’était une chanson moche, c’est tout.»

When I’m Sixty-Four
À l’album décrié Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, s’ajoute When I’m sixty-four, morceau au style music-hall écrit par Paul McCartney lorsqu’il avait seize ans. Propre à la naïveté de l’âge, ce titre raconte l’histoire d’un jeune garçon souhaitant vieillir auprès de sa bien-aimée. Lennon y voyait là «de la musique de grand-mère». Alors, lorsqu’un journaliste lui demanda s’il était l’auteur de celle-ci, il rétorqua aussi vite : « C’est Paul, certainement ! Je ne rêverai jamais d’écrire une chanson comme ça… ».

Let it Be
Apparue sur leur deuxième album éponyme, Let it be est de celle dont le succès immédiat a participé à la consécration du groupe de Liverpool. Pourtant, là encore, son membre fondateur y porte une critique acérée. Dans son ouvrage All We Saying : The Last Major Interview with John Lennon and Yoko Ono, le journaliste David Sheff rapporte qu’à l’évocation de ce titre emblématique écrit par McCartney (encore), John Lennon aurait répondu : « C’est Paul, que veux-tu ? Cela n’a rien à voir avec les Beatles… Je ne sais pas à quoi il pensait quand il l’a écrit. »

Good Morning, Good Morning
Des publicités télévisées pour Kellogs et une sitcom du nom de Meet the Life serviront de base à la chanson Good Morning, Good Morning. Les paroles, écrites par John Lennon, traitent de son état indolent, conséquence d’une prise de drogue trop régulière et d’un mariage raté. Selon L’Intégrale Beatles : les secrets de toutes leurs chansons, rédigé par Steve Turner, Cynthia Lennon aurait expliqué qu’« à cette époque, quand il était à la maison, il passait ses journées au lit avec un bloc-notes. » Finalement, lui-même avouera plus tard : « C’est une poubelle, je l’ai toujours pensé. »

Lire  Paul McCartney : il se produit ce soir à Des Moines, IA ( #oneonone #paulmccartney)

Birthday
Enregistré en 1968 à Abbey Road, Birthday ouvre la seconde moitié du double album The Beatles, surnommé « L’album Blanc ». Si résident dans ce disque des chefs-d’œuvre du genre, tels que While my guitar gently weeps, composée par George Harrison, ou encore Happiness Is a Warm Gun de Lennon, ce dernier était en profond désaccord avec « Birhtday », ébauchée par Paul McCartney. «Je pense que Paul voulait une chanson comme «Happy Birthday Baby», le vieux tube des années 50 (…) C’était à jeter », a-t-il déclaré à Playboy.

Hello, Goodbye
McCartney disait d’elle qu’elle faisait état du monde, de la dualité profonde de l’univers, des inégalités entre les populations pauvres et riches, entre les hommes et les femmes. A contrario, John Lennon l’a toujours trouvé « loufoque ». Toujours au magazine Playboy, celui-ci qualifiera Hello, Goodbye de l’album Magical Mystery Tour (1967) comme « trois minutes de contradictions et de juxtapositions dénuées de sens. »

Across the Universe
Sorti à l’origine sur No One’s Gonna Change Our World en 1969, disque caritatif du World Wildlife Fund, ce morceau a finalement pris place sur Let It Be, paru le 8 mai 1970. Écrites par Lennon en 1967, les paroles de Across The Universe auraient jailli après une dispute avec Cynthia Lennon. Si l’auteur-compositeur a longtemps adoré l’écriture, il regrette néanmoins les arrangements effectués par le groupe. « C’était une mauvaise piste d’une grande chanson, et j’en ai été très déçu. »

JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER

Envie de ne rien manquer des Beatles et de Yellow-Sub ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez nos actus, offres et information concours
JE M'ABONNE
Garantie sans SPAM ! Conformité RGPD.
close-link

Découvrez la boutique de Yellow-Sub

Envie de vous faire plaisir ? Simple curiosité ? Découvrez notre boutique et faites le plein de bonnes affaires !
SE FAIRE PLAISIR
close-link
Click Me