Respect, rejet : Walls and Bridges

Ce sujet a 15 réponses, 7 participants et a été mis à jour par  4JB, il y a 1 an et 10 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #109182

    Clive LD
    Admin bbPress

    En ce samedi, j’écoute « Walls and Bridges »… un album que j’ai eu un mal fou à apprivoiser, car il est si « décousu », inégal… Il faut aller le chercher loin, le Beatles Lennon dans ce disque… Il y a pour moi de belles pépites « Whatever Gets… », « Old Dirt Road », « #9 Dream »… et des titres déroutants : « What You got », « Beef Jerky »….

    Y en a vraiment pour tous les goûts sur cet opus… mais même la présence de Klaus Voormann, Jim Keltner ou encore Elton John et Harry Nilsson ne sauvent pas l’album

  • #109190

    4JB
    Participant

    Se procurer la version remixée de l’album (tous les titres ne bénéficient pas de ce luxueux traitement, certains étant simplement remasterisés). Privilégier l’édition japonaise, qui respecte l’artwork original -voir plus bas.

    Et là, (re)découvrir le vrillant ‘Steel and Glass’ dont le nouvel apparat de 2005 a de quoi stupéfier, ça sonne plus façon ‘Abbey Road’ que ‘Lennon en solo’. Rappelle un peu, dans le refrain, ‘How Do you Sleep’, sauf qu’il s’agit cette fois d’une charge à l’encontre d’Allen Klein. Que John peu avant, ne manqua pas de défendre.

    Royal.

    Pour le reste, il y le single avec l’Elton, pour le moins discutable. Et quelques jolies pièces, comme #9 Dream, hélas un peu longuet.


    Le conditionnement made in Japan

    A relever que le LP post-mortem ‘Menlove Ave.’ (1986) propose plusieurs versions dépouillées de chansons extraites de ‘Walls and Bridges.

    Pour répondre à la question initiale, pas de rejet, à l’exception de ‘Whatever Gets…’.

  • #109198

    Flowers
    Participant

    Pour répondre à la question initiale, pas de rejet, à l’exception de ‘Whatever Gets…’.

    personnellement ce sont les paroles de cette chanson qui me dérangent, je n’aime pas l’esprit

  • #109203

    Laurent
    Participant

    A vrai dire le seul album de John que j’écoute.
    Pas une grande œuvre mais un honnête travail hélas sérieusement mis à mal par une production sans nuance et sans âme.
    Sortie de l’épouvantable titre avec la tante Elton et d’un instrumental sans interet (Beef Jerky), le reste est plutôt du jolie travail.
    Mention spéciale à un Nobody Loves You magnifique, au somptueux Steel And Glass et à Old Dirt Road qui est un de mes titres préférés de la carrière solo de John.
    Avec un peu plus d’envie, de travail, de rigueur et d’engagement, Lennon pouvais signer là un vrai grand disque de musique « adulte ». Reste que la distance semble incroyablement loin avec le type plein d’humour et de vie qui écrivais et chantais Hey Buldog quelques années plus tôt.

  • #109212

    Forrest18
    Participant

    Je n’ai jamais accroché à cet album.
    Je sauve « Steel and Glass » (ma préférée !), « Nobody loves you » et « #9 Dream » (sans les longueurs « Bowakawa Poussé poussé)
    Le reste est moyen :
    « Surprise, surprise.. » orchestration catastrophique
    « Bless you », « Old dirt road «  ennuyeux à souhait
    « What you got » juste du bruit !
    « Scared «  un pont complètement raté
    « Ya Ya « juste un gag !
    « Beef Jerky » à des années lumières du « Speed of Sound » de Bowie par exemple
    « Goin’ down on love «  la pire 1ère chanson de tous ses albums
    « Whatever gets you thru… » son seul numéro 1 aux USA ! Quand je compare à « Instant Karma «  et « Imagine » moins bien classés, je cherche encore à comprendre ….
    Des guitares acoustiques et cordes pour essayer de sauver l’ensemble, pour moi le pire album de John.
    Je préfère « Mind Games «  et même « Somme time in NYC »

  • #109218

    Flowers
    Participant

    Je sauve « Steel and Glass » (ma préférée !), « Nobody loves you » et « #9 Dream » (sans les longueurs « Bowakawa Poussé poussé)

    Je suis d’accord.
    Reste que la première, bon, il s’est pas foulé hein, une pale copie de How Do You Sleep. La seconde est élégante, élégiaque, ok, mais mmmm…on fatigue vite en fait. La troisième oui longuette c’est vrai, mais sympa, peut etre au fond la plus réussie. J’ai toujours trouvé ce « bowakawa poussé poussé » assez décalé et étrange, d’ou sort-il ça ?

  • #109241

    David
    Participant

    A relever que le LP post-mortem ‘Menlove Ave.’ (1986) propose plusieurs versions dépouillées de chansons extraites de ‘Walls and Bridges.

    Les ‘take 1’ de ‘Menlove Ave’ sont pas mal du tout. En particulier ‘Bless You’ que je préfère sous cette forme.

  • #109242

    4JB
    Participant

    Ce fut sur le continent américain que la chanson frappa fort, #2 au Canada, aussi. Au Royaume-Uni, ce ne fut même pas un Top 20.
    Une curiosité, en effet.


    La pochette française du 45 tours

  • #109243

    David
    Participant

    « Whatever gets you thru… » son seul numéro 1 aux USA ! Quand je compare à « Instant Karma « et « Imagine » moins bien classés, je cherche encore à comprendre ….

    C’est juste une question de concurrence. Tout porte à croire qu’en parallèle à ‘Whaterver Gets…’ il n’y avait rien à se mettre sous la dent tandis que 70-71 c’était autre chose.

  • #109245

    4JB
    Participant

    Avec le recul, ‘Walls and Bridges’ apparaît comme un LP assez ordinaire de John Lennon. Evidemment moins fort que ‘Plastic Ono Band’, ‘Imagine’, sans commune mesure avec les singles ‘Cold Turkey’ ou ‘Instant Karma’. Rien de spécial, une approche vaguement funky ici ou là, ce n’est pas ce que notre homme maîtrise le mieux, même s’il y va de bon cœur.

    1974 n’était pas une année aussi faible pour le rock’n’roll que le sera 1975. En évoquant évidemment le mainstream ou, du moins, le plus connu*, Big Star, Sparks ou Roxy Music s’y distinguent avec des albums de belle tenue, tandis que Dr Feelgood publie son premier single, que Lou Reed y va d’un live devenu mythique.

    De fait, Lennon passe la rampe, son disque se situant du côté d’une espèce de moyenne peu frappante, loin du rouge de la honte, du rouge des amplis.

    * de 1950 à 2017, il y a TOUJOURS eu des artistes underground. Parfois, ils ressurgissent du petit néant, finissent par s’imposer, tel un Sonny Fisher, devenu icône du rockabilly. 90’000 autres exemples se bousculent au portillon.

  • #109262

    Flowers
    Participant

    Sparks

    (étonnants et toujours bien là en 2017 comme en témoigne leur dernier et digne opus « Hippopotamus »)

  • #109331

    Smithers-Jones
    Participant

    « Whatever gets you thru… » son seul numéro 1 aux USA ! Quand je compare à « Instant Karma « et « Imagine » moins bien classés, je cherche encore à comprendre ….

    C’est juste une question de concurrence. Tout porte à croire qu’en parallèle à ‘Whaterver Gets…’ il n’y avait rien à se mettre sous la dent tandis que 70-71 c’était autre chose.

    Après ce n’est pas un énorme single, il n’apparaît pas dans le Top 100 de l’année 74 de Billboard, alors que Helen Wheels, petit single de McCartney est, lui, classé dans le Top 100.

    Même si ce ne sont pas ses singles, il joue sur deux autres singles qu’il a coécrit et qui se sont classés N°1. Fame avec Bowie et LSD avec Elton.

  • #109332

    Smithers-Jones
    Participant

    J’aime beaucoup Walls & Bridges. Derrière l’album du POB, c’est celui que je retiens dans la maigre discographie solo de Lennon. Rien à éviter en terme de chanson. Quelques bémols au niveau des arrangements sur certaines chansons (les violons envahissants de ‘Nobody Loves You’ et de ‘#9 Dream’) et un problème général au niveau du mixage.

  • #109366

    4JB
    Participant

    Quelques bémols au niveau des arrangements sur certaines chansons (les violons envahissants de ‘Nobody Loves You’ et de ‘#9 Dream’) et un problème général au niveau du mixage.

    C’est pourquoi la version remixée* en 2005 s’impose, c’est très clairement mieux réparti, plus confortable.

    * dommage que certains titres ont été seulement remasterisés. Les multi étaient-ils inutilisables ? Perdus ? Par souci d’économie ?

    &&&&&&&&&&&&

    Curieusement la version, hors Japon (voir plus haut) de ce « nouveau » ‘Walls and Bridges’ ne reprenait pas le visuel original, mais se présentait ainsi :

    Il y a 3 bonus tracks, cette édition est encore trouvable à prix raisonnable.

  • #109370

    Flowers
    Participant

    ce n’est pas un énorme single, il n’apparaît pas dans le Top 100 de l’année 74 de Billboard, alors que Helen Wheels, petit single de McCartney est, lui, classé dans le Top 100.

    oui et c’est étrange quand meme…du haut de mes a peine 10 ans je me souviens parfaitement du très électrique et entrainant Whatever Gets You…alors que l’assez fade Helen Wheels ne m’évoque rien, aucun mais alors souvenir…

  • #109373

    4JB
    Participant

    Un 2e single a été extrait, hélas sans edit, de ‘Walls and Bridges’: ‘#9 Dream’, avec, au dos, le peu mémorable ‘What You Got. Il existerait toutefois un rare pressage « dj » ou ‘#9 Dream’ serait plus concis.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !