McCartney n'est pas un génie

Ce sujet a 20 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  4JB, il y a 2 ans et 1 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #108353

    4JB
    Participant

    Oui, il y eut d’aveuglants éclairs.
    Le Paul est très fort, il chante (chantait) dans tous les registres, passe d’un instrument à l’autre avec aisance. Un joli don pour maîtriser l’art d’une carrière.

    C’est fini, tout ça.

    En réalité, McCartney n’a jamais été génial. Surdoué, oui, personne ne sait comment ni pourquoi, les croyants évoquerons Dieu, les autres non.

    Le « faux génie » de McCartney s’appuie sur la capacité (perdue) de l’éponge. Oh, il y a des exceptions, elles ont rares. Mème ‘Yesterday’, on jurerait du Goraguer/Giansbourg, écoute ‘Solitude’ sur la BOF de Strip-Tease, tu captes le principe.

    McCartney n’est pas un maître non plus.

    Il fut un talentueux garçon avec une bonne tête et une bonne voix, juste ce qu’il fallait pour être complémentaire à John Lennon. Super bon, à la hauteur.

    Le génie de Macca est le fait du hasard et de dons innés, assemblés au bon moment.. Sans ça, c’est du Elton John. Ou du Balavoine.

    Du rock’n’roll de prisunic et 3 bonnes ballades.

  • #108362

    Clive LD
    Admin bbPress

    t’es sacrément en colère JB 🙂
    Un petit calin ?

    Allez, plus sérieusement, Macca n’est pas un génie, et c’est ce que j’ai toujours pensé… il est brillant, régulier, à l’écoute d’un public qui l’aime et qu’il aime… et c’est tout cela qui fait que Macca est une légende dans la Grande Histoire de la musique.

    Si j’avais un reproche (et je l’ai déjà formulé) à Macca, c’est finalement son manque de risque dans son oeuvre… A part les oeuvres classiques et les oeuvres Fireman, a-t-il pris d’autres risques ? Je crois pas… or moi c’est là dessus que j’attends un artiste : sa faculté à prendre des risques réels, ces risques qui conduisent l’artiste à mettre sa tête sur le billot, avec à l’autre bout de la hache le public, la critique… C’est ce qui pousse à des albums audacieux, courageux, risqués, qui se renouvellent….

    Je vais peut-être me faire tirer à boulet rouge dessus, mais pour moi, le vrai album audacieux de Paul depuis l’an 2000, c’est « Chaos and Creation in the Backyard »…

    Allez Paul, prend du risque, choque tes fans, divise les en sortant un disque qui surprend, qui heurte les bien pensants…. Tu veux qu’on appelle Yoko ?

  • #108375

    4JB
    Participant

    Hum hum.
    McCartney n’est pas Einstein, il n’a pas établi de nouvelles équations.
    D’une manière conceptuelle, les Beatles l’ont fait et, oui, le Mc était une force vive de cette aptitude à créer un flux artistique que l’on pourrait qualifier, entre deux cafés, de « génial ». Pourquoi pas. On cause on cause.
    +++
    Voyons ça autrement. Si un fin malin avait réussi, à l’été 1962, monter un groupe de talents complémentaires aussi vaillant que l’entité Beatles le sera, c’eut été un visionnaire, un génie visionnaire.
    ***
    ‘Strawberry Fields Forever’ est, au final, une chanson géniale. Surnaturelle, 100% originale et, voilà où niche le génie pop, il est accessible. Comme Einstein ou Hitchcock. McCartney a sa part là-dedans, ce n’est pas « une chanson de John », même si on connaît la rengaine. C’est une pure photographie du génie.
    «  » »
    Du génie à 4 têtes, voire à 5 (George Martin) ?
    Et bien oui !
    Composite.

  • #108381

    john mama
    Participant

    Non mais qu’est-ce qu’il faut pas lire parfois. Que l’on aime pas la musique de McCartney je peux comprendre, que l’on soit exaspéré par les flatteries de génie dont il bénéficie soit, mais nier qu’il a influencer moult musiciens anglophones (et pas que) dans les années 70/80 et même encore aujourd’hui relève du mensonge le plus éhonté. Je suis tenté de dire que le premier musicien Macca a influencé fut en premier john lennon

  • #108383

    4JB
    Participant

    Voyons ça sous un autre angle.
    Est-ce possible ?
    Admettons.
    Elvis a non seulement influencé, mais marqué au fer toute une génération, et d’autres encore.
    Est-ce qu’Elvis Presley est un génie pour autant ?

  • #108386

    john mama
    Participant

    pour elvis je dirais une sorte de génie de l’interprétation

  • #108388

    4JB
    Participant

    pour elvis je dirais une sorte de génie de l’interprétation

    Qui, dans un premier temps, s’est fait virer de chez tout le monde.
    Est-ce possible que les Songfellows en personne n’aient pas entendu ce « génie de l’interprétation » ?
    Et Céline Dion, alors ?
    Hé oui, telle est la loi du toboggan.

  • #108417

    Flowers
    Participant

    Allez, plus sérieusement, Macca n’est pas un génie, et c’est ce que j’ai toujours pensé… il est brillant, régulier, à l’écoute d’un public qui l’aime et qu’il aime… et c’est tout cela qui fait que Macca est une légende dans la Grande Histoire de la musique.
    Si j’avais un reproche (et je l’ai déjà formulé) à Macca, c’est finalement son manque de risque dans son oeuvre…

    oui je partage ce n’est pas un « génie », quelle personne sérieuse le penserait sincèrement ?
    En revanche oui brillant et régulier, et cela suffit amplement a mon plaisir (en ce qui me concerne) de simple mortel.
    Concernant le « manque de risque », concernant le « MOR a la Elton John » (qui certes traverse sa carrière a intervalles réguliers mais sans comparaison avec la carrière d’un George sans parler de Ringo bien sur…) je suis déjà nettement plus partagé. Oui il y a bien des périodes ou le Sir semble en roue libre, mais il est bien conscient – à la différence de bien d’autres qui ont pignon sur rue – de la nécéssité de creuser des pistes. Car il sait aussi que c’est ce qu’on attend de lui, c’est un peu sa croix, meme s’il y trouve probablement du plaisir (mais bon, who knows ?).
    Paulo reste un créateur compulsif. C’est un peu comme une maladie. Et il y a là une « différence » notable avec certains autres. Un Prince ou un Bowie (il y en a d’autres) sont de cette catégorie mais je rejette – avec le temps – son positionnement « MOR a la Elton John » meme si, inevitablement, il ne peut s’empecher de lacher ici et là un « Through our love », un « Only Love Remains », un « Hope for the future » (inquiétante celle là…) pour hospices de grand-meres diabétiques (« Paul et ses chansons pour grand meres » comme disait affectueusement John…). A écouter entre le Caprice des Dieux et la compote de pommes (sans morceaux) avant un bon dodo.
    J’écoutais dernièrement les « Pipes of Peace sessions » (un album pour le moins pas forcément dans le haut du panier) qui durent quand meme 3 heures 52…Or, à la 2:44:30 commence un petit morceau anodin très surprenant et qui – on le devine après au mojns une ou deux minutes ! – deviendra le définitif « Simple as that » en reggae sur un obscur album de charité en 86. A l’origine ce morceau définitivement « mineur » n’a rien a voir, il est sur un tempo proche du fameux « bad news » de Moon Martin sorti 2 ans plus tot…Bref tout Macca est là : cette capacité a sentir l’air du temps, à digérer les sons et à en restituer un langage musical qui lui est propre, quitte a se réapproprier ce qui vient d’etre fait pour le transformer de nouveau…bref, il cherche, et il peut surprendre.

    Alors bien sur ce n’est pas du génie, il est plus proche du magicien de Magical Mystery Tour, mais…c’est brillant.

  • #108418

    Goodnight Vienna
    Participant

    Tout dépend de ce qu’on appelle le génie. Les définitions de talentueux/brillant/génial sont propres à chacun de nous.
    J’ai tendance à penser que Paul a eu des moments de génie entre 66 et 69, même s’il a effectivement signé quelques chansons pour grand-mère sur la période (Your mother should know ou Honey pie par exemple).
    4 ans, c’est déjà pas mal !

    Ca me fait penser à un article lu il y a longtemps sur Hendrix dans lequel le journaliste disait qu’ on ne lui demandait pas seulement d’être génial, mais de l’être à chaque fois, ce qui était impossible.
    Avec Paul, c’est pareil, on a toujours cette espèce d’attente un peu ridicule.

  • #108420

    4JB
    Participant

    Ce sujet inspire quelques réflexions et points de vue partagés, le principe-même d’un forums. Cool.

    J’ai tendance à penser que Paul a eu des moments de génie entre 66 et 69

    Evidemment. Il s’agit là de sa période Beatles, quand il était au sommet et en « saine compétition » avec Lennon. Il s’agissait d’assurer, de pousser le bouchon, de se surpasser pour éblouir.

  • #108422

    Goodnight Vienna
    Participant

    La saine compétition n’était pas qu’avec John. Je pense que Brian Wilson l’a aussi poussé à se dépasser.

    Mais peut-on reprocher à Paul d’avoir eu besoin d’être aiguillonné pour faire sortir des moments de génie ?

    Il n’est pas le seul dans ce cas. Matisse et Picasso se sont aussi poussés l’un l’autre. Et il doit y avoir pas mal d’autres exemples, qui ne me viennent pas immédiatement à l’esprit.

    Cela dit, ton affirmation de départ n’est pas « Paul n’est plus un génie » ou « Paul n’a jamais été un génie » mais « McCartney n’est pas un génie », au présent. Et là, difficile de te donner tort !

  • #108423

    4JB
    Participant

    Ah bah, le principe n’est pas d’avoir raison, mais de proposer un point de vue, puis, si intérêt, d’en débattre.

  • #108424

    Laurent
    Participant

    Amusant.
    D’autant que la franchouillarde comparaison osé ici en préambule prête à sourire (à rire en fait)
    Un énième propos pour expliquer en quoi l’immortel auteur de « Dear Yoko » était lui un génie ?
    Le Mc se contenteras d’être l’un des songwriters exceptionnels de la musique contemporaine.
    Parions que cela lui suffit….

  • #108426

    4JB
    Participant

    Amusant.
    D’autant que la franchouillarde comparaison osé ici en préambule prête à sourire (à rire en fait)
    Un énième propos pour expliquer en quoi l’immortel auteur de « Dear Yoko » était lui un génie ?

    Le rire est excellent pour la santé, dit-on.
    Bon plan, donc.
    Lennon ?
    Du temps des Beatles, fut impérial.
    En solo, restent quelques bijoux de la couronne, de ‘Cold Turkey’ (assez génial, oui) à une part du LP ‘Imagine’.
    Ahem.
    Tant qu’ils officiaient côte à côte, comparer/évaluer les travaux de Paul et John est assez logique, ils partagent la même cabine, les yeux dans les yeux. Dès le split, ça n’a plus aucun intérêt, chacun suit sa route. On ne compare pas les chansons de Linda et celles de Yoko, n’est-ce pas ?
    Mais c’est une espèce de réflexe de fan, qui voient « du Beatles » où il n’y en a pas. Où il n’y en a plus.
    Bon, Macca s’est amusé à pasticher l’ancien coéquipier via ‘Let Me Roll It’, mais c’est peu de chose. Même si la caricature est saisissante.

  • #108427

    los paranoias
    Participant

    On en revient au clivage Beatles/carrières solos, et comment les géniales fulgurances deviennent des pétards mouillés. Du boum durable au plouf sans retour, mes oreilles n’ont pas aimé.

  • #108429

    4JB
    Participant

    On en revient au clivage Beatles/carrières solos, et comment les géniales fulgurances deviennent des pétards mouillés. Du boum durable au plouf sans retour, mes oreilles n’ont pas aimé.

    Ce n’est pas un clivage.
    Il s’agit là de ce qui s’est passé : un groupe cesse son activité, ses anciens membres passent à autre chose.
    Peu avant, les Cream ont fait de même.
    A t-on comparé jusqu’à plus soif les travaux post-Cream de Clapton et de Jack Bruce ? Quitte à, par la pensée, les opposer ? Quand Bruce monte un power trio avec Leslie West, n’évoque t-on que Clapton ?
    Ce n’est qu’un exemple, une illustration.

    Mais…

  • #108441

    los paranoias
    Participant

    Je suis d’accord, mais si je parle de clivage, c’est qu’ils l’aient voulu ou non, leurs carrières en solitaire, ont souvent été perçues comme celles d’ex-Beatles, ex donc, mais toujours en référence à… Enfin, c’est ainsi que je le ressentais, gamin, dans les années 70. Maintenant, évidemment, je perçois bien ce que fut le groupe, et ce qu’ils furent, ce qu’ils sont chacun, seuls.
    Et d’ailleurs, il y en a un qui ne m’a jamais déçu : Ringo. Je n’en attendais rien, et sur ce plan, il a été réglé, Ringo !

  • #108474

    john mama
    Participant

    Cream était-il VRAIMENT un groupe ?

  • #108476

    4JB
    Participant

    Cream était-il VRAIMENT un groupe ?

    C’est le moins qu’on puisse dire.
    Quand Mayall a appris, via un entrefilet du NME, que Clapton montait un nouveau groupe avec Bruce et Baker, il a hurlé de rage. Et de dépit.
    Oui, un vrai groupe, qui, dès la fin 66, fait souffler un vent frais sur les bords de la Tamise. Il y était question de blues, de pop et d’expérimnetal.
    Le testament des Cream est exemplaire : pas de concessions, une soudure forte, unique. Quelle empreinte, ami(e)s, impossible d’évoquer les années psyché, sérieusement, en omettant les Cream.

  • #108523

    Thierry Recher
    Participant

    Ca me gêne, cette idée de topic « négatif ». Vouloir démontrer que McCartney n’est pas un génie. Quelle drôle d’idée.
    J’ai déjà répondu à Clive sur la notion de prise de risque qui, pour moi, n’a jamais été une démarche d’aucun des quatre, même lorsqu’ils étaient ensemble. L’expérimentation, oui, et ils étaient loin d’être les seuls à explorer dans leur décennie. Mais point de prise de risque. Alors reprocher ça à McCartney, c’est un mauvais procès. Autant lui reprocher d’être incapable de courir le 100 mètres en moins de 10 secondes. La honte!

    Quand on parle de génie, c’est en général par rapport à d’autres. La définition précise de « génie » a été depuis longtemps galvaudée, bien sûr.
    Mais l’une de ces définitions est « talent inné » talent « exceptionnel ».
    McCartney, de ce point de vue est un génie. Mais il n’est pas le seul.

    Vouloir démontrer qu’il n’en est pas un ne sert à rien et, de mon point de vue, donne à ce forum une drôle d’allure.
    Faire partager des coups de coeur, chercher à faire découvrir des artistes méconnus, ça me parait plus intéressant et positif.
    Cette amertume, comment dire, me parait suspecte. Vous n’avez rien d’autre à faire? C’est quoi l’idée?

    Bon, comme on dit, les chiens aboient, la caravane passe.

    Si le champ est la musique pop, alors oui, McCartney est un génie, autant que Hitchcock qui a répété toute sa vie quasiment le même film – et j’en suis un fan absolu, remâchant à l’infini ses mêmes obsessions. Certains préfèrent sa période anglaise, d’autres ses premiers films – muets – magnifiques sur le plan formel, d’autres encore, bien sûr, ses films américains. Moi, je ne saurais dire. J’ai tout vu, et je ne saurais dire.
    Pour McCartney, c’est pareil. J’ai un peu de mal avec sa période Wings même si, je l’ai déjà dit, son génie réside sans doute en partie dans la capacité qu’il a eu à changer de direction musicale après les Beatles. Je ne sais plus qui a dit que ça tenait du prodige, et que peu de gens avaient mesuré ça à l’époque.

    Bref, on pourrait en parler des heures. Je ne sais pas si McCartney est un génie, et il est impossible de le démontrer – sauf à vouloir dire du mal, ce qui est une tendance installée depuis pas mal de temps sur ce site, à mon grand regret.

    La question pourrait être – pur jeu intellectuel: « pensez-vous que McCartney est un génie »?
    Ma réponse à moi serait donc oui.
    Mais on s’en fout un peu.

  • #108524

    4JB
    Participant

    N’est-ce pas le principe d’une discussion que d’échanger, à la cool, des avis qui parfois divergent ?

    La question pourrait être – pur jeu intellectuel: « pensez-vous que McCartney est un génie »?
    Ma réponse à moi serait donc oui.

    Là, par exemple, c’est très discutable. Propice à l’échange d’opinions.

    Prenons pour exemple un disque à lui, où il fait quasi tout tout seul, ‘McCartney II’. Au temps de sa publication, les Beatles étaient assez clairement au rayon Souvenirs.
    11 pièces au programme, dont le très réussi ‘Coming Up’ en ouverture. Et 2-3 trucs que les amateurs modérés apprécient.
    En 1980, Monsieur Paul est toujours dans la course même si, déjà, les nouvelles vagues et tendances se sont faites sans lui.
    Ok avec la succincte présentation ?
    Re : ‘McCartney II’ est un disque à lui, où il fait quasi tout tout seul. Il ne subit pas de pression. n’a aucun souci financier, peut donc laisser librer cours à sa créativité, sa surdouance.
    Où est l’empreinte du génie dans ce bazar ? En tentant de dépasser le cocon ‘goûts et couleurs’ ?
    Est-ce possible pour le(s) fan(s) de faire acte d’un peu d’objectivité ?
    Oui ? Non ?

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !