Accueil / All in the mind / Bye Chris….

Bye Chris….

Il y a des nouvelles comme cela, qu’on espère lire le plus tard possible… comme celle relative à un décès. Ce mois de mai 2017  voit sa nécrologie marquée par le décès de Chris Cornell. Je pourrais ans cet article égrainer les grands titres interprétés, composés avec les groupes auxquels il a appartenu parmi lesquels Sound Garden, et Audioslave… mais cela, les chroniqueurs Rock le feront bien mieux que moi, avec plus de précision.

Pour moi, ma « passion » pour Chris Cornell débute réellement avec Euphoria Morning, son premier album solo après l’épopée SoundGarden. Publié en 1999, cet album me bouleversera.

1999, c’est en effet l’année durant laquelle, croyant avoir fait le tour de l’œuvre Beatles, je me cherchais musicalement parlant… si je me retrouvais partiellement dans les groupe grunge parmi lesquels Nirvana, Pearl Jam, et SoundGarden, la « violence » des paroles me gênait parfois, tout comme la production parfois trop « rouleau compresseur »…. La pop, celle de Blur, d’Oasis, de Belle & Sebastian, et Verve me paraissait parfois trop édulcorée.

Et je suis tombé soudain sur le disque « Euphoria morning » de Chris Cornell durant la fin septembre 1999… et que dire si ce n’est que la première écoute me  bouleversa.

En effet durant un peu plus de 50 minutes le disque brassait bien des univers musicaux : du rock un peu « bourrin », mais aussi des morceaux bien pop, bien léchés. Même si Chris Cornell ne sembla jamais satisfait du titre de l’album, qu’il voulait en fait voir baptiser « Euporia Mourning » (l’album sera réédité en 2015 avec ce titre), jamais il ne contesta son contenu… ce qui ne fut pas le cas de la critique qui rappelons-le saborda le disque : NME donné un piètre 4/10 au disque, Q un 3/5 et Rolling Stone un 3,5/5.

Pour moi cependant, ce disque fut ma véritable « bible » que j’ai évangélisé auprès de moi. En effet, comment résister à la voix de Cornell enfin débarrassée de riffs de guitare qui tendaient parfois à lui faire perdre son éclat, et comment résister à des titres tels que « Can’t Change me », « Fluffer Girl », « Preaching the End of the World », « MoonChild », « Diappearing one », ou « Steel Rain »…

Si on peut hélas désormais parler de Chris Cornell au passé, ce disque « Euphoria Morning » restera, j’en suis certain, et mon vrai regret sera que Chris jamais ne réitère la performance d’en refaire un aussi puissant, aussi parfait.

En ce mois de mai, où l’été commence peu à peu à pointer le bout de son nez, c’est donc un frisson qui me traverse le dos en apprenant cette bien triste nouvelle, et en voyant les journaux tenter d’élucider maladroitement la cause de la mort de Chris… overdose de médicament plus ou moins volontaire,  fatigue psychologique, mal de vivre, usure du temps.

Cornell était sans doute parmi les derniers survivants de la mouvance « Seattle Sound »… et ce soir, en regardant les superbes photos de Charles Peterson, prise lors de l’apogée de SoundGarden aux début des années 90, je me dis qu’il doit sans doute bien s’éclater là-haut, aux côtés de deux de ses potes : Kurt de Nirvana, et Lance de Alice in Chains.

RIP Chris.

EUR 37,67
Habituellement expédié sous 24 h
EUR 82,00
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 15,75
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés

Pensez aussi à lire

1975-11-10 : FESTIVAL HALL, BRISBANE, AUSTRALIE

LINE-UP Paul McCartney SET LIST Venus And Mars Rock Show Jet Let Me Roll It …

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !