Recul : quand Macca revisite les Beatles -1984

Ce sujet a 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour par  Flowers, il y a 2 semaines et 2 jours.

  • Auteur
    Messages
  • #110450

    4JB
    Participant

    Pour ce film peu glorieux, Paul le Mc, à Abbey Road, avec George Martin et Geoff Emerick, la fine équipe donc, réenregistre pas moins de six chansons créées par les Fabs : Good Day Sunshine, Yesterday, Here There And Everywhere, For No One, Eleanor Rigby et The Long And Winding Road, ici amputée de son « The » initial.

    Le plus bluffant de ces remakes est peut-être ‘Good Day Sunshine’ où Paul recrée le Beatles’ Sound à lui seul (+G. Martin au piano).

    Le plus étonnant est ‘(The) Long And Winding Road : Macca avait assez pesté contre les chœurs féminins que Phil Spector avait cru bon d’additionner aux enregistrements originaux de 1969, pour l’album ‘Let It Be’. Les fans lui avaient emboîté le pas. Et là, vraisemblablement échantillonnés, ils sont de retour. Comme si ce n’était pas assez, un solo de sax (Dick Morrisey) finit de faire basculer la chanson dans la plus saumâtre variété.

    Restent les quatre autres.

    Y a t-il, avec le recul, du mieux par rapport aux versions originales ? Ou un semblant d’égalité ?

  • #110461

    Flowers
    Participant

    Ce sont des versions ampoulées, bien lourdingues, complaisantes et frisant la mégalomanie…bref, assez grotesques. Des titres la plupart sublimes sont transformés en grosses meringues pour mémés diabétiques. L’expression de John (« Paul et ses chansons pour grand-mères ») trouve ici tout son sens.
    Mais bon, pas de surprise non plus : on ne va pas dire qu’on est « étonnés », des titres bien saccharinés comme « So Bad » ou « Through Our Love » avaient déjà préparé le terrain comme il faut. Sans compter le pataud « No more Lonely Nights » que manifestement Paul aime bien. Passons. Quant aux titres rocks de l’album ils ne marquent pas les esprits, c’est le moins qu’on puisse dire (et on sent, comme avec Press to Play, qu’il n’y croit qu’à moitié – « i’m not ! such a ! bad boy, no more no more no more…aie aie aie…mais franchement Paul qui va encore croire que tu a été un mauvais garçon ?)
    Cet « album », médiocre, mais surtout désuet dans une époque ou il se perd peu à peu, marque un sérieux décrochage. Il n’est pas digne de son auteur qui manque vraiment d’audace et devient petit à petit – temporairement du moins – l’ombre de lui meme. Une période ou il s’enferre dans une image assez conservatrice, un peu frileuse, et qui va lui coller aux basques… on est très loin de l’esprit vif et sautillant qui fait tout le « sel » de McCartney (attendons « my brave face », il l’aura alors bien compris). Tout en étant comme toujours très content de lui meme.
    Bref, dommage…un album a l’interet très limité et une période tout sauf convaincante.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 2 jours par  Flowers.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !