Interview de Yoko Ono lors de la publication de l’Anthology Lennon

A l’occasion de la sortie de « LENNON ANTHOLOGY », la veuve Lennon, Yoko Ono à confié une interview à la presse, interview dans laquelle elle confie les motivations qui l’ont poussées à publier ce nouveau coffret posthume de son mari, abattu le 8 Décembre 1980 par Mark D. Chapman.

Pourquoi avoir réalisé un coffret dix-huit ans après la disparition de John Lennon ?

John a laissé derrière lui un immense répertoire de merveilleuses chansons qui n’ont jamais été éditées ni entendues à la radio. Mon rôle est de perpétuer son oeuvre, de continuer ce qu’il n’a pas pu terminer Je veux que, dans le monde entier, les plus jeunes le découvrent et que le public pense à lui à travers sa musique.

Dans le livret d’accompagnement, vous vous défendez d’être une veuve intéressée. Pourquoi teniez-vous à cette mise au point ?
Depuis les années 70, j’ai entendu les pires atrocités à mon sujet. Dernièrement, je suis allée présenter mes oeuvres à Berlin. Un homme est venu trouver le directeur de la galerie pour lui dire « Comment pouvez-vous porter un intérêt à cette femme ? Elle a miné les Beatles ! » Je suis habituée à être considérée comme une mante

Comment avez-vous sélectionné ses chansons ?
Avec beaucoup de difficulté. Au début, je passais mes journées à pleurer dans mon grenier en écoutant les centaines de bandes d’enregistrements. J’avais l’impression que John était présent et qu’il s’adressait à moi, comme il avait l’habitude de le faire en studio. Soudain, à nouveau, je l’entendais me lancer une plaisanterie, me demander de lui apporter une tasse de thé. C’était cruel.

Que pensez-vous du résultat ?
La maison de disques Capitol Records tenait à présenter de nouvelles versions des chansons de John mais aussi des enregistrements inédits. Je pense que le public sera très surpris par la qualité de ces 4 CD. John était encore plus brillant quand il n’était pas sur scène. Plus de 90% des titres du coffret sont signés de lui. J’ai ajouté les quelques reprises qu’il aimait particulièrement. Les fans vont avoir l’occasion unique d’entendre Lennon parodier Bob Dylan et George Harrison.

Depuis sa mort, vous n’avez pas déménagé. Comment pouvez-vous continuer a vivre ici ?
En Asie comme en Europe, tout le monde vit dans une maison avec sa famille Si l’un des membres vient à disparaître les autres ne vont pas quitter les lieux pour autant. Ici je suis chez moi et je m’y sens bien Pour certains, je devrais retourner dans mon pays, le japon Ils ne comprennent pas que mon foyer est ici, à New York, et nulle part ailleurs.

Avec un père aussi célèbre que John Lennon, ce doit être très difficile pour Sean de s’imposer dans le monde de la musique…
C’est vrai. Mais il est jeune, charmant et très talentueux. Je lui souhaite vraiment de se faire son propre nom. Le coffret restitue un moment très émouvant de notre vie de famille lorsque Sean, gamin, -chantonnait avec son père « With a Little Help from My Friends ».

Quels conseils lui donnez-vous ?
Aucun .Nous avons laissé évoluer Sean dans son propre monde et c’est à lui seul de trouver sa voie. Pour nous, l’éducation limite l’esprit. Nous ne l’aurions jamais forcé à aller à l’école, par exemple. C’est lui qui en a manifesté le désir

Existe-t-il d’autres enregistrements inédits de Lennon que nous n’ayons jamais entendus ?
Je n’ai pas encore ouvert des dizaines de cartons contenant des bandes magnétiques. Ils sont protégés dans un grenier

yokobiog

Pensez aussi à lire

2008-07-20 : PLAINS OF ABRAHAM, QUEBEC CITY, CANADA

LINE-UP Paul McCartney Rusty Anderson Brian Ray Paul « Wix » Wickens Abe Laboriel Jr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + onze =

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !