Que pensez vous de ce classement paru dans Le Point ?

Vous lisez 45 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #120770
      Philippe Dupuy
      Participant
    • #120779
      4JB
      Participant

      Mouais.
      Le chroniqueur arrose sa prose d’artistes de variété française et classe en #237 une création qu’il n’a jamais entendue.
      Sinon, comme toute liste de ce type, elle ne satisfera -presque- personne, c’est la loi du genre.

      P.S. Merci pour le lien.

    • #120780
      los paranoias
      Participant

      J’aurais du mal à établir un classement aussi précis, avec des places bien établies. À la limite, les morceaux que j’adore, que j’aime beaucoup, que j’aime bien, que je trouve pas mal, moyens, que je n’aime pas ou qui m’indiffèrent, si j’avais du temps à perdre, pourquoi pas, mais sans ordre établi. On peut penser qu’aucun classement ne fera voisiner Revolution 9 avec A day in the life, mais, tiens, You know my name, je la mets dans celles que j’aime bien.

    • #120783
      VALTON Bertrand
      Participant

      tiens, You know my name, je la mets dans celles que j’aime bien.

      je crois que Macca avait dit que c’était une de ses préférées, voire sa préférée…interessant, peut-etre bien en raison de l’ambiance festive et sympathique qu’on ressent…ils n’avaient pas bu que de la pomme à priori…

    • #120786
      los paranoias
      Participant

      Elle est très « montypythonesque ».

    • #120795
      VALTON Bertrand
      Participant

      Dans les tréfonds du classement quelques titres bien obscurs des débuts ou alors objectivement discutables oui ok…mais alors « Step Inside Love » a la 220è place !!!?? on croit rever…j’aime beaucoup…il y avait là un gros potentiel…il suffit d’écouter les versions aux antipodes de Ian Shaw (en balade bossa nova éthérée) et de Apple Jam (pop échevelée) pour s’en rendre compte…Passons…

    • #120966
      Monkey Me
      Participant

      Les goûts et les couleurs, hein…
      D’accord avec Ardisson quand il dit que ça revient à poser un caméléon sur un tissus écossais. L’image est juste.
      De toutes façons, ce classement m’énerve, Paul sur-représenté, Bad Boy 215 ième, tomber sur le râble pour commencer de « Revolution 999 » qui n’est pas une chanson, mais une pièce sonore, que je trouve intéressante quand on la prend comme telle, (et je ne serais pas étonné que Roger Waters soit sur la même longueur d’onde que moi, en en parsemant quelques échos de son « The Wall »), le ton méprisant du gars pour les titres primitifs comme « Ain’t She Sweet ».
      Il faut le prendre comme un témoignage, bon voilà.
      Mais je suis sûr que la plupart des forumistes présents ici, feraient plus judicieux.

    • #120971
      4JB
      Participant

      Les goûts et les couleurs, hein…

      A partir de tel socle (Les goûts et les couleurs), environ 8 milliards de possibilités s’ouvrent à nous. La population mondiale.
      Et ?
      Exemple simple : Truffaut, cinéaste, est un admirateur d’Alfred Hitchcock. Ils se rencontreront souvent, les entretiens seront d’ailleurs publiés en livre.
      Et (vol.2) ?
      L’avis de Truffaut, qui tient toutes les cartes en main, est lui-même réalisateur, a une connaissance initiée, Truffaut peut-il être réduit à l’increvable -et pratique- ‘Les goûts et les couleurs’ ? Comme le boulanger de ton quartier donnera son avis à propos de ses goûts et couleurs en matière de peinture ? S’il te dit « Moi, du Picasso je t’en fais trois pendant que les baguettes paysannes sont au four », en imaginant que ce soit un homme sympathique.
      Tu dis oui ?
      Tout ceci fait partie de la comédie humaine, l’appellation « Goûts et couleurs » c’est comme quand tu dis que tu préfères telle marque de chips à telle autre. Il est où l’intérêt ? Les réseaux sociaux routiniers débordent de « Goûts et couleurs », à un tel point que, c’est logique, ça devient insignifiant.
      La passion, c’est autre chose.
      Pas de « Goûts et couleurs », tu luttes pour ce qui te tient au cœur et à l’âme. Tu essayes, comme les Beatles, de dépasser ce stade primaire, d’évoluer, de découvrir.
      Il ne s’agit pas de zone de confort, mais de position. A savoir qu’il y a des érudits dans toutes sortes de domaines, dans le sport par exemple. Ils ont une connaissance enrichissante, bien au delà du sinistre « Goûts et couleurs » mis en exergue pour justifier tout et n’importe quoi. En toute innocence, ok.

      Je vais développer ça avec le phénomène Beatles, la Beatlemania, la suite directe et ce qui perdure.

    • #120972
      Laurent
      Participant

      JB, on ne saurait mieux dire.
      Je partage totalement cette vision.

    • #120973
      4JB
      Participant

      JB, on ne saurait mieux dire.
      Je partage totalement cette vision.

      Merci camarade.

    • #120974
      4JB
      Participant

      -Suite-

      Bon, c’est vrai, mea culpa, je dénigre ce navrant ‘Goûts et Couleurs’ sans valeur aucune. Ben non, c’est juste une formule usuelle, la planète Terre, la nature, un hérisson ou un chêne, ils s’en foutent. Ils ont une vie, ils sont essentiels, pas de ‘Goûts et Couleurs’.
      ——
      Aïe, ça s’annonce mal.
      ——
      En 1961-62, la musique britannique n’avait pas besoin des Beatles. Brian Epstein n’a connu que des refus avant le deal avec George Martin, qui n’a nullement été impressionné par le groupe. Mais il y avait NEMS ((North End Music Stores), Parlophone était alors un petit label. NEMS a assuré que les premiers disques du groupe seraient vendeurs, on sait très bien que Brian ‘NEMS’ Epstein en a acheté un paquet pour que ses poulains soient classés dans les UK charts.
      ——
      Il a donc fallu l’assiduité de Brian pour que, à Londres, on puisse éventuellement miser quelques £ sur un groupe du nord. Apprécié dans le coin, certes, mais il faut se replacer dans le contexte, Liverpool c’était juste une ville sur une carte, rien d’autre.
      ____

      La Beatlemania n’est pas affaire de ‘Goûts et Couleurs’, elle est arrivée parce que tout le monde a poussé exactement dans le même sens : le groupe, Epstein, Martin. Et presque personne d’autre, à part les compagnons. Elle a été mise en place.
      ____

      Ensuite, Candide te dira que oui mais, « j’aime mieux à partir de Revolver ». Se référant (j’en vois un qui roupille, là) à quoi, amis ?
      Bingo !
      Aux ‘Goûts et Couleurs’ !

      Avec mes compliments pour vos évaluations, sauf aux aveugles ni aux malheureux qui ont perdu le sens du goût. On les fusille patron ?

    • #120975
      4JB
      Participant

      Mini conclusion :

      S’il n’y avait pas eu un avant-Revolver, toi, Candide, tu ne l’aurais JAMAIS entendu.
      Voilà pourquoi est non seulement limité, mais involontairement insignifiant.
      Pardon ?
      Pour pouvoir exprimer ‘Goûts et Couleurs, il faut de la marchandise. Tu ne vas pas dire « j’aime cette sculpture, ou je la déteste » sans l’avoir vue.
      Et là, il y a une alternative. La connaissance, l’observation, le recul. Déplacer le concept ‘Goûts et Couleurs’, se demander pourquoi les lithos de Warhol sont exposées dans des musées. Alors que c’est juste l’emballage d’une soupe.

    • #120976
      4JB
      Participant

      Pour en revenir au sujet initial, le classement publié dans Le Point.
      Presque tout lu, avec quelques diagonales.
      Ce n’est pas nul, dommage. Tout simplement grotesque. Ok sur un blog, mais là…
      Comprenez-vous, amis ?
      On peut faire idem avec Elvis, Johnny, Michael, Madonna, Rihanna, les grosses vedettes, c’est tellement facile, racoleur, humain. On classe manière people, les meilleurs, les pires.
      Hum hum.
      Vous savez bien que ce forum n’est plus celui où l’on pouvait s’emballer à propos de Matthew Sweet, temps révolu. C’est la vie.
      Le Commodore m’a écrit qu’il allait donner un coup de fouet, à suivre.

    • #120977
      4JB
      Participant

      J’ai un problème.
      Oh, pas bien grave, mais quand même.
      Ailleurs, je mets une chanson magistrale, même si vous me direz que pas tant que ça.

      En écoute chez toi maintenant

      Et c’est là que j’ai un problème.
      Personne ne l’écoute alors qu’il suffit d’un clic.
      Bref, j’imagine la scène : la chanson tourne, volume minimum alors que tu pianotes sur ton phone pour savoir si tu dois aller chercher Loïc à l’école.
      Quelque part c’est normal, vu que c’est un super truc ancien et que bon voilà.
      Manière Bacri  » Tu vas pas le remettre le… leeuu sur le juke box là, nettoie le comptoir, et là…. »
      Simpliste.
      C’est comme quand on démolit les Monkees alors que, en moins d’une seconde, tu reconnais l’intro de ‘I’m A Believer’.
      La vie, amis,

    • #120981
      Monkey Me
      Participant

      Et pourtant, et pourtant…
      Comment ne pas parler de subjectivité exacerbée, quand on place « And I Love Her » juste devant « Day Tripper ».

    • #120982
      4JB
      Participant

      Et pourtant, et pourtant…
      Comment ne pas parler (…)

      Comment ?
      C’est très simple.
      En affichant la couleur.
      « Les que j’aime, les que j’aime pas ». Là on sait.
      Cette évaluation du Point ? Le taf d’un cave, pour reprendre la terminologie 50s.
      Touche pas au grisbi, maman attend de tes nouvelles.
      Point.

      • #120983
        Monkey Me
        Participant

        JB, je n’ai pas bien compris le fond de ce que tu disais plus haut.
        Tu penses qu’il est possible d’établir un classement objectif des chansons (donc sans goûts et couleurs), à condition que le critique soit compétent?
        C’est ça?

    • #120986
      4JB
      Participant

      JB, je n’ai pas bien compris le fond de ce que tu disais plus haut.
      Tu penses qu’il est possible d’établir un classement objectif des chansons (donc sans goûts et couleurs), à condition que le critique soit compétent?
      C’est ça?

      Non. Pas du tout. C’est le contraire.
      Juste deux exemples, je vais taper dans le populaire.
      1) ‘Au clair de la lune’
      Direct, boum, les notes s’alignent, c’est une chanson.
      Ouais ouais, enfantin, moi aussi je peux le faire.
      Ah oui ?
      2) ‘Que je t’aime’, Johnny Hallyday. Une chanson originale, pas une reprise.
      Tu ne l’aimes pas ? Moi non plus. Mais elle est là, la chanson, bien au-dessus de « mes goûts, tes couleurs ». Pourquoi, comment ? Parce que c’est une chanson. A la base, c’est juste ça, avant le succès.
      Est-ce trop compliqué que d’admettre qu’il y a du sens, une direction, un but à atteindre ? Le temps d’une chanson. Il suffit d’entendre « 3 petites notes de musique », Montand en 1961, pour une révélation simple. Tout est là. La mélodie, le chanteur, la composition.

    • #120987
      Monkey Me
      Participant

      Je crois que je comprends.
      Tu veux dire, qu’il ya des chansons qui existent par elles-mêmes, au delà de la critique, parce qu’elles comportent à la base un truc irrésistible qui s’impose lui-même Ce qui expliquerait pourquoi il y a des groupes à un seul tube, des groupes qui ne retrouvent jamais la formule magique qui a présidé à l’élaboration de ce qui devient un « classique ».
      Comme « Banquet » de Bloc Party, jamais égalé par la suite, malgré de bons morceaux plus sophistiqués, de bons albums très travaillés.

    • #120988
      4JB
      Participant

      Disons que cette expression « goûts et couleurs » -qui remonte au Moyen-Age- a des allures de fourre-tout. Ultra-usé, mais pratique, on met ce qu’on veut dedans. De fait, l’intérêt est des plus réduits, si ce n’est nul.
      « Tu estimes que ‘Lovely Rita’ est une babiole ? Bah, les goûts et couleurs, mon brave… ». Ça mène à quoi ?
      A rien.
      Alors que l’on peut observer la lovely Rita, mettre en exergue ses charmes parodiques, son allure amusante. Et s’ébahir des enchantements qui l’entourent avant de, éventuellement, lui trouver des sœurs et des cousines du côté du swinging London.
      Ou au contraire la remettre à sa place, cette morue, argumenter.
      Voilà, tout ceci est personnel, à chacun ses affinités ou son mode de pensées exprimées.

    • #120989
      Laurent
      Participant

      JB, je n’ai pas bien compris le fond de ce que tu disais plus haut.
      Tu penses qu’il est possible d’établir un classement objectif des chansons (donc sans goûts et couleurs), à condition que le critique soit compétent?
      C’est ça?

      Non. Pas du tout. C’est le contraire.
      Juste deux exemples, je vais taper dans le populaire.
      1) ‘Au clair de la lune’
      Direct, boum, les notes s’alignent, c’est une chanson.
      Ouais ouais, enfantin, moi aussi je peux le faire.
      Ah oui ?
      2) ‘Que je t’aime’, Johnny Hallyday. Une chanson originale, pas une reprise.
      Tu ne l’aimes pas ? Moi non plus. Mais elle est là, la chanson, bien au-dessus de « mes goûts, tes couleurs ». Pourquoi, comment ? Parce que c’est une chanson. A la base, c’est juste ça, avant le succès.
      Est-ce trop compliqué que d’admettre qu’il y a du sens, une direction, un but à atteindre ? Le temps d’une chanson. Il suffit d’entendre « 3 petites notes de musique », Montand en 1961, pour une révélation simple. Tout est là. La mélodie, le chanteur, la composition.

      J’aimais beaucoup ta démonstration jusqu’à ce que tu trouve le moyen de nous refourguer l’immonde Belge au menu et là du coup je ne te suis plus. La « m…. » en question n’est pas une tentative mais une beuglerie putassière, vulgaire, ragoutante, niaise et confondante….Ne pourrait-on pas une bonne fois pour toute éviter de parler de ce guignol ?????

    • #120990
      4JB
      Participant

      Ha! Ha! Ha!

      J’avoue commissaire, il y avait une pique de malice dans cette exposition spartiate.
      Toutefois, passé le cap des détestages épidermiques et des grandes amours d’éternité limitée, ce n’est qu’une vignette à propos de goûts et couleurs. Hé oui.

      Je ne saurai jamais pourquoi quelque chose d’aussi grandiose que le ci-dessous n’a pas fait exploser la planète pop…

    • #121000
      4JB
      Participant

      Refermons -si vous le voulez bien- cette parenthèse dédiée au somme toute paresseux thème de « les G&C ».

      Tiens, un listing qui serait plus intéressant que celuit du Point serait « Les chansons-phare jalonnant le tracé Beatles ».
      Ho ?
      Des hits Merseybeat aux dernières explorations. Les doubles rouge et bleu font le job, petit OK. Sauf qu’il y a de gros trous et quelques sélections discutables.
      On pourrait faire ça en 50 chansons, imaginer un box set 2 Cds et sa variante 4 vinyles.
      Nom de guerre : ‘Turn On The Beatles’. Surtout pas « le logo » du groupe, il n’a jamais été employé en direct, entre 1962 et 1970 donc. C’est bien plus tard qu’on l’a mis en exergue, façon Coca-Cola. Hum. McDonald ? Idem.

      Exemple quick-rapido :

      Oui, mais on met quoi dedans ?

      Pour ma part, je commence par une chanson Decca (importante, cette session*) et boucle par ‘I Me Mine’, ultime feu enregistré en 1970, Super chanson, ce qui ne gâte rien.

      * ne pas oublier que Brian Epstein va s’en servir pour tenter de décrocher contrats et labels. Et que, déjà, Phil Spector est représenté. Au début, à la fin.

    • #121001
      4JB
      Participant

      -petite suite-

      J’incorporerais dans l’exercice ‘Twist and Shout’ et ‘Long Tall Sally’.
      Hein quoi, des reprises ?
      Oui, l’abbé, des reprises. Si elles ne tenaient pas à cœur aux garçons, pourquoi les ont-ils interprétées 1000 fois au moins ? En live, à la radio, à la TV et, important aussi, en studio. Bien après le smash ‘She Loves You. Serait-ce fondamental ?
      Comment dire ?
      Les Beatles, même séparés, y reviennent toujours.
      Il y a du sens, voyez-vous ?
      Lequel, si on aère la pièce, amène à l’envie de sortir, et là…

    • #121002
      4JB
      Participant

      …enfin bref, quelques repères de la saga Beatles, où on mesure le court trajet de l’orchestre en -environ, on n’est pas à la pièce- 50 chansons. Les plus créatives, les plus fortes, les plus lumineuses.

    • #121003
      4JB
      Participant

      Ahem.

      Je commencerais ainsi :

      1) To Know Her Is To Love Her
      2) Love Me Do
      3) Twist and Shout
      4) I Saw Her Standing There

    • #121004
      4JB
      Participant

      …après je zappe ‘From Me To You’ et donc :

      5) She Loves You
      6) I Want to Hold Your Hand

      Out aussi le fantastique ‘Can’t Buy Me Love’, et :

      7) A Hard Day’s Night
      8) Long Tall Sally
      9) I Feel Fine
      10) No Reply

      Tout doucement, l’année 1965 se profile.

    • #121005
      4JB
      Participant

    • #121006
      4JB
      Participant

      1965 :
      On peut se référer au double rouge, choix on ne peut plus judicieux. Copié-collé :
      11) Help !
      12) You’ve Got to Hide Your Love Away
      13) We Can Work It Out
      14) Day Tripper
      15) Drive My Car
      16) Norwegian Wood (This Bird Has Flown)
      17) Nowhere Man
      18) Michelle
      19) Girl
      20) In My Life

      Concernant ‘In My Life’, mes goûts et couleurs (arrête JB,putain, on a compris !) ne l’auraient pas retenu. La chanson est magnifique mais la rythmique, monstre bof. Gringo Starr joue comme un batteur français de 1961 qui voudrait ressembler à Tonny Meehan. Tagada-poum poum aux breaks, remets-nous un Martini, Marie-Josée.
      C’est là qu’on perçoit la primordiale importance de Ringo : s’il joue ringard, le groupe sonne ringard.
      Les Beatles auraient du refaire ‘In My Life’, elle méritait mieux.

    • #121007
      4JB
      Participant

      Tony, pas Tonny !
      Ce n’est plus possible de corriger une connerie, même si on la voit dans les 30 secondes.
      Et pourtant, Tony Meehan. Moins connu que Brian Bennett, soit, c’est pas une raison.

    • #121008
      Sim
      Participant

      1965 :
      On peut se référer au double rouge, choix on ne peut plus judicieux. Copié-collé :
      11) Help !
      12) You’ve Got to Hide Your Love Away
      13) We Can Work It Out
      13bis) I m down
      13 ter) i need you
      14) Day Tripper
      15) Drive My Car
      16) Norwegian Wood (This Bird Has Flown)
      17) Nowhere Man
      18) Michelle
      19) Girl
      20) In My Life

      .

      I m down macca joue les little richard sur du lennon mccartney
      I need you : le 1er chef d o de george ? Delicat et subtil avec le petit gimmick du potard

    • #121009
      4JB
      Participant

      Ok.
      De fait, je retire ‘Long Tall Sally’, remplacé par ‘Im’ Down’, de souche analogue. Remplacement de ‘Michelle’ par ‘I Need You’ (hum). On en est là pour la première période.
      (à suivre)

      1) To Know Her Is To Love Her
      2) Love Me Do
      3) Twist and Shout
      4) I Saw Her Standing There
      5) She Loves You
      6) I Want to Hold Your Hand
      7) A Hard Day’s Night
      8) I Feel Fine
      9) No Reply
      10) I’m Down
      11) Help !
      12) You’ve Got to Hide Your Love Away
      13) I Need You
      14) We Can Work It Out
      15) Day Tripper
      16) Drive My Car
      17) Norwegian Wood (This Bird Has Flown)
      18) Nowhere Man
      19) Girl
      20) In My Life

    • #121014
      4JB
      Participant

    • #121016
      4JB
      Participant

      Extrait imaginaire des pages 4-5 du livret ‘Turn On’.
      Je dirais pas non.
      Un digest solide, cohérent.

    • #121017
      4JB
      Participant

      Personne pour la suite ?
      Pas grave.
      Il s’agit là non d’un best of, mais d’un aperçu de la route tracée par les Beatles, les temps forts, du temps où Pete Best était encore le batteur jusuq’à la désintégration.
      Tout ceci a été fort bien illustré par les doubles rouge et bleu, sauf que, même si ‘Long Tall Sally’ a été éjecté au profit de ‘I’m Down’ (voir plus haut), les 4 ont toujours privilégié les reprises jusqu’en 1966. Alors que leur répertoire original était bien plus populaire que « du Little Richard ». Et là, aucune trace sur le rouge. C’est triste et, surtout, fallacieux.
      Tout soudain, la période finale, 67-70.
      Mas avant ça, la période Revolver.
      J’exclue ‘Yellow Submarine’, malgré ses indiscutables qualités, elle n’amène rien au monde Beatles, c’est juste une chanson de marins pour les gamins. Et je la mets quand même, parce qu’elle a inspiré un film, ce qui n’est pas rien. Hé.

      21) Paperback Writer
      22) Rain
      23) Eleanor Rigby
      24) Tomorrow Never Knows
      25) Yellow Submarine

      Et pan!, on est juste à la moitié.

    • #121018
      4JB
      Participant

    • #121022
      ALLIGATOR
      Participant

      Manque une de leurs premières covers intéressante…

      Anna (go with him)…

      Les Beatles ?
      Du parfum pour mes oreilles...

    • #121026
      Sim
      Participant

      Mas avant ça, la période Revolver.
      J’exclue ‘Yellow Submarine’, malgré ses indiscutables qualités, elle n’amène rien au monde Beatles, c’est juste une chanson de marins pour les gamins. Et je la mets quand même, parce qu’elle a inspiré un film, ce qui n’est pas rien. Hé.

      21) Paperback Writer
      22) Rain
      23) Eleanor Rigby
      24) Tomorrow Never Knows
      25) Yellow Submarine

      Et pan!, on est juste à la moitié.

      JOkER POUR YELLOW SUB.

      je la mets sous le tapis !
      A la place, il y a plein de possibilité . En fait tt le reste.je veux te dire : Je veux te graver dans ma vie a la place du sous marin vert par ex.

    • #121028
      4JB
      Participant

      suite et fin provisoire
      ….

      Me suis pas foulé tant le double bleu est impeccable. Juste remplacé ‘Ob-La-Di…’ par ‘I Me Mine’ dernière chanson enregistrée par le groupe en 1970. L’ensemble semble t-il cohérent ?

      26) Strawberry Fields Forever
      27) Penny Lane
      28) Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band
      29) With A Little Help From My Friends
      30) Lucy In The Sky With Diamonds
      31) A Day In The Life
      32) All You Need Is Love
      33) I Am The Walrus
      34) Hello Goodbye
      35) The Fool On The Hill
      36) Magical Mystery Tour
      37) Lady Madonna
      38) Hey Jude
      39) Revolution
      40) Back In The U.S.S.R.
      41) While My Guitar Gently Weeps
      42) Get Back
      43) Don’t Let Me Down
      44) The Ballad Of John & Yoko
      45) Old Brown Shoe
      46) Here Comes The Sun
      47) Come Together
      48) Something
      49) Octopus’s Garden
      50) Let It Be
      51) Across The Universe
      52) The Long And Winding Road
      53) I Me Mine

    • #121029
      4JB
      Participant

    • #121030
      Sim
      Participant

      UNE PETITE PLACE POUR
      Hey bulldog
      UN STRAPONTIN POUR
      Birthday

      Il y a de la place. L album n est pas plein comme un oeuf

    • #121032
      4JB
      Participant

      Tout ce que tu veux, camarade.
      Le concept virtuel de ce ‘Turn On’ est de représenter un digest du parcours Beatles en faisant abstraction de goûts personnels. 50 titres -et quelques- c’est déjà beaucoup.

      Là, avec quelques minutes de recul, j’y mettrais ‘Helter Skelter’, enlèverais ‘Old Brown Shoe’. Adorable, certes, mais moins « jalon ». En 68, les Beatles avaient déjà apprivoisé le hard rock naissant, c’est assez impressionnant. Non, ils n’étaient pas les premiers, mais ils te font ça avec l’aisance des fins marlous.

    • #121044
      Sim
      Participant

      Le ROUGE ET LE BLEU

      la sélection de 1973 frise le sans faute et résiste au temps.

      Meme si aujourdhui, perso je suis plutot attiré par les petites chansons méconnues que par les tubes

    • #121046
      4JB
      Participant

      Le ROUGE ET LE BLEU

      la sélection de 1973 frise le sans faute et résiste au temps.

      Le Bleu est fantastique.
      Par contre, –faible– insatisfaction quant au Rouge, beaucoup trop court et auquel il manque AU MOINS une reprise.
      Ainsi, si ajout de ‘Twist and Shout’, service minimum, le trajet du groupe est représenté plus justement. Parce que sinon, le néophyte est persuadé que l’ensemble du répertoire est fait de compositions originales.
      Alors que non.

    • #121047
      4JB
      Participant

      Meme si aujourdhui, perso je suis plutot attiré par les petites chansons méconnues que par les tubes

      Méconnues, vraiment ?
      Bon, là, évidemment il s’agit de piocher dans l’intégrale et quelques bootlegs.
      Pourquoi des bootlegs ?
      Parce que, par exemple, la totale de l’audition Decca n’a toujours pas été officiellement publiée, une Lennon/McCartney reste -hum hum- inédite, ‘Love of the Loved’.

    • #121052
      ALLIGATOR
      Participant

      Love of the Loved un petit bonbon aussi addictif qu’un Haribo.

      Les Beatles ?
      Du parfum pour mes oreilles...

    • #121053
      ALLIGATOR
      Participant

      Je vais me répéter mais…
      Anna bordel! Anna! Juste excellentissime.

      Les Beatles ?
      Du parfum pour mes oreilles...

Vous lisez 45 fils de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.