Recul : les albums live de McCartney

Ce sujet a 7 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  4JB, il y a 3 semaines et 4 jours.

  • Auteur
    Messages
  • #110261

    4JB
    Participant

    C’est en 1990 que Macca, dont plusieurs productions ’80s furent -hum- discutables, revient en force et en live. Des plus officiels, ces albums (hors DVD et autres Blu-Ray) :

    Où l’on sait, une routine depuis toutes ces années, que, Hofner en bandoulière, Monsieur Paul et ses Orchestres capitalise sur l’héritage Beat(les).

    Qui écoute encore ces disques ? En entier ?

    Sinon, amusons-nous au jeu des pour/contre :

    POUR
    – Ces enregistrements sonnent très bien.
    – Paul donne le meilleur à son public.
    – Ses musiciens ne sont pas des bras cassés.
    – ‘Coming Up’ sur ‘Back In The World’ est top.

    CONTRE
    – Il y en a trop, ça se ressemble.
    – ‘Get Back’, il ne fallait pas, jamais.
    – ‘Yesterday’ sonne de plus en plus déclinant.
    – Tout le monde s’en fout.

  • #110270

    Flowers
    Participant

    Je ne retiendrai que le premier car c’est le grand retour. Quand je l’ai vu arriver sur scène en 89 c’était un OVNI.
    Je n’ai pas les autres sauf le « Paul is Live » qui, déjà en 93, est le Live de trop. J’ai du l’écouter deux fois, l’album Off The Ground offrant déjà moins de poids lourds que son prédécesseur.

    McCartney en concert ce n’est pas mauvais bien sur mais au fond je trouve que cela nuit un peu à son image, il devrait s’y faire plus rare. Cette manie d’adapter son drapeau a son public est pénible, il utilise souvent de grosses ficelles, bien loin d’une certaine subtilité qu’on attend de lui et qu’on a pourtant touché du doigt a l’Olympia en 2007 (en tous cas l’arrivée surnaturelle de derrière le rideau avec Blackbird)…

    Ces « Live », c’était surtout l’occasion d’interpréter différemment (comme le fait souvent Neil Young) les grands morceaux phares de sa carrière. Il a fait un choix tout autre qui est de « coller » à la version d’origine. OK. On peut comprendre, mais cela donne un coté frileux a l’ensemble, sans surprise. Alors bien sur on peut avoir ici et là de vraies surprises comme ce « Can’t Buy Me Love » interprété en country en 2004 ou ce India (comprendre « Linda » ?…) sorti d’on ne sait ou en 2002. Mais c’est trop peu.
    McCartney en concert est devenu synonyme d’absence de surprise, et pour quelqu’un qui aura passé sa vie a nous sortir un lapin du chapeau, c’est assez contradictoire et bien dommage.

    Je continue de penser que son avenir, désormais, ce sont les plus petits formats, plus acoustiques. Sans compter que chanter Helter Skelter a son age commence à friser le grotesque.

  • #110273

    4JB
    Participant

    Parmi les réalisations Live du Mc, il y a l’Unplugged de 1991, qui propose des versions acoustiques, donc parfois/souvent différentes des originales, ‘She’s A Woman’ pour exemple. De plus, l’album fait la part belle à quelques reprises joliment envoyées.

    On peut relever que si McCartney ne fut pas le premier artiste de la série MTV Unplugged, ce fut lui qui étrenna la publication des shows au format audio. Plein d’autres suivirent, dont la triomphale session de Nirvana.

    • #110276

      Flowers
      Participant

      Oui un moment sympathique avec un Macca magnifique, jamais vraiment compris pourquoi ce concert n’avait pas été édité en DVD meme si on en trouve bien sur des extraits sur YT, mais bon je préfèrerais l’avoir dans mon salon…Bref, encore un mystère qui rejoindra – entre autres – « l’idée » de la compilation Pure Mcmachin…

  • #110274

    Matthieu
    Participant

    Outre les set-lists répétitives (mais pas tant que ça au finish quand on y regarde bien, on va dire qu’une petite moitié est indéboulonnable), c’est surtout l’absence d’un vrai concert ENTIER qui est regrettable.
    Je veux dire, le concert avec les anecdotes entre les chansons etc … que ça soit un peu plus vivant, que ça respire un peu ! Parce que s’enfiler un live de 2h30 sans pause, pas possible, on a l’impression d’entendre des machines du coup.
    Même dans le Live At Leeds de mes chouchous les Who, il y a de sacrées pauses !
    Ah oui, on me signale dans l’oreillette que les anecdotes du Mc sont toujours les mêmes aussi …

  • #110362

    Matthieu
    Participant

    CONTRE
    – Il y en a trop, ça se ressemble.

    Vrai, et pas tout à fait.
    Vrai pour les lives des années 2000, où il n’est pas facile de différencier les versions, surtout pour les classiques.
    Mais pour les lives des 90s, je trouve le son (et les arrangements) plus datés, c’est une expérience différente.

  • #110363

    Matthieu
    Participant

    CONTRE
    – ‘Yesterday’ sonne de plus en plus déclinant.

    C’est loin d’être la seule, ‘Maybe I’m Amazed’ en chef de file.

    POUR
    – Paul donne le meilleur à son public.
    – Ses musiciens ne sont pas des bras cassés.

    Physiquement, et vocalement, il donne toujours tout ce qu’il a, on ne peut pas lui enlever.
    Par contre, si ses musiciens ne sont pas des bras cassés, on peut regretter le manque de finesse d’Abe Laboriel Jr, et, bordel de m… ce claviériste que je ne peux plus voir en peinture.

    POUR
    – ‘Coming Up’ sur ‘Back In The World’ est top.

    Ca oui ! C’est une des rares que j’écoute régulièrement.

    Bref, je n’écoute jamais ces disques en entier, il faut picorer.
    Et tout le monde s’en fout, c’est assez clair. Mais un concert du Mac, sur disque, ça ne (lui) rend pas justice.

  • #110393

    4JB
    Participant

    Hum.
    Quand tu t’exposes et que tu n’es pas tout seul, tu dois pouvoir compter sur des partenaires fiables, des humains qui te soutiennent, en qui tu as toute confiance.
    Les musiciens qui accompagnent McCartney depuis une sacrée paye font le job. Les vieilles barbes (genre « j’ai vu les Wings en 76 ») et les moins handicapés paient des prix de fou pour « voir la légende ». Ne manquerait plus qu’ils n’en aient pas pour leur pognon.
    Ahem.
    Oui, c’est moche, oui on est là.
    La société qui va engager, à prix fort, McCartney pour un concert se base sur le show proposé, solide, pas sur le fait que, là peut-être, le batteur manque de tact.
    Ceci, ami(e)s, n’est pas le fait du hasard, il s’agit, uniquement, du choix de Paul McCartney. Lui seul décide qu’il veut être ainsi accompagné, représenté. Indigne, minable ? Macca continue son cirque et tout le monde est content. Les fans ? Ils en pissent de joie.
    Du danger, pour son pantalon, que d’être fan.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !