Rééditions McCartney 2018

Ce sujet a 17 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  David, il y a 1 an et 6 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #110958

    Flowers
    Participant

    le site de Macca vient d’annoncer quatre rééditions pour 2018 :

    – New
    – Chaos and Creation in the Backyard
    – Wings Greatest
    – Thrillington

    (bon si c’est encore une excuse pour retarder le nouvel album, c’est fatigant…)

  • #110959

    Flowers
    Participant

    Thrillington…tiens donc vous ici ? quelle surprise…une remise en selle, une vraie reconnaissance tardive après une longue période sous le manteau.

  • #110962

    Matthieu
    Participant

    Ça sent les conséquences du changement de label non?
    Très très peu d’intérêt dans tout ça…
    Le trip du vinyl coloré, pour traire le collectionneur.
    Me laisserai peut-être tenter par ‘Chaos…’ en CD si le digipack est mignon, et encore… Le reste, non merci!

    Pour ‘Thrillington’, ça peut être bien de le retrouver réédité tout seul, même s’il était déjà présent dans la Big Deluxe de ‘Ram’.
    Mais du coup, oui, ça le met un (tout) petit peu plus en avant!

  • #110964

    Matthieu
    Participant

    Pour ‘Chaos…’, c’est finalement pas mal pour les collectionneurs de le rééditer en vinyle. L’édition originale commençait doucement à grimper en prix (plus de 100€ pour un exemplaire complet de 2005).

  • #110965

    4JB
    Participant

    ‘Thrillington’ avait déjà été réédité (CD) en 1995 :

  • #110966

    Matthieu
    Participant

    Etait-ce déjà un remaster ?

    Le ‘Thrillington’ présent dans l’édition Deluxe de ‘Ram’ a été remasterisé pour l’occasion. Je suppose que c’est ce même master qu’on trouvera sur la nouvelle réédition.

  • #110967

    4JB
    Participant

    Etait-ce déjà un remaster ?

    Ce n’est pas mentionné, quoiqu’il y ait un ©1995 MPL pour le son.
    Ceci exposé, il s’agit d’apprécier le brassy sound avant d’effleurer le mastering. Car, si on espère un version easy listening de RAM toute en orchestrations où violons et cellos tissent la toile, patatra : nous sommes ici confontré à une épaisse couche de cuivres empilée par Richard Hewson.
    Richard Hewson ? L’arrangeur de ‘The Long and Winding Road’ en personne. Ça ne vous rappelle rien ?

  • #110968

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour à tous!,

    Richard Hewson? Aussi le génial arrangeur de Those were the days de Mary Hopkin.

    Je pense que ces rééditions signifient une chose. Paul annonce ainsi que son nouvel album n’est pas près de sortir et que Capitol a beau jeu de rééditer d’autres albums de son catalogue. Et à l’automne, la place sera libre pour l’Album Blanc remixé. Et le nouvel album de Paul? Ca a l’air de s’enligner pour le printemps 2019.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #110969

    Matthieu
    Participant

    Etait-ce déjà un remaster ?

    Ce n’est pas mentionné, quoiqu’il y ait un ©1995 MPL pour le son.
    Ceci exposé, il s’agit d’apprécier le brassy sound avant d’effleurer le mastering. Car, si on espère un version easy listening de RAM toute en orchestrations où violons et cellos tissent la toile, patatra : nous sommes ici confontré à une épaisse couche de cuivres empilée par Richard Hewson.
    Richard Hewson ? L’arrangeur de ‘The Long and Winding Road’ en personne. Ça ne vous rappelle rien ?

    Je l’avais écouté pour la première fois à l’occasion de la re-sortie de ‘Ram’, et j’avoue n’en avoir absolument aucun souvenir.

  • #110970

    4JB
    Participant

    Je l’avais écouté pour la première fois à l’occasion de la re-sortie de ‘Ram’, et j’avoue n’en avoir absolument aucun souvenir.

    Bah, si, plutôt que l’approche empâtée de ‘Thrillington’ on préfère (terme d’époque) la musique légère, s’offrir cette aimable friandise ou, en plus de la relecture candy de Eleanor Rigby, Yesterday ou Penny Lane, les 101 Strings ont ajouté trois de leurs créations « à la manière de » :

    On connaît l’histoire, l’album Thrillington avait été mis en boîte en 1971 avec Macca en guise de « producteur ». Qu’il n’ait été publié que 6 ans plus tard n’est pas le plus étonnant. La question est plutôt « pourquoi l’avoir sorti ? ».

    Maintenant, des siècles après, on comprend les diverses rééditions, ‘Thrillington’ fait partie du parcours saccadé de l’oncle Paul, un coup en haut, un coup en bas et 20 coups au milieu. Là, il serait intéressant de savoir qui écoute régulièrement cet album et quelles en seraient les éventuelles qualités.

  • #110972

    Flowers
    Participant

    Là, il serait intéressant de savoir qui écoute régulièrement cet album et quelles en seraient les éventuelles qualités.

    Pas régulièrement mais il y a une « ambiance » et on est tenté de dire « pourquoi pas ? ». Maintenant c’est vrai qu’écouter tout Thrillington d’une traite est indigeste. Mais au cas par cas ça se défend, je trouve certains titres réussis et collant parfaitement à leur pendant original, notamment « Three Legs » ou « Monkberry Moon Delight » par exemple.
    Faut pas oublier non plus de remettre dans le contexte d’une époque bubblegum qui aime ces ambiances sucrées, un peu marshmallows, vaguement surréalistes aussi (la série « Hollyridge » typiquement). Bref, comme les affectionne le Paulo quand il se laisse aller à sa musique d’ascenseur parfaitement assumée, et mes oreilles s’en sont parfaitement remises :-).

  • #110973

    Flowers
    Participant

    – Wings Greatest

    Compilation avec un gros oubli :
    « Listen to what the man said » étant à Wings Greatest ce que « Flowers in the dirt » est à Pure McCartney…
    Irritant (au bas mot…)

  • #110974

    4JB
    Participant

    – Wings Greatest

    Compilation avec un gros oubli :
    « Listen to what the man said »

    Le Greatest des Wings (ci-dessous dans son conditionnement digipack à venir) a toujours eu droit à un bon point : sa pochette. Pas d’une extatique beauté, mais cool et bien typée. On pourrait d’ailleurs se demander quelle est sa signification*.

    Le revers de la médaille est fort de trois impairs :
    1) Il y a plusieurs chansons qui ne sont pas des -ahem- Wings.**
    2) 12 plages en tout, c’est faible, maigrelet.***
    3) Pas de chronologie ni détails, c’est la compile ‘grand magasin’.

    * Les ailes (wings) symbolisées par le mouvement de la statuette, le socle exprimant la solidité (avec des espèces de signes simili-ésotériques, rigolo), ciel bleu et neige blanche, l’orchestre du Mc souffle le chaud et le froid. Effet kitsch voulu, illustrant à merveille un ‘Silly Love Songs’.
    ** Les -pénibles- antiMacca ont assez claironné que les Wings étaient un joujou de l’oncle Paul, là, on ne peut que s’incliner devant tel avis. Même si, du côté de 1975-76, McCartney semblait tenter une approche démocratique de l’orchestre, on le constate sur les LPs d’alors.
    *** Comme dit plus haut, ‘Listen To What…’ reluit par sa stupide absence (la chanson est super bonne), mais aussi, au champ des victimes, ‘Maybe I’m Amazed’ (version solo ou Wings, peu importe), un minimum. La réédition aurait pu, la moindre des choses, les joindre en bonus.

  • #110978

    Flowers
    Participant

    1) Il y a plusieurs chansons qui ne sont pas des -ahem- Wings.**
    Les -pénibles- antiMacca ont assez claironné que les Wings étaient un joujou de l’oncle Paul, là, on ne peut que s’incliner devant tel avis. Même si, du côté de 1975-76, McCartney semblait tenter une approche démocratique de l’orchestre, on le constate sur les LPs d’alors.

    En ce qui me concerne j’ai longtemps cru, par coté pratique des choses 🙂 que la « tranche 1970-1980 était Wings », point final. Et il m’a fallu des années pour m’apercevoir que McCartney I et Ram n’était « pas du Wings »…bon…En fait c’est une question de « ton », de langage musical, qui est commun entre tous les albums de cette décennie, et cela malgré le fait que les musiciens – et notamment P…heu…Denny Laine – soient différents. Bien sur on peut ‘reprocher’ aux albums proprement Wings une certaine tiédeur ici et là, pas mal de complaisance aussi. Mais c’est le meme « langage », au fond. Avec le meme taulier qui, oui, parfois, s’exerce a la démocratie. Un peu comme un Poutine qui autoriserait des élections libres…Mais Wings reste Wings,il y a au moins une identité d’époque, les seventies.

  • #110979

    Flowers
    Participant

    2) 12 plages en tout, c’est faible, maigrelet.

    Et sur 12 titres, il y en a 5 sortis comme des singles à part et donc non issus des albums originaux (inimaginable aujourd’hui…). C’est vrai que 12 titres ça fait rapia. Je me souviens avoir été un peu frustré à l’époque alors qu’il avait déjà de quoi faire un double parfaitement recevable.

    A noter que l’édition bulgare ne contient pas « Live and Let Die ».
    Des relents de guerre froide ?
    Curieux…

  • #110981

    fabfour22
    Participant

    Pourquoi « New » un disque récent ??? remastérisé ? remixé ?
    C’est assez incompréhensible !
    Pas du tout intéressé par ces rééditions

  • #110984

    4JB
    Participant

    Pourquoi « New » un disque récent ??? (…)
    C’est assez incompréhensible !(…)

    Hum.
    Ce sont là des ajouts au catalogue Capitol.
    L’accent est mis sur les vinyles (tante Agnès l’a dit, c’est à la mode), en couleur (hiii, s’extasie tata).
    Les Japonais, eux, les publient en CDs vinyl replica, mini LPs SHM.

  • #111007

    David
    Participant

    Deux ou trois ans après ‘Pure’, la réédition de ‘Wings Greatest’ est inutile. Ceci dit, ça ne me coute rien de ne pas l’acheter.
    En revanche, je me demande où en sont les Archives collections.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !