Les techniques d’enregistrement

Durant l’enregistrement de « Sgt Pepper », les studios d’Abbey Road se sont transformés en véritable laboratoire d’expérimentation musicale, dans lesquels naissaient chaque jour un peu plus, les différentes techniques qui serviraient plus tard à élaborer les albums.

Certaines de ses techniques servent encore de base aux disques que nous connaissons aujourd’hui. Il s’agit là d’une des grandes forces des Beatles, ne jamais se contenter de ce qu’ils avaient à leur disposition, et toujours voir plus loin…en plus grand et en mieux…même si cela provenait parfois à la base d’idées saugrenues… On l’a déjà évoqué, la durée de l’enregistrement , absolument phénoménal pour l’époque y est pour beaucoup dans la nouvelle manière d’aborder la création d’un album rock, car elle permit d’établir une véritable manière, une véritable technique, afin d’aboutir au résultat optimum.

Chose étonnante quand on écoute s’arrête sur la diversité de chaque mesure constituant l’album, c’est que le disque n’a été enregistré que sur 4 pistes !!! (une antique Studer J 37 vendu aux enchères en 1981 pour 500£), car il faut le reconnaître, le matériel d’EMI à Abbey Road commençait à dater quelque peu… George :  » Nous avons enregistré la majorité des chansons dans les conditions du direct […] Nous passions des heures à trouver la bonne balance de son entre la basse, la batterie et la guitare avant d’effectuer une prise. La piste de base assurée, nous ajoutions nos overdubs en les préparant minutieusement à l’avance.

Nous devions tout réussir d’un seul coup. Si une erreur était commise, nous devions tout recommencer à partir de la piste de base « . Le fait est que malgré la popularité et le talent des Beatles, ils n’étaient pas pour autant aidés par le matériel mis à leur disposition…De vieux micros et de vieilles machines sur lesquelles ils devaient sans cesse essayer de trouver de nouvelles possibilités… George :  » C’est grâce à l’état d’esprit de chacun qu’à l’époque, il était enthousiasment de trouver de nouvelles idées « . George :  » C’est grâce à des albums comme ceux que nous avons enregistrés dans les années 60 qu’ils ont inventé les nouvelles générations de console de studios. Maintenant, tout est facile, il suffit d’appuyer sur un bouton, et vous avez tous les effets que vous désirez à votre disposition.

Ce sont les effets que nous avons mis des années à mettre au point… « .

LE SON  » PSYCHÉ  » …

Particularité majeure de l’album, qui est une conséquence du temps passé à élaborer l’album, c’est cette uniformité de son qui caractérise  » Pepper « . Ce son si particulier est un reflet de l’époque : le psychédélisme. De là à dire que les Beatles sont un véritable groupe psyché ou même les précurseurs du genre , peut être pas…mais il est tout de même certain que ce disque fut la bande son du  » summer of love  » et qu’il reste LE disque phare de cette période…

Le concept album

Noyé au milieu de l’immense flot de popularité qui entoure l’entité Beatles, les 4 garçons la composant se retrouvent quelque peu dépassés, sans pour autant perdre pied. Le fait de travailler sur  » le prochain 33 T des Beatles « , et de devoir donner une suite au précédent apparaît très vite comme un poids. Les Beatles, jamais en manque d’inspiration, eurent l’idée à travers Paul, de créer le concept du  » Sgt Pepper’s lonely hearts club band « . L’idée de base était de se  » cacher  » derrière le concept de ce groupe fictif afin de se débarrasser de la pression dûe aux Beatles…par conséquent de pouvoir disposer d’une liberté musicale en termes d’expérimentation, que n’avait peut être plus totalement le groupe.

Pensez aussi à lire

2002-04-26 : MADISON SQUARE GARDEN, NEW YORK, ETATS UNIS

LINE-UP Paul McCartney Rusty Anderson Brian Ray Paul « Wix » Wickens Abe Laboriel Jr. SET-LIST Hello …

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !