Le rôle de Martin…

Ce sujet a 6 réponses, 5 participants et a été mis à jour par  4JB, il y a 1 an.

  • Auteur
    Messages
  • #107526

    Clive LD
    Admin bbPress

    Comme vous le savez sans doute, la mise en vente de la partition de Eleanor Rigby dans quelques jours, provoquent un flot d’articles dans les médias… et en écoutant la radio il y a quelques jours, j’ai entendu une tirade qui ma un peu gênée… et qui voudrait que ce soit george martin qui ait forcé les Beatles à ajouter des cordes sur bien des chansons…
    Cela me surprend car, si on lit des bios des Beatles, voire de macca, il semble que ce soit bien le contraire. On nous dit que c’est les Beatles qui commandaient à martin l’écriture de partitions, ou bien qui demandaient à Martin son avis sur la présence de cordes sur tel ou tel morceau.

    Vraiment dommage ce type d’approximation, car à la sortie elle écorne la légende Beatles et la légende George martin

  • #107550

    JohnnyMoondog
    Participant

    et en écoutant la radio il y a quelques jours, j’ai entendu une tirade qui ma un peu gênée… et qui voudrait que ce soit George Martin qui ait forcé les Beatles à ajouter des cordes sur bien des chansons…

    Quand on parle « des Beatles » on parle de John, Paul ou George?

    Et comme dans les média on n’a pas le temps pour évoquer au cas par cas il y a une tendance à une certaine généralisation.

    George Martin était producteur et faisait un boulot de producteur.

    Yesterday sans George Martin aurait-il été enregistré à la guitare électrique?

  • #107551

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour à tous!,

    Il y a un fait important à prendre en compte. En 1965, année d’enregistrement de Yesterday, Martin a suggéré aux Beatles l’ajout du quatuor à cordes. Le groupe a entériné sa proposition.

    Mais à partir de 1966, Martin ne travaillait plus pour EMI. Il était à son compte. Il se consacrait à son projet Air Studio. Ce sont les Beatles qui lui ont demandé de continuer à réaliser leurs disques. En acceptant, Martin devenait en quelque sorte l’employé des Beatles. Il pouvait continuer à proposer des idées en studio mais il exécutait aussi les demandes du groupe. Exemple: A day in the life.

    Le seul moment où la dynamique a changé un peu, c’est pour Abbey Road. Après, les sesssions de l’album Blanc et Let it be, Martin n’avait plus le goût de s’embarquer dans ce qui était devenu le panier de crabes Beatles. Mais le groupe l’a convaincu qu’il ferait les choses autrement afin d’avoir un album plus agréable à faire. Ce qui est d’ailleurs arrivé.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #107552

    4JB
    Participant

    Bonjour à tous!,

    Il y a un fait important à prendre en compte. En 1965, année d’enregistrement de Yesterday, Martin a suggéré aux Beatles l’ajout du quatuor à cordes.

    Dans les médias, spécialisés ou non, sur la toile. les réseaux, les forums, etc., l’album ‘Help!’ est systématiquement sous-évalué.
    Pourtant, en effet, c’est bien là que niche, en face B, ‘Yesterday’. Sur la A, nous avons un flûtiste, ça n’avait jamais été fait avant : les Beatles, avec l’aide de George Martin au piano, assuraient tous les instruments.
    ‘Help!’ est le vrai LP de transition, bien plus que ‘Rubber Soul’. La version US propose du sitar. Là aussi, bien avant la rencontre avec David Crosby, avant ‘Norwegian Wood’, avant le trip indien.

  • #107555

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour 4 JB!,

    En effet, la version US de l’album Help n’offrait pas Yesterday mais contenait, dans ses pistes instrumentales, un medley de chansons du film A Hard Day’s Night joué par des instruments indiens.

    Les nord-américains découvriront Yesterday seulement en septembre de 1965 par le biais d’un 45 t. avec Act Naturally en face B. D’ailleurs, les Beatles, ou plutôt McCartney, l’interprétera en primeur US ce même mois lors du dernier passage du groupe au célèbre Ed Sullivan Show.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #107600

    john mama
    Participant

    Bonjour à tous!,

    Le seul moment où la dynamique a changé un peu, c’est pour Abbey Road. Après, les sesssions de l’album Blanc et Let it be, Martin n’avait plus le goût de s’embarquer dans ce qui était devenu le panier de crabes Beatles. Mais le groupe l’a convaincu qu’il ferait les choses autrement afin d’avoir un album plus agréable à faire. Ce qui est d’ailleurs arrivé.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

    et c’est bien sur Abbey Road que GM donne le meilleur de lui même, une prod quasi parfaite, avec le fameux medley dont je ne me lasserais jamais d’écouter (ah le passage polytheme pam / she came into … c’est quasiment divin). S’il est une (mauvaise) habitude dans le monde beatlesien c’est d’attribuer la paternité d’un album à un membre du groupe (genre Sgt Pepper à McCartney ou le Double blanc à Lennon) j’attribuerais Abbey road à Sir George Martin.

  • #111938

    4JB
    Participant

    Il avait été rapidement question de ce disque juste avant sa publication :

    Sous la baguette de Craig Leon, les musiciens du Berlin Ensemble interprètent des compositions de George Martin, dont l’inévitable (et excellent) Pepperland, des extraits d’un James Bond… bref, ce qui tourne autour du cinéma, mais pas que.

    Le résultat est satisfaisant, même si on aurait, éventuellement, pu éviter une reverbe ne favorisant pas l’initimité*. George Martin n’était ni Bach, ni Herrmann, ni même John Barry, mais ses créations valent autrement mieux que la piteuse étiquette de cinquième beatle qu’on colla sur un front aussi sensible qu’intelligent.

    * d’un autre côté, ça respire.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !