Les temps forts d'Egypt Station

Ce sujet a 34 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  4JB, il y a 12 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #112512

    4JB
    Participant

    Là, à encore chaud, tout le monde galope pour ses favoris. Normal, ce doit être idem pour Shakira.
    Jours de France nous apprend qu’il s’agit des goûts et couleurs.
    Blague à part, les temps forts ont pour particularité de résister aux bourrasques, de s’imposer -plus ou moins- durablement.
    Ainsi, ‘New York, New York’ s’est imposé. Grâce à qui, grâce à quoi ?
    Les temps forts d’Egypt Station vont-ils laisser une empreinte ? Va t-on s’y référer ?
    Pas facile, surtout dans le milieu amoureux, de formuler une réponse.
    Mais c’est possible dès qu’on se secoue,
    Les McCartneyistes sablent le champagne, leur idole atteint la suprême marche du Blllboard. Serpentins et confettis.
    Mais après ?
    Que restera t-il d’Egypt Station dans 11 ans, ou dans 23 ?
    « Je sais pas », autant prendre son plaisir en temps réel pourrait-être la réponse convenue.
    Oui, vu comme ça, McCartney est devenu un produit comme les autres, alors que,les Beatles résistent à l’épreuve du temps, parce qu’ils étaient…
    Etaient quoi ?

  • #112513

    marcbeatles
    Participant

    Des temps forts, il y en a surement.
    En tout cas, j’en vois plein, moi. Par exemple « I don’t know », que je trouve bien troussé, ou encore « hand in hand », que je trouve sublime.
    Ce sont des ressentis personnels, et chacun aura ses propres temps forts.
    Après, ce qu’il en restera dans 11 ans, sans parler de 23, je pense : rien du tout.
    Car on renverra toujours Paul à son glorieux passé.
    D’ailleurs, Paul lui même ne s’y trompe pas. Seulement 3 titres dans sa set list, ça en dit long sur la place qu’il accorde à ses chansons actuelles par rapport à ses chansons passées (passé lointain).

  • #112514

    ALLIGATOR
    Participant

    JB honnêtement combiens d’albums actuels résisteront à l’épreuve du temps?

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #112520

    Macaaron
    Participant

    La réponse parait évidente : oui , egypt station sera sans doute oublié dans quelques dizaines années. Parce que c’est l’album d’un homme de 76 ans. Il aurait pu faire le plus grand des chef d’œuvres, ça n’aurait pas changé grand chose.

    Mais qui ici ne le sait pas ? On ne retiendra jamais les derniers albums d’un grand artiste, surtout d’un ex beatles.
    Et macca le sait mieux que personne.

    Mais ce n’est pas un critère de qualité : plusieurs centaines de milliers de personnes ont maintenant cet album dans leurs étagères, et pas seulement des fans hardcores. vous allez dire qu’eminem aussi, oui, mais eminem, beyonce et tout les autres n’ont pas 76 ans. Cet album a beaucoup plu, et c’est tout ce qu’on pouvait attendre d’un album de mccartney en 2018.

    Alors peut être que dans 25 ans il sera oublié , et ?

  • #112522

    marcbeatles
    Participant

    Une chose est sûre en tout cas, personne se souviendra du moindre disque des madgipe salute, ni même de leur nom que j’ ai peut être malheureusement écorné, désolé.
    Même pas dans 11 ans, sûrement avant !

  • #112523

    marcbeatles
    Participant

    Et je mets mon billet que dans 11 ans, les Eminem, Beyoncé et consorts auront disparu de la circulation.
    Au fait, pour ceux qui ont un penchant pour les groupes de Liverpool, écoutez le dernier opus de the coral.
    Et surtout ne le comparez pas a egypt station, ce serait un sacrilège liverpudien …

  • #112524

    Flowers
    Participant

    Oui, vu comme ça, McCartney est devenu un produit comme les autres, alors que,les Beatles résistent à l’épreuve du temps

    ahhh tsss tsss pas tout à fait…je trouve qu’avec le temps – et Chaos est passé par là – il y a une tendance non pas à assimiler les deux bien sur, mais à considérer qu’au fond c’est la suite de la meme histoire. Ne serait-ce qu’une des critiques de l’album qui met dans le meme sac « Blackbird, Put It There et Jenny Wren » en parlant de « Hand in Hand ». Et ça…personne n’aurait jamais osé l’écrire il y a encore vingt ans…D’autant plus que de sa génération il y a quelques décennies, il y avait encore pléthore de prétendants mais ce n’est plus le cas aujourd’hui c’est comme ça, donc Macca est plus visible et ce n’est plus tout à fait un produit comme les autres. C’est mon ressenti. Macca, « on en parle » comme dirait Mme Michu.

  • #112525

    Flowers
    Participant

    Par exemple « I don’t know », que je trouve bien troussé, ou encore « hand in hand », que je trouve sublime.

    Là comme ça j’aurais tendance a dire la meme chose. Surnageront les « moments eternels » de Macca, c’est à dire les formats courts remarquablement troussés : Dot it now, Hand in hand, Happy with You, le charme d’un Naked qu’on oublie trop souvent. Fuh You est une concession opportuniste a l’air ambiant qui fonctionne en 2018 ok, mais qui va vite se dévaloriser avec le temps, pas grave mais c’est un risque qu’il a pris (sans en faire un numero un en plus mais bon). Caesar Rock pour moi fait figure de « rupture » dans l’album, d’ovni réussi un petit peu comme le surprenant « Dress me as a robber » sur Tug of War, un morceau que j’écoute bien mieux aujourd’hui qu’en 1982 c’est comme ça. Car – hé oui – il y a aussi les titres qui vont se bonifier…

  • #112526

    ALLIGATOR
    Participant

    Dress me up as a robber m’a toujours plu,avec ce petit solo bien troussé.
    Je l’imagine même pas le reprendre sur scène aujourd’hui,aïe aïe aïe…

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #112527

    Flowers
    Participant

    Dress me up as a robber…

    …qui se situe également à la meme place dans l’album (sur la toute fin) un peu comme pour dire « hep ! avant de se quitter sur le « grand final » de tradition, n’oubliez pas que je suis toujours capable de vous surprendre ».
    La place des morceaux n’est souvent pas anodine. La ce qui m’a surpris sur Egypt Station c’est de commencer par une ballade. Pas courant chez Macca.

  • #112528

    los paranoias
    Participant

    Hum, voyons, qu’il a fallu attendre Trump pour revenir au top du Billboard, après l’avoir atteint sous Reagan ? (Rien sous les Bush, misère !) (je pouffe)
    Hypothétiquement, dans les nécros, cité comme étant le dernier album, et son dernier éclat ?
    Sans doute y aura-t-il une définition de ce qu’était encore un album en nos temps de changement climadisque avancé, et dans 20 ans, hein…
    L’ombre Beatles aura-t-elle totalement recouvert le Sir en solo, le long rab sans fabs de, allez, soyons optimistes, 50 ans s’évanouissant dans une mémoire collective reliée justement au miracle du collectif de Liverpool ?
    L’âge du capitaine demeure un atout pour la panthéonisation du Paul, mais despite of repeated warnings, écoute-toi moins, ne va pas n’importe où ! son bateau solo n’était plus celui dont parlait John, sur lequel naviguaient les Beatles, avant-garde des sixties. Ce sera, comme dans ses concerts, on parlera davantage Beatles que de la longue et sinueuse route après, qui continue sous les encouragements émus.
    Mais jusqu’à la fin, en silence, le vieux compositeur habile, matois, reconnu, enragera de ne pas avoir écrit Imagine, rien qu’Imagine, pour qu’on parle éternellement un peu plus de McCartney, en tant que McCartney.

  • #112531

    ALLIGATOR
    Participant

    L’un a eu son Imagine l’autre a eu son Yesterday (bon ok c’était du temps des Fabs)mais en demi-solo quand-même.
    N’oublions pas que Ringo a eu Don’t pass me by.(humour…humour…)
    Et George a eu son Something et son plagiat,tout le monde est content.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #112532

    4JB
    Participant

    Intéressante mise en perspective de Los Paranoias, avec la petite baffe ‘Imagine’. Pourtant, McCartney (dans le cadre des Wings) avait tapé au plus fort, au plus haut, avec le classique instantané que fut ‘Mull of Kintyre’. Triomphe populaire mérité, notre homme balance en 1977 un chef-d’œuvre atypique, alors que tout le monde court dans les couloirs punk-new wave ou disco.

    Curieusement, est-ce parce qu’il n’y a pas de message sociétal ?, le turbohit n’a pas, jusqu’à ce jour au moins, laissé la trace qu’il mérite.

    Mais on ne sait jamais, un club de foot pourrait -par exemple- en faire son hymne et la chanson revenir au premier plan. Elle a tout en elle.

  • #112533

    ALLIGATOR
    Participant

    Elle aurait eu toute sa place dans London Town,il prive cet album acoustico-sympa d’un monstre.
    Dommage.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #112535

    Thierry Recher
    Participant

    Sur la place que gardera McCartney dans l’histoire de la musique, les jeux sont faits, depuis bien longtemps.
    Les Beatles sont gravés dans le marbre, c’est comme ça.
    Il aurait arrêté de faire de la musique en 1970, ce serait pareil.
    Idem pour les trois autres.

    Je fais partie de ceux qui « lisent » sa carrière comme un tout, constitué de plusieurs chapitres – curieusement de plus en plus longs.
    Lennon n’a pas eu cette chance, on ne peut pas comparer. Une telle créativité chez les ex-Beatles ne pouvait les contraindre au silence, et McCartney nous confirme une fois de plus qu’il avait de quoi fournir, en lui, pour des décennies, en terme d’inspiration et d’envie. Certains de ces albums ont déçu ça et là, mais il n’a jamais cessé de créer, entre fondamentaux, classicisme et expériences musicales diverses. Ca a commencé au début des années 60, et ça continue aujourd’hui.

    Mais la question de savoir si on se souviendra de « Egypt station » dans quelques années, ça, de mon point de vue, ça n’a aucune importance. Autant je conçois l’importance de l’aspect économique pour certains – qui vend le plus, qui est en tête, etc… – autant ça n’est pas un sujet pour moi.

    Quant à Beyonce, par exemple, je ne suis pas inquiet non plus pour elle. Une artiste de ce calibre est loin d’avoir fini sa – déjà – longue carrière.

    Quelqu’un parlait l’autre jour de la set list de McCartney. De mémoire il a toujours intégré peu de titres récents sur scène. Toujours trois ou quatre – si j’ai tort, vous me le direz. Dans son esprit, j’ai cru comprendre qu’il s’estime dépositaire d’un héritage musical que les gens veulent écouter « en vrai » en concert. Les centaines de milliers de spectateurs qui remplissent toutes les salles où il se produit viennent écouter les Beatles. Il l’a compris, il l’assume.

    Perso, j’aimerais bien le voir un jour jouer uniquement des titres de sa carrière solo, mais on sait bien que c’est impossible.
    Même Neil Young peut difficilement sur scène éviter de donner un « Heart of gold » ou un « Old man » à son public. Mais si pour lui cela concerne un paquet relativement limité de titres, pour McCartney il s’agit des innombrables tubes des Beatles, intemporels, dont il ne peut priver son public (celui de ses concerts).

    Il est un peu prisonnier de ça, mais c’est quand même une cage dorée, qui ne l’empêche pas d’être créatif par ailleurs, tout va bien.

  • #112536

    4JB
    Participant

    Elle aurait eu toute sa place dans London Town,il prive cet album acoustico-sympa d’un monstre.
    Dommage.

    Hum.
    Les albums.
    Evidemment, dans le cadre d’une symphonie de Bruckner ou du ‘S.F. Sorrow’ des Pretty Things. « l’album » est le support idéal.
    Ci-dessous, quelques classiques connus de tout le monde. N’est-ce pas la force des chansons qui prédomine face à, oui, un simple support physique ?
    Oh, Pretty Woman
    Just a Gigolo
    I Will Survive
    Relax
    Israelites

  • #112537

    4JB
    Participant

    Quelqu’un parlait l’autre jour de la set list de McCartney. De mémoire il a toujours intégré peu de titres récents sur scène. Toujours trois ou quatre – si j’ai tort, vous me le direz.

    Et bien, il suffit de prendre le triomphant (en termes de succès commercial) ‘Wings Over America’ pour se faire une idée.

  • #112538

    los paranoias
    Participant

    Alligator > je fais allusion à la période hors Beatles. Exister vraiment par une chanson, après, longtemps, partout. Inversement, imaginons la trace solo laissée par Lennon sans Imagine… Ouille. Et je ne pense même pas au conte que Yoko aurait dû re-imaginer pour valoriser sa petite entreprise.

  • #112540

    ALLIGATOR
    Participant

    JB relax au milieu des 4 autres titres ça me pique un peu les yeux.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #112541

    ALLIGATOR
    Participant

    Los Paranoias,si Lennon était encore de ce monde,Imagine aurait-elle eu le même impact? À vrai dire je ne sais pas.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #112542

    4JB
    Participant

    JB relax au milieu des 4 autres titres ça me pique un peu les yeux.

    Et quoi ?
    Tu connais la chanson, non ?
    Peux-tu, sans tricher, dire de quel album du groupe de Liverpool (mais oui) le tube est extrait ?
    La majorité des gens non plus.
    Il ne s’agit pas d’affinités personnelles, mais de la puissance de, car tel est le sujet, temps forts.

  • #112543

    los paranoias
    Participant

    Disons que cela a été l’immédiat révélateur de ce qu’il laissait hors Beatles. Maintenant, Paul meurt en 1980, en dépit de ses hits, hum, rien d’aussi miraculeusement universel et « signifiant » n’aurait surgi.
    Et Lennon aurait vécu, Imagine aurait je pense continué son chemin quasi religieux, si je puis dire !

  • #112544

    los paranoias
    Participant

    Disons que cela a été l’immédiat révélateur de ce qu’il laissait hors Beatles. Maintenant, Paul meurt en 1980, en dépit de ses hits, hum, rien d’aussi miraculeusement universel et « signifiant » n’aurait surgi.
    Et Lennon aurait vécu, Imagine aurait je pense continué son chemin quasi religieux, si je puis dire !

  • #112545

    los paranoias
    Participant

    Désolé, je radote, c’est l’âge !

  • #112546

    ALLIGATOR
    Participant

    JB je ne suis pas un tricheur donc non l’album je ne le connais pas.Mais ce morceau évidemment que oui.Et tout simplement je n’aime pas.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #112547

    4JB
    Participant

    Tiens, Imagine.
    Bon oui, les paroles, le message.
    Sinon ?
    L’intro au piano, la main gauche donnant le tempo, c’est un peu comme ‘Let It Be’, non ?
    Oui, mais cette façon est celle de ‘I Am the Walrus’. Ecoutez, comparez.

  • #112548

    4JB
    Participant

    Le contretemps, plutôt, qui singularise ces intros « Beatles ».

  • #112553

    Flowers
    Participant

    De mémoire il a toujours intégré peu de titres récents sur scène. Toujours trois ou quatre – si j’ai tort, vous me le direz.

    de mon point de vue c’est exactement ça, il a toujours fait ainsi, pas de surprise c’est son modede fonctionnement

    Dans le dernier interview dans NME il disait qu’il ne se voyait pas jouer intégralement et exclusivement « un album des Beatles » de bout en bout (c’était la question qu’on lui posait), il répondait aussi que le public ne comprendrait pas qu’il ne fasse pas « Hey Jude », c’est comme ça…

  • #112555

    Macaaron
    Participant

    Imagine a tout les éléments pour perdurer dans le temps : mélodie simple, piano et paroles qui contiennent un message sociétal. mais on sait tous que c’est ce message qui a fait perdurer la chanson, autrement elle ne serait pas plus connue que maybe I’m amazed, au mieux.
    Les chansons engagées, ça a toujours plu, lennon en a fait plusieurs, macca non.

    Et puis l’assassinat a tout amplifié : l’homme qui voulait la paix s’est prit plusieurs balles. Imagine en est devenue symbolique.
    mccartney est resté vivant. Tant pis pour lui.

    Personnellement j’aurait préféré que lennon soit connu pour I am the walrus ou I want you. Mais Imagine a prit la place.
    Pour macca, c’est hey jude et let it be.

    Toujours ce piano …

  • #112556

    los paranoias
    Participant

    Et oui, paradoxe du piano pour le groupe à 3 guitares !

  • #112561

    Fabulous
    Participant

    JB, tu as bien d’intituler ton topic « les temps forts » au lieu de« les points faibles d’Egypt Station », on aurait pas eu grand chose à dire 🙂

  • #112562

    Fabulous
    Participant

    JB, tu as bien d’intituler ton topic « les temps forts » au lieu de« les points faibles d’Egypt Station », on n’aurait pas eu grand chose à dire 🙂

  • #112568

    Flowers
    Participant

    JB, tu as bien d’intituler ton topic « les temps forts » au lieu de« les points faibles d’Egypt Station », on aurait pas eu grand chose à dire 🙂

    et ce qui est marquant c’est que meme les deux bonus tiennent très bien la route…
    « Nothing For Free » aurait très bien pu faire l’objet d’un single, ça fonctionne direct.

  • #112569

    4JB
    Participant

    Ce qui frappe l’oreille, c’est l’exigence. Il s’agit d’être costaud, à la hauteur.
    Curieusement, personne ne se demande qui joue quoi. C’est qui à la batterie sur la plage 2, et les guitares ?
    Oui, il y a la liste des participants pour l’ensemble, mais en détail ?
    En réalité, il s’agit d’une production de notre âge, maîtrisée, où, avec la dernière version ProTools et une table de mix performante, McCartney sonne comme il doit sonner en 2018.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !