La distinction des coffrets

Ce sujet a 8 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Matthieu, il y a 3 mois et 2 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #114256

    4JB
    Participant

    Hormis les Beatles et les célébrités (Stones, Springsteen, Johnny, Floyd & Co), un considérable nombre de coffrets* a été mis sur le marché, ce depuis le 78 tours.

    On peut, quitte à déborder, se concentrer sur ces trois dernières décennies.

    – Le coffret idéal est celui qui rassemble une intégrale, respectant les disques originaux, éventuellement augmentés de divers bonus placés au bon endroit. Le son doit être de belle qualité, la présentation ne devrait, tant que possible, ne pas se révéler trop cheap. Les livrets (ou analogues) se font fort d’être aussi précis que concis, agrémentés d’une séduisante iconographie. En ce sens, l’anthologie des Spooky Tooth (The Island Years 1967 – 1974, publiée il y a 4 ans) est exempte de reproche, travail dit « d’orfèvre ».

    – D’autres sont, pour leur public, épatants, ainsi le pavé ‘Rock Pop en Stock’ de Polnareff, très « français » dans sa mise en forme, sa présentation cocorico. Ceci en exemple, nous sommes là dans la galaxie des grandes vedettes, il s’agit d’une approche qu’on imagine séduisante.

    – Le coffret consacré à un seul album, généralement en mode anniversaire, genre ‘This Was’ des Jethro Tull en 4 discs. Encore des stars ? C’est pour situer. Désolé, vraiment, de smbler plafonner.

    – Ou d’innombrables variantes, allant du total pourri à l’arrogance du bonheur.

    OUI, c’est trop long, intro verbeuse, droit au but, et VITE ! Surtout que c’est trrrrès sommaire.

    ————-

    A toi de jouer, ami lecteur, dis-nous quel est le coffret le plus usé de ta collection, au singulier ou au pluriel.

    ————-

    Pour ma mini part, j’avoue une passion grandissante pour ‘The Killer Live!’ de Jerry Lee, suivi soigné des tumultes du bandit sur les planches, de 1964 à 1970. Ce qui nous éloigne et nous rapproche encore un peu du concept ‘box sets’. Allo ?

    Tout ceci est large et ouvert : le coffret ‘This Is Your Captain…’ des Hawkind dépasse l’entendement, celui de Little Feat (Rad Gumbo) se plaît à niquer les Stones post-1972, etc.

    Etc. ?

    Oui, ami(e)s, les boîtes aux trésors ne sont pas à conjuguer au passé, il y a derrière tout ça une passion physique en -toute relative- alternative au Smartphone / USB / Streaming. Les gagnants, c’est nous, on s’en fout de YouTube et des donzelles scotchées aux plateformes dites sociales. On sait que la musique peut être accompagnée.

    Des avis ?

    Les remarquables coffrets consacrés aux Creation et Action existent-ils dans vos environnements réels ? Jurassic Parks, ultimes témoins appelés à la barre de ce qu’on palpe en mains propres ? Non, pas les ongles. Arrrrête !

    (à suivre)

    * hors coffrets multi-artistes, dont certains méritent d’éternels louanges.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 3 mois et 3 semaines par  4JB.
  • #114258

    4JB
    Participant

    w

    ……….
    Ajouter, grrrrr, aux Hawkwind amputés d’une lettre. Le « w ».
    Ça ne devrait pas arriver, 600’000 excuses (chiffre communiqué par la préfecture locale).

  • #114259

    4JB
    Participant

    Hum hum.

    Ce sujet, comme la majorité des autres, ne sera pas suivi, au mieux commenté par un ou deux sympathisants.

    Trois ?

    Non, improbable.

    Est-ce dommage ?

    – Pas vraiment, on trouve tout sur la toile et seuls les cas graves se ruinent pour des recueils qui, passé une écoute aux bougies, sont classés dans les rayons.

    – L’intégrale de Nino Ferrer vaut-elle le coup ?

    – Reste t-il encore des exemplaires du coffret Inmates sans que ça coûte le bras de la femme de mon connard de voisin ?

    Oui bon, voilà un de ces coffrets que, il faut leur pardonner, les tristesses exaltées étiquetteront tel, -OUCH!- cultissime :

    Le son ne vaut pas grand-chose, plat autant que mal maîtrisé par les esclaves des balbutiements du numériques audio.
    Ce n’est pas rendre service à l’innocent, perdu, « je fais quoi avec ce bordel » que de conseiller, à la cool, telle boîte sitôt écoutée sitôt oubliée.

  • #114262

    Matthieu
    Participant

    J’essaye de faire attention avec les coffrets, car si c’est souvent très alléchant, je n’aime pas trop quand ça prend la poussière. J’en ai acheté pas mal à un moment, et en ai revendu quelques-uns, faute d’écoutes régulières.

    – Pour les coffrets de type « intégrale » (ou assimilés), c’est vraiment pour les artistes dont la moyenne discographie me paraît haute, donc chez moi : Beatles, Simon & Garfunkel, Gainsbourg, Clash, Byrds, Dylan et Bowie (et encore le petit dernier risque de se retrouver sur le marché de l’occasion). J’ai eu ceux des Doors ou de Led Zep, mais trop de déchet à mon goût, donc je les ai revendus, et je privilégie alors une bonne compilation.

    – Pour les coffrets consacrés à un seul album : il y a eu une grosse mode il y a quelques années, surtout avec les 40/50èmes anniversaires de tous ces fameux albums des ’60s/’70s. Pareil, grosse sélection ici, j’en ai peu : Pepper, le White et ceux des Who. Pour les autres, je privilégie l’édition 1 ou 2 CD généralement proposée en même temps : le remaster (voire le remix) et quelques bonus me suffisent largement.

    Dans les 2 cas, les coffrets sont souvent riches en photos, essais, prises alternatives etc … mais restent globalement peu maniables.

    Si on reste dans le domaine d’un coffret consacré à un unique artiste, je préfère nettement quand le format reste « taille CD », comme par exemple les récentes rééditions Groovies, Plastic Penny chez Cherry Red Records. C’est vraiment le bon compromis chez moi, tant au niveau taille physique qu’informations fournies et iconographie, ni trop ni trop peu. Les éditions dites « deluxe » de type digipack et comprenant 2 ou 3 CDs sont généralement satisfaisantes aussi.

    Mais c’est dans le multi-artistes que je trouve vraiment mon compte, comme les coffrets Nuggets, Mojo, Grapefruit …

  • #114264

    4JB
    Participant

    Voici, en dimensions (13 x 13 cm) et en image ce qui séduit, à raison, Matthieu :

    Les coffrets, laminés, sont solides autant que pratiques à l’usage, chaque disc est glissé dans une pochette carton, on peut donc ne que garder son favori à portée d’oreille et ranger le solde à la cave. Si envie. Pratique, oui.

    Que dire du, cité plus haut, ‘Rock Pop en Stock’ de Polnareff ? Il y a, indéniable, la volonté de présenter un bel objet. Sauf qu’il faut 2 minutes pour sortir le disc de la place qu’on lui a attribuée et 2 autres pour savoir ce qu’il y a dessus. Après, il faut chercher les infos à une place ou à l’autre, le livre/livret est verbeux. Allez, ajoutons 2 minutes.

    Six minutes pour ne même pas savoir si ‘Sous quelle étoile suis-je né’ est en mono (avec une fin spécifique), bref, c’est de la moquerie en costume.

    Allez, un mot pour encourager le label Edsel et cette suprême mise en boîte :

    Un groupe-culte pour de vrai, aux antipodes de ce qui est fallacieusement étiqueté culte, à savoir du populaire médiatisé, horreur, pour la masse. Et, bien sûr avalé sans broncher. C’est un autre sujet, un autre débat.

  • #114266

    Hum hum.

    Ce sujet, comme la majorité des autres, ne sera pas suivi, au mieux commenté par un ou deux sympathisants.

    Trois ?

    Non, improbable.

    Est-ce dommage ?

    – Pas vraiment, on trouve tout sur la toile et seuls les cas graves se ruinent pour des recueils qui, passé une écoute aux bougies, sont classés dans les rayons.

    – L’intégrale de Nino Ferrer vaut-elle le coup ?

    – Reste t-il encore des exemplaires du coffret Inmates sans que ça coûte le bras de la femme de mon connard de voisin ?

    Oui bon, voilà un de ces coffrets que, il faut leur pardonner, les tristesses exaltées étiquetteront tel, -OUCH!- cultissime :

    Le son ne vaut pas grand-chose, plat autant que mal maîtrisé par les esclaves des balbutiements du numériques audio.
    Ce n’est pas rendre service à l’innocent, perdu, « je fais quoi avec ce bordel » que de conseiller, à la cool, telle boîte sitôt écoutée sitôt oubliée.

    Oui mais bon, dans le coffret Spector, il y a le badge « back to Mono ». Indispensable, non?

  • #114269

    4JB
    Participant

    Oui mais bon, dans le coffret Spector, il y a le badge « back to Mono ». Indispensable, non?

    C’est vrai.
    Ceci exulté, les mixes mono ne sont pas toujours les plus satisfaisants. Par contre, durant les ’60s, les en stéréo n’étaient, le plus souvent, guère soignés, raison pour laquelle une bonne part des publications peut être préférée en mono, plus forte, compacte.

  • #114272

    4JB
    Participant

    Bon, à vrai dire je suis fatigué.
    Toujours tenter de remettre le métier sur la borne, électrifier le pré pour… Pourquoi au juste ?
    Bah, une tentative de partage, sans égocentrisme, un forum de communication pop, sans « je » à chaque blabla.
    Sauf que là je suis fatigué.
    Dangereux, Mobali ?

    Pas d’aigreur, voilà une sélection de quelques coffrets de première. Le ‘The Clarke, Hicks & Nash Years’ des Hollies, s’il n’avait pas été conditionné dans si épouvantable boîtier de merde, pourrait y figurer.

    Il va sans dire que des milliers d’autres coffrets existent, c’est juste un micro-projecteur sur quelques articles impeccables :

    L’avenir de Yellow-Sub vous appartient, à toi de rouler !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 mois et 2 semaines par  4JB.
  • #114274

    Matthieu
    Participant

    Les coffret x-CDs des Hollies sont top, yes, assez complets mais indeed très moches. Je ne me suis pris que les deux premiers, la suite ne m’attire pas particulièrement.

    De ceux présentés juste au-dessus, je n’ai que celui des Inmates, indispensable aux amateurs de Nuggets ! Celui du Dr Feelgood pourrait me faire de l’oeil, je n’ai que celui intitulé ‘All Through The City 1974-1977’, ça pourrait bien compléter.

    Si les coffrets sont nombreux, c’est le cas aussi de leurs formats !
    Il y a eu une mode des coffrets dits « long box », en voici par exemple deux, pas mal du tout :

    Mon image
    Mon image

    Pour Gainsbourg, il s’agit d’un très bon panorama de ses chansons interprétées par d’autres artistes, de ‘Poupée de Cire, Poupée de Son’ à ‘Pull Marine’ en passant par ‘Comment te dire adieu’, tous les classiques y sont. (4CDs)

    Pour les Zombies, on y retrouve tous leurs enregistrements studio (les singles, les 2 albums, et l’album perdu), ainsi que les Live à la BBC !

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !