Les bons disques actuels (vol.2)

Ce sujet a 29 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  Matthieu, il y a 1 semaine et 5 jours.

  • Auteur
    Messages
  • #113255

    4JB
    Participant

    Ok ok, c’est très typé -souvent- Led Zep, pas très novateur, et on en compte pas mal, des jeunes groupes (celui-ci sort du Michigan) qui tapent dans la marmite à papa.
    Bon point pour les Greta Van Fleet, ça ne sonne pas vieillot, du tout. La puissance de frappe est là, enjolivée de quelques garnitures acoustiques.
    Un petit coup de mou, marre du Top 20 ?
    Vivifiante secousse, au moment de rebrancher les guitares dans l’ampli à lampes.

    Bien sûr que la pochette est hideuse, il suffit d’en faire abstraction. On peut regretter aussi d’avoir placé ‘Age of Man’ en ouverture : débuter l’écoute avec ‘The Cold Wind’ n’est pas un plan pourri.

  • #113498

    4JB
    Participant

    Pas bouleversant, mais plutôt bon :

    Après des débuts exaltants, Gardner avait passé, à la raclette le toujours difficile cap du 2ème album : un follow-up contrecollé du premier, forcément moins bien.

    Là, pour le coup, le fraîchement trentenaire délivre un disque 100% instrumental. On pense parfois au rock kosmik d’Outre-Rhin (Tangerine Dream, les merveilleux Cluster) ou, plus surprenant, le Mike Oldfield de 1973-74 (celui qui ne s’était pas encore transformé en JM Jarre celte, summum de la vacuité new age).

    Ce pourrait être une B.O.F. aussi, il y a des ambiances, du vent synthétique, sympa pour rêvasser en 24 intimes images-secondes.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 3 semaines par  4JB.
  • #113501

    4JB
    Participant

    Pour des raisons sans intérêt communautaire, ai, Smith & Wesson sur la tempe, été contraint de subir, EN ENTIER, ce tas de boue :

    Que les jeunes pousses s’amusent à revisiter les 80s, ok, ça ne laissera pas de traces, la poubelle n’est pas tout à fait pleine, les containers attendent encore quelques sacs.

    Michel Polnareff, mille miliions, ce jeune homme touché par la grâce qui se demandait sous quelle étoile il était né. d’une candeur toute désinvolte. De ce garçon aux bras de jeune fille, il ne reste rien. Passé 1971, la délicatesse s’évanouit, au profit d’une variété ‘grand public’. En 77, manière Queen, il réussit, évidemment, à toucher la France au pied de la lettre, chanson maousse, efficace, un tube. Retour à la salle de muscu. La suite ? Pour les fans.

    A moins d’être ivre mort, hypocrite ou addict aux démos rejetées par Obispo, on peut se demander qui, comment, va pouvoir AIMER cet amas de mélasses industrielles, sonnant plus mal que du mp3 en lo-fi. Et, ultime cartouche suicidaire, les paroles. Calembours tonton Léon et tournures rivalisent de niaiserie. Ce n’est même plus, à ce niveau, mauvais ou risible. C’est navrant. Ou tragique. Du sabordage.

    Hum hum.

    Il s’agit plutôt là de mettre en lumière les bons disques. Pas forcément les meilleurs, mais ceux dont la tenue incite à tracer une route. A chaque règle son exception, dit-on. Là ci-dessus, l’inverse exact de l’album digne d’un semblant d’affection. Les amateurs/trices de Michel Polnareff auraient tout intérêt à l’écouter, du début à la fin, avant de passer commande sur Amazon ou de faire un tour à la FNAC.

    • #113505

      Flowers
      Participant

      ah il est terrible ton commentaire JB, terrible.
      Une éxécution ordinaire, comme dirait l’autre.
      Et d’autant que je ne m’y attendais pas. Après tout on aurait pu avoir une bonne surprise. Bon… Ben il reste plus qu’à lire les critiques aux ordres et qui essaieront de cacher leur embarras…C’est vrai que Polnareff le déclin aura été abyssal, sans rémission, malgré un « Bulles » qui à l’époque en 1981 avait quand meme fait son petit effet de renaissance éventuelle. Sans suite. Meme « LNAHO » (ourf ourf) n’arrive pas à la cheville du pourtant anecdotique « Y a qu’un cheveu » que me chantonnait mon grand-père (qui ne s’appelait pas Mathieu).

  • #113507

    4JB
    Participant

    ah il est terrible ton commentaire JB, terrible.

    Ah oui ?
    Bah, ce n’est qu’un minuscule avis, il ne vaut que 1 divisé par 7,5 milliards (population mondiale). A savoir un grain de sable dénué de toute importance. Y aura t-il, hors du carré des polnamoureux, une frange publique que ‘Enfin!’ va séduire ? Possible. A suivre.
    Mais bon.
    L’ex-petit maître de la french pop demeure magistral durant les vertes années. On rigole souvent à propos de ‘Y a qu’un ch’veu’, facétie qui éclipsa ‘Le Bal des Laze’ en 68, au grand dam du maître d’œuvre. Et pourtant, on entend là une parodie de rengaine extrêmement originale, rien, absolument rien à voir avec la variét’ suiviste, attardée, qui allait devenir le nouveau standard d’un artiste largué. Largué ? Par lui-même, non par sa cour galopante, butée en mode ‘espoir’. Le catastrophique ‘Viens te faire chahuter’, tétanisant de laideur, n’a pas suffi, la conviction demeurait.
    C’est spécial. Enfin, juste une illustration assez standard de l’adulation mainstream. On s’accroche à, plutôt que tourner la page, élargir l’horizon.

    Sinon, on peut aussi évoquer ici les bons disques du moment, celui d’Elephant Micah par exemple.
    Par exemple.

  • #113508

    Flowers
    Participant

    Et pourtant, on entend là une parodie de rengaine extrêmement originale

    Je plussoie. Et pour terminer sur le sujet, une critique embarrassée du « Monde » qui en dit long sur la valeur réelle de l’album (« un album ni réussi, ni catastrophique »…!!!!)

  • #114190

    4JB
    Participant

    La mort du rock’n’roll ?

    Comme 10’000 autres les White Denim font opposition. Les Gilets Jaunes des guitares ? Certainement pas, juste du bon jus heavy, à l’ancienne et à la moderne tout à la fois.
    Pas innovant du tout, ce n’est pas le sujet. Il s’agit de suivi, de continuité.

    Quelques riffs, une rythmique d’enfer avant l’heure du thé.

  • #114928

    4JB
    Participant

    Comme l’écrit fort justement JW Thoury dans le dernier Rock&Folk, « les Raconteurs assument un héritage (…) mais acceptent aussi le risque de passer pour des traditionnalistes ». D’ailleurs ils reprennent -bien- le fameux ‘Hey Gip’ de Donovan, pour situer.
    Encore de nouveaux gardiens du Temple Rock’n’roll ?
    Pourquoi pas ?
    La réussite est si flagrante que personne n’oserait susurrer un « c’était mieux avant ». C’est MAINTENANT que ça se passe.

    P.S. Pourquoi cette pochette à la Kraftwerk ? Mystère.

  • #114935

    4JB
    Participant

    Est-ce que quelqu’un a écouté ce disque tout neuf ?

    Parce qu’il est digne d’intérêt, pour le moins.

  • #114946

    4JB
    Participant

    N’est-ce pas curieux ?
    Personne -quasi- ne semble plus avoir le moindre coup de cœur pour les bons disques d’aujourd’hui. Il y en a plein, tiens celui-là :

    Bon, bien sûr ça sonne plus Pretty Things que Jennifer Lopez, ça ne captera pas non plus les deux neurones restants des fans en circuit fermé.

    Ahem ?
    Ecoute le disque, fais-toi une idée, 2019 est à ta botte.

  • #114949

    Est-ce un manque de curiosité due à l’âge? Ou un siphonnage de mes phynances par les nombreuses deluxes qui me font de l’oeil? Je n’achète pratiquement plus de disques récents. C’est comme ça (lalalalala, comme disaient les Rita M., groupe de jeunes de l’époque).

  • #114953

    4JB
    Participant

    Est-ce un manque de curiosité due à l’âge? (…)Je n’achète pratiquement plus de disques récents. C’est comme ça

    Hum.
    Tu es dans la tendance, les gamins youtubent, ou sont en mode streaming. Une moquerie pour les artistes, les chiffres sont consternants.
    Oui, c’est comme ça à la Rita, la musique pop de 2019 est le résultat de la musique au rabais.
    Life is Life, mille milliards.
    Le « retour du vinyle » ? Un attrape-nigauds de plus, le support vinyle est restreint, surtout au format 33 tours. Un bon single 45 rpm se défend, pour autant que la matrice soit en début de course.
    Bref.
    D’année en année, tout doucement, la musique gratuite -ou presque- a grignoté la prairie. C’est ainsi, la musique pop n’a plus de valeur. Ou à peine.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 6 jours par  4JB.
  • #114965

    Oh, personnellement, même gratuites, je n’écoute pas les nouveautés. Un peu quand-même via des liens youtube sur les forums ou sites d’information mais à titre d’information, jamais deux fois la même chanson!
    Je dépense toujours pas mal d’argent en disques, mais pas tellement pour des nouveautés.
    Le streaming? Mon fils a un abonnement, ça lui permet d’écouter les classiques (que j’ai en disques!) et de découvrir des trucs.
    Dans ma nouvelle voiture, il n’y a pas de lecteur de CD et, quand mon fils est là, on peut s’écouter un Pink Floyd par exemple.
    Mais il est rarement là et je n’ai pas de smartphone, il faudrait que je me prépare une clef USB, ce qui me gonfle. Je ferais bien monter un chargeur de CD dans le coffre, mais ce n’est pas donné et pas dans les priorités familiales du moment.
    Problème de dinosaure!

  • #114970

    Matthieu
    Participant

    Le « retour du vinyle » ? Un attrape-nigauds de plus

    Alors ça, bien d’accord !

    Quand je vois les piles et le piles de vinyles dans les magasin type FNAC … Et ce sont majoritairement des rééditions, pas du tout des nouveautés. Bref, des trucs pressés vite fait, sur des albums déjà mille fois amortis, sans aucune valeur ajoutée, juste pour refaire de l’argent sans rien investir … Après bien sûr, il faut plaindre l’industrie du disque …

    Et à côté, des montagnes de platines bas de gamme, non réglables ! Mais c’est le son original qu’on vous dit ! Sans rire …

  • #114971

    Matthieu
    Participant

    Personne -quasi- ne semble plus avoir le moindre coup de cœur pour les bons disques d’aujourd’hui.

    Situation compliquée.
    Avec le boulot, les activités à côté, et aussi les finances, dur de tout acheter, tout écouter.

    Je considère que j’écoute pas mal de musique, y’a les concerts aussi.
    Les découvertes, c’est forcément at home. Quand je réécoute un truc que je connais, c’est plutôt sur la route du boulot, ou au boulot, ou pendant le running.
    J’achète tous mes disques, et n’ai pas d’abonnement streaming.
    Mais il faut faire des choix dans les achats.
    J’achète parfois en magasin, beaucoup plus souvent en ligne (directement chez l’éditeur quand c’est récent, sinon d’occasion). Mais le temps de recevoir les disques, de les écouter, de se faire un vrai avis etc…

    Bref, problématiques de temps et d’argent, qui font que c’est dur d’être à niveau tout le temps.
    Et encore, je pense vraiment y consacrer beaucoup de temps.

  • #114974

    4JB
    Participant

    Le « retour du vinyle » ? Un attrape-nigauds de plus

    Alors ça, bien d’accord !

    Quand je vois les piles et le piles de vinyles dans les magasin type FNAC … Et ce sont majoritairement des rééditions, pas du tout des nouveautés. Bref, des trucs pressés vite fait, sur des albums déjà mille fois amortis, sans aucune valeur ajoutée, juste pour refaire de l’argent sans rien investir … Après bien sûr, il faut plaindre l’industrie du disque …

    Et à côté, des montagnes de platines bas de gamme, non réglables ! Mais c’est le son original qu’on vous dit ! Sans rire …

    C’est évidemment grotesque : la plupart (pas toutes) de ces rééditions vinyle des années 2010 partent d’une source numérique !
    Hein, quoi ?
    Mais oui, les masters (analogiques, sur bandes) ont été transférés en numérique, nettoyés, optimisés. Parce que c’est bien plus efficace et précis. Comme de retoucher une image sur Photoshop plutôt qu’au pinceau.
    Les nouveautés aussi.
    Mais bon, il y a le mythe du vinyle, d’une époque soit-disant engloutie.
    C’est faux.
    L’enregistrement sur bandes magnétiques, mixé sur bande toujours, avait un son bien spécifique. Ce avant le procédé dit « de la gravure ». Où, pour le support vinyle, il s’agissait d’éliminer certaines fréquences basses et, artificiellement, de rajouter des aigus.
    Grosso-modo.
    Pas grand-chose à voir avec ce que voulaient producteur, artistes ou ingénieurs du son, mais bon, il fallait faire avec…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 4 jours par  4JB.
  • #115011

    Le truc imbattable des vinyles, ce sont les pochettes!

  • #115015

    Matthieu
    Participant

    Le truc imbattable des vinyles, ce sont les pochettes!

    Ah ça on ne peut pas le nier !

  • #115016

    4JB
    Participant

    Le truc imbattable des vinyles, ce sont les pochettes!

    Ah ça on ne peut pas le nier !

    …pour autant que les visuels ne ressemblent pas à ça :

    Des albums classiques, pourtant, appréciés par leurs divers amateurs.

  • #115020

    4JB
    Participant

    Sinon, la fracassante erreur des concepteurs du compact disc, de sa mise en forme, fut l’emballage dans les boîtiers, ceux-ci :

    Le principe était correct, on protège le contenu, rien ne s’abîme puisque c’est mis dans un réceptacle évitant la dégradation du disc, de son livret.

    Sauf que, au mieux, du TupperWare, ou pire un machin anti-sexy au possible.

    Depuis, les digipacks, digisleeves et autres vinyl replicas ont été mis en place, un peu tard. Le mal était fait. Pis encore, on utilise toujours et encore le « boîtier cristal », horrible et de plus en plus mince, fragile, pour les nouveautés ou les rééditions.

    Oui mais la musique, le rendu, n’est-il pas meilleur en vinyle ? Tout le monde le dit.

    Là, il s’agit de :
    – Avoir des pressages de première génération.
    – Être équipé d’une platine et d’une cellule coûteuses.
    – Changer le diamant régul.
    – Ne pas dépasser 15-35 écoutes, après ça se détériore.

    Heey!, pourquoi ils disent tous que c’est mieux en vinyle, alors ?

    1) Il y a des 45 tours qui, grâce aux impératifs de la gravure, sonnent du feu de Dieu en vinyle. C’est du hasard, ou de la compétence, ‘Baby Come Back’ des Equals par exemple, ou ‘Let’s Work Together’ des Canned Heat. Là, force est de reconnaître que le support vinyle est primordial, les limitations ont été contournées, le résultat est, à ce jour, flagrant : reconvertis (mal ?) en digital, il y a pas mal de perte. Mais c’est tout petit, existant, oui, mais très rare. Tu en connais d’autres ?

    2) Normalement, selon les pronostics, le compact disc aurait du disparaître il y a 7 ans. S’il résiste, c’est qu’il a des qualités.

    3) Normalement, le vinyle devait reposer en paix dès 1990. Oui, mais ? Là, il s’agit de comprendre. C’est spécial, on peut développer.

    …..

    Il n’en est rien. Le vinyle est redevenu force commerciale.
    Ho ?
    Ce n’est pas parce qu’on vous dit que c’est comme ci ou comme ça que c’est vrai. CE N’EST PAS VRAI, c’est comme quand on vous balance que le rock’n’roll est mort ou qu’il revient, tout ceci et un amas de fadaises.

    …….

    Oui, les réseaux sociaux, le pourmoi déployé en bannière, terrible. Bah, ce n’est rien, de la conciergerie en mode électronique.
    …….

    L’avenir est celui que vous allez construire, certainement pas du planplan en plastique, tout est affaire de racines.

  • #115021

    Matthieu
    Participant

    Sinon, la fracassante erreur des concepteurs du compact disc, de sa mise en forme, fut l’emballage dans les boîtiers, ceux-ci :

    Systématiquement, quand je veux acheter un disque, je checke sous Discogs s’il n’existe pas une édition qui soit autre chose que sous boitier cristal.

    Alors bien-sûr, il faut parfois prendre en compte d’autres paramètres pour départager les deux (ou plus) éditions quand cela arrive : est-ce le même mix, même remaster, plus ou moins de bonus ? etc …

    Mais à contenu égal (et prix à peu près équivalent), je me détourne des boitiers cristal aussi souvent que possible.

  • #115022

    Matthieu
    Participant

    Le truc imbattable des vinyles, ce sont les pochettes!

    Ah ça on ne peut pas le nier !

    Mais je me dis aussi qu’au finish, l’important c’est la musique. Beaucoup d’artworks sont en fait assez communs et ne nécessitent pas d’être plus grands.

  • #115023

    Matthieu
    Participant

    Pis encore, on utilise toujours et encore le « boîtier cristal », horrible et de plus en plus mince, fragile, pour les nouveautés ou les rééditions.

    Mon image
    Mon image

    Mais … mais … POUR-QUOI ???

    (Au passage, réédition essentielles, surtout la première)

  • #115028

    Notez que côté pochettes cartonnées, les Beatles sont exemplaires.

    Il y a aussi le truc du geste : avec un vinyle, on fait plus attention. J’aime bien écouter ainsi les albums des Beatles que j’ai découvert ainsi.
    Et puis, l’écoute respire avec les deux faces ou même plus : je pense à All thing must pass, par exemple, qui passe mieux en vinyle (en plus le son de la première édition n’est pas mauvais). je suis favorable aux CD à deux faces pour les rééditions d’albums sortis d’abord en vinyle!

    Il y a enfin toutes les bizarreries possibles uniquement sur vinyles qui ont un charme certain : lookgrooves, titres cachés, hologrammes…

    Mais tout cela n’est pas une histoire de son, non-non.

    En plus, il y a plus de plastique -polluant- dans un vinyle que dans un CD.

    Et certains vinyles sont -dès le départ- tordus ou rayés, plein de poussière. c’est énervant.

    Néanmoins, la magie des vinyles opère très bien sur mes enfants par exemple et je les ai initiés aux gestes.
    Ca ne les empêche pas d’écouter des CD ou du streaming!

    Après, il y a aussi de bien mauvais CD et même des remastérisations « à fond la caisse » loupées elles aussi!

    Mais on a tous découvert les Beatles sur des supports et des machines improbables et ça ne nous a pas empêchés d’apprécier!

  • #115030

    … »empêché »

  • #115034

    4JB
    Participant

    … »empêché »

    Ahlala…
    Il y a, comme dans l’ordinaire de nos vies, du bon et du mauvais. Ainsi, certaines primes rééditions CD des Doors ou des Rolling Stones (des idoles, pourtant, de grandes vedettes) furent catastrophiques, certaines chansons ne tournaient pas à la bonne vitesse.
    Mais.
    C’était déjà le cas avant 1984, certaines rééditions vinyle de disques populaires étaient bâclées ou ne respectaient pas ce qui avait été mis en œuvre, la pochette ouvrante (gatefold) d’un Ten Years After ne l’était plus. Par exemple.
    Normal.
    Il s’agit de ne pas perdre du $ sur une remise au marché. Les -hum hum- vrais fans n’avaient qu’à être là, d’ailleurs il reste trois exemplaires du ‘Ssssh’ original en Bordurie.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines par  4JB.
  • #115046

    Et un « album complet » sur You tube posté par « Only vinyl »!

  • #115057

    4JB
    Participant

    Dommage que personne ne semble s’intéresser à ‘Raw Honey’ de Drugdealer (voir plus haut), un disque cool mais pas mou, avec de chouettes harmonies vocales. Un ‘Lost in My Dreams’ pourrait atteindre en plein cœur le McCartneiste, bon pour l’été.
    Bah, ainsi va la vie.

  • #115063

    Matthieu
    Participant

    ‘Raw Honey’ de Drugdealer

    Sur son précédent album ‘The End Of Comedy’, Weyes Blood (dont on a parlé il y a peu) faisait une apparition.

  • #115066

    Matthieu
    Participant

    Reçu hier. J’ai jeté une oreille.
    Effectivement on est dans la continuité d’un rock’n’roll de super tenue, très efficace.
    Quelques bons moments purement instrumentaux notamment.
    Un petit regret : l’album est court. Mais c’est pas grave, suffit de ré-appuyer sur ‘Play’ !

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !