Recul : Thirty Three and 1/3, bon disque ?

Vous lisez 11 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #108597
      4JB
      Participant

      Lors da sa publication, en 1976, on considère le dernier LP d’Harrison, remis d’une hépatite, comme plutôt « encourageant ». Il y a un peu de nerf, un vague désir de coller à l’air du temps de 1975. Vous avez bien lu.

      En temps réel, après quelques déceptions compréhensibles, le LP, porté par le single ‘This Song’, ne fut pas atomique, mais bien accueilli dans les salons des trentenaires 1/3 d’alors.

      Les avis :

      1) Le mien, qui n’a pour valeur que celui de 1 divisé par la population mondiale.
      2) Celui des fans d’Harrison en solo.
      3) Le ressenti des amateurs de rock.
      4) Le pire pour la fin : celui des faux gentils, qui, jamais , n’ont déboursé un penny pour engranger ‘Thirty Three and 1/3’ dans le disque dur.

      Concernant le 1), il s’agit là d’un recueil de chansons sans, dans leur forme, aucun intérêt. Nous sommes à 20’000 lieues sous les mers d’un artiste qui, pour l’occasion, rend sa copie. En 1975-76, il y a des centaines de milliers d’albums d’AOR déposés dans les bacs, le Bruce est l’un des seuls qui, en 2017, est à même de ramener le populiste au crachoir.
      Même si…
      C’est un tout autre débat, celui de Dr. Feelgood vs. le FM.

      Y a t-il de la qualité supérieure in ‘Thirty Three and 1/3’ ?
      Si oui, laquelle, lesquelles ?

    • #108598
      Jerome
      Participant

      Moi je pense que si on le compare avec autre chose, 33 1/3 c’est pratiquement 20 X moins que 666 des Aphrodite’s Child…
      Plus sérieusement, j’ai le souvenir d’un album agréable, sans prétention, mais qui passe encore très bien des années plus tard…
      Donc oui, bon disque…pas transcendant, mais bon…

    • #108599
      Clive LD
      Maître des clés

      Bon, préparez les pierres pour MA lapidation… je ne suis pas un fan de la carrière de Harrison… il ya des perles, des titres qui me filent des frissons durant sa carrière 70’s, 80’s…. mais pour moi, le meilleur de George sont des albums comment dire…. plus commerciaux comme « Cloud Nine » ou « Brainwashed »…. que je vénère et sanctifie 🙂 Le reste… comment dire… c’est parfois trop pieu, trop confus, trop dévôt… Harrison devait indéniablement prendre son pied à enregistrer SA musique sans la pression des autres Beatles…. mais voilà cette pression (ou du moins son reste) lui a permis de faire son superbe ATMP… et après, je trouve qu’à trop « s’écouter », George s’est éloigné de ses fans, pour peut-être se rapprocher trop de lui… et Thirty Three and 1/3 est sans doute un exemple

    • #108704
      4JB
      Participant

      Tiens, le titre d’ouverture, ‘Woman Don’t You Cry for Me’, on en entend une version de travail in ‘Early Takes: Volume 1′(2012). Et là, stupéfaction, la chanson se révèle bien plus chouette que l’impression laissée par la mouture finale.
      Les musiciens de ‘Thirty Three & 1/3’ sont tous très compétents (Willie Weeks, Billy Preston, Gary Wright…), il ne s’agit pas d’un album bâclé.

    • #108717
      Patricia
      Participant

      De mémoire j’avais adoré cet album , qui fait toujours partie des vinyles que j’ai gardé précieusement…mais que je n’écoute plus…faute de temps peut être…ou parce que les fab me fichent le blues depuis un an.
      (Je suis passé au jazz pour me maintenir la tête hors de l’eau)

    • #108725
      Wilison
      Participant

      33 1/3 a probablement du faire très plaisir aux fans du bonhomme après les albums précédents qui étaient vraiment salement inconsistants (passé ATMP évidemment).
      Le disque est en effet agréable, bien foutu et assez mélodique. Personnellement, je retiens « Crackerbox Palace » qui a pour grande qualité une belle originalité. D’ailleurs, il n’y a pas de mauvais morceau à proprement parler sur le disque et « This Song » est vrai petit tube d’époque.
      Malheureusement, si l’ensemble est chouette, la production (quelque peu similaire au Lennon de Walls & Bridges) est beaucoup trop commune pour ne pas dire vulgaire… Harrison en colle partout, sans subtilité, du piano et de l’orgue et du piano électrique et des percussions et des cuivres etc etc etc… N’est pas Spector qui veut et tout ça est terriblement lourd, indigeste et manque vraiment de tranchant. C’est finalement la grande force de « Band on the run » (sans vouloir toujours comparer) que d’avoir réussi à retrouver une vraie énergie et une certaine simplicité rock là ou beaucoup d’ex-star des 60’s semblaient baigner dans la moiteur et la cocaïne. Auto-complaisant pourrait-on dire…
      En conclusion, le fan des Beatles y trouvera quand même son (petit) compte. L’amateur de musique peut lui gentiment passer son chemin.

    • #108772
      4JB
      Participant

      Malheureusement, si l’ensemble est chouette, la production (quelque peu similaire au Lennon de Walls & Bridges) est beaucoup trop commune pour ne pas dire vulgaire… Harrison en colle partout, sans subtilité, du piano et de l’orgue et du piano électrique et des percussions et des cuivres etc etc etc…

      On aura en effet noté que l’album est produit par Harrison lui-même, avec l’assistance de Tom Scott, à qui l’on doit les partie de sax dans l’album.

      Le saviez-vous ?
      C’est lui aussi que l’on entend dans le ‘Listen to What the Man Said’ des Wings, un an plus tôt.

    • #108780
      David
      Participant

      J’aime bien sans expliquer pourquoi mais bon, je dois être honnête, ce n’est pas les Beatles, ni ‘All Things Must Pass’ et aucune chanson n’a la grandeur d’un ‘Give Me Love’. Le prochain grand rendez-vous sera ‘Clloud Nine’.
      C’était histoire d’être objectif mais cela ne m’empêche pas d’écouter des titres de ‘George Harrison’, ‘Extra Texture’ ou ‘Thirty Three’ de temps en temps.
      J’aime cet album surtout pour ‘Beautiful Girl’ (écrite du temps de ‘All Things Must Pass’), ‘See Yourself’ (commencée du temps des Beatles mais complétée pour l’album) entre autres pour ses paroles. Et lorsque l’album fur remastérisé en 2004, j’avais été frappé par l’originalité de ‘Learning How To Love You’ alors que je n’avais jamais fait trop attention à ce titre avant.

    • #108787
      Laurent
      Participant

      Thirty Three and 1/3 est assez caractéristique de l’œuvre post Beatles des 3 songwritters des Fab.
      Nous n’avons pas affaire ici à un mauvais disque. Assez loin de là mais difficile cependant d’y voir la trace d’une œuvre marquante.
      Quelques jolies compositions ne font pas un grand disque.
      Le dilettantisme s’impose ici en maitre.
      Tout cela est délicieusement paresseux.
      Les arrangements conformistes et sans ambitions pénalisent l’ensemble d’autant que Georges contrairement aux deux autre n’est pas un grand interprète.
      On regrette l’absence d’harmonie vocales plus soignés.
      La guitare est à minima.
      On est en service commandé.
      Les pointures qui tiennent lieu de musicien font le job entre deux rails de coke et une coupe de champagne.
      Pas contrariant pour deux sous, ils ne commentent pas le travail du boss et font là où on leur dit de faire.
      Bref c’est l’urgence qui manque ici cruellement.
      L’urgence et le regard aiguisé d’un producteur de talent.
      Le génie des fab reposait sur une alchimie mais aussi sur l’exigence.
      L’exigence là encore n’est pas au cœur d’un album juste plaisant et dès lors pas franchement marquant.
      Et pourtant que j’aime la musique de George.

    • #108796
      Strawberry
      Participant

      Au-delà de Crackerbox Palace et de This Song, je n’ai jamais accroché. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. 33 & 1/3 m’apparaît comme une collection extrêmement fade de compositions très, très éloignées artistiquement d’All Thing Must Pass, le maître étalon.

    • #108809
      Patricia
      Participant

      j’avais été frappé par l’originalité de ‘Learning How To Love You’ alors que je n’avais jamais fait trop attention à ce titre avant.

      un très beau texte .
      George H nous a toujours servi des textes avec une certaine profondeur,

    • #108986
      Flowers
      Participant

      George H nous a toujours servi des textes avec une certaine profondeur,

      Et on ne le dit pas assez.

      Pour le reste (donc l’album en question) je l’ai découvert il y a 3 ou 4 ans seulement, donc pas du tout dans le contexte de l’époque je précise. Pas accroché. Confus, fade, et surtout – ce qui est le cas pour plusieurs albums solos de George – très pénible sur la longueur.
      Bref, écoutable ok, mais pour les fans, c’est dire…

Vous lisez 11 fils de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !