Pourquoi Yoko Ono a sauvé les Beatles.

Ce sujet a 12 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  4JB, il y a 6 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #113632

    Anthony
    Participant

    C’est donc un titre très incongru car depuis 50 ans il est obligatoire de dire que la pauvre Yoko a eu la peau des Beatles, et que c’est elle qui les a tués! S’il n’y a plus de disques des Beatles c’est elle! Si John et Paul étaient ennemis, c’était elle!

    Moi je vous dis que loin d’avoir été à l’origine de tout ça, elle les a sauvés et a fait d’eux des légendes sans qu’elle-même en ait eu conscience, et ça je vais vous le prouver!

    On va d’abord commencer par imaginer comment les Beatles auraient évolué si elle était resté tranquillou au Japon et qu’elle n’avait pas connu John.

    Bon alors John, en 63-64 c’est le roi du monde: il découvre la notoriété, le fric, le succès… Tout ça après 20 ans de galère et de malvivre, donc il s’éclate. Et ça se voit et s’entend. Il a une âme de leader, l’album A Hard Day’s Night lui doit quasiment tout.

    Et puis en 65 il s’amuse plus vraiment! Lui-même le dit, il a fait une dépression que la chanson Help! a symbolisé. La célébrité et tout ce que ça draine il en est revenu. En 66 ça ne l’amuse toujours pas plus, mais bon, il fait contre mauvaise fortune (elle est pas mal celle-là!) bon cœur.

    En 67 il commence vraiment à décrocher. Il n’y a qu’à le voir au milieu de Sgt Pepper, clairement il s’emmerde, malgré les sursauts que sont Lucy, A Day in the Life, Strawberry, Walrus. Oui bon, mine de rien, s’il y en a qui arrivent à faire rien que ça dans toute une carrière, il n’y a pas de quoi rougir, on est d’accord, mais on a toujours senti John un peu absent cette année-là.

    En 68 il se met avec Yoko, et c’est là qu’on va faire notre petit uchronie: on va imaginer qu’il ne l’a jamais rencontrée de sa vie. Et là qu’est-ce-qui se passe? Eh bien il continue tranquillement sa descente!

    Paul sur sa lancée de Pepper prend de plus en plus l’ascendant pendant que John s’éloigne de plus en plus du groupe mentalement, les « substances » aidant en ce sens. D’ailleurs sur le White Album il ne se ramène qu’avec 5 chansons! Misère. En studio il ne peut être utile qu’une heure ou deux par jour, et encore, quand il vient!

    En 69 là, ça ne va plus du tout: il n’est venu qu’une fois aux sessions de Get Back/Let It Be!… Du coup l’album une fois de plus est essentiellement l’œuvre de Paul, mais avec davantage de chansons de George par rapport à d’habitude, ce qui est le seul point positif.

    Quelques semaines passent, on s’apprête à entrer à nouveau en studio pour le futur Abbey Road, John enregistre une seule chanson, vraiment il n’est plus dans le groupe et passe surtout son temps à se perdre dans la drogue et l’alcool.

    Une fois sorti Abbey Road (une magnifique collaboration entre Paul et George entre parenthèses) et que tout le monde (sauf John) se réunit pour savoir quoi faire maintenant, il est clairement inévitable qu’il va falloir évincer John pour que le groupe redevienne vraiment un groupe. Et c’est ce qu’ils font!

    Donc exit John! Qui pour le remplacer? Peut-être Eric Clapton?…

    Donc les Beatles entrent dans une nouvelle période, le rideau étant tombé sur la période John Lennon.Les albums des Beatles continuent à sortir au début des années 70 avec un Paul McCartney devenant de plus en plus autoritaire, maintenant qu’il est la seule forte tête et que le groupe pour ainsi dire lui appartient. D’ailleurs George en a marre, et il claque la porte en 75!

    C’est vers cette époque qu’on apprend que John est mort victime d’une overdose…

    On se retrouve avec les Beatles composés maintenant de Paul McCartney, Ringo Starr, Eric Clapton et Peter Gabriel!

    Seulement avec le temps qui passe, c’est comme pour tout, les Beatles plaisent moins, vendent moins, finissent par être dépassés, surtout en cette période où la musique évolue incroyablement… Mais il continuent toujours…

    Et puis Paul finit par ne plus y croire, il décide de partir à son tour, et il n’y a plus que Ringo comme membre originel, lequel en 2018 continue de tourner accompagné de musiciens lambda (Clapton et Gabriel se sont tirés depuis longtemps) à la tête de ce groupe qui s’appelle toujours les Beatles, mais qui n’est plus rien du tout…

    Voilà ce qui aurait très bien pu se passer.

    Heureusement, Yoko est arrivée dans la vie de John, elle l’a relevé de son malvivre, elle a refait de lui un putain de battant qui envoie ses chansons comme des claques, et qui a assuré comme un dieu sur le White et Abbey Road.

    Après, certes il a décidé de tout plaquer fin 69, et ainsi faire entrer réellement les Beatles dans la légende tout en ayant maintenu le niveau au plus haut.

    Voilà ce que nous devons indirectement à Yoko!

  • #113633

    4JB
    Participant

    Amusant.
    Chapitre 2 : comment Chapman remit Lennon au sommet des charts.
    ……….
    Tiens, Chapman, Ono n’a t-elle pas suggéré que Lennon avait été victime de la CIA ? Alors, pourquoi s’opposer, année après année, à sa libération ? Alors que, en 1972, il s’agissait d’ouvrir les prisons.
    « Souvent femme varie » dit-on. Qu’en est-il des vipères ?

  • #113634

    JohnnyMoondog
    Participant

    Je m’attendais à une analyse pas à de la fiction…

    Sans Yoko l’histoire eût été différente mais personne ne peut prétendre la connaitre.

  • #113635

    Anthony
    Participant

    Oui bon ok, ce n’est pas une analyse, je ne suis pas assez fut-fut pour ça, c’était juste une hypothèse comme ça à laquelle je pensais.

    Et puis c’est une analyse par l’absurde, on pourrait dire: voici ce que Ono a probablement évité, et voilà donc pourquoi par ce biais elle est loin d’avoir plombé les Beatles.

    4JB je veux bien un café, par contre. 🙂

    • #113756

      Fabulous
      Participant

      En vérité, je suis assez d’accord avec le fond de ton propos, à savoir que la dissolution du groupe après à peine 7 ans d’enregistrement studio a fait de ce groupe un mythe. Un peu comme la comète de Haley, il a traversé les années 60, a révolutionné la musique pop-rock, la culture et les moeurs, a généré des milliers de vocations musicales et s’en est allé en tirant une superbe révérence. A ma connaissance, c’est le seul groupe qui peut se vanter d’avoir écrit le mot sur son histoire. Se séparer au sommet de son art, sans faire l’album de trop, c’est ce que le monde a retenu 50 ans après et a fait de ce groupe la pierre philosophale de la pop-rock, le mètre-étalon auquel tout artiste est tôt ou tard comparé. Et peut-être que oui, sans Yoko, il aurait perduré en thésaurisant sur leur gloire passée, finissant leur histoire dans le ventre mou des seventies ou des eighties….
      De là à dire merci Yoko, y’a quand même des limites… :-))

  • #113637

    4JB
    Participant

    Une fois sorti Abbey Road (une magnifique collaboration entre Paul et George entre parenthèses) et que tout le monde (sauf John) se réunit pour savoir quoi faire maintenant, il est clairement inévitable qu’il va falloir évincer John pour que le groupe redevienne vraiment un groupe. Et c’est ce qu’ils font!

    Donc exit John! Qui pour le remplacer? Peut-être Eric Clapton?…

    Hum hum, à ce moment-là de ta fiction, Clapton avait la tête dedans.
    Qui d’autre ?
    Nilsson ? Même constat.
    Graham Nash, Graham Gouldman ? Un peu trop effacés pour si périlleuse mission.
    Jeff Beck ? Déteste chanter, ne convient pas.
    Elton John ? Au secours. Todd Rundgren ? Incontrôlable, tête de linotte.
    Bas Muys* aurait pu faire l’affaire, il chante comme Lennon, joue du piano et de la guitare, compose, mais n’a définitivement pas la tête de l’emploi :

    * le ‘It’s Gonna Be Alright’ de son groupe Smyle sonne aussi Beatles que les vrais :

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par  4JB.
    • #113650

      Flowers
      Participant

      * le ‘It’s Gonna Be Alright’ de son groupe Smyle sonne aussi Beatles que les vrais :

      <iframe src= »https://www.youtube.com/embed/yJVqwzn2Xvc?feature=oembed » frameborder= »0″ allow= »accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture » allowfullscreen= » » name= »fitvid0″></iframe>

      moui…moins subtil quand meme…du Canada Dry…reste que oui, la voix est très proche de celle de John c’est frappant !

  • #113668

    rorold
    Participant

    C’est surement tellement vrai Anthony… j’aime parfois me dire que j’aurai pas craché sur 1 album de plus ou 2, mais bon la légende est mythique comme cela, le groupe a explosé en plein vole et Yoko y a apporté son aide !… quand on voit par exemple les rolling stones … mis à part les concerts, tout le monde s’en fou maintenant … je ne sais plus quel auteur a écris: devenir une légende réclame souvent une fin tragique: pour les Beatles, la séparation au sommet puis l’assassinat de John !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois par  rorold.
  • #113670

    rorold
    Participant

    surtout que John dans son cynisme qu’on lui connait bien a déclaré pendant les années 70 que :
    Les Beatles n’ont pas fait le meilleur de ce qu’ils auraient pu faire … merci John de nous faire pleurer lol .

  • #113671

    JohnnyMoondog
    Participant

    Un artiste qui juge son œuvre le fait toujours à partir d’éléments dont nous public n’avons pas connaissance.
    A commencer par la différence entre ce qu’avait l’artiste en tête et ce qui sera effectivement enregistré.

    Ajoutez-y le contexte dans lequel l’interview a lieu et vous obtenez ce genre de déclarations.
    Harrison aussi à un moment donné y est allé de sa pique envers son ancien groupe.

  • #113759

    JohnnyMoondog
    Participant

    En vérité, je suis assez d’accord avec le fond de ton propos, à savoir que la dissolution du groupe après à peine 7 ans d’enregistrement studio a fait de ce groupe un mythe. Un peu comme la comète de Haley, il a traversé les années 60, a révolutionné la musique pop-rock, la culture et les moeurs, a généré des milliers de vocations musicales et s’en est allé en tirant une superbe révérence. A ma connaissance, c’est le seul groupe qui peut se vanter d’avoir écrit le mot sur son histoire. Se séparer au sommet de son art, sans faire l’album de trop, c’est ce que le monde a retenu 50 ans après et a fait de ce groupe la pierre philosophale de la pop-rock, le mètre-étalon auquel tout artiste est tôt ou tard comparé. Et peut-être que oui, sans Yoko, il aurait perduré en thésaurisant sur leur gloire passée, finissant leur histoire dans le ventre mou des seventies ou des eighties….
    De là à dire merci Yoko, y’a quand même des limites… :-))

    Le groupe aurait tôt ou tard implosé de lui-même. Ce n’est que mon avis mais les divergences artistiques étaient là et bien là.
    Le truc chouette c’est qu’après la débâcle du projet Get Back ils se soient mis d’accord pour un enregistrer un dernier album comme avant, mais quel album.

  • #113760

    Fabulous
    Participant

    En vérité, je suis assez d’accord avec le fond de ton propos, à savoir que la dissolution du groupe après à peine 7 ans d’enregistrement studio a fait de ce groupe un mythe. Un peu comme la comète de Haley, il a traversé les années 60, a révolutionné la musique pop-rock, la culture et les moeurs, a généré des milliers de vocations musicales et s’en est allé en tirant une superbe révérence. A ma connaissance, c’est le seul groupe qui peut se vanter d’avoir écrit le mot sur son histoire. Se séparer au sommet de son art, sans faire l’album de trop, c’est ce que le monde a retenu 50 ans après et a fait de ce groupe la pierre philosophale de la pop-rock, le mètre-étalon auquel tout artiste est tôt ou tard comparé. Et peut-être que oui, sans Yoko, il aurait perduré en thésaurisant sur leur gloire passée, finissant leur histoire dans le ventre mou des seventies ou des eighties….
    De là à dire merci Yoko, y’a quand même des limites… :-))

    Le groupe aurait tôt ou tard implosé de lui-même. Ce n’est que mon avis mais les divergences artistiques étaient là et bien là.
    Le truc chouette c’est qu’après la débâcle du projet Get Back ils se soient mis d’accord pour un enregistrer un dernier album comme avant, mais quel album.

    Parfaitement d’accord mais Yoko a agi comme catalyseur de divergence et quelle catalyse. Je pense que comme le Detritus de « La Zizanie » d’Asterix, Yoko aurait été capable de flinguer n’importe quel groupe, même le plus uni….

  • #113764

    4JB
    Participant

    Bon, remarquez qu’il y peut-être des dizaines de sites, blogs ou forums qui se sont attachés aux pas du lieutenant, aux petits détails qui, s’ils sont laissés pour compte, donnent une version plausible du méfait. Mais ne collent pas, alors on les écarte, on les oublie, afin de présenter un tableau crédible. Malin.

    Tout démarre en 1966, quand Ono, en panne de cash, fait appel aux Beatles, via McCarney, pour souscrire financièrement à son œuvre, ses expos.

    La suite est hallucinante, amenant, en 2018, la veuve noire à s’approprier une part des crédits de, après ‘Give Peace A Chance’, Imagine.

    Entre deux, la plus invraisemblable arnaque du siècle (le XXe) et de pétillantes scories au XXIe.

    S’agit-il d’impressions ?
    Certainement pas.
    Il suffit, pas à pas, de mettre TOUTES les pièces en place, et ça devient clair.
    Les petites cellules grises ?

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !