Strawberry Fields Forever

5 Septembre 1966. Une petite semaine après le dernier concert des Beatles au Clandestick Park de San Francisco, John quitte ses amis pour rejoindre Dick Lester (réalisateur) sur le tournage de « How i won the war » (comment j’ai gagné la guerre), film anti-militariste.

En soit, il s’agit d’un mini événement, car pour la première fois, un Beatle fait une escapade en ayant une activité bien à lui…autre que celle d’appartenir aux Beatles 24h/24.

John a donc choisit le film de Lester, qu’il connaissait déjà bien, pour s’évader un peu. Il y incarne le rôle du soldat Gripweed. Pour satisfaire à ce rôle, il a dû sacrifier sa célèbre coupe de cheveux « Beatles », de plus, il porte pour la première fois ses célèbres petites lunettes rondes…

Après être passé par Hanovre (pour les extérieurs), le tournage fait escale sous le soleil du sud de l’Espagne, à Almeria.

C’est dans la villa qu’il a loué, près de Santa Isabel, qu’il esquisse une première ébauche de « Strawberry Fields Forever »…

Comme nous l’avons évoqué précédemment, cette chanson est marquée du sceau Liverpudlien, placée sous le signe de la nostalgie, et des Souvenirs d’enfance.
Ce voyage en arrière effectué par John s’arrête à Strawberry Field (sans « s » à l’origine, mais John est passé par là…), qui n’est autre qu’un orphelinat de l’armée du salut, se situant à Woolton. Il s’agit en fait d’une immense maison de style victorien, pourvu d’un grand parc boisé. John venait souvent dans ce dernier accompagné de ses amis Pete Shotton et Ivan Vaughan, car il ne se trouvait qu’à quelques minutes de la maison de sa tante Mimi (situé sur Menlove Avenue).

Très vite, cette forêt est devenue pour lui un lieu fascinant dans lequel il pouvait être seul, se protéger du monde extérieur en laissant voguer son imagination…un refuge.

John parvint dans les paroles à exposer son désir de solitude, d’être à l’écart des personnes le cotoyant (ce qu’il avait déjà tenté dans « In My Life » et « Help ! »…) Il s’agit en fait de sa première chanson intimiste. Il exposa dans les premières ébauches :  » personne n’est sur ma longueur d’onde « , qu’il transforma par la suite en » personne, je pense, n’est sur mon arbre « . Image beaucoup plus obscure et subjective…

Car c’est bien là la particularité de  » Strawberry Fields Forever  » qui, partie de Souvenirs d’enfances, s’est transformé en une sorte de voyage intérieur… « une réflexion sur les états de la conscience « .

Il est a noter que c’est durant la période de gestation de la chanson que John rencontra pour la première fois une jeune artiste Japonaise : Yoko Ono, dans une galerie d’art Londonienne (9 Novembre 1966).

Informations sur la chanson

Informations sur la chanson

  • Crédits : Lennon / McCartney
  • Durée : 4:10
  • Producteur : George Martin
  • Ingénieur : Geoff Emerick, Phil McDonald, David Harries

Paroles et traduction

Paroles et traduction

Let me take you down, ’cause I’m going to Stawberry Fields
Nothing is real and nothing to get hung about
Straberry Fields foreverLiving is easy with eyes closed
Misunderstanding all you see
It’s getting hard to be someone but it all works out
It doesn’t matter much to me

Let me take you down, ’cause I’m going to Stawberry Fields
Nothing is real and nothing to get hung about
Straberry Fields forever

No One I think is in my tree
I mean it must be high or low
That is you can’t you know tune in but it’s all right
That is I think it’s not too bad

Let me take you down, ’cause I’m going to Stawberry Fields
Nothing is real and nothing to get hung about
Straberry Fields forever

Always, no sometimes, think it’s me
But you know I know when it’s a Dream
I think, er, no, I mean, er, yes, but it’s all wrong
That is I think I disagree

Let me take you down, ’cause I’m going to Stawberry Fields
Nothing is real and nothing to get hung about
Straberry Fields forever
Straberry Fields forever
Straberry Fields forever

Laisse moi t’emmener
car je vais à Strawberry Fields
rien n’est réel
et il n’y a pas de soucis à se faire
Strawberry Fields pour toujours
Il est facile de vivre les yeux fermés
sans rien comprendre à ce que tu vois
il est dur d’être quelqu’un
mais ça marche toujours
ça ne m’intéresse pas beaucoup
laisse moi t’emmener
car je vais à Strawberry Fields
rien n’est réel
et il n’y a pas de soucis à se faire
Strawberry Fields pour toujours
Je pense que personne n’est dans mon arbre
je veut dire qu’il peut être grand ou bien petit
c’est pourquoi tu ne reçois pas la tonalité
mais c’est bien
je veux dire c’est pas trop mal
laisse moi t’emmener
car je vais à Strawberry Fields
rien n’est réel
et il n’u a pas de soucis à se faire
Strawberry Fields pour toujours
souvent, et non parfois, je pense que c’est moi
mais tu sais, je sais quand c’est un rêve
je crois savoir quand je dis « oui »
mais c’est totalement faux
c’est à dire que je crois ne pas être d’accord
laisse moi t’emmener
car je vais à Strawberry Fields
rien n’est réel
et il n’y a pas de soucis à se faire
Strawberry Fields pour toujours

 

Musiciens ayant participé à l'enregistrement

Musiciens ayant participé à l'enregistrement

  • Paul McCartney : basse, mellotron, piano, claquement de mains
  • John Lennon : voix principale, choeurs, guitare rythmique
  • George Harrison : guitare principale, swordmandel
  • Ringo Starr : batterie, cymbales, percussions, claquement de mains
  • Malcom Evans : claquement de mains, tambourin
  • Brian Jones : bongos, tabla, harpe, claquement de mains
  • George Martin : orgue, percussions
  • Neil Aspinall : percussions
  • Tony Fisher : trompette
  • Greg Bowen : trompette
  • Derek Watkins : trompette
  • Stanley Roderick : trompette
  • John Hall : violoncelle
  • Derek Simpson : violoncelle
  • Norman Jones : violoncelle

L'enregistrement de la chanson

L'enregistrement de la chanson

 26 Novembre 1966 : enregistrement de la prise 1
28 Novembre 1966 : enregistrement des prises 2, 3, 4.
29 Novembre 1966 : enregistrement des prises 5, 6, 7. Suite à une erreur de numérotation, la prise 8 n’existe pas
8 Décembre 1966 : enregistrement des prises 9 à 24. Suite à une erreur de numérotation, la prise 19 n’existe pas.
9 Décembre 1966 : mixage des prises 15 et 24. Obtention de la prise 25
15 Décembre 1966 : enregistrement de la prise 26
22 Décembre 1966 : mixage des prises 7 et 26 : c’est la version finale.

La contribution de chacun des Beatles

La contribution de chacun des Beatles

John Lennon : 100 %
 

Les reprises de cette chanson par d'autres artistes

Les reprises de cette chanson par d'autres artistes

Ventures , Tomorrow, Plastic Penny, Richie Havens, Todd Rundgren, King’s Singers, Village Pistols, Tater Totz, Candy Flip, Colius Heruits, Los Fabulosos, Noel Harrison, Don Williams, The Bobs, Fr. David
 

Téléchargements

Téléchargements

Pensez aussi à lire

1975-09-10 : HIPPODROME, BRISTOL, ANGLETERRE

LINE-UP Paul McCartney SET LIST Venus And Mars Rock Show Jet Let Me Roll It …

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !