Les 30 ans de Flowers in the Dirt

Ce sujet a 27 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  Flowers, il y a 1 semaine.

  • Auteur
    Messages
  • #114698

    Flowers
    Participant

    5 Juin 1989…je m’en souviens cmme si c’était hier, juste au lendemain des évènements de Chine.
    Je continue de penser que cet album est bien le signal du nouveau départ pour l’ex Beatle, meme si à la réécoute je passe sur certains morceaux…meme We Got Married, très chargée avec du recul. Mais bon c’était l’époque. Reste que l’album est une bouffée d’oxygène bienvenue a ce moment pour Macca, comme si on sortait la tete de l’eau de la piscine après une longue immersion loin d’étre convaincante.
    « Put it There » reste une petite merveille, « Distractions » est toujours aussi charmante, l’évidence de « This One » toujours là, tout comme celle de la souvent décriée (?) « How many people », et mon fils de 16 ans, sur une playlist de pourtant 250 titres de Macca, choisit toujours « Figure of Eight » dont l’intro et la fin sont à mes yeux toujours aussi réussies.
    La réédition de cet album majeur de Paul en 2017 rend grace aux travaux avec Costello, il en ressort un coté « roots » pas déplaisant et alors que la production de l’album se ressent inévitablement des années 85-90. Mais bon une fois qu’on est dedans…
    Vos réactions ?

  • #114702

    Macaaron
    Participant

    Je continue de penser que cet album est bien le signal du nouveau départ pour l’ex Beatle, meme si à la réécoute je passe sur certains morceaux.

    Oui j’ai aussi ce sentiment. Il y a un sérieux contraste avec Press To Play, bien que je passe aussi un bon nombre de morceaux, en grande partie à cause de la (terrible) production.

    Quand on écoute les demos, en guitare-voix avec Costello, il se passe vraiment quelque chose. Je pense notamment à Don’t Be Careless Love, qui sonne terriblement bien dans la demo et qui n’est pas sans rappeler les Beatles, pour finalement s’écrouler dans la version finale de l’album, en devenant carrément désagréable. Et c’est valable pour la plupart des demos : je préfère le Macca brut, sans retouches. Et cet album est beaucoup trop produit à mon goût…

    Néanmoins on sent que Paulo est « de retour », plus inspiré, pour une nouvelle décennie.

  • #114704

    C’est le premier album de McCartney que j’achetais à sa sortie et je commençais à profiter des concerts au moment où il revenait sur scène, alors, pour moi, c’est clair : une nouvelle période commençait, oui!

    Je me souviens que mes ami(e)s écoutaient l’album dans ma chambre d’étudiant, alors que peu de temps avant, tout le monde se foutait des Beatles.

    Je découvrais avec ravissement à la FNAC de Lille les CD 4 titres avec tant d’inédits.

    Alors, oui, j’écoute moins l’album, le son a un peu vieilli, mais il reste des pépites : pour ma part, je citerais Put it There et Où est le soleil (oui oui, madame!) mais aussi We got married

    Je me souviens d’une fan à Bercy qui était outrée car il fallait acheter le CD pour avoir Où est le soleil, à l’époque tout le monde n’était pas équipé…

  • #114705

    Macaaron
    Participant

    Où est le soleil, dans la tête, travailler !

    J’ai un peu honte de l’admettre mais moi aussi j’aime cette chanson ! Ce n’est pas pour les paroles mais le rythme est vraiment sympa et c’est typiquement le genre de chanson de Macca qui nous surprend.

  • #114708

    4JB
    Participant

    je passe aussi un bon nombre de morceaux, en grande partie à cause de la (terrible) production.

    En fait, il y a plusieurs producteurs, de styles très différents, tout au long de ‘Flowers…’ ainsi, Mitchell Froom n’est guère comparable à David Foster ou à Trevor Horn.


    George Martin a écrit le mignon arrangement de ‘Put It There’.

  • #114709

    Matthieu
    Participant

    En fait ce qui a plutôt relancé le Mac, c’est plutôt le single ‘My Brave Face’, avec sa mélodie qui tapait assez fort.

    Et aussi (surtout?) la tournée mondiale qui a suivi, où Paul a recommencé à dégainer du Beatles à foison!

  • #114710

    4JB
    Participant

    En fait ce qui a plutôt relancé le Mac, c’est plutôt le single ‘My Brave Face’, avec sa mélodie qui tapait assez fort.

    Le dernier hit intercontinental de McCartney, publié en plein de formats, vinyle (45 Tours simple, maxi) ou CD.

    Comme on le voit sur l’image/pochettes, notre homme redevient -un peu- Beatle Paul :

    La chanson, écrite avec Costello, ne manque pas de tonus, la participation de Mitchell Froom* à la production l’amène pile au bon endroit.
    On peut se demander, à l’écoute de telle accomplie réussite, si la courte -ouf- intro manière Abba était vraiment nécessaire. Oh bon, on ne va pas chinoiser pour 3 secondes, mais une fulgurance à la ‘Drive My Car’ n’aurait pas manqué d’élégance.

    * surtout connu pour les beaux atours offerts aux Crowded House, mais aussi pour sa participation aux beaux disques de Richard Thompson, Suzanne Vega ou Sheryl Crow.

  • #114714

    Flowers
    Participant

    On l’a un peu oublié mais cet album est le « pendant » de l’album de Costello (Spike) sorti juste quelques semaines plus tot, avec notamment le single « Veronica » aux avant-postes et qui ouvre le bal de leur collaboration fructueuse.
    « Veronica » n’est pas éloigné du ton d’un « Brave Face », finalement. C’est à son écoute que je me suis dit tiens il se passe quelque chose, ça sent bon.
    Mais c’est aussi un de ces titres qui montrent – malgré la production – qu’on sort des années 80 et de ses synthés, on revient à une pop glorieuse et conquérante, et plus sympathique. Comme un changement d’époque. De l’air frais bienvenu à ce moment-là. On avait hate d’entendre la suite qui n’allait pas tarder.

  • #114715

    Macaaron
    Participant

    Côté Costello, il y a aussi le charmant ‘So Like Candy » …

  • #114716

    Flowers
    Participant

    oui en effet, et dont on retrouve une démo sur le remastered de Flowers in the Dirt. Bon maintenant on ne se refait pas, j’eusse préféré la voix suave d’un Macca, car ici le coté abrasif de la voix du Elvis n’est pas compensée. Avis personnel hein, on a le droit de rever…

  • #114717

    Flowers
    Participant

    Le dernier hit intercontinental de McCartney, publié en plein de formats, vinyle (45 Tours simple, maxi) ou CD.
    Comme on le voit sur l’image/pochettes, notre homme redevient -un peu- Beatle Paul

    (toujours aimé cette pochette)
    J’aurais plutot dit « Hope of Deliverance » quand meme.
    My Brave Face est 18e au UK tout comme This One d’ailleurs (mais l’album a été No 1)
    Hope est également – décidément ! – 18 au UK mais…No 1 en Espagne et 3 en Allemagne.

  • #114721

    4JB
    Participant
  • #114732

    Pas mal ?
    http://www.superdeluxeedition.com/news/sdes-acclaimed-paul-mccartney-interview-booklet-available/#more-150711

    J’avais trouvé que ces interviews formaient un complément intéressant à la deluxe et j’ai donc commandé la version papier.
    Mais le manque de ce coffret, c’est surtout un CD qui regrouperait les titres hors-album!

  • #114738

    Laurent
    Participant

    Le vilain disque que voilà.
    Comment une si triste affaire peut-elle être presque révérée par une solide poignée d’afficionados des eighties ?????
    Car à l’image de ces années au gout douteux, tout est ici gras, collant et calibré FM.
    La production racole, gonfle, souligne à trait épais la vulgarité de la chose.
    Il y a pire.
    Les arrangements sont indigents et tout à fait indigne de l’ex Beatles.
    Rien ne surnage à l’exception notable du très beau Put it There.
    La collaboration avec le Elvis de série B tombe à plat.
    On s’ennuie ferme à leurs efforts collectifs d’autant que la seule bonne chanson issue de leurs têtes à têtes « Back On My Feet » n’est même pas sur l’album.
    Motor Of Love touche le fond et vautre dans la plus indigente des variétés.
    Meilleur que Press To Play nous dit-on.
    A peine hélas.
    Terrible.
    De Tug Of War à Off The Ground, la traversée du désert n’allait plus en finir.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 1 jour par  Laurent.
  • #114747

    4JB
    Participant

    Le vilain disque que voilà.
    Comment une si triste affaire peut-elle être presque révérée par une solide poignée d’afficionados des eighties ?

    Ah bah.
    Il y a de quoi monter un brave petit EP, d’autant que ‘Distractions’ ne saurait être sacrifiée sur le même autel/motel qu’un ‘Motor of Love’ : non seulement la chanson est inspirée, mais elle bénéficie aussi d’arrangements gracieux. Ce qui n’est pas rien.
    2 titres Mc-Costello, 2 autres ClassicMc, un certain équilibre.

    Sinon, nous autres peu enclins à succomber aux artifices de l’oncle Paul, nous ne nous entendrons jamais avec les amoureux de ‘We Got Married’. Un peu comme -ouch!- ‘Beware My Love’ période Wings.
    Comment exprimer sans blesser ni jouer aux fins malins ?
    C’est difficile.
    Allez, prenons ‘We Got Married’, un bâton de pèlerin et en avant marche. Certain(e)s peuvent être sensibles aux paroles, c’est peut-être un bon point. Toucher juste, parler à l’auditeur/trice.
    La musique :
    1) Accord de guitare mineur en intro, ouille, Macca est le plus souvent pathétique en mode mineur, il adore ça et ses fans aussi, semble t-il. Passons. Suit un début de mélodie téléphoné, puis un développement bien vu, mais assez plat. Nous voguons alors en pleine variété d’alors, pas pire que celle développée en France ou en Italie, pas mieux non plus.
    2) Arrive « le break ». C’est une des combines favorites du Mc, quand un bout de chanson s’enlise, il y colle une autre bribe de truc repiquée dans le dictaphone. Et là, allô Titanic, c’est le naufrage. Epaulé par un David Gilmour en dessous de tout, McCartney plonge au plus bas du rock FM, déployant le pire du caricatural.
    3) A la base, il y avait David Foster à la production. Dans le genre, un modèle. Ben oui, il avait déjà massacré Harrison en 1975, avant de travailler avec la crème des grandes vedettes :

    https://en.wikipedia.org/wiki/David_Foster

    4) Au finish, Paul le Mc devient co-producteur de ‘We Got Married’.

    C’est un résumé rapido, auquel on pourrait joindre une appendice : pourquoi, dans les nombreux ‘tribute to McCartney’, ‘We Got Married’ n’est jamais repris ?

  • #114753

    Flowers
    Participant

    1) Accord de guitare mineur en intro, ouille, Macca est le plus souvent pathétique en mode mineur, il adore ça et ses fans aussi, semble t-il. Passons. Suit un début de mélodie téléphoné, puis un développement bien vu, mais assez plat. Nous voguons alors en pleine variété d’alors, pas pire que celle développée en France ou en Italie, pas mieux non plus.
    2) Arrive « le break ». C’est une des combines favorites du Mc, quand un bout de chanson s’enlise, il y colle une autre bribe de truc repiquée dans le dictaphone. Et là, allô Titanic, c’est le naufrage. Epaulé par un David Gilmour en dessous de tout, McCartney plonge au plus bas du rock FM, déployant le pire du caricatural.

    Une « lecture » intéressante, ok. Et pourquoi pas, meme si elle casse un peu l’ambiance mais le topic est fait pour ça. Sauf qu’à l’époque ça a marché fort, et a la première écoute je ne m’étais pas dit « ouille » bien au contraire, faut quand meme se rappeler d’ou on venait, j’avais trouvé le morceau vraiment inspiré, en tous cas EPIQUE, bref il se passait quelque chose après l’anémie dramatique de l’album précédent. Macca l’avait mise dans son top 10 favori avec God Only Knows des BB, Love Me Do et PS I Love You. Et donc probablement son titre préféré de l’album. Mais, oui en effet, il n’est pas repris en tribute. Bon, c’est pas la seule, hein.

  • #114754

    Flowers
    Participant

    la traversée du désert

    ohhh toute relative hein…mais de 84-85 a 89 oui c’est très net. Après c’est une question de production d’une époque. Car les mélodies – meme sur PTP – sont bien là le plus souvent.

  • #114756

    Macaaron
    Participant

    la traversée du désert

    ohhh toute relative hein…mais de 84-85 a 89 oui c’est très net. Après c’est une question de production d’une époque. Car les mélodies – meme sur PTP – sont bien là le plus souvent.

    Oui c’est essentiellement la production qui peut gêner, Tug of War est assez solide, Pipes of Peace passe encore, mais j’avoue que sur PTP j’ai vraiment du mal à trouver des mélodies inspirées.

  • #114757

    ALLIGATOR
    Participant

    Press to Play reste sa pire merde,oui oui je le dis et le répète.

    Driving Rain reste bien anecdotique également.

    On continue? Ok j’en rajoute 2 autres.

    Par contre pour ces 2 prochaines galettes je considère qu’il s’est mal demerdé,Wild Life mal produit tout simplement et 2 tracks bidons.
    Red Rose Speedway un chouïa mieux produit mais une bonne moitié qui aurait gagné à être en bonus aujourd’hui.

    Voilà mes 4 non chouchous.
    Et vous vos 4/5 non chouchous?

    (vous avez vu? Je fais simple).

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114758

    ALLIGATOR
    Participant

    Il serait capable de nous sortir une demie valise 4 titres avec Cook of the House,All together Now,Spies Like Us et Motor of Love.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114762

    Macaaron
    Participant

    Et vous vos 4/5 non chouchous?

    Je te rejoins sur les deux premiers…

    – Press To Play en tête, habituellement j’aime toujours au moins quelques titres dans tout ses albums mais dans celui là j’ai du mal …

    – Driving Rain est un peu mieux, mais par rapport à ce qui précède (Flaming pie) et ce qui va suivre (Chaos), on est bien en dessous.

    Pour les autres, disons que je ne les juge pas réellement mauvais, mais un peu en dessous :

    – McCartney II : je sais qu’il est apprécié par certains mais j’ai du mal avec la production. Il y a quelques bons titres cependant je dois le reconnaître. Question de goût.

    – Un dernier ? ça se joue entre London Town et Pipes of peace. Le premier est selon moi le moins bon des Wings, trop de chansons anecdotiques et sans grand intérêt (Alors que la même année, il nous pondait le génial mull of kintyre !). Le second est un peu décevant après Tug of War et souffre d’une production qui a beaucoup vieilli. Mais comme pour McCartney II, il y a quelques titres que j’apprécie.

    Par contre j’adore Red rose, Wild Life, et même le peu apprécié Back to the egg. Allez comprendre ! 🙂

  • #114763

    marcbeatles
    Participant

    We got married
    1 J adore l ‘intro
    2 j adore le break et l intervention de Gilmour
    3 et 4 Production Ok
    Bref, tous les gouts sont dans la nature.
    Mais bon, on peut supposer que dans un blog estampillé Beatles, on aime plutot Mccartney, non ?
    Sinon, on va exposer ses talents ailleurs, me semble t-il.
    Question de pragmatisme, de cohérence.
    PS : en prime, j aime beaucoup l’essai « punk » de Spin it on
    Bref, j ose contredire le « gourou » de ce blog.
    Alors que d’autres, pourtant amateurs de la chanson, je parie, osent à peine l’avouer, de peur de froisser le maitre !!!!!
    Enfin, son histoire éculée de « il y a jamais eu de reprises », il faudra qu’il me dise de quand date le dernier titre des Stones ou Who, pour rester dans un cercle comparable, qui a été repris…..
    Je suis curieux de savoir….
    Et restons en au cercle des maitres des 60 s, pas la peine de me sortir un exemple d’un groupe inconnu au bataillon (du moins pour les modestes quidam que nous sommes).

  • #114767

    Flowers
    Participant

    Pipes of Peace passe encore, mais j’avoue que sur PTP j’ai vraiment du mal à trouver des mélodies inspirées.

    effectivement c’est la période creuse on va pas revenir dessus, mais c’est en fait a l’écoute d’une démo (je ne sais plus laquelle) ou j’ai compris que la prod faisait quand meme beaucoup. Mais comme lui avait dit G.Martin lors de l’enregistrement de PTP « c’est moins fort que ce que tu faisais avant… ». Bah ça va ça vient. Tout l’interet de « commemorer » les 30 ans de Flowers, c’est que pour moi personnellement fin 88 il était mort. Surtout après cet album « russe » qui ne va nulle part avec cette version inepte et indigne de « Summertime ». C’était fini, rapé, terminé, sans aucun espoir (quoique son Back On My Feet de 87 laissait passer un peu de nouvelle lumière quand meme avec cette collaboration naissante avec ce fameux « McManus »). Et on est 30 ans plus tard…

  • #114768

    Flowers
    Participant

    – Un dernier ? ça se joue entre London Town et Pipes of peace. Le premier est selon moi le moins bon des Wings, trop de chansons anecdotiques et sans grand intérêt (Alors que la même année, il nous pondait le génial mull of kintyre !).

    oui pareil et c’est le seul album ou je ne retiens pas les chansons, c’est curieux elles n’impriment pas… Anecdotiques, en effet, pour la plupart. Et aussi trop sur le meme registre « folk », un ton qu’on retrouve sur tout l’album, là aussi sauf exception. Je me souviens d’un critique dans les années 90 disant que le problème des albums de Macca est qu’ils ne sont pas forcément écoutables jusqu’au bout. London Town est le cas typique pour moi. Pour ses albums d’aujourd’hui ce n’est plus le cas.
    Et puis…je me revois fin 1982, on est seulement quatre ans après, le son de l’époque a totalement basculé (new wave etc..), et je ne connaissais pas du tout cet album. Bref je l’écoute, et passé le charme incontestable du premier morceau, tout était irrémediablement daté, très très daté… Quatre ans…on m’aurait dit 20 c’était pareil. En revanche, malgré ses défauts, Back To The Egg garde une modernité et un ton qui passent toujours très bien, alors qu’il ne sort qu’un an plus tard. C’est frappant. Mais il semble que Macca l’apprécie peu, comme PTP. Pas de réédition en vue (ou alors ?) et nullement disponible sur Deezer (ou on ne trouve que le très bon « Arrow Through Me » toujours impeccable pour ses 40 ans).

  • #114769

    Macaaron
    Participant

    Bah ça va ça vient. Tout l’interet de « commemorer » les 30 ans de Flowers, c’est que pour moi personnellement fin 88 il était mort. Surtout après cet album « russe » qui ne va nulle part avec cette version inepte et indigne de « Summertime ». C’était fini, rapé, terminé, sans aucun espoir (quoique son Back On My Feet de 87 laissait passer un peu de nouvelle lumière quand meme avec cette collaboration naissante avec ce fameux « McManus »). Et on est 30 ans plus tard…

    Il y a aussi selon moi l’album inédit « Return To Pepperland » qui fait exception. Enregistré entre 84 et 87, on y voit des prémisses de Flowers in the dirt, Flaming pie (Same love) et plusieurs très beaux inédits. Rien que la chanson titre est particulièrement accrocheuse !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par  Macaaron.
  • #114771

    4JB
    Participant

    We got married
    1 J adore l ‘intro
    2 j adore le break et l intervention de Gilmour
    3 et 4 Production Ok
    Bref, tous les gouts sont dans la nature.

    Mais oui.
    Où est le problème ? Il existe plein de gens merveilleux qui écoutent des musiques que tout un chacun n’appréciera pas forcément. Commentaire d’une affligeante banalité, 1000 excuses.

    Mais bon, on peut supposer que dans un blog estampillé Beatles, on aime plutot Mccartney, non ?

    Absolument. Il est probable qu’ici, presque tout le monde apprécie ‘Blackbird’ ou ‘Maybe I’m Amazed’.

    PS : en prime, j aime beaucoup l’essai « punk » de Spin it on
    Bref, j ose contredire le « gourou » de ce blog.

    Contredire le gourou ? Formule aigre-douce.
    Sauf qu’il n’y a pas l’ombre d’une contradiction, je n’ai aucun problème avec quiconque trouve décevant un ‘Ac-Cent-Tchu-Ate the Positive’ in ‘Kisses on the Bottom’, ça ne gâchera pas mon plaisir d’écoute. Alors, si les ballons punk de Monsieur Paul entrent dans la cage des amateurs, zéro problème. Toutefois, dans le genre, on peut préférer des shoots mieux cadrés. Sauf erreur.

    Et restons en au cercle des maitres des 60 s, pas la peine de me sortir un exemple d’un groupe inconnu au bataillon (du moins pour les modestes quidam que nous sommes).

    C’est un choix respectable : la pointe immergée de l’iceberg et point barre. Plutôt que l’excitation de la découverte. Voici, par exemple, un papier extrait du dernier Rolling Stone français :

    Exprimer désintérêt teinté d’un vague dégoût n’est certainement pas condamnable. C’est un choix. Comme de refuser de jeter une oreille à ce que les Royal Guardsmen ont publié un an avant ‘Ob-La-Di…’. Et ainsi, préserver l’aura sacrée de Saint-Paul :

    FREEDOM !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par  4JB.
  • #114776

    4JB
    Participant

    Comme exprimé plus haut, chacun est libre de se limiter aux grandes vedettes ou au périmètre imposé par le succès populaire. Un peu comme les touristes qui ne visitent que les endroits ultraconnus, se moquent royalement des alentours. Ils font maintenant des croisières dans des paquebots monstrueux, ok, ils ne sont pas à blâmer. Du tout.
    On peut préférer d’autres alternatives, se balader au Maroc à vélo ou en moto, les découvertes seront forcément différentes.
    A chacun(e) sa vie, ses concepts d’enrichissement ou de simple bien-être.

    De là à imposer, « restons en au cercle des maitres des 60s » tel que déclaré, c’est un ordre de marche dont il est permis de se demander quelle pourrait en être la validité.

  • #114783

    Flowers
    Participant

    Rien que la chanson titre est particulièrement accrocheuse !

    ah le début de « Return to Pepperland » oui, toujours aimé, mais bon c’est un peu attendu et ça s’essoufle vite, et ça tombe un peu dans la facilité

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par  Flowers.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !