Widgets Amazon.fr

Sir Paul McCartney profite de la Croisette pour lancer sa “compil”

L’ex-Beatle Paul McCartney, anobli depuis 1997, a profité de l’énorme caisse de résonance que constitue le festival de Cannes pour annoncer mercredi la sortie le même jour d’une compilation de ses principaux succès en solo et avec Wings, le groupe fondé à la dissolution des Beatles (“Wingspan”).

Sir McCartney, 59 ans, à qui les titres nobiliaires ne semblent pas avoir donné la grosse tête, même s’il s’est présenté à la presse avec plus d’une heure de retard sur l’horaire prévu, voue une affection particulière au sud de la France. C’est à Juan-les-Pins, qu’il donna il y a trente ans les premiers concerts avec Wings. “Les Beatles étaient le plus grand groupe du monde, avec les Wings c’était spécial, c’était ma famille, je recommençais tout à zéro. Nous avions la volonté, Linda et moi, de mener notre vie de musiciens tout en élevant le plus normalement possible nos quatre enfants”.

McCartney reconnaît que la séparation des Beatles était “un truc un peu barge à faire. Lorsque je me suis retrouvé tout seul, le choix était simple, continuer la musique ou m’arrêter. J’ai décidé de repartir de zéro. Avec le recul je peux considérer que ce fut une sorte de thérapie. Nous avons fait des erreurs, il fallait que l’on trouve nos marques, la seule différence c’est qu’à l’époque des Beatles, nous avons fait nos classes incognito, à Hambourg, alors que là nous nous sommes retrouvés immédiatement sous le regard du public”.

Lire  The Beatles : un inédit à paraître !

Un rêve

Evoquant son épouse Linda, qui est morte d’un cancer le 17 avril 1998 à 56 ans, McCartney estime que le public a été dur avec elle, en particulier sur le plan de ses compétences musicales : “elle a appris très vite. De toutes façons, quoi qu’elle fasse, elle aurait toujours été l’objet de critiques”. Et de raconter une anecdote : “lorsque j’ai enregistré avec Michael Jackson (NDLR: le duo “Say Say Say”), c’est Michael qui a suggéré qu’elle chante les choeurs avec nous, et on ne peut pas dire qu’il soit mauvais musicien non ?”.

Evoquant son éventuel remariage avec l’ancien mannequin Heather Mills, l’ex-Beatle a affirmé : “il y a une bonne chance pour que nous nous mariions, mais rien n’est encore fait, ce qui est gênant, a-t-il plaisanté, c’est d’être abordé dans la rue par des gens qui nous félicitent déjà sur notre mariage !”.

A l’éternelle question sur une éventuelle reformation des Beatles, l’enfant de Liverpool a une nouvelle fois répondu : “c’est impossible, ils n’y a que trois survivants parmi nous, cela me poserait un vrai problème d’être avec les deux autres sur une scène et de tourner la tête à gauche sans voir John, qui se trouvait toujours à cet endroit”.

Lire  Apple et les prétoires

Paul a enfin livré quelques secrets professionnels : il continue, dit-il, à avoir des idées de chansons pendant son sommeil (NDLR : c’est dans un rêve que lui est venue une des plus célèbres d’entre elles, “Yesterday”). “Il y a quelque temps, j’ai rêvé que j’écrivais une chanson avec John, j’ai tenté de l’enregistrer, mais elle n’était pas très bonne. J’ai aussi composé une autre chanson dans un rêve, avec les Rolling Stones cette fois”. Son titre ? «No Values+”.

JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER

Envie de ne rien manquer des Beatles et de Yellow-Sub ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez nos actus, offres et information concours
JE M'ABONNE
Garantie sans SPAM ! Conformité RGPD.
close-link

Découvrez la boutique de Yellow-Sub

Envie de vous faire plaisir ? Simple curiosité ? Découvrez notre boutique et faites le plein de bonnes affaires !
SE FAIRE PLAISIR
close-link
Click Me