Accueil / Paul McCartney / Sur scène / Friendship First – Live in Israel (25 Sept. 2008)

Friendship First – Live in Israel (25 Sept. 2008)

C’est le 25 Septembre 2008, que Paul McCartney donnait un concert au Hayarkon Park de Tel-Aviv en Israël. Après bien des rumeurs de possibles annulations du concert, suite à des menaces terroristes, ou un prétendu manque de réservation de places de concert, le tant attendu concert s’est finalement bien déroulé, devant un public de plus 40 000 personnes venues applaudir l’ex-bassiste des Beatles et son groupe.

Arrivé dans la soirée de 23 Septembre 2008 en jet privé, Paul Mccartney a séjourné au luxueux hôtel Dan Tel Aviv, où non moins de 21 suites avaient été réservées pour Paul McCartney, ses proches, et son équipe technique. A cette occasion un piano avait tout spécialement été mis à disposition de l’ex-bassiste des Beatles.

Paul McCartney a profité de sa journée du 24 Septembre 2008 pour visiter Israël, avec notamment une visite à Béthléem, où dans une ambiance de recuillement, Paul s’est rendu à l’Eglise de la Nativité, pour ensuite se rendre au conservatioire de musique Edward Said National Conservatory Of Music. L’ex-Beatles a ensuite rejoint les membres de son groupe, dans le cadre d’une répétition générale.

LE COMMUNIQUÉ DE PRESSE OFFICIEL

Music Icon Set To Rock Israel 43 Years After Ban Historic ‘Friendship First’ Concert Announced Hayarkon Park, Tel Aviv, Israel, 25th September 2008

43 years after being banned by the Israeli government, Paul McCartney today announces his ‘Friendship First’ concert in Israel. Following months of feverish speculation the wait is finally over as music’s most revered star announces that he will be playing in Tel Aviv, Israel, on Thursday 25th September 2008, for the first time ever. This is in keeping with a series of special one-off unique shows that Paul has performed this year in places he has never visited before. Israel will finally get the chance to experience a night of music and history Macca-style ; the night they have been waiting decades for.

Paul McCartney holds true the key principals of friendship – loyalty and respect – and the ‘Friendship First’ concert is an opportunity for people to celebrate these values whilst having a memorable night of fun and rock n’ roll

Looking ahead to his first trip to Tel Aviv, Paul Said, “I’ve heard so many great things about Tel Aviv and Israel, but hearing is one thing and experiencing it for yourself is another. We are planning to have a great time and a great evening. We can’t wait to get out there and rock.”

Paul McCartney has nearly visited Israel on two previous occasions. The first was with The Beatles at the height of Beatlemania in the mid 60s, however at the time because Israel was short of foreign currency the promoter was unable to raise sufficient funds. After applying to a government committee for help the promoter’s appeal was declined as it was thought The Beatles might corrupt their youth. Some even believed that artistically The Beatles were not of a high enough standard  ! The second miss was with Wings in the late 70s, when the shows were cancelled after problems with the venue.

Earlier this year, Israel’s ambassador to Britain, Ron Prosor, apologised to The Beatles during a trip to Liverpool for the ‘misunderstanding’. In a letter he wrote : “There is no doubt that it was a great missed opportunity to prevent people like you, who shaped the minds of the generation, to come to Israel and perform.”

2008 has already seen Paul McCartney play a number of special one off concerts, whilst making international headlines and taking him to places he’s never been before. In June he received a hero’s welcome as he rocked the city of Liverpool when he played at Anfield Stadium as part of the city’s celebrations for the European Capital Of Culture. A couple of weeks later and Paul performed a spectacular free show, the ‘Independence Concert’, to over 350,000 people in Kiev’s Independence Square which was the largest outdoor music event in the history of the Ukraine. July then took Paul to the city of Quebec for yet another huge headline-making event as he performed to 300,000 people in the city’s national park, The Plains Of Abraham, to help celebrate Quebec’s 400th anniversary. Paul also found the time (only just though !) to join Billy Joel on stage for the ‘Last Play At Shea’ show in July, marking the last show ever at New York’s famous Shea Stadium. The Beatles were the first band to perform at Shea Stadium in 1965, which went down in history as the first ever stadium rock show. Speaking after his appearance at Shea, Paul commented, “It was great to complete the circle, starting there with The Beatles and then finishing this time round with ‘Let It Be’.”

If you add the attendance figures of the last 3 special shows together, Paul has performed to well over 650,000 people which is the equivalent of filling London’s O2 Arena over 36 times.

LA REVUE DE PRESSE PRÉ-CONCERT

Nous vous proposons de découvrir dans cette rubrique divers articles issus de la presse francophone publiés antérieurement au concert de Paul McCartney en Israël :

PAUL MCCARTNEY ENFIN AUTORISÉ À CHANTER EN ISRAËL

40 ans après que les Beatles ont reçu l’interdiction de se produire en Israël, Paul McCartney sera sur scène le 25 septembre prochain pour un concert exceptionnel dans le cadre des célébrations du 60 ème anniversaire de l’Etat juif.

Paul McCartney en concert à Tel Aviv, c’est peut-être un détail pour vous, mais en Israël ça veut dire beaucoup. D’ailleurs, 40 ans après l’interdiction faite aux Beatles de se produire dans le pays, on ne parle que de ça là-bas.

Rappelons qu’en 1965, les Beatles s’étaient vu interdire de chanter en Israël car les paroles de leurs tubes étaient de nature à corrompre la jeunesse israélienne selon les autorités de l’époque.

E !Online rapporte que récemment, l’ambassadeur israélien en Angleterre a adressé un courrier à Paul McCartney et Ringo Starr ainsi qu’aux familles de George Harrison et John Lennon pour s’excuser de cette interdiction. « Il n’y a aucun doute qu’il s’agissait d’une grande opportunité manquée que d’empêcher des gens comme vous, qui ont modelé les esprits de cette génération, de venir se produire en Israël », a écrit Ron Prosor.

Cependant, il convient d’observer une certaine réserve puisque le concert n’a pas encore été confirmé officiellement même s’il devrait l’être dans les prochains jours.

Source: News De Stars

ISRAËL OUVRE SES PORTES À PAUL MC CARTNEY

C’est difficile à croire et pourtant, l’ex-Beatle ne s’est jamais produit dans le pays. Pendant 43 ans, les autorités israéliennes lui ont interdit de donner des concerts sur leur territoire. Il avait toutefois failli monter sur scène à deux reprises. La première fois, c’était avec les Beatles, mais le gouvernement de l’époque avait refusé. Il craignait que les Fab Four ne corrompent la jeunesse israélienne. La deuxième fois, Paul Mc Cartney devait se produire avec Wings, mais il y avait eu comme par hasard des problèmes avec la salle. Cette fois, c’est sûr, Paul Mc Cartney donnera son concert. Ca se passera à Tel Aviv le 25 septembre. Le concert s’intitulera d’ailleurs “Friendship first”, en français : “l’amitié avant tout”.

Source: Publié par Olivia dans Info Mint

PAUL MCCARTNEY DONNERA UN CONCERT EN ISRAËL

L’ex-Beatle Paul McCartney donnera un concert à Tel Aviv en septembre prochain, a-t-il annoncé sur son site internet. La star se produira ainsi pour la première fois en Israël.

Le musicien britannique jouera à Hayarkon Park le 25 septembre pour un concert intitulé « Friendship first » ou « l’amitié avant tout ». Ce concert fait partie d’une série de concerts que Sir Paul donne cette année dans des lieux où il ne s’est jamais produit auparavant.

Sir Paul a failli se produire par deux fois en Israël dans le passé. A l’apogée de la Beatlemania au milieu des années 1960 les Beatles devaient y donner un concert mais le producteur n’avait pu réunir assez de fonds. Les Beatles avaient alors sollicité une aide du gouvernement israélien mais celle-ci avait été refusée par des responsables qui estimaient que les Beatles allaient corrompre la jeunesse.

Une deuxième tentative avait eu lieu dans les années 1990 avec Wings, le groupe de Paul McCartney, mais le projet avait dû être abandonné à cause de problèmes avec la salle de concert.

L’ambassadeur israélien en Grande-Bretagne, Ron Prosor, avait présenté des excuses cette année aux Beatles pour ce « malentendu » au cours d’un voyage à Liverpool. « Il n’y a pas de doute qu’empêcher des gens comme vous, qui ont influencé une génération, de venir se produire en Israël, a été une grande opportunité manquée », a-t-il écrit dans une lettre citée par le site internet du musicien.

Source: Romandie News

EUR 10,91 EUR 14,28
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 44,15
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 11,08 EUR 15,99
Habituellement expédié sous 24 h

PAUL MCCARTNEY EN CONCERT EN ISRAËL POUR LA PREMIÈRE FOIS DE SA VIE

L’ex-Beatle Paul McCartney donnera un concert à Tel Aviv en septembre, 43 ans après avoir été privé de concert par les autorités israéliennes, a-t-il annoncé sur son site internet.

Le musicien britannique jouera à Hayarkon Park le 25 septembre pour un concert intitulé « Friendship first » ou « l’amitié avant tout ».

Ce concert fait partie d’une série de concerts que Sir Paul donne cette année dans des lieux où il ne s’est jamais produit auparavant.

« J’ai entendu beaucoup de bonnes choses sur Tel Aviv ou Israël, mais entendre est une chose et le vivre soi-même est une autre. Ce sera un moment exceptionnel et une grande soirée », a déclaré Paul McCartney.

Sir Paul a failli se produire par deux fois en Israël dans le passé. A l’apogée de la Beatlemania au milieu des années 1960 les Beatles devaient y donner un concert mais le producteur n’avait pu réunir assez de fonds. Les Beatles avaient alors sollicité une aide du gouvernement israélien mais celle-ci avait été refusée par des responsables qui estimaient que les Beatles allaient corrompre la jeunesse.

Une deuxième tentative avait eu lieu dans les années 1970 avec Wings, le groupe de Paul McCartney, mais le projet avait dû être abandonné à cause de problèmes avec la salle de concert

L’ambassadeur israélien en Grande-Bretagne, Ron Prosor, avait présenté des excuses cette année aux Beatles pour ce « malentendu » au cours d’un voyage à Liverpool. « Il n’y a pas de doute qu’empêcher des gens comme vous, qui ont influencé une génération, de venir se produire en Israël, a été une grande opportunité manquée », a-t-il écrit dans une lettre citée par le site internet du musicien.

Source: AFP

ISRAËL REÇOIT PAUL MCCARTNEY

L’ex-Beatle va enfin pouvoir bercer le public israélien. Le célèbre musicien a donné rendez-vous à ses fans à Tel Aviv le 25 septembre pour un concert intitulé « Friendship first » (« L’amitié avant tout »).

Satisfaction pour Sir Paul, qui avait par deux fois vu son concert en terre israélienne annulé. La première fois, dans les années 60 avec les Beatles : leur producteur n’avait pas réussi à réunir assez de fonds. Le légendaire groupe avait alors sollicité une aide des autorités israéliennes. Demande refusée : les Beatles risquaient de corrompre la jeunesse du pays ! Deuxième échec, cette fois dans les années 1990 et avec son groupe Wings, pour des problèmes de salle de concert.

Paul McCartney n’a donc pas caché sa joie : « j’ai entendu beaucoup de bonnes choses sur Tel Aviv ou Israël, mais entendre est une chose et le vivre soi-même est une autre. Ce sera un moment exceptionnel et une grande soirée. »

Source: O.G. avec agences / 20minutes

 

UN BEATLES EN TERRE SAINTE

Paul McCartney donnera un concert à Tel Aviv le 25 septembre, 43 ans après avoir été privé de concert par les autorités israéliennes. Intitulé « Friendship first » ou « l’amitié avant tout », ce concert fait partie d’une série que Sir Paul donne cette année dans des lieux où il ne s’est jamais produit auparavant.

Il a failli se produire par deux fois en Israël dans le passé. A l’apogée de leur gloire au milieu des années 1960, les Beatles devaient y donner un concert mais le producteur n’avait pu réunir assez de fonds. Une deuxième tentative avait eu lieu dans les années 1970 avec Wings, le groupe de Paul McCartney, mais le projet avait dû être abandonné à cause de problèmes avec la salle de concert.

Source: http://obstyles.nouvelobs.com

 

LES MILITANTS PRO-PALESTINIENS CONTRE MCCARTNEY

« L’organisation palestinienne pour le boycott culturel et académique d’Israël » a adressé un message virulent à Paul McCartney, duquel elle a « exigé » qu’il annule le concert qu’il donnera, fin septembre, à Tel Aviv. Selon le texte de ce communiqué, « McCartney déshonore l’héritage splendide des Beatles » en acceptant de se produire dans un pays « dont le régime est pire que celui de l’apartheid sud africain ».

 

Le porte-parole de ce mouvement a par ailleurs estimé qu’il « n’y a aucune raison de célébrer les soixante ans d’un Etat qui refuse d’accorder aux palestiniens leurs droits les plus élémentaires pour la seule et unique raison qu’ils ne sont pas juifs ».

 

L’annonce de la venue de McCartney en Israël a également suscité de violentes réactions de la part de l’extrême gauche européenne. Eileen Fleming, une journaliste irlandaise connue pour ses positions « anti-impérialistes », a notamment déclaré : « J’aimerais bien savoir ce qu’aurait pensé John Lennon de l’initiative de son plus ancien collaborateur d’aller jouer dans un Etat-apartheid pour se remplir les poches ». S’adressant directement au chanteur, Fleming, qui envisage d’appeler les « artistes internationaux » à se « mobiliser contre cette manifestation immorale », a demandé : « Ne vois-tu pas la barrière de la haine qu’édifie Israël ? Ne sais-tu pas que ce pays est frappé, en Grande-Bretagne, par un boycott académique ? N’as-tu jamais entendu dire qu’Israël a déporté plus de sept cent mille Palestiniens loin de leurs foyers ? ».

 

Source: desinfos.com

 

PAUL MCCARTNEY SERA BIENTÔT EN ISRAËL

 

 

Cela sera un fameux événement en ce sens que les Beatles avaient été interdits de territoire il y a plus quarante ans de cela. Trop pervertis paraît-il.

 

Paul McCartney devait y jouer au début de cette année, mais le concert avait été annulé. Cette fois, cela semble bien parti. Il doit jouer à Tel Aviv le 25 septembre prochain. Enfin si tout se déroule comme prévu car si les journaux israéliens ont annoncé le concert, il paraîtrait que la confirmation n’est pas encore officielle.

 

Les Beatles avaient été interdits sur le territoire israélien depuis 1965. Il paraît que leurs paroles contenaient des éléments qui auraient pu pervertir la jeunesse locale… On en rit aujourd’hui, mais les jeunes d’alors devaient se sentir frustrés dans un tel pays.

 

Source: Music In Belgium

 

PAUL MCCARTNEY IRA EN ISRAËL

 

 

Malgré les demandes de groupes propalestiniens, Paul McCartney n’annulera pas son concert prévu à Tel-Aviv.

 

L’ex-Beatle demeure inébranlable face aux demandes de groupes propalestiniens, qui exigeaient qu’il annule son concert à Tel-Aviv prévu pour le 25 septembre prochain.

 

« J’ai été approché par différents groupes qui me demandaient de ne pas aller en Israël. Je refuse. Je fais ce dont j’ai envie et j’ai plusieurs amis qui militent en faveur d’Israël », a répliqué Paul McCartney.

 

On se rappellera qu’en 1965, le gouvernement israélien avait annulé un concert des Beatles parce que la formation « corrompait la jeunesse ».

 

Source: bum

 

CONCERT MC CARTNEY EN ISRAËL : ON S’ACTIVE !

 

 

Il ne fait guère de doute que le concert événement de la légende vivante des Beatles, du dernier des Mohicans de la musique, ou de l’un de ses derniers représentants, est voué à rester dans l’histoire.

 

Paul McCartney est un artiste génialement doué mais aussi extrêmement généreux.

 

Quelques chiffres d’abord : déjà plus de 30 000 places ont été vendues, malgré le prix élevé. Plus que 20 000 à écouler ! Mais l’on ne se fait pas de soucis. Il est à parier que le public israélien répondra présent. Pourquoi ? Parce que les israéliens – cela doit être dit – est très mélomane et connaît ses classiques. On en veut pour preuve le grand succès remporté par les dinosaures de Deep Purple lors de leurs concerts ces derniers jours. Oui, Israël est le pays de la tradition certes, mais de la tradition musicale également. En d’autres termes, Israël connaît la musique, littéralement !

 

Nous parlions de prix élevés, en effet. Les places les moins chères sont vendues 490 shekels, soit 100 euros environ, pour une place debout ou assis sur le gazon du Park Hayarkon ! Si l’on aborde l’option tribunes, on doit alors débourser … 1500 shekels ! Pour ceux qui veulent rêver, rappelons-leur le prix d’un billet VIP : 5000 shekels !

 

Pour ce qui nous occupe vraiment, la partie technique, l’équipe des quelque 100 roadies (staff technique) de Sir Paul est déjà au travail. On le comprend aisément lorsque l’on sait qu’une scène géante, de 900 mètres, doit être peaufinée. Tout doit être fin prêt pour la mise en œuvre des effets visuels, qui nécessiteront pas moins de 20 générateurs électriques …

 

Et la musique dans tout ça ? Tenez-vous bien, voici les grandes lignes d’une set-list (liste des titres prévus) qui nous fait déjà saliver.

 

La prestation de Macca devrait s’étirer sur plus de 3 heures d’un bonheur auditif promis. Et comme on peut bien s’en douter, la majorité proposée sera extraite du répertoire des Beatles. Quelques chefs d’œuvre dores et déjà annoncés : Michelle (incontournable !), Let It Be (suprême !), Eleanor Rigby (on adore !), Lady Madona (version Beatles bien sûr !), Something (l’un des rares titres écrits par George Harrison, et l’un des joyaux du groupe !), Come Back (énergie assurée !), Hey Jude (mythique, mais rien à voir avec la religion dominante en Israël !), Back in The USSR (souvenirs, souvenirs !), The Long and Winding Road (miracle musical !), Sergent Pepper’s Lonely Hearts Club Band (psychédélique à souhaits !), Penny Lane (exquis !), I Saw her Standing There (balade inouïe !), One Day In The Life (référence ultime !), Got To Get You Into My Life (must absolu !), etc. …

 

On arrête là la douce évocation, on en tremble déjà …

 

La carrière Wings de l’artiste ne sera pas non plus oubliée.

 

Dernière chose : en apothéose de cet événement est prévu un spectacle pyrotechnique, pour clôturer, avec l’hymne extrait de la Bande originale de James Bond : To Live and Let Die.

 

Source: par Raphael Aouate

 

PAUL MCCARTNEY : DES RISQUES D’ATTENTATS LORS DE SON PROCHAIN CONCERT EN ISRAËL ?

 

 

Un militant islamique a averti que l’ancien membre des Beatles Paul McCartney pourrait être la cible d’attentats terroristes à moins qu’il n’annule son concert en Israël.

 

La légende du rock, qui se produira le 25 septembre prochain à Tel-Aviv dans le cadre de sa tournée mondiale, a attiré sur lui les foudres des communautés islamistes, pour la simple décision de jouer en Israël.

 

« S’il tient à sa vie, M. McCartney ne doit pas venir en Israël » a déclaré le prédicateur islamiste Omar Bakri, « il ne sera pas en sécurité ici ».

 

« Au lieu de soutenir le peuple palestinien dans sa souffrance, McCartney célèbre les atrocités des occupants. C’est celui qui est occupé qui est supposé recevoir de l’aide » a-t-il ajouté.

 

McCartney a lui-même déclaré avoir été l’objet de pressions de la part de différents groupes politiques. « Je sais ce que je pense, j’ai de nombreux amis qui soutiennent Israël » a déclaré la légende au quotidien israélien Yedioth Ahronoth.

 

C’est la première fois que Paul McCartney se produit en Israël. Il donnera un unique concert le 25 septembre au Park Hayarkon.

 

Source: Guysen

 

MCCARTNEY MENACÉ DE MORT

 

 

La venue de Paul McCartney en Israël pour un concert exceptionnel a été fortement dénoncée par le leader islamique Omar Bakri qui affirme que cette visite fait de lui la cible potentielle d’un attentat.

 

« Paul McCartney est (…) l’ennemi de tous les musulmans. Nous possédons des hommes prêts à se sacrifier qui ne resteront pas immobiles (…). Si McCartney tient à sa vie, il ne faut pas qu’il aille en Israël. Il n’y sera pas en sécurité. »

 

Le chanteur, choqué par cette menace de mort, a refusé d’annuler son spectacle à Tel-Aviv. Son porte-parole a précisé que McCartney avait l’intention d’aller en Terre sainte et porter un « message de paix ».

 

Source: desinfos.com

 

EUR 22,99 EUR 20,99
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 6,90
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 17,45
Habituellement expédié sous 24 h

MALGRÉ DES MENACES DE MORT, L’EX BEATLES CONFIRME SA VENUE FIN SEPTEMBRE AU FRIEND SHIP FIRST CONCERT MARQUANT LES 60 ANS DE L’ETAT ISRAËLIEN

 

 

En tant qu’ancien membre des Beatles, Paul McCartney sait qu’il est, à tous moments, une cible potentielle. D’ailleurs, John Lennon avait fait les frais de sa popularité. Mais cette fois ci, ce n’est pas à cause de sa personne qu’il peut lui arriver malheur, mais suite à l’un de ses engagements.

 

En prenant la décision de donner un concert pour les 60 ans d’Israël fin septembre, Sir Paul se serait mis quelques fanatiques musulmans à dos. Résultat : c’est un ennemi. « Tous les amis de nos ennemis sont nos ennemis » n’avait-il pas déclaré le précheur Omar Bakri en 2005 (chassé d’Angleterre après cette déclaration) ? Mais Paul McCartney ne faiblit pas. Il n’a apparemment que faire des menaces qui pèsent sur lui : « Je fais ce qui me plaît et ce qui me semble bon. Plusieurs partis politiques m’ont demandé de ne pas me rendre en Israël, j’ai refusé. J’assume. » Et la sécurité du chanteur d’être estimée à 1 million de livres sterling, agents secrets compris.

 

Source: Gala

 

PAUL MCCARTNEY PROTÉGÉ PAR LE MOSSAD

 

 

Selon The Sun, le célèbre tabloïd anglais souvent dénoncé pour son approche sensationnaliste, et parfois peu déontologique, de l’information, ce sont des agents du Mossad qui assureront la sécurité de Paul McCartney, dès son arrivée en Israël, tout au long des préparatifs techniques du concert qu’il donnera fin septembre à Tel Aviv, et jusqu’à son départ du pays.

 

Le journal – réputé pour être « le quotidien de langue anglaise le plus vendu au monde » – a notamment cité les propos d’un membre des services secrets israéliens qui, après avoir reconnu qu’il existe des risques de voir un kamikaze palestinien tenter « de se faire sauter à proximité du compositeur », a néanmoins ajouté qu’avec le plan de protection mis en place par les responsables de la sécurité, « tout islamiste désireux de perpétrer un attentat contre McCartney se retrouvera au paradis d’Allah plus vite qu’il ne le pense ».

 

Rappelons que dimanche dernier, le Sunday Express avait publié les menaces de mort proférées par un leader djihadiste, Omar Bakri, actuellement établi au Liban, selon lequel McCartney deviendra une « cible » et l’ennemi de tous les musulmans, s’il ne renonce pas à son projet, qui est « d’honorer de sa présence l’entité sioniste à l’occasion de ses soixante ans ».

 

Source: desinfos.com

 

PAUL MCCARTNEY FAIT FI DES MENACES TERRORISTES

 

 

Paul McCartney ira chanter en Israël, et ce, malgré les menaces pour sa sécurité proférées par des fanatiques musulmans.

 

L’ex-Beatle a refusé d’annuler le concert qu’il doit donner à Tel-Aviv pour célébrer le 60e anniversaire d’Israël. La sécurité de ce concert sera assurée par des agents secrets armés en raison des menaces d’attentats- suicides.

 

Un militant islamiste du nom d’Omar Bakri a affirmé que si M. McCartney tenait à sa vie, il ne devait pas venir en Israël. Omar Bakri, qui vit au Liban après avoir quitté le Royaume-Uni en 2005 et en avoir été banni, a laissé savoir que le musicien ne serait pas en sécurité s’il se rendait là-bas.

 

Le chanteur a fait fi des menaces et s’est dit « estomaqué » par celles-ci. Il a affirmé : « Plusieurs groupes politiques m’ont approché pour me demander de ne pas venir ici. J’ai refusé. » Il a ajouté agir selon sa conscience et a dit avoir beaucoup d’amis qui soutiennent Israël.

 

Source: Canoe

 

PAUL MCCARTNEY DÉFIE LES TERRORISTES

 

 

Sir Paul McCartney offrira sa première prestation à Israël, en dépit de menaces de mort lui ayant été proférées par des fanatiques musulmans endurcis.

 

Le musicien légendaire doit offrir une prestation lors du concert Friendship First, qui célèbre le 60e d’Israël et dont la sécurité sera assurée par des agents secrets armés au coût de un million de livres, en raison de menaces d’attentats suicides.

 

Une source a déclaré : « Quiconque tente d’intervenir rencontrera Allah plus tôt que prévu. »

 

Paul, 66 ans, s’est dit « estomaqué » après avoir entendu Omar Bakri, un prédicateur aux propos haineux, le déclarer « un ennemi » de tous les musulmans puisqu’il a accepté de se produire en spectacle dans l’État juif.

 

L’ex-Beatle a déclaré à la télévision israélienne : « Plusieurs groupes politiques m’ont approché pour me demander de ne pas venir ici. J’ai refusé. J’agis selon ma conscience et j’ai beaucoup d’amis qui soutiennent Israël. »

 

Des experts en sécurité israéliens ont recommandé au musicien qu’il renforce son équipe de sécurité.

 

Omar Bakri, qui vit maintenant au Liban après s’être enfui du Royaume-Uni en 2005 et qui en a été banni, a affirmé au sujet de la décision de Paul de participer au concert : « L’ami de notre ennemi est aussi notre ennemi. Nous disposons d’agents “sacrificiels” qui ne resteront pas indifférents au fait qu’il se joigne à la fête de leurs oppresseurs. »

 

« S’il tient à sa vie, monsieur McCartney ne doit pas se présenter en Israël. »

 

Le porte-parole de Paul a refusé de commenter les menaces de mort et a simplement déclaré : « Paul participe au concert Friendship First pour sa musique. Le message de Paul en est un de paix. »

 

Source: Canoe

 

MCCARTNEY ESPÈRE PROPAGER UN MESSAGE DE PAIX AVEC SON CONCERT EN ISRAËL LE 25 SEPTEMBRE

 

 

L’ex-Beatle Paul McCartney a dit vendredi espérer que le concert qu’il donnera le 25 septembre à Tel-Aviv, permettra de faire passer un message de paix au Proche-Orient.

 

« Le monde connaît les conflits qui frappent cette région, et je me plais à penser que si je vais dans un endroit, il est évident que mon message est un message de paix, et j’espère que cette idée se propagera », a-t-il déclaré sur son site internet.

 

« Ca arrive souvent, vous savez. Vous allez dans un endroit et ça peut toucher le public », a-t-il ajouté. Ce message de paix, « quand je parlerai, ce sera mon message, et je suis sûr que ce sera un message partagé par une grande partie du public également », a-t-il ajouté.

 

Le musicien britannique jouera à Hayarkon Park le 25 septembre pour un concert intitulé « Friendship first » ou « l’amitié avant tout ».

 

Ce concert est le premier de Paul McCartney en Israël, 43 ans après avoir été privé de concert avec les Beatles par les autorités israéliennes. Il fait partie d’une série de concerts que Sir Paul donne cette année dans des lieux où il ne s’est jamais produit auparavant.

 

McCartney a failli se produire par deux fois en Israël dans le passé. A l’apogée de la Beatlemania en 1965, les Beatles devaient y donner un concert mais le producteur n’avait pu réunir assez de fonds. Les Beatles avaient alors sollicité une aide du gouvernement israélien, mais celle-ci avait été refusée par des responsables qui estimaient qu’ils allaient corrompre la jeunesse.

 

Une deuxième tentative avait eu lieu dans les années 1970 avec les Wings, le groupe de Paul McCartney, mais le projet avait dû être abandonné à cause de problèmes avec la salle de concert.

 

L’ambassadeur israélien en Grande-Bretagne, Ron Prosor, a présenté cette année des excuses aux Beatles pour ce « malentendu » au cours d’un voyage à Liverpool.

 

Source: AFP

 

MCCARTNEY ENTEND DÉLIVRER UN MESSAGE DE PAIX POUR SON CONCERT HISTORIQUE EN ISRAËL

 

 

Paul McCartney a l’intention de délivrer un message de paix lors de sa visite historique en Israël cette semaine. Il donnera son premier concert dans l’Etat hébreu jeudi à Tel Aviv.

 

La semaine dernière, un imam libanais, Omar Bakri Mohammed, a exhorté l’ex-Beatle à annuler son déplacement « par respect pour les sentiments des musulmans de Palestine ». Il a démenti avoir proféré des menaces de mort à l’encontre du musicien.

 

Paul McCartney souligne dimanche dans le « Jerusalem Post » que ce type d’événements apporte obligatoirement son lot d’inquiétudes. Mais « de nombreuses personnes ont compris que j’étais plutôt apolitique et que mon message (…) était un message de paix ».

 

Les Beatles devaient se produire en Israël en 1965, mais le gouvernement leur avait refusé les autorisations nécessaires, estimant que leur musique pouvait corrompre sa jeunesse.

 

Source: AP

 

PAUL MCCARTNEY : PAIX EN ISRAËL

 

 

A l’évidence, Paul McCartney ne considère pas sa prochaine prestation du jeudi 25 septembre à Tel-Aviv comme banale. Il vient en effet de faire paraître sur un site Internet une déclaration selon laquelle : « il espérait amener un message de paix. » Le cadre de son concert devrait l’y aider puisque l’événement a été baptisé « L’amitié d’abord ».

 

Paul McCartney se produira enfin à Tel-Aviv le 25 septembre pour un concert intitulé « Friendship first » (« l’amitié en premier »). Ce sera la première prestation de sa carrière en Israël. Naguère, les Beatles avaient failli y jouer, mais le producteur du spectacle n’avait pas réussi à réunir tous les fonds nécessaires. Le groupe avait alors demandé une aide au gouvernement israélien qui avait été refusée car pour certains responsables, la venue des quatre idoles allait « corrompre la jeunesse »… Aujourd’hui, Sir Paul McCartney ne passe plus pour un agitateur chevelu, il incarne même plutôt une réelle sagesse. C’est donc en pacifiste convaincu qu’il a tenu, avant son départ, à mettre ce message sur son site Internet, : « Le monde connaît les conflits qui frappent cette région, et je me plais à penser que lorsque je vais quelque part mon message est obligatoirement un message de paix. J’espère que cette idée se propagera. »

 

Source: www.hitmusemag.com

 

PAUL MCCARTNEY POUR UN CONCERT EXCEPTIONNEL

 

 

L’un des deux survivants du légendaire groupe des Beatles, Paul McCartney, est arrivé en Israël cette nuit pour un concert exceptionnel. Arrivé à bord de son avion privé avec une trentaine de musiciens, McCartney doit se produire demain soir au Parc Hayarkon de Tel-Aviv.

 

Aux journalistes et fans venus l’accueillir, il a affirmé vouloir apporter « un message de paix et d’amour », selon ses propos retransmis par la radio publique israélienne.

 

En fin janvier, les autorités israéliennes ont formellement invité McCartney et Ringo Starr à se produire en Israël et présenté leurs excuses pour avoir claqué la porte il y a plus de quarante ans au groupe britannique.

 

A l’époque, le concert avait été annulé faute de subvention publique, alors que des députés avaient exprimé la crainte qu’un tel événement ne pervertisse la jeunesse. Les deux autres membres du Fab Four ont disparu : John Lennon a été assassiné en 1980, tandis que George Harrison est mort d’un cancer en 2001.

 

Source: Le Télégramme.com

 

PAUL MCCARTNEY EN ISRAËL POUR UN CONCERT EXCEPTIONNEL

 

 

L’un des deux survivants du légendaire groupe des Beatles, Paul McCartney, est arrivé en Israël dans la nuit de mardi à mercredi pour un concert exceptionnel et sans précédent dans le pays.

 

Arrivé à bord de son avion privé avec une trentaine de musiciens, McCartney doit se produire jeudi soir au Parc Hayarkon de Tel-Aviv.

 

Aux journalistes et fans venus l’accueillir, il a affirmé vouloir apporter « un message de paix et d’amour », selon ses propos retransmis par la radio publique israélienne.

 

Depuis mardi, plus de 40.000 billets ont été vendus pour ce concert baptisé « l’Amitié d’abord », le prix des places variant de 150 à 450 dollars, selon les billetteries.

 

Sir Paul et son entourage occupent 21 suites dans un grand hôtel du littoral méditerranéen, et la facture de leur séjour devrait dépasser 100.000 dollars, a indiqué le quotidien Haaretz.

 

McCartney, 66 ans, s’est produit à plusieurs reprises cette année, notamment en juin dans un « Concert de l’Indépendance » en Ukraine, et en juillet à Québec (Canada), pour le 400e anniversaire de la fondation de la ville.

 

Fin janvier, les autorités israéliennes ont formellement invité McCartney et Ringo Starr à se produire en Israël et présenté leurs excuses pour avoir claqué la porte il y a plus de quarante ans au groupe britannique.

 

A l’époque, le concert avait été annulé faute de subvention publique, alors que des députés avaient exprimé la crainte qu’un tel événement ne pervertisse la jeunesse.

 

Les deux autres membres du Fab Four ont disparu : John Lennon a été assassiné en 1980, tandis que George Harrison est mort d’un cancer en 2001.

 

Source: ©AFP

 

EUR 18,30 EUR 19,99
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 36,95
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 10,11
Expédition sous 2 à 3 jours ouvrés

PAUL MCCARTNEY EN CONCERT UNIQUE EN ISRAËL… ENFIN

 

 

Nous vous révélions, en février dernier, que l’Etat d’Israël avait officiellement présenté ses excuses aux Beatles survivants que sont Paul McCartney et Ringo Starr (pour mémoire, on leur avait interdit de fouler le sol pour un concert il y a 40 ans). A l’époque, les autorités israéliennes les avait même conviés à un concert qui n’a pu avoir lieu faute de subventions et d’une crainte clairement affichée d’une « perversion de la jeunesse ».

 

Et bien, Mazel Tov ! Finalement, ce concert baptisé L’Amitié d’abord aura bien lieu ! Sir Paul est d’ailleurs arrivé sur le territoire israélien la nuit dernière pour se préparer à cet événement unique qui aura lieu jeudi soir au Parc Hayarkon de Tel-Aviv. A peine débarqué, le Scarabée a insisté sur le message de paix et d’amour qu’il est venu promouvoir.

 

Pour ce voyage exceptionnel, Paul n’est évidemment pas venu seul : ses 30 musiciens l’accompagnent et probablement même sa nouvelle dulcinée Nancy Shevell. Pour accueillir tout ce beau monde, Sir McCartney et sa clique occupent pas moins de 21 chambrettes… enfin 21 suites dans un grand hôtel du littoral méditerranéen. Le tout pour la modique somme de 100 000 $ (à la louche, bien entendu) selon le quotidien Haaretz. Un chiffre faramineux bien loin de son train de vie habituel, lui qui vogue sur un tout petit bateau !

 

Notons que Sir Paul, 66 ans, a intérêt à assurer puisque 40 000 billets ont déjà été vendus à des prix allant de 150 à 450 $. Quant à Ringo Starr, aucune nouvelle de lui (pour l’instant) : peut-être a-t-il préféré savourer son temps libre avec sa toujours charmante femme Barbara Bach ?

 

Source: PurePeople

 

ISRAËL DANS LE TOURBILLON DE LA BEATLEMANIA

 

 

Sa photo est partout, dans toutes les poses, brandissant sa célèbre guitare Rickenbacker, le sourire toujours adolescent, alors que les radios déversent ses tubes : Sir Paul a conquis Israël.

 

McCartney, 66 ans, accompagné d’une cour d’une centaine de personnes, dont 30 musiciens, a non seulement pris d’assaut un des hôtels chics du bord de mer à Tel Aviv, mais tout le pays qui vit depuis plusieurs jours au rythme de ses mélodies. La star, dont c’est la première visite en Israël, se produira jeudi soir dans un parc de Tel Aviv. Rarement, en Israël, terre de controverses et de polémiques, une personnalité étrangère aura fait une telle unanimité autour d’elle. Des ministres, des députés, toutes tendances confondues, des hommes d’affaires, figureront parmi les quelque 50.000 fans attendus au Hayarkon Park, au coeur de Tel Aviv, pour l’écouter. Pour 1.000 euros, ces VIP auront le privilège d’approcher Sir Paul à … une trentaine de mètres. Les autres, qui n’ont payé que dix fois moins, s’entasseront sur la pelouse pour profiter des enchaînements d’accords du plus célèbre des musiciens gauchers. Aux journalistes et fans venus l’accueillir, le pape de la pop a affirmé vouloir apporter « un message de paix et d’amour ». « Cela va être un concert historique », s’enthousiasme Benny Dudkevitch, un journaliste à la radio publique, un spécialiste des Beatles. « En Israël, il y a eu Elton John, Madonna ou Eric Clapton. Mais McCartney, c’est autre chose, une légende vivante », ajoute-il. Des commentateurs prévoient même quelques évanouissements de jeunes filles pendant le concert, mais très probablement moins que lors du passage des Fab Four à l’Holywood Bowl, en août 1964. Fan absolu, le très viril Yonathan Zerbib, ne parvient pas à maîtriser son émotion. « Pas question que je n’y sois pas. Ce concert va être l’un des plus grands moments de ma vie », assure ce quinquagénaire chômeur qui affirme écouter au moins une fois par jour « Abbey Road« . Tous les journaux ont consacré plusieurs pages à l’ex-Beatles, faisant état de son « message de paix » ou laissant entendre, avec humour qu’il pourrait s’adresser au public israélien par un retentissant « Hey Jews », sur l’air langoureux de « Hey Jude ». Toutes les radios, publique et militaire, ont consacré des émissions entières à l’ex-Beatles, relatant avec force détails les péripéties de l’annulation du concert prévu des Fab Four en 1965. A l’époque, les autorités israéliennes considéraient le groupe avec méfiance et craignaient un message dévoyé susceptible d’effets négatifs sur la jeunesse israélienne. Seul point noir au concert de jeudi soir à Tel Aviv : les menaces de quelques islamistes contestant la venue de la star en Israël. Jouer en Israël à l’occasion des 60 ans de son indépendance plonge l’ex-Beatles, qui a donné en 2000 un concert retransmis dans l’espace, au coeur d’une planète qu’il n’avait encore jamais explorée : le Proche-Orient et son conflit centenaire. « La presse a fait état de menaces de mort à son encontre et ses enfants lui ont demandé de ne pas venir en Israël. Mais, il répète qu’il vient livrer un message de paix », explique Dudkevitch. A quoi McCartney réplique, sur son site internet : « La musique, c’est bon pour l’âme des gens. Sans musique, le monde serait épouvantable, nous aurions plus de problèmes. La musique peut aider les gens à se calmer ». « Je cite toujours une chanson de John (Lennon) », ajoute-t-il, « Give Peace a Chance ».

 

Source: Tageblatt – Luxembourg

 

PAUL MCCARTNEY : SON PREMIER CONCERT EN ISRAËL

 

 

Paul McCartney donnera jeudi 25 septembre à Tel-Aviv un concert très solennellement baptisé « l’amitié d’abord ». Il s’agit du premier show que donnera le musicien en Israël. En 1965, les Beatles avaient failli y jouer. Le concert fut finalement annulé à la dernière minute pour raisons financières. Mais ce que retient l’Histoire, c’est que les autorités israéliennes craignaient en fait une corruption de la jeunesse par ces quatre là. Sir Paul McCartney est aujourd’hui réhabilité et n’est plus considéré comme un voyou.

 

« Le monde connaît les conflits qui frappent cette région, et je me plais à penser que lorsque je vais quelque part mon message est obligatoirement un message de paix. J’espère que cette idée se propagera », commente le musicien sur son site Internet.

 

Source: livenet

 

MCCARTNEY EN ISRAËL POUR UN CONCERT INÉDIT

 

 

C’est une habitude : à chaque fois que Paul McCartney se déplace, les photographes ne sont pas loin. Et là, le célèbre bassiste des Beatles est d’autant plus sollicité qu’il se trouve en Israël. Un déplacement exceptionnel pour un concert inédit ce jeudi soir.

 

L’artiste ne s’est pas fait que des amis en choisissant de se produire dans l’Etat hébreu. Entouré de gardes du corps, McCartney se justifie : “je suis venu apporter un message de paix et d’amour”.

 

L‘événement musical est d’autant plus attendu qu’il y a quarante ans, les “Fab Four” avaient programmé un concert en Israël, mais à l‘époque, les autorités avaient dit “pas question que les Beatles viennent pervertir notre jeunesse”. Là, elles ont déroulé le tapis pour McCartney, qui continue ainsi sa tournée mondiale des lieux où il ne s’est jamais produit. En juin, c‘était à Kiev, et en juillet, à Québec.

 

Source: euronews.net

 

PAUL MCCARTNEY : SON PREMIER CONCERT EN ISRAËL

 

 

A la veille de son premier concert en Israël, Paul McCartney a souligné mercredi qu’il était porteur d’un message de paix au Proche-Orient, rejetant toute critique liée à sa venue dans la région.

 

L’ancien Beatle s’est rendu à Bethléem en Cisjordanie, où il a notamment visité la Basilique de la Nativité. Il a pris des photos et déposé deux bougies en différents endroits de l’édifice, précisant à chaque fois qu’il s’agissait d’une initiative « pour la paix ».

 

Après avoir été immortalisé en compagnie d’admirateurs de tous âges devant l’église, il a été appelé à répondre aux critiques de certains Palestiniens qui considèrent sa visite en Israël comme un signe de soutien à l’occupation de la Cisjordanie. Il a souligné que son déplacement mercredi en Cisjordanie démontrait qu’il ne faisait pas de favoritisme. « Je suis ici » pour « dire que ce dont nous avons besoin, c’est la paix dans cette région, une solution à deux Etats », a-t-il dit en référence à Israël et à un Etat palestinien.

 

« Je suis critiqué partout où je vais, mais je n’écoute pas » ces critiques, a ajouté l’ex-Fab Four. « J’apporte un message de paix, et je pense que c’est ce dont a besoin la région ».

 

Paul McCartney est arrivé mardi soir en prévision d’un concert prévu ce jeudi dans le plus grand parc de Tel Aviv.

 

Il y a une quarantaine d’années, le gouvernement israélien avait interdit un concert des Beatles, jugeant que la prestation du groupe pourrait porter atteinte à la moralité de la jeunesse israélienne.

 

Source: AP

 

L’ANCIEN BEATLE VISITE BETHLÉEM ET DÉCLARE QUE ‘NOUS AVONS BESOIN’ DE LA SOLUTION À DEUX ETATS

 

 

L’idole pop des années 60 Paul McCartney a visité Bethléem mercredi avec un « message de paix » pour les Palestiniens et les Israéliens, la veille de son concert prévu à Tel Aviv.

 

Sur la place Manger, les fans ont regardé McCartney entrer dans l’Eglise de la Nativité, construite sur le site où Jésus serait né.

 

A l’intérieur de l’église, les curieux ont vu McCartney allumer deux cierges « pour la paix ».

 

Alors qu’il partait, des badauds lui ont demandé de répondre aux critiques qui disent que son arrêt en Israël « soutient l’occupation israélienne de la Cisjordanie », ce qu’il a contesté.

 

« Je suis ici pour mettre la situation en relief et dire que ce dont nous avons besoin dans la région, c’est de paix », a dit Mc Cartney, « une solution à Deux Etats ».

 

Les militants palestiniens auraient fait pression sur McCartney pour qu’il annule son voyage en Israël, ce que le chanteur a « refusé ».

 

« Je fais ce que je pense, et j’ai beaucoup d’amis qui soutiennent Israël », a déclaré McCartney à un journal israélien deux semaines avant sa visite à Bethléem.

 

Quelques jours plut tôt, un prêcheur islamique, Omar Bakri, a dit que selon des sources britanniques, McCartney ne serait pas en sécurité en Israël.

 

« Si McCartney tient à la vie, il n’ira pas en Israël », aurait-il menacé. « Au lieu de soutenir le peuple de Palestine qui souffre, McCartney célèbre les atrocités des occupants », a dit Bakri.

 

Le musicien a dû passer par deux checkpoints armés pour arriver au mur d’entrée de la ville, que la plupart des voyageurs doivent traverser à pied pendant leur trajet de 8km depuis Jérusalem.

 

En 2002, Israël a commencé à construire la « barrière de sécurité » de 8m de hauteur entre Bethléem et Jérusalem, dont Israël prétend qu’elle est sa capitale. En 2004, le mur a été déclaré illégal par la Cour Internationale de Justice, l’organisme judiciaire le plus élevé des Nations Unies.

 

Quelques heures après que McCartney ait quitté la ville, les forces israéliennes ont envahi Bethléem et attaqué des maisons dans le camp de réfugiés de Duheisha. Pendant l’incursion, les soldats ont kidnappé un adolescent palestinien et l’ont emmené en un lieu inconnu.

 

Source: Par Maan News

 

LE DALAÏ-LAMA À LA RESCOUSSE DE SIR PAUL

 

 

Le légendaire Beatles, qui a fait l’objet de menaces de mort en raison de sa prestation prévue en Israël à l’occasion des célébrations du 60e anniversaire du pays le 25 septembre, a reçu un bouquin du chef bouddhiste qui lui a donné espoir et courage.

 

Paul McCartney, qui a été prévenu par l’extrémiste islamiste Omar Bakri de garder ses distances « s’il tenait à sa vie », a dit : « Je suis à lire un livre, The Universe in a Single Atom, que m’a fait parvenir le dalaï-lama. Il compare une certaine philosophie bouddhiste à la physique quantique.

 

« Il est saisissant de voir que la science moderne a des atomes crochus avec certaines des religions anciennes. Je crois que nous sommes à une étape intéressante du développement humain, j’ai bon espoir et je suis fort optimiste.

 

« J’ai toujours cru être plus spirituel que religieux. Cependant, je crois fermement que le monde est un endroit extraordinaire et que nous sommes choyés d’en faire partie. »

 

Le musicien de 66 ans, qui a trouvé l’amour auprès de la millionnaire américaine Nancy Shevell depuis son divorce avec Heather Mills, a été invité à monter sur scène en Israël, plus de 40 ans après que le pays ait interdit l’accès aux Beatles par crainte de corruption de la jeunesse.

 

Le groupe devait s’y produire en 1965, mais après avoir prétendu que leur musique pourrait corrompre la morale des jeunes du pays, le gouvernement a refusé de leur accorder un permis.

 

Suivant les conseils du dalaï-lama, Paul McCartney est sûr que le concert sera couronné de succès et de paix, car il fait confiance au peuple.

 

Paul McCartney a ajouté : « Tout événement d’envergure est accompagné d’une certaine inquiétude, mais je suis entouré d’une bonne équipe. Je crois que la plupart des gens comprennent que mon message est universel et pacifique.

 

« Ma mission, s’il m’en faut une, est humanitaire, et rejoint tout le monde, pas juste certaines personnes. »

 

Source: canoe.com

 

PAUL MCCARTNEY DIT ÊTRE PORTEUR D’UN MESSAGE DE PAIX POUR LE PROCHE-ORIENT

 

 

A la veille de son premier concert en Israël, Paul McCartney a souligné mercredi qu’il était porteur d’un message de paix au Proche-Orient, rejetant toute critique liée à sa venue dans la région.

 

L’ancien Beatle s’est rendu à Bethléem en Cisjordanie, où il a notamment visité la Basilique de la Nativité. Il a pris des photos et déposé deux bougies en différents endroits de l’édifice, précisant à chaque fois qu’il s’agissait d’une initiative « pour la paix ».

 

Après avoir été immortalisé en compagnie d’admirateurs de tous âges devant l’église, il a été appelé à répondre aux critiques de certains Palestiniens qui considèrent sa visite en Israël comme un signe de soutien à l’occupation de la Cisjordanie. Il a souligné que son déplacement mercredi en Cisjordanie démontrait qu’il ne faisait pas de favoritisme. « Je suis ici » pour « dire que ce dont nous avons besoin, c’est la paix dans cette région, une solution à deux Etats », a-t-il dit en référence à Israël et à un Etat palestinien.

 

« Je suis critiqué partout où je vais, mais je n’écoute pas » ces critiques, a ajouté l’ex-Fab Four. « J’apporte un message de paix, et je pense que c’est ce dont a besoin la région ».

 

Paul McCartney est arrivé mardi soir en prévision d’un concert prévu ce jeudi dans le plus grand parc de Tel Aviv.

 

Il y a une quarantaine d’années, le gouvernement israélien avait interdit un concert des Beatles, jugeant que la prestation du groupe pourrait porter atteinte à la moralité de la jeunesse israélienne.

 

Source: PC

 

PAUL MCCARTNEY À TEL-AVIV AU NOM DES BEATLES

 

 

Il aura donc fallu plus de quarante ans pour que l’offense faite aux Beatles soit réparée. Et c’est Paul McCartney, l’un des deux survivants, avec Ringo Starr, du groupe britannique qui va laver l’affront. Avec une trentaine de musiciens, McCartney se produira jeudi 25 septembre au soir au parc Hayarkon de Tel-Aviv où quarante mille personnes sont attendues pour ce concert baptisé « L’amitié d’abord ». Les spectateurs ont payé le prix fort (entre 150 dollars et 450 dollars) pour faire oublier à McCartney que les autorités israéliennes s’étaient comportées de façon pitoyable avec les Beatles en 1965 lors de l’annulation d’un concert prévu le 5 août au stade Ramat-Gan près de Tel-Aviv. Yaakov Schneider, ministre de l’éducation de l’époque, avait été tenu pour responsable, en tant que seul autorisé à donner son accord pour la production de groupes étrangers en Israël. Golda Meir (1898-1978), l’ancien premier ministre, avait été montrée du doigt : elle aurait déclaré que les Beatles représentaient « une culture dégénérée ». Et des parlementaires de la Knesset avaient estimé que ce concert pouvait « corrompre l’esprit de la jeunesse israélienne ».

 

Les débats avaient duré des mois. Il y eut plusieurs résolutions de différents comités invoquant « l’hystérie et les désordres massifs » que pourrait causer la venue de la célèbre « bande des quatre ». Le porte-parole du ministère de l’éducation avait finalement répondu que « tout le monde pense que leur show n’a aucun mérite artistique et qu’il s’agit d’une hystérie de masse infectieuse ». Le député Uri Avnery avait eu beau faire remarquer que la reine d’Angleterre avait conféré des titres de noblesse aux Beatles. Rien n’y avait fait. Finalement, le 27 janvier 2008, Ron Prosor, ambassadeur d’Israël en Grande-Bretagne, remet à Julia Baird, demi-soeur de John Lennon, assassiné à New York en 1980, une lettre d’excuses à l’occasion d’une visite au Musée des Beatles à Liverpool. George Harrison est mort d’un cancer en 2001. Un acte de contrition des autorités israéliennes à l’occasion du soixantième anniversaire de la création de l’Etat juif auquel Ringo Starr n’a pas répondu. Paul McCartney et son entourage occupent vingt et une suites d’un grand hôtel de Tel-Aviv. Jeudi soir, la plupart des clubs de la ville côtière seront fermés. Le concert de McCartney fera l’événement et n’a pas suscité, cette fois, d’opposition. Le chanteur a annoncé la couleur dans un entretien au Jérusalem Post : « Je suis plutôt apolitique et mon message est un message de paix. »

 

Source: LE MONDE / Michel Bôle-Richard

 

EUR 8,93 EUR 15,52
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 14,99
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 14,21
Expédition sous 2 à 3 jours ouvrés

PAUL MCCARTNEY EN SÉCURITÉ

 

La sécurité autour de Paul McCartney a été renforcée suite aux menaces de mort qu’il a reçues.

 

Paul McCartney sera entouré de 5 000 gardes de sécurité quand il montera sur scène en Israël, ce soir (25 septembre), rapporte FemaleFirst.

 

Le groupe de sécurité, d’une valeur de plus de 2,5 millions $ US, protégera l’ancien Beatle durant son concert à Tel-Aviv, après que des extrémistes musulmans aient envoyé des menaces de mort contre le musicien.

 

Une source raconte : « Personne ne prend les choses à la légère. Le niveau de sécurité est plus élevé que nous ne l’avons jamais vu. Tout a été mis en oeuvre pour que ça se passe sans incident. »

 

 

 

Source: bum

 

PAUL MCCARTNEY S’ENTOURE DE 5 000 AGENTS DE SÉCURITÉ À TEL-AVIV

 

À la suite de menaces provenant d’extrémistes islamistes, Paul McCartney fera appel à 5 000 agents de sécurité lors du spectacle qu’il présentera dans un parc de Tel-Aviv, en Israël, ce soir. Cette équipe sera notamment composée de policiers, d’agents du MI6 britanniques et du Mossad israélien.

 

McCartney présentera un concert dans un parc de Tel-Aviv en soirée en l’honneur du 60e anniversaire d’Israël. Quelque 40 000 personnes y sont attendues.

 

Certains militants arabes voulaient toutefois que le chanteur annule son spectacle en raison de l’occupation par Israël de la Bande de Gaza. Des extrémistes lui auraient aussi proféré des menaces de mort.

 

Des groupes de droite juifs ont également menacé de perturber la tenue du concert pour protester contre certains éléments britanniques anti-sémites.

 

Source: Julie Rhéaume

 

PAUL MCCARTNEY SE TOURNE VERS LE DALAÏ LAMA

 

Paul McCartney lit scrupuleusement le livre que le Dalaï Lama lui a envoyé pour l’encourager pour le concert qu’il donnera jeudi 25 septembre à l’occasion des 60 ans de l’Etat d’Israël. L’ex Beatles, Paul McCartney a reçu un cadeau du Dalaï Lama. C’est un livre intitulé « The Universe Is a Single Atom » (L’univers est un atome indépendant). Le messager officiel de la paix a ainsi souhaité au chanteur beaucoup de courage et d’espoir pour le concert qu’il donnera jeudi 25 septembre en Israël, à l’occasion des 60 ans du pays. Paul, ayant reçu des menaces de mort à ce propos, lit attentivement l’ouvrage qui lui a été offert. « Il compare philosophie bouddhiste et théories de la physique quantique. Il explique que les sciences modernes ont beaucoup de choses en commun avec les religions antiques » confie le chanteur de 66 ans. Plutôt obscur le message du Dalaï Lama. Mais grâce à cette lecture, Sir McCartney déchiffre mieux certaines choses : « Je pense que nous sommes arrivés à un point très intéressant du développement humain, et j’espère le meilleur et suis très optimiste ». Une référence directe à son concert en Israël et aux menaces de mort qui lui ont été adressées à ce sujet. Source: News De Stars

LA REVUE DE PRESSE POST-CONCERT

PREMIER CONCERT DE PAUL MCCARTNEY EN ISRAËL

 

 

Après 43 ans d’attente, Paul McCartney a donné jeudi le coup d’envoi de son premier concert en Israël en reprenant « Hello, Goodbye » à la grande joie de dizaines de milliers de fans rassemblés à Tel Aviv.

 

Plaçant son concert sous le signe de l’amitié, l’ancien Beatle a déclaré qu’il était porteur d’un message de paix à destination d’Israël et des Palestiniens.

 

En prévision de l’événement officiellement annoncé le mois dernier et en l’honneur de l’artiste de légende, pratiquement toutes les boîtes de nuit de Tel Aviv ont décidé d’annuler leur programme live prévu dans la soirée.

 

Une foule composée de quelque 40.000 personnes de tous âges selon les estimations a acclamé McCartney alors qu’il se produisait en plein air dans le parc Yarkon de Tel Aviv. Certains portaient des tee-shirts barrés du slogan « J’aime Paul ».

 

Des chansons des Beatles, dont une version en hébreu de « Yesterday », ont été quasiment diffusées non stop par plusieurs radios au cours de la semaine passée. Et des quotidiens ont publié de nombreux articles partageant les « mots de sagesse » de Paul McCartney.

 

Le musicien s’est rendu mercredi à Bethléem en Cisjordanie, où il a notamment visité la Basilique de la Nativité. Il a profité de ce déplacement pour rejeter les critiques de certains, dont des Palestiniens qui considèrent sa visite en Israël comme un signe de soutien à l’occupation de la Cisjordanie. « Je suis ici » pour « dire que ce dont nous avons besoin, c’est la paix dans cette région, une solution à deux Etats », a-t-il dit en référence à Israël et à un Etat palestinien.

 

Les prix des billets pour le concert de jeudi soir allaient de 150 à 1.500 dollars, un coût qui semble expliquer la raison pour laquelle l’ex-Fab Four ne s’est pas produit à guichets fermés.

 

Si des centaines de policiers et d’agents de sécurité ont été déployés pour l’occasion, le porte-parole de la police Micky Rosenfeld a précisé qu’aucune menace concrète ne pesait sur le chanteur et qu’aucune mesure exceptionnelle n’était prise en matière de sécurité.

 

Paul McCartney devait se produire en 1965 pour la première fois avec les autres Beatles en Israël. Mais un responsable israélien aurait interdit le concert, jugeant que la prestation du groupe risquait de corrompre la jeunesse israélienne. Au cours de ces dernières semaines, cependant, il est apparu que cette version pourrait ne pas être vraie. Mais l’histoire est si convaincante que l’ambassadeur d’Israël à Londres, Ron Prosor, a envoyé une lettre à McCartney et Ringo Starr, les deux Beatles encore en vie, pour leur faire part de ses regrets sur le sujet.

 

Source: Nouvel Obs

 

« GIVE PEACE A CHANCE » : PAUL MCCARTNEY MET LE FEU À TEL AVIV

 

 

La voix est la même, les accords de guitare sont plaqués avec la même précision, les arrangements légendaires tout aussi impeccables et l’enthousiasme est intact. Sous la baguette magique de Sir Paul, Tel Aviv ressemblait jeudi soir à l’Hollywood Bowl.

 

La star a commencé en s’adressant à la foule avec un chaleureux « Shalom Tel Aviv ».

 

« Chana Tova. Ramadan Karim » a lancé Paul McCartney à ses fans, souhaitant en hébreu et en arabe une bonne année aux juifs et un bon ramadan aux musulmans avec un sourire malicieux.

 

Dans le même esprit, il a entonné le célèbre +Give peace a chance+ (donner une chance à la paix) de John Lennon, ajoutant « make peace, make peace » (faites la paix, faites la paix).

 

« Magical Mystery Tour » … l’illusion a été parfaite : mêmes les fantômes de George Harrison et de John Lennon, sans oublier la rythmique de bûcheron de Ringo Starr, étaient sur la scène du Parc Hayarkon pour écouter McCartney, éternel jeune homme de 66 ans.

 

Et sur la pelouse, entourés d’un cordon de sécurité de plusieurs milliers de policiers, quelque 50.000 fans en folie applaudissent la star dont c’était la première visite en Israël. L’artiste les a encouragés, à plusieurs reprises, à chanter en utilisant quelques mots d’hébreu.

 

Toutes les générations étaient présentes, jeunes et moins jeunes. « J’ai grandi avec les Beatles. J’ai l’impression de voir quelqu’un de ma famille », confie Yanor May, 38 ans, arrivé la veille de Haïfa (nord d’Israël).

 

Leora Fried, 58 ans, a du mal à retenir ses larmes. « Il est tellement beau, tellement mince. Je rêvais de ce concert depuis si longtemps. Heureusement que les terroristes ne lui ont pas fait peur », dit-elle en référence aux menaces subies par l’artiste.

 

Début septembre, un extrémiste musulman libanais, Omar Bakri Mouhammad, cité par le Sunday Express britannique, avait affirmé que McCartney « ne (serait) pas en sécurité » s’il se rendait en Israël.

 

« Des combattants prêts à sacrifier leur vie l’attendront », avait-il ajouté.

 

Plusieurs organisations pro-palestiniennes avaient également appelé la star à boycotter Israël en raison de la répression des Palestiniens.

 

Mercredi, l’artiste qui s’était rendu à la basilique de la Nativité à Bethléem, en Cisjordanie, avait déclaré à des journalistes : « Je suis venu dans ce lieu pour dire que nous avons besoin de paix dans cette région et de deux Etats. J’apporte un message de paix et je pense que c’est ce dont la région a besoin. »

 

Tous les journaux étaient de la fête jeudi. Le Yediot Aharonot, le plus gros tirage d’Israël, titrait en Une et en anglais « All You Need Is Love », avec une photo de McCartney à la guitare, durant la répétition générale à Tel Aviv.

 

« L’insistance de McCartney à vouloir se produire en Israël, en dépit des appels d’organisations politiques et des menaces pour sa vie proférées par des éléments radicaux islamiques, est digne d’admiration », estime Ron Prosor, l’ambassadeur d’Israël à Londres, dans un éditorial publié par le Maariv sous le titre « Let it Be ».

 

Ce concert, écrit encore l’ambassadeur qui s’était rendu en janvier à Liverpool pour remettre à Paul McCartney une invitation au 60e anniversaire d’Israël, est « un succès diplomatique ».

 

Près de 50.000 billets ont été vendus pour des sommes variant de 100 à 1000 euros. Les places les plus chères ont été écoulées en quelques jours, ministres, députés et hommes d’affaires se les arrachant.

 

McCartney, accompagné d’une cour d’une centaine de personnes, dont 30 musiciens, avait pris d’assaut dès mardi les 21 suites d’un hôtel prestigieux du bord de mer à Tel Aviv.

 

Source: AFP

 

PAUL MCCARTNEY EN ISRAËL

 

 

En se produisant hier soir dans le Yarkon Park de Tel Aviv, le dernier survivant des Beatles, avec Ringo Starr, célébrait un double anniversaire. Celui de la création de l’Etat d’Israël, il y a soixante ans, a presque été éclipsé par l’autre : l’interdiction faite par les autorités israéliennes aux quatre chanteurs de Liverpool, il y a bientôt quarante ans, de venir corrompre la belle jeunesse du pays. Qualifiés de représentants d’une « culture dégénérée » par Golda Meir, le Premier ministre de l’époque, les « Fab Four » avaient dû renoncer à leur projet de concert, ce qui obligea par la suite les ambassadeurs d’Israël en Angleterre à présenter rituellement leurs excuses au peuple britannique pour cet affront aux petits génies de la musique pop. A soixante-six ans, même si ses ventes de disques ne sont plus ce qu’elles étaient, « Macca » est encore considéré comme le musicien le plus populaire de la planète du haut de ses 60 disques d’or. Son plus fameux « hit », « Yesterday », a été repris par plus de 3.700 artistes. Désormais, le bassiste gaucher s’est spécialisé dans le « live » événementiel. Depuis début 2008, il a réuni en trois shows, à Liverpool, Kiev et Québec, près de 750.000 spectateurs. On en attendait 40.000 hier soir à Tel Aviv malgré les menaces de terroristes libanais car, dans le chaudron proche-oriental, ce n’est pas une mince provocation que de chanter « All you need is love ».

 

Source: Les Echos

 

CONCERT HISTORIQUE DE PAUL MC CARTNEY À TEL AVIV

 

 

C’était la première fois que le chanteur se produisait en Israël. L’ex-Beatle a entamé son concert en souhaitant une bonne année aux juifs et un bon ramadan aux musulmans. Il a ensuite entonné le célèbre morceau « Give peace a chance » de John Lennon. 50.000 fans sont venus applaudir la star. Certains ont déboursé jusqu’à 1.000 euros pour un billet. Paul Mc Cartney avait auparavant reçu plusieurs messages de menaces. Des organisations pro-palestiniennes l’avaient également appelé à boycotter Israël en raison de la répression des Palestiniens.

 

Source: Info Mint

 

PAUL MCCARTNEY ENVOÛTE ISRAËL

 

 

Paul McCartney a commencé son tout premier concert en Israël en s’adressant à la foule avec un chaleureux « Shalom Tel Aviv ».

 

« Un concert dont on souviendra », titre le quotidien israélien Haaretz, au lendemain du grand concert de Paul McCartney, à Tel Aviv. « Le public s’est laissé emporter par sa magie », renchérit le journal.

 

L’ancien Beatle, accompagné de 30 musiciens, a commencé son tout premier concert en Israël en s’adressant à la foule avec un chaleureux « Shalom Tel Aviv ».

 

« Chana Tova. Ramadan Karim », a-t-il lancé, souhaitant en hébreu et en arabe une bonne année aux juifs et un bon ramadan aux musulmans avec un sourire malicieux, avant de reprendre « Hello, Goodbye ».

 

Dans le même esprit, il a entonné le célèbre « Give peace a chance » (donnez une chance à la paix) de John Lennon, ajoutant « faites la paix, faites la paix ».

 

Près de 50.000 billets avaient été vendus pour l’événement, malgré des tarifs élevés allant de 100 à 1000 euros.

 

L’artiste de 66 ans répondait à l’invitation des autorités israéliennes qui en janvier dernier ont présenté leurs excuses pour avoir claqué la porte il y a plus de quarante ans au groupe britannique.

 

A l’époque, le concert avait été annulé faute de subvention publique, alors que des députés avaient exprimé la crainte qu’un tel événement ne pervertisse la jeunesse.

 

Source: J.C. (lefigaro.fr)

 

EUR 5,99
Habituellement expédié sous 3-5 semaines
EUR 63,10
Expédition sous 4 à 5 jours ouvrés
EUR 16,00
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés

PAUL MCCARTNEY « DONNE UNE CHANCE À LA PAIX »

 

 

1965 : sous la pression de députés de la Knesset, le gouvernement israélien décide d’interdire la venue des Beatles en Terre Sainte, jugeant les Fab Fours susceptibles de « corrompre » la jeunesse,.

 

2008 : les moeurs ont bien évolué et Paul McCartney, 43 ans après, accepte les excuses d’Israël formulées en janvier dernier, en venant y donner son tout premier concert, à l’occasion des 60 ans de l’État

 

« Shalom Tel-Aviv », lance la star aux 50.000 spectateurs venus voir le mythe vivant. « Chana Tova. Ramadan Karim », poursuit-il à l’adresse des Juifs (pour la nouvelle année) et des Musulmans (pour le jeûne Ramadan) présents dans la foule.

 

Puis la magie démarre et l’ancien Beatle, accompagné de 30 musiciens, démontre qu’à 66 ans bien sonnés, il n’a rien perdu de son génie musical. Les plus grands tubes du groupe légendaire sont repris en choeur par une foule de fans en délire : « Back in the USSR, » « Eleanor Rigby », « Black Bird », « Let it Be », « Hey Jude », « Yesterday »… McCartney chante aussi certains de ses tubes les plus récents comme « Only Mama Knows » et « Calico Skies ».

 

Le concert, qui attire un public de toutes générations, est chargé d’émotions et de symboles, notamment lorsque McCartney entonne le célèbre « Give peace a chance » (donnez une chance à la paix) de John Lennon, ajoutant à la chanson « faites la paix, faites la paix ».

 

Un vrai moment de bonheur et de communion, qui fait oublier toutes les polémiques qui avaient entouré la venue de l’artiste. Au début du mois, un extrémiste musulman libanais, Omar Bakri Mouhammad avait déclaré que McCartney « ne (serait) pas en sécurité » s’il se rendait en Israël et que des combattants prêts à sacrifier leur vie l’attendraient ». Plusieurs organisations pro-palestiniennes avaient également appelé la star à boycotter Israël. Mercredi, l’artiste qui s’était rendu à la basilique de la Nativité à Bethléem, en Cisjordanie, avait dit : « Je suis venu dans ce lieu pour dire que nous avons besoin de paix dans cette région et de deux Etats. J’apporte un message de paix et je pense que c’est ce dont la région a besoin. »

 

Espérons seulement qu’il ait raison…

 

Source: AGORAVOX

 

CONCERT HISTORIQUE POUR PAUL MCCARTNEY

 

 

L’ex-Beatle a donné un concert historique à Tel-Aviv devant 40 000 spectateurs.

 

40 ans après avoir été banni par Israël, parce que les Beatles corrompaient la jeunesse, Paul McCartney y a donné son premier concert à vie hier (25 septembre), à Tel-Aviv, devant 40 000 fans

 

Afin de conquérir la foule, le musicien de 66 ans s’est adressé à elle en hébreu et lui a souhaité un joyeux Roch Hachana, la célébration marquant le Nouvel An du calendrier hébraïque.

 

Ce concert, donné sous le signe de la paix, a été une enfilade des plus grands succès de McCartney, qui a aussi interprété le classique de John Lennon, Give Peace A Chance.

 

Source: bum

 

SIR PAUL À TEL AVIV

 

 

Décidément, Paul McCartney ne l’a jamais facile avec la politique. Hier soir, l’ex-Beatle a donné un concert devant 40 000 personnes massées dans un parc de Tel Aviv. C’était sa première satellite.jpegprestation dans l’État hébreu : il y a quatre décennies ( ! ), les Beatles avaient en effet été interdits de séjour dans ce pays…

 

Seulement, ce n’est pas allé tout seul encore cette fois-ci. Moins bien qu’à Québec, en fait, où la présence de Sir Paul aux Fêtes du 400e de la ville avait été l’objet du débat que l’on sait. À Tel Aviv, il a carrément reçu des menaces de mort que, dans cette région du monde, il est difficile de ne pas prendre au sérieux.

 

Néanmoins, selon le Jerusalem Post , il a livré un concert extraordinaire, essentiellement composé des mêmes pièces que l’on a pu entendre à Québec.

 

Et il a salué la foule en hébreu et en arabe… sans ajouter un équivalent local de  !

 

Source: Mario Roy

 

PAUL MCCARTNEY FAIT VIBRER TEL-AVIV

 

 

Paul McCartney a fait vibrer Tel-Aviv, 43 ans après que le gouvernement d’Israël ait banni la musique des Beatles du pays. L’artiste a chanté devant 45 000 personnes et fut chaleureusement accueilli par la foule.

 

À quelques jours du Nouvel an juif, McCartney a transmis ses vœux au public en hébreux : « Shalom Tel Aviv. Shana Tova ». Lors de son spectacle à Québec, en juillet, il avait notamment salué la foule en français.

 

Même si Nancy Shevell, sa copine actuelle, assistait au concert, McCartney a dédié la pièce « My Love » à sa défunte femme Linda. Il a aussi rendu hommage à ses regrettés collègues des Beatles George Harrison et John Lennon, tout comme à Québec.

 

Il a notamment chanté « Yesterday », « Back in the USSR », « Hey Jude », « Give Peace a Chance » et « Jet ».

 

McCartney et Shevell sont arrivés en Israël la veille du concert. Ils se également rendus à Bethléem, en Palestine, pour visiter l’église de la Nativité. Ils y ont allumé une chandelle au nom de la paix dans le monde et de la paix entre Israël et la Palestine.

 

En dépit de certaines menaces proférées avant le concert, les médias ne rapportent pas d’incidents durant le spectacle.

 

Source: Julie Rhéaume

 

SIR PAUL MCCARTNEY A CHANTÉ ET ENCHANTÉ ISRAEL

 

 

En dépit des menaces qu’il avait reçues, Paul McCartney n’a pas cédé et a chanté en Israël pour une foule déjà conquise.Paul McCartney, qui a chanté jeudi soir en Israël, avait pourtant reçu des menaces de mort. Les islamistes extrémistes lui avaient fortement déconseillé de se produire lors du spectacle « Friendship First », si du moins « il tenait à sa vie ».

 

Sir Paul McCartney ne s’est pas laissé impressionner et a déclaré aux 50 000 fans présents « J’apporte un message de paix ».

 

L’ex Beatles a salué la foule en hébreu en transmettant au public ses bons vœux pour le Nouvel An juif.

 

C’est porté par le public qu’il a chanté la chanson de John Lennon Give Peace A Chance.

 

5000 policiers et membres de la sécurité ont été mobilisés, mais le porte-parole de la police a affirmé qu’il n’y avait pas de menace concrète contre Paul McCartney.

 

Le spectacle s’est déroulé sans accrocs, 40 ans après le concert annulé des Beatles en Israël. Le gouvernement avait alors refusé qu’ils se produisent dans le pays de peur que la musique du groupe mythique ne nuise à la moralité de la nation.

 

Cette fois Sir Paul McCartney a été accueilli bras ouverts par une foule en délire !

 

Source: News de stars

 

PRIVÉ DE BEATLES, ISRAËL AURA PAUL MCCARTNEY

 

 

IL EST LÀ. Enfin ! Paul McCartney est arrivé mardi soir à Tel-Aviv. Il doit y chanter ce soir en plein air dans le parc du Yarkon, là où ont lieu la plupart des grands concerts du pays. Le moment est historique. Il faut dire que ses fans d’hier ont attendu cet instant pendant quarante-trois ans ! En 1965, les Beatles, au sommet de leur gloire, s’étaient vu refuser le droit de jouer en Israël au motif qu’ils risquaient d’avoir une « mauvaise influence sur la jeunesse » selon le comité officiel chargé d’arbitrer la venue des artistes étrangers. La presse de l’époque, y compris de gauche, s’était déchaînée contre la venue des quatre jeunes musiciens. En fait, le comité craignait surtout que les forces de l’ordre soient totalement débordées par la Beatlemania qui sévissait alors. En 1963, un concert de Cliff Richard avait créé une véritable émeute à l’aéroport débordant complètement la police. Fort de ce précédent, le comité avait ensuite refusé la visite de Johnny Hallyday puis celle des Beatles.

 

Violemment condamné

 

Cette fois encore, le concert de Paul McCartney a failli ne pas avoir lieu. D’abord pour des raisons financières. Le coût de production, estimé à 4 millions de dollars, a dissuadé le premier financier israélien pressenti. C’est finalement Yakir Shaashoua, un Israélien vivant à Londres, qui a sauvé le projet. La logistique du concert est unique pour Israël. Afin que tout le monde voie et entende comme s’il était dans les premiers rangs, des enceintes et des écrans géants ont été répartis dans tout le parc.

 

Autre menace : ce concert, organisé pour fêter les 60 ans d’Israël, a été violemment condamné. Le prêcheur musulman Omar Bakri, syrien, interdit de séjour en Grande-Bretagne, a menacé l’artiste dans le « Sunday Express » britannique : « S’il tient à sa vie, M. McCartney ferait bien de ne pas aller en Israël. Les amis de nos ennemis sont nos ennemis. Donc Paul McCartney est l’ennemi de chaque musulman. » Des groupes pro-palestiniens ont également exercé des pressions pour faire annuler la soirée. McCartney a tenu bon. Rien, non plus, n’a dissuadé le public. Ni le prix près de 40 000 billets ont été vendus à près de 100 €, un prix astronomique pour un concert pop en Israël ni les heures et kilomètres de bouchons pour arriver sur place ce soir !

 

Source: Catherine Dupeyron

LE CONCERT « FRIENDSHIP FIRST » RACONTÉ PAR DAVID G.

C’est le 25 Septembre 2008, que Paul McCartney, ex-bassiste des Beatles donnait un concert unique et d’exception au Yarkon Park de Tel-Aviv en Israël. Ce concert sous haute pression suite à des menaces proférées par divers groupes musulmans, s’est passé sous haute pression, avec non moins de 5 000 militaires et agents de sécurité, mais fut à la hauteur de l’attente d’un public attendant cette rencontre avec Sir Paul depuis plus de 43 ans.

David, co-fondateur de Yellow-Sub.net, et administrateur du forum de Yellow-Sub.net depuis le début des années 2000, et habitant en Israël, était présent à cet événement musical, marquant pour le grand fan de Paul qu’il est. Emu, David, revient aujourd’hui, à chaud, avec beaucoup d’émotion, de sensibilité sur ce concert qui va marqué nous n’en doutons pas sa vie de fan..

Tout d’abord, jusqu’au concert, la journée est passée très vite, un peu dans l’euphorie de l’événement, je me suis étonné moi-même d’être plus patient qu’à l’habitude, ce qui veut dire que j’étais dans des conditions positives.

Je suis arrivé sur place, à l’extérieur de la partie du parc réservée au concert, à 15:45 et c’est le choc, même moi qui vit en Israël depuis plus de vingt ans, je n’avais jamais vu autant de forces de l’ordre concentré sur un même endroit. Y avait l’armée, la police, plusieurs équipes de sécurité civile etc etc Et y avait déjà beaucoup de monde, surtout des jeunes.

On a laissé aux premiers, dont moi, la possibilité de faire la queue aux entrées, y en avait quatorze, et les autres ont attendu de l’autre côté de la route. Et c’est là que j’ai compris, en entendant les gens discuter, que tout le monde, y compris tout le monde, avait bien l’intention de se placer au premier rang et que la bataille n’était pas encore gagné. On a attendu l’ouverture des portes pendant plus d’une heure mais on a entendu tout le soundcheck. On a tous chanté ’All My Loving’ en chœur avec lui, les connaisseurs ont aussi chanté les chansons moins connues du grand public comme ’C Moon’ et ’Let Me Roll It’.

Quant on a pu enfin entrer, beaucoup ont courus vers la scène, j’ai préféré y aller tranquillement, boire et manger quelque chose puis j’ai finalement réussi à me placer à 25 mètres environ de la scène sur le côté droit (côté Brian Ray qui à cette distance ressemble encore plus à Bowie qu’à l’habitude. Mais du coup, on était entassés sous la chaleur et l’humidité, sans aucun signe de vent pour se rafraîchir entre ceux qui attendaient par terre et l’inévitable grand qui est juste devant et sans qui la vie pourrait être parfaite. En attendant on a eut sur les écrans une suite d’images qui allaient de bas en haut rendant hommage à Liverpool, aux sixties, aux Beatles, aux Wings et à Linda. Et aussi un petit clip animation (un peu du genre des formes du Windows Media Player) avec la chanson ’222’. J’ai attendu 20:00, puis au-delà j’ai commencé à m’impatienter et à sentir le poids physique de la chose. 20:27 on reçoit des signaux verts fluo puis enfin Paul et son groupe arrivent sur scène.

C’est le moment que j’avais tant attendu et dont on m’avait tant parlé et pourtant les choses ne se sont pas du tout passées comme je l’avais imaginé. Paul McCartney est en face de moi, c’est très bien, je fait wouh ouh comme tout le monde mais bon faut pas exagérer non plus, pas de larme ou de battement de cœur pour le moment. Et alors Abe et les autres commencent leurs boum-boum, boum-boum. Bon c’est vrai que ça ne dure que quinze secondes. Mon cul ! Ca a duré trois jours et demi alors que je savais qu’entre l’Olympia, Round House, Liverpool, Kiev et Québec il n’avait jamais fait deux fois la même première chanson et que c’est pas certain que d’ici la fin des boum-boum de Abe, tout le monde sera encore vivant.

Trois mots ’You say yes’ et je me retrouve en juillet 1964 à l’Hollywood Bowl, je hurle, je chante, je saute dans tous les sens (alors qu’on est toujours entassés hein) et je remarque que je ne suis pas le seul, tout le monde fait ça sans oublier bien sur qu’à l’instar des plus redoutables supporters de foot, à chaque ’Hello’ et à chaque ’goodbye’ on pointe tous Paul du doigts. Ce ’Hello Goodbye’ grandeur nature par Paul grandeur nature, a été pour moi le choc de la soirée et restera je pense un des mes grands moments de fan.

L’ambiance Beatlemania a continué durant le concert sur les chansons des Beatles. Paul semblait ému par l’ambiance, il a peut-être douté par avance de ce public qui lui était encore inconnu et semblait très touché par l’accueil. Vous l’avez vu sur les photos il avait très bonne mine, il avait la forme et sa voix fut à la hauteur de l’attente. Et pas de faux départ.

Alors, entre les hysteriques ’Drive My Car’ et ’Eleanor Rigby/ où, comme dans les vieilles histoires de la Beatlemania, il fallait chanter pour l’entendre parceque sinon on n’entendait plus que le public, il y a eut aussi les chansons post-Beatles qui furent l’occasion de récupérer car le public était du coup bien plus calme.

Cependant, pendant ’Let Me Roll It’ on était tout un groupe à brandir nos mains à la manière des Wings (et il nous a repéré). Les chansons les plus récentes semblaient complètement inconnues du public, j’ai même eut droit à un petit moment de solitude sur ’Flaming Pie’ parce que je savait que sur scène au bout de la première mesure de l’intro il dit « wouh » mais il ne l’a pas fait et du coup j’étais le seul à dire « wouh ».

Parmis les sept chansons des Wings, il y en a quand même trois qui ont bien fait chauffer le public. ’Live and Let Die’ que tout le monde connaît et avec ses feux d’artifice. Moi j’aime pas les feux d’artifice mais en revanche j’aime toujours regarder les gens qui admirent les feux d’artifice. ’Band On the Run’ aussi et surtout ’Mrs Vandebilt’ ! Quelle idée d’avoir attendu si longtemps avant de la faire en concert, pas besoin de la connaître, avec les ’Oh hey oh’ le public suit instinctivement. Sa seule erreur durant tout le concert sera d’avoir oublié de chanter ’Leave me alone mrs Washington’ pensant qu’il y avait encore un solo mais Rusty Anderson a prit la relève et Paul l’a rejoint à la fin de la phrase. J’en profite pour souligner la prestation de Rusty qui est le guitariste de la situation.

Sinon, Paul était plein d’humour hier. Après une ovation, il s’est affalé sur le dos du piano en se tenant le cœur. Avant ’Blackbird’, une des rares fois où il a présenté une chanson en anglais, il a raconté l’histoire de l’air de Bach qu’il jouait avec George quand ils étaient gosses. ’A long time ago in Bethléem… a long time ago in Liverpool, not in Bethléem…’ et lorsqu’il a prononcé le nom George, ça a été accueillit par une ovation dont il semblait surpris.

Un des sommets du show fut ’A Day In The Life/Give Peace A Chance’ reprises par tout le public. Sur ’Give Peace A Chance’, Paul et les musiciens nous ont laissé chanter seuls avec seulement Abe à la batterie. Macca était visiblement impressionné par l’audience, il nous a applaudit et félicité.

Paul a déchiré l’hébreu. Si vous aviez pu entendre le concert depuis la France, vous en auriez été jaloux car il n’a jamais autant parlé dans la langue locale et il n’a jamais parlé de façon aussi naturelle. Il nous a souhaité la bonne année en hébreu parce que le nouvel an juif c’est lundi prochain et a eut aussi un mot en arabe au sujet du ramadan.

La première fin était ’Hey Jude’, avant qu’il revienne tout le public a repris en chœur le refrain de ’Hey Jude’. Pour le deuxième encore, le public a chanté en attendant ’Yesterday’ ce qui tombait à pic car c’est la chanson qu’il chante à ce moment là.

En fin de compte, 30 chansons en deux heures et quart. Aucune nouveauté mais retour de ’Hello Goodbye’ et ’Here There And Everywhere’ toutes deux plus interprétés depuis le concert de Liverpool du 1er juin 2003 et concernant ’Here There And Everywhere’ ce fut une émotion personnelle particulière qu’il ait réintroduis ma chanson préféré de lui juste le jour où je viens le voir pour la première fois.

Ce que je retiens le plus de mon premier concert de Paul McCartney ce sont les chansons des Beatles remontant à la période d’après la fin des tournées (1967-70) car c’est grâce à elles que j’ai enfin compris tout le sens de ses concerts et du fait qu’il donne une si grande importance aux chansons des Beatles. La question n’est pas de savoir si Paul c’est les Beatles, le quart ou la moitié mais de constater qu’il nous fait la démonstration impeccable du vrai potentiel qu’avaient les Beatles et que si ils l’avaient voulu ils auraient pu faire vibrer tous les stades de la planète avec ’Get Back’ ’Let It Be’ et ’Hey Jude’. En un concert, ça devient clair tout autant que personne d’autre que lui ne peut le faire mieux.

Et même ’The Long And Winding Road’ dont je n’ai pas toujours dit que du bien. D’abord, comme je l’avais promis, j’ai pensé à Zaïre. Mais c’est surtout qu’après tout ce qu’on a pu dire sur Spector, sur la très mauvaise blague de ’Broad Street’, et les naked et les pas naked, il en a fait finalement pour ses concerts une bonne version pop tout à fait honnête.

Autant j’ai pu palper l’électricité et l’ambiance du concert d’où j’étais, autant je ne pouvais pas me rendre compte de la quantité de personnes présentes derrière moi. C’est à la sortie que j’ai vu toute cette masse degens, ils avaient tous les âges et à la station de taxi j’ai pu constater qu’ils venaient de tout le pays. Pour alléger ma note de taxi, je me suis joint à un vieux couple qui allaient dans la même direction que moi, ils devaient avoir 65 ans et étaient profondément émus surtout lui qui avait voulu voir les Beatles mais n’avait pas pu. Ils m’ont dit que tout était bien sauf qu’il manquait deux chansons, ’Michelle’ et …. ’Michelle’.

Une dernière chose : je tiens à remercier chaleureusement tous les Yellowsubiens qui m’ont accompagnés et qui m’ont fait croire à ce concert. Les histoires paralelles à cet événement n’étaient pas toujours évidentes et on a vu sur le net ici et là qu’on pouvait facilement démonter ce concert mais… pas sur Yellow-sub. Merci et encore merci.

Et une toute dernière chose : Depuis l’annonce de ce concert il y a trois mois et depuis sa confirmation il y a un mois, j’ai toujours cru quelque part dans ma tête que quelque chose se passera et que je ne serais pas au concert. C’est seulement quand je suis entré dans le parc que j’ai pleinement réalisé que j’y serais.

LES CHANSONS INTERPRÉTÉES LORS DU SOUND-CHECK

SOUND-CHECK DU 24 SEPTEMBRE 2008

Paul Mccartney et son groupe ont donné une répétition le 24 Septembre 200_, veille du concert. Parmi les titres interprétés ce jour là figuraient : Let It Be’, ’Dance Tonight’, ’Get Back’ et ’Here, There And Everywhere’.

EUR 12,95
Habituellement expédié sous 24 h
EUR 26,63
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 26,99
Expédition sous 3 à 4 jours ouvrés

SOUND-CHECK DU 25 SEPTEMBRE 2008

Seulement une poignée d’heures avant son grand concert du 25 Septembre, Paul Mccartney s’est livré à une répétition générale avec son groupe, au plus grand bonheur de tous les fans, massés devant les grilles.

Voici la liste des chansons interprétés durant cette répétition :

  • Let Me Roll It
  • Coming Up
  • All My Loving
  • Only Mama Knows
  • Jam – Titre inconnu
  • Standing Stone Movement IV Celebration
  • Jam
  • C Moon
  • Midnight Special
  • Calico Skies
  • I’ll Follow The Sun
  • Dance Tonight
  • Something (court passage)

LA SET-LIST DE CE CONCERT HISTORIQUE

  • Hello, Goodbye
    The Beatles – Magical Mystery Tour – 1967
  • Jet
    Wings – Band on the Run, 1973
  • Drive My Car
    The Beatles – Rubber Soul, 1965
  • Only Momma Knows
    McCartney – Memory Almost Full, 2007
  • All My Loving
    The Beatles – With The Beatles, 1963
  • Flaming Pie
    McCartney – Flaming Pie, 1997
  • Let Me Roll It
    Wings – Band On The Run, 1973
  • My Love
    Wings – Red Rose Speedway, 1973
  • Let ’Em In
    Wings – Wings At The Speed Of Sound, 1976
  • The Long and Winding Road
    The Beatles – Let it Be, 1970
  • Dance Tonight
    McCartney – Memory Almost Full, 2007
  • Blackbird
    The Beatles – The Beatles , 1968
  • Calico Skies
    McCartney – Flaming Pie, 1997
  • I’ll Follow the Sun
    The Beatles – Beatles For Sale, 1964
  • Mrs. Vandebilt
    Wings – Band On The Run, 1973
  • Here, There and Everywhere
    The Beatles – Revolver, 1966
  • Eleanor Rigby
    The Beatles – Revolver, 1966
  • Something
    The Beatles – Abbey Road, 1969
  • A Day in the Life
    The Beatles : Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, 1967
  • Give Peace a Chance
    John Lennon and the Plastic Ono Band – Single, 1969
  • Band on the Run
    Wings – Band On The Run, 1973
  • Back in the USSR
    The Beatles – The Beatles, 1967
  • I’ve Got a Feeling
    The Beatles – Let It Be, 1970
  • Live and Let Die
    Wings – single , 1973
  • Let It Be
    The Beatles – Let It Be, 1970
  • Hey Jude
    The Beatles – Let It Be, 1970

First encore :

  • Lady Madonna
    The Beatles – The Beatles, 1967
  • Get Back
    The Beatles – Let It Be, 1970
  • I Saw Her Standing There
    The Beatles – Please Please Me, 1963

Second encore :

  • Yesterday
    The Beatles – Help !, 1965
  • Sgt. Pepper (reprise)
    The Beatles – Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, 1967
  • The End
    The Beatles – Abbey Road, 1969

freind

EUR 83,17
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 270,00
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 5,99
Habituellement expédié sous 3-5 semaines

Pensez aussi à lire

Being for the Benefit of Mr. Kite!

A l’occasion du tournage du film promotionnel de  » Strawberry Fields Forever  » (pouvant être …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre − trois =

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !