Accueil / Paul McCartney / La discographie / La discographie 33 T / The Family Way – Paul McCartney : les secrets de l’album (paroles, tablature)

The Family Way – Paul McCartney : les secrets de l’album (paroles, tablature)

The Family Way - Paul McCartney : les secrets de l'album (paroles, tablature)

Informations sur l’album

  • Pays : International
  • Support : 33 Tours
  • Mixage : Mono
  • Date de publication : 01/01/1970

Track-listing de l’album

Description de l’album

La bande son

Présentation

Le second trimestre 2003 a vu la sortie canadienne, en tirage CD limité, de la bande originale musicale du film The Family Way composée en 1966 par Paul McCartney. Cette réédition doit son existence à Michel Laverdière qui l’a produit sur son label XXI.

A cela, ont été ajoutés deux nouveaux enregistrements :

  • The Family Way – variations concertantes Opus 1 enregistré en 1995 avec Carl Aubut à la guitare, Claire Marchand à la flûte, André Moisan à la clarinette et le Claudel String Quartet. 
     
  • The Family Way – Theme enregistré en 1999 par le Quatuor La Flûte Enchantée avec des arrangements signés Anthony Rozankovic.

Fiche technique de l’album

  • Date de publication : 12 Juin 1967
  • Date de ré-édition : 1995 / 2003
  • Labels de ré-édition : Phillips / XXI
  • Producteur : Jean François Jarry et Carl Aubut 
  • Ingénieur : Jean François Jarry

Les Musiciens

  • CARL AUBUT – guitare
     
  • Claire Marchand – flûte 
     
  • André Moisan – clarinette 
     
  • Quatuor CLAUDEL String Quartet :
    • Elaine Marcil – violon
    • Marie-Josee Arpin – violon
    • Margot Aldrich – vielle
    • Therese Motard – Violoncelle

Le track-listing

  • THE Family Way – VARlATIONS CONCERTANTES – OPUS 1 
    Composé par Paul McCartney

    • Variation No. 1 (3:09)

    • Variation No. 2 (1:54)

    • Variation No. 3 (2:00)

    • Variation No. 4 (2:56)

    • Variation No. 5 (2:23)

    • Variation No. 6 (0:50)

    • Variation No. 7 (3:45)

    • Variation No. 8 (2:50)

    • Variation No. 9 (2:46)
       

  • HYMN TO THE CHILD / L’HYMNE A L’ENFANT 
    Composé par Jean-Marie Benjamin
    Arrangements par Carl Aubut
     
  • REMlNISCENCES 
    Arrangements pour guitare par Carl Aubut 
     
  • DOUBLE-MARCH (Bobino) 
    Composé par DWIGHT BARKER
    • Theme (0:55)
    • Variation 1 (1:54)
    • Variation 11 (1:42)
    • Variation 111 (2:23)
    • Variation IV (1:42)
    • Variation V (1:33) 
       
  • LE CAPITAINE BONHOMME 2:39 
    Composé par Gilbert Lacombe / Michel Noel 
     
  • LE PIRATE MABOULE 3:40 
    Composé par Herbert Ruff P. Thehault 
     
  • SOL ET GOBELET 3:16 
    Composé par HERBERT RUFF / L. Durand 
     
  • GRUJOT ET DELICAT 2:44 
    Composé par HERBERT RUFF / P. TheHault 
     
  • MONSIEUR SURPRISE 2:12 
    Composé par HERBERT RUFF / P. Theriault 
     
  • LES ENFANTS DE SARAJEVO 4:40 
    Composé par CARL AUBUT

Note de l’éditeur

Comme je fais partie des baby boomers, je suis de ceux qui ont pu assister en 1967 à la projection du film THE Family Way dans une vraie salle de cinéma. J’y suis allé pour deux bonnes raisons : la musique était composée par Paul McCartney, et j’étais amoureux de… Hayley Mills. Malheureusement, je n’ai conservé qu’un très vague Souvenir de cette expérience et quand j’ai revu ce film pour la seconde fois en 1993, je me suis rendu à l’évidence que j’avais en fait tout oublié… sauf Hayley Mills. Avec le guitariste Carl Aubut, je décidai de produire un nouvel enregistrement de ce joli thème musical, Love In The Open Air, et cette aventure allait nous permettre de rencontrer Paul McCartney et George Martin à Londres en mai 1995 pour le tournage d’un documentaire pour la télévision intitulé L’univers classique le Paul McCartney produit en 1996 par Zaq et Télé Fiction.

Deux ans plus tard, Paul McCartney suggérait que je produise un enregistrement du Liverpool Oratorio pour petit ensemble, ce que je fis avec le Quatuor La Flûte Enchantée sur le label ATMA. Sur ce disque, nous avons inclus un nouvel arrangement pour flûtes du thème du film The Family Way.

XXI est fière de vous offrir aujourd’hui, sur un même disque, la bande musicale originale du film (telle que Paul McCartney la composa en 1966, arrangée par George Martin et interprétée par le George Martin Orchestra), les Variations Concertantes Opus 1 de Carl Aubut et l’arrangement d’Anthony Rozankovic interprété par le Quatuor La Flûte Enchantée. Bonne écoute !

Ils nous parlent de « The Family Way »

Paul McCartney

Michel Laverdière : Dans quelle circonstance le projet The Family Way s’est-il concrétisé ?

Paul McCartney : En fait, ce sont les frères Boulting qui m’ont contacté. Ils étaient intéressés par la musique que nous faisions. L’un deux, Roy, me dit : « Serais-tu intéressé à écrire pour le cinéma ? ». J’ai répondu : « Wow ! Ce serait un grand honneur ». Ce sont de très bons directeurs, très célèbres en Angleterre et je savais que le film serait bon, et que la distribution était excellente avec John Mills, Hayley Mills et Hywell Bennett. J’ai cependant ajouté : « ok, ça va, mais j’aurai besoin de travailler avec George Martin parce que je n’écris pas la musique et j’aurai besoin de son expérience ». C’est ainsi que cela s’est passé. Ils nous ont montré des scènes, décrit l’atmosphère générale, et parce que l’intrigue se situait dans le Nord de l’Angleterre, d’où je viens, j’ai tout de suite pensé à des cuivres et des fanfares. Il y avait là un lien intéressant pour que mon grand-père jouait du tuba dans une fanfare. Et j’aime beaucoup le son des fanfares. J’ai donc suggéré que le film débute au son de cette musique e j’ai écrit la mélodie.

Michel Laverdière : C’était la première fois que vous composiez officiellement en dehors du tandem Lennon-McCartney ?

Paul McCartney : Oui, et c’est ce qu’il y a de bizarre. C’est vrai. C’est bizarre parce qu’en discutant avec Yoko récemment à propos de choses et d’autres qui font partie de notre histoire, elle me confiait que John n’a pas vraiment apprécié. Et je ne l’avais jamais su, sauf quand elle me l’a dit en 1994. John m’avait toujours assuré qu’il était d’accord parce que lui-même tournait dans un film, How I Won The War. Nous avions commencé à réaliser quelques projets en solo, pour changer un peu. J’ai donc pensé… je lui ai demandé : « Ça va ? Ça ne te dérange pas ? » et il a dit : « Ouais, ça va, ça va ». Mais Yoko m’a dit qu’en fait il a été déçu, parce qu’il aurait probablement aimé que je dise que Lennon-McCartney vont composer ensemble. Pour moi, ce n’était qu’une belle opportunité de faire autre chose par rapport à ce que nous faisions normalement. Yoko m’a dit que John avait apparemment été blessé de mon attitude. Ce que je regrette, surtout que nous en avions parlé. Il ne m’a rien dit à ce moment là. Il a seulement prétendu que tout était bien. Mais si j’avais su que ça le dérangeait, je lui aurais demandé de se joindre à moi et nous aurions composé ensemble. Il n’y avait pas de problème.

Michel Laverdière : Étiez-vous satisfait du résultat ?

Paul McCartney : Oui, je l’étais. Je ne veux pas insinuer que j’en étais trop fier. Mais oui, j’étais heureux du résultat parce que je n’avais rien fait de semblable auparavant. Et cela aurait pu mal tourner. J’étais heureux que tout ait fonctionné. Ils auraient pu me dire qu’ils n’en voulaient pas, il ne faut pas l’oublier. Quand vous écrivez pour le cinéma, on peut vous dire : « Désolé ! ça ne va pas… ». J’étais donc heureux qu’ils l’acceptent. Et cela a marché. Et nous avons même obtenu un Trophée Ivor Novello, ce qui est extraordinaire. 

George Martin

Carl Aubut : Comment avez-vous pris part à la réalisation de la bande musicale du film The Family Way composée par Paul McCartney ?

George Martin : On a évidemment demandé à Paul de composer la musique et Paul m’a demandé si je voulais bien écrire les arrangements et les partitions pour lui. Comme le film se déroulait dans le Nord de l’Angleterre, son idée principale était d’utiliser les cuivres, comme dans les fanfares de la région. C’est typique au Nord de l’Angleterre. Il a donc écrit le thème pour cuivres. Mais nous devions travailler très vite. Je calculai que je n’avais que trois semaines pour écrire et arranger, engager les musiciens, répéter et enregistrer. J’étais alors à New-York avec mon épouse et je lui ai dit : « Chérie, à notre retour à Londres, j’aurai un horaire de travail très chargé. Pourquoi ne prendrions-nous pas le bateau au lieu de prendre l’avion ? Nous voyagerons en première classe, dans le luxe et le confort, un service impeccable, une cuisine pour gourmet – cinq jours pour traverser l’océan… ».

Carl Aubut : Vous avez donc commencé à écrire les partitions pour The Family Way sur le Queen Mary ?

George Martin : Non, non. Pas du tout ! Sur le Queen Mary, je me suis empiffré ! (rires). Bien entendu, je ne pouvais utiliser uniquement des cuivres tout au long du film. Après tout, c’était un film sur la famille, avec de la tendresse et j’avais besoin d’une mélodie teintée de romantisme. Je lui ai donc demandé : « Tu sais, tu dois me donner plus de musique. Mon matériel brut ne suffit pas pour combler toutes les situations du film ». Et il m’a répondu : « Ça va, viens à la maison ». Il travaillait chez lui, à quelques rues de chez moi, sur Cavendish Avenue. J’y suis allé. Il travaillait avec John sur de nouvelles chansons en vue d’un prochain enregistrement mais pas sur The Family Way. Il s’est excusé auprès de John en disant : « George veut que je fasse cela ». Et en quelques minutes à peine, il a composé cette jolie petite valse intitulée Love In The Open Air. Je lui ai dit : « C’est ça ! C’est ce dont j’ai besoin. Merci. Au revoir ». Je lui ai enlevé des mains et je suis revenu écrire les arrangements pour cordes.

Carl Aubut : Comment Paul vous donne-t-il sa musique ?

George Martin : Évidemment, Paul ne lit ni n’écrit la musique, mais c’est un excellent musicien. Il chante, il joue de la guitare et du piano. Il est capable de préciser exactement ce qu’il a en tête. Ses indications pour les cuivres étaient très claires. Il voulait absolument rendre l’atmosphère du Nord avec le son des fanfares. Quant à ce thème, il a fait une démo pour moi mais il n’avait pas d’idée particulière sauf quelques indications pour les bois et les cordes. Cela n’a pas été trop difficile d’écrire pour ce film.

Qui sont-ils ?

Carl Aubut Quatuor

Né à Québec, c’est à Montréal que Carl Aubut apprend la guitare en s’achetant un recueil de chansons des… Beatles ! Il poursuit ses études musicales et obtient un baccalauréat en musique. A la fois influencé par la musique populaire et le répertoire classique, il réalise une fusion de ces deux tendances et affirme un style musical original.

La Flûte Enchantée

Formé en 1985, ce quatuor regroupe quatre flûtistes chevronnés diplômés du Conservatoire de Musique du Québec à Montréal. Leur répertoire couvre toutes les époques musicales. Il offre un choix très varié allant d’œuvres originales pour quatuor de flûtes à des transcriptions inédites d’opéra, de musique symphonique, de ballet, de musique populaire, de jazz, etc… Le quatuor a réalisé trois enregistrements sur le label ATMA et enregistre maintenant sur XXI, le label de Michel Laverdière.

 


Pensez aussi à lire

You Want Her Too : Paul McCartney : paroles, traduction, histoire…

Informations sur la chanson Crédits : McCartney / MacManus Durée : 3:13 Producteur : Paul …

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !