Il restait encore trois ans aux Beatles

Ce sujet a 30 réponses, 11 participants et a été mis à jour par  4JB, il y a 2 ans et 1 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #101445

    4JB
    Participant

    Oui.
    Trois ans à vivre.
    Si, surexcité par le Plastic Ono Band (Lennon a mis les musicos au parfum lors du voyage à Toronto), Lennon donc n’avait pas jeté l’éponge en pleine figure ce 20.9.1969.
    On l’entend très bien sur ‘Band On The Run’, la sève était toujours montante.
    Oh, tout le monde connait la rengaine : ils se sont séparés avant l’inéluctable déclin.
    C’est vrai.
    Mais, il restait au groupe trois ans à vivre, les chansons étaient là, encore solides, et ce ne sont pas des tracasseries comptables qui fracassent un groupe, jamais.
    Par contre, dès 1974, nous aurions vu le grand navire sombrer tout doucement.

    Avez-vous remarqué à quel point les libellés Plastic Ono Band et Band On The Run se ressemblent ?
    Par hasard ?
    Peut-être, mais le hasard, comme tout ce qui nous entoure, a des racines.

    1973, donc, deux albums des Beatles, et des bons, ainsi qu’une vitalisante poignée de singles pied au plancher.

    Comme celui-ci par exemple ? De janvier 1971 ?
    Pourquoi pas.

    On ne récrit pas le match, mais l’imaginaire n’est pas une tare.

  • #101447

    Paul McC
    Participant

    N’avons-nous pas à faire à un coq à qui on vient de couper la tête ? Le corps bouge toujours. certes, mais la bête est bien morte.
    N’est-ce pas ce qui s’est passé avec les Beatles ?

    Encore vivants, le temps que tout le monde s’oublie, et ensuite, le néant ? (En suivant ton résonnement, car je ne considère pas que tout soit à jeter après 1974)

  • #101450

    4JB
    Participant

    je ne considère pas que tout soit à jeter après 1974

    Rien n’est, forcément, à jeter.
    De prime abord.
    Toutefois, la fibre ‘Beatles’, ce mélange d’évidence et de renouvellement, cette composante essentielle va s’étioler au fil des mois.
    Puis des ans.
    Et, mais oui, des décennies.
    Ce qui est 100% dans la continuité d’un groupe qui avait pour ligne la fusion des genres.
    Une fois l’entité dissoute, tout finit par se dissoudre, par fondre.

  • #101453

    Flowers
    Participant

    Par contre, dès 1974, nous aurions vu le grand navire sombrer tout doucement.

    oui je suis assez d’accord sur cette date

  • #101485

    Arthur le Scarabé
    Participant

    Moi j’ai la foi beatlesque et j’aime à rêver qu’il leur restait… jusqu’à aujourd’hui ! En écoutant Double Fantasy il y a quelques jours je me surprenais à rêver d’une production « Beatles » des morceaux de Lennon… certes on ne sait pas comment ils auraient évolués, ce qu’aurait donné l’émulation créative entre eux, mais pour moi la matière « brute » de qualité était là même 10 ans après. En 1980 McCartney était capable de surprendre Lennon avec Coming Up qui lui même était encore capable d’écrire de sacré chansons… non, définitivement, il leur restait encore beaucoup, beaucoup de temps…

    …et peut-être qu’un jour, quelque part, s’il existe une sorte de paradis pour fan de Beatles, nous saurons ce qu’il en aurait été et pourrons écouter les morceaux 😉

  • #101486

    Wilison
    Participant

    Je suis assez d’accord avec JB; je pense également que jusqu’au 80’s, il y avait dans chaque album solo de chacun de quoi faire un superbe album des Beatles.
    Par contre (et c’est un gros « par contre »), même jusqu’en 73, je ne suis pas sûr que leur oeuvre commune eut été au niveau des Beatles en matière de créativité et d’intérêt artistique. En effet, ce qui est extraordinaire avec les Beatles, c’est qu’outre le fait d’avoir écrit des chansons particulièrement réussies qui ont eu un succès fou, ils n’ont eu de cesse de découvrir de nouveaux territoires musicaux ou du moins de participer à une véritable révolution de la musique dite populaire.
    Or, à partir de 70 (et je dirai même peut-être à partir de 69 – c’est un autre débat), les fab four n’apportent plus grand chose de neuf.
    Certes, ils vont encore produire en solo des grandes chansons qui sont souvent à la hauteur de leur oeuvre commune, par contre, ils ne se démarquent plus par rapport à la concurrence; surtout, ils ne sont plus des artistes « moteurs ».
    Seuls Plastic Ono Band, All things Must Pass et Band on the Run présentent un son (relativement) original et une production qui marque son temps et qui dénote un choix artistique assez fort et même original. Tout le reste, aussi bon soit-il (Ram ou Imagine) ou médiocre (Living in the material world, Mind Games, Red Rose Speedway) n’apporte rien du tout à l’histoire de la musique. On est très loin des avancées de Rubber Soul, Revolver, Pepper ou autres White albums et c’est ça LA grosse différence (à mon sens).
    Et finalement, on comprend l’excitation de Lennon à l’écoute de la version studio du « Coming Up »de Macca. Il y a dans cette chanson quelque chose d’étonnement nouveau et d’inédit tant dans l’écriture que dans la production qui fait sonner ce morceau comme rien d’autre. Le patron des ex-Beatles n’avait pas perdu son nez. Dommage que le bon Macca n’ait pas poursuivi l’effort; il est même tristement probable qu’il n’ait pas compris l’intérêt de son ancien partenaire pour cette chanson !

  • #101487

    4JB
    Participant

    ‘Abbey road’ est encore un album-phare, et ‘I Me Mine’, enregistré en 1970, fait démonstration d’un groupe toujours fort et sensible. En marge, Lennon (avec la participation d’Harrison) met le doigt sur quelque chose d’inédit, rétrofuturiste, via ‘Instant Karma’. Peu avant, il avait également troussé, en compagnie de Ringo, un ‘Cold Turkey’ dont les riffs résonnent à jamais dans les mémoires rock’n’roll.

  • #101511

    Flowers
    Participant

    surtout, ils ne sont plus des artistes « moteurs ».

    oui, et ils sont tout sauf attendus a Woodstock, ils l’avaient bien compris et c’est tout à leur honneur. Meme si un ou deux d’entre eux viennent en spectateurs de memoire (ou alors à Wight ? je ne sais plus) c’est un ou « le » evenement qui montre que le monde bascule vers autre chose, et sans eux.

  • #101518

    4JB
    Participant

    surtout, ils ne sont plus des artistes « moteurs ».

    oui, et ils sont tout sauf attendus a Woodstock, ils l’avaient bien compris et c’est tout à leur honneur. (…) c’est un ou « le » evenement qui montre que le monde bascule vers autre chose, et sans eux.

    Ah bah, les Rolling Stones n’étaient pas à Woodstock non plus. Et les Kinks ? Et Eric Clapton ? Et Procol Harum,, et Led Zeppelin ? Et Deep Purple, et David Bowie, et Etc. ?

    Bon, Woodstock, ce fut le big festival que l’on sait, mais, surtout, un film qui permit à tout un chacun de vivre, à quelques mois d’intervalle, ce qui était alors au sommet de la hype. Mais si.

    D’où vient le terme « hippie », d’ailleurs ? De l’expression « hip », à savoir, bien avant la terminologie des années 80 « branché », le fait d’ètre « dans le coup », à la page. Ainsi, on était déjà hip (ou non) dans les années 50.

  • #103181

    Clive LD
    Admin bbPress

    Trois ans de plus aux beatles…. bon même si Abbey Road montre que les fab étaient encore capables de faire des trucs FABuleux, le reste, et ces 3 années restent du fantasme. Perso, je préfère voir les fab se séparer sur de l’excellentissime que trainer « bon an, mal an » la patte, avec des disques en qualité décroissante….
    Combien de groupes ont fait « le disque de trop » ? Ce disque qui fait soudain vaciller l’ensemble de l’oeuvre, et qui ternit les « chefs d’oeuvre »….

    • #103448

      4JB
      Participant

      Perso, je préfère voir les fab se séparer sur de l’excellentissime que trainer « bon an, mal an » la patte, avec des disques en qualité décroissante….
      Combien de groupes ont fait « le disque de trop » ?

      Tu as peut-être raison.
      Parce que c’est vrai, les Beatles ne sont pas tombés dans la caricature-mayonnaise à la ELO, Queen, Pilot et autres pitreries post-opératoires.
      Le simple fait que Lennon collabore avec Elton John pour l’un des 45 tours les plus moches de tous les temps démontre clairement que le feeling magique des 4 avait vécu, que les Beatles n’avaient rien à voir avec la pop ’70s.
      En marge, bien sûr, il y avait les bons groupes, mais le fan à casquette n’y entendait rien. IL Y A TOUJOURS des artistes fabuleux, mais blablabla.
      C’est triste, c’est normal : ceux et celles qui sont prêts à débourser du bon pognon pour, horreur, une Deluxe ‘Pipes of Peace’ d’un ex-fab, ils ne donneront pas un centime aux Cosmonauts, aux Nada Surf et aux 10’000 autres forts de chansons dignes des Beatles.
      Pourquoi ?
      Parce que ça ne vaut plus rien. Que c’est gratuit.
      Il fallait payer pour les Beatles, même le prix d’une cassette si on voulait copier. Aller acheter une C60 au magasin, sortir, régler le magnéto. Chrome, dolby ? Avant copie du disque que ton pote avait acheté, pour peu qu’il veuille bien te le prêter. Après, il fallait noter, à la main, et rendre le disque. Bref, tout un travail.
      Hum hum.
      Les Beatles se sont séparés pile au moment où la copie entrait dans les mœurs, où les premiers disques pirates faisaient leur apparition. Il bouclaient un cycle, celui de la musique considérée telle une valeur.

  • #103202

    Trois ans de plus aux beatles…. bon même si Abbey Road montre que les fab étaient encore capables de faire des trucs FABuleux, le reste, et ces 3 années restent du fantasme. Perso, je préfère voir les fab se séparer sur de l’excellentissime que trainer « bon an, mal an » la patte, avec des disques en qualité décroissante….
    Combien de groupes ont fait « le disque de trop » ? Ce disque qui fait soudain vaciller l’ensemble de l’oeuvre, et qui ternit les « chefs d’oeuvre »….

    D’accord avec toi et je dirais même plus : pour lancer les carrières solo, heureusement qu’il y avait encore du jus de bonne qualité! Sinon, ils n’auraient pas eu de succès, se seraient donc reformés pour l’argent et auraient foiré à nouveau, le mythe était mort.
    Alors qu’avec la séparation en 70, c’est parfait.

  • #103259

    4JB
    Participant

    pour lancer les carrières solo, heureusement qu’il y avait encore du jus de bonne qualité! Sinon, ils n’auraient pas eu de succès (…)

    Bon, ok, c’est correct, car l’analyse démarre sur ce point précis de l’histoire : Lennon plie bagages et en avant pour les carrières solo.
    D’ac ?

    Oui, mais.

    Tout d’abord, Harrison avait déjà publié deux LPs solo avant 1970, Lennon de l’artistik en albums et du Cold Turkey en électrisant single. Le premier trente de Ringo date d’avant le LP ‘Let It Be’.

    Et puis, comme en l’entend sur les enregistrements du projet ‘Get Back-Let It Be’, Harrison prévoyait, en janvier 69, le futur ‘All Things Must Pass’ EN PARALLELE des Beatles, ils avaient leur label, les projets en solitaire y avaient toute leur place. D’ailleurs, Macca démarre le futur ‘McCartney’ en 1969, des semaines avant l’enregistrement de ‘I Me Mine’.

    Et ?

    Comme plein d’autres groupes (plus ou moins illustres), John, Paul, George et Ringo auraient pu, jusqu’en 1974 au moins, mener à bien des publications Beatles et d’autres sous leurs noms propres. Comme, oui, ils le faisaient déjà en 68-69.

    Après 1974, le groupe ‘The Beatles’ était (quasi-)condamné.
    C’est là que le vent a réellement commencé à tourner. Même les plus glorieux groupes de l’after-Beatles (Led Zep, Yes, Slade, Black Sabbath, T Rex, etc.) marquaient, artistiquement, le pas, même si le succès commercial était encore fulgurant.

    En 1975, année à peu près aussi sexy que la perdante de vos présidentielles 2017, les breloques du Swinging London sont à la benne, le flower power est fané, c’est l’ultime fin, sans fleurs ni couronnes de la mouvance pop telle « du temps des Beatles ».

  • #103449

    4JB
    Participant

    Voir plus haut, réponse à Admin bbPress, 5 mai :

    Tu as peut-être raison.
    Parce que c’est vrai, les Beatles ne sont pas tombés dans la caricature-mayonnaise à la ELO, Queen, Pilot et autres pitreries.
    Le simple fait que Lennon collabore avec Elton John pour l’un des 45 tours les plus moches de tous les temps démontre clairement que le feeling magique des 4 avait vécu, que les Beatles n’avaient rien à voir avec la pop ’70s.
    En marge, bien sûr, il y avait les bons groupes, mais le fan à casquette n’y entend rien. IL Y A TOUJOURS des artistes fabuleux, mais blablabla.
    C’est triste, c’est normal : ceux et celles qui sont prêts à débourser du bon pognon pour, horreur, une Deluxe ‘Pipes of Peace’ d’un ex-fab, ils ne le donneront pas un centime aux Cosmonauts, aux Nada Surf et aux 10’000 autres forts de chansons dignes des Beatles.
    Pourquoi ?
    Parce que c’est gratuit.
    Il fallait payer pour les Beatles, même le prix d’une cassette si on voulait copier. Aller acheter une C60 au magasin, sortir, régler le magnéto. Chrome, dolby ? Avant copie du disque que ton pote avait acheté, pour peu qu’il veuille bien te le prêter. Après, il fallait noter, à la main, et rendre le disque. Bref, tout un travail.
    Hum hum.
    Les Beatles se sont séparés pile au moment où la copie entrait dans les mœurs, où les premiers disques pirates faisaient leur apparition. Il bouclaient un cycle, celui de la musique considérée telle une valeur.

  • #107074

    john mama
    Participant

    Moi je trouve qu’on a eu de la chance qu’ils tiennent jusqu’en 70 vu que dès 65 la lassitude commence à pointer son nez, avec des tournées cataclysmiques, un duo de compositeurs qui n’avaient plus besoin l’un de l’autre, une fortune matérielle constituée. Bien des groupes se sont arrêtés après de 2-3 années de gloire pour que leurs membres vivent leurs vies dilettantes d’ex-star de la pop. Et l’existence d’ « Abbey Road » tient quasiment du miracle vu le contexte merdique dans et autour du groupe. Sachons profiter de ce que la providence nous a offert.

  • #107105

    JohnnyMoondog
    Participant

    Combien de groupes ont fait « le disque de trop » ? Ce disque qui fait soudain vaciller l’ensemble de l’œuvre, et qui ternit les « chefs d’oeuvre »….

    Quelque part, pris dans la chronologie de leur publication discographique, Let It Be est tout de même leur album de trop mais on connait les circonstances. Je veux dire que LIB eût été un album magnifique si proprement complété dans les mêmes conditions que Abbey Road avec Martin en tant que catalyseur artistique.

  • #107107

    john mama
    Participant

    Combien de groupes ont fait « le disque de trop » ? Ce disque qui fait soudain vaciller l’ensemble de l’œuvre, et qui ternit les « chefs d’oeuvre »….

    Quelque part, pris dans la chronologie de leur publication discographique, Let It Be est tout de même leur album de trop mais on connait les circonstances. Je veux dire que LIB eût été un album magnifique si proprement complété dans les mêmes conditions que Abbey Road avec Martin en tant que catalyseur artistique.

    Heureusement que paulo a judicieusement (sic) annoncé la fin du groupe au bon moment pour assurer le succès de l’album. Un peu comme Lennon qui a eu la bonne idée de se faire assassiner en pleine promotion de Double Fantasy. Jusqu’au bout ils auront été de redoutables renifleurs de bonnes affaires
    Blague à part, les critiques sur Let It Be de l’époque sont assez nuancées, et la plupart le mette nettement en dessous d’Abbey Road. D’autant que les chansons principales étaient déjà sortie en single.

  • #107111

    Mcbuty
    Participant

    D’où mon avis personnel : « Let It Be » n’est pas un album des Beatles au sens strict , un simple collage/bidouillage de Spector,des sessions vieilles d’un an , un « Get Back » déjà sorti en single depuis belle lurette, un « Across the universe » datant de 1968 atrocement trafiqué, un « One after 909 » mou ,très mou,datant de 1963 perdant sa vitalité early sixties, un « Let It Be » déjà sorti en single deux mois plus tôt, un « Long and Winding Road » sur-produit sans concertation avec Paul…ça fait quand même beaucoup!!!!!!
    Tout cela m’arrange très bien car je trouve cet album indigne de figurer dans l’écrin de la discographie fantastique des Beatles,oui il aurait été effectivement l’album de trop……

  • #107112

    john mama
    Participant

    pour moi Abbey Road reste et restera toujours le dernier album de Beatles
    Sinon sur Let It Be, il reste quand même les excellents « I Me Mine » et « For You blue » de Georges, ce qui prouve bien que sur la période 68-71 il a été véritablement touché par la grâce musicale

    • #107114

      Mcbuty
      Participant

      J’aime aussi beaucoup les deux chansons de George , surtout « For You Blue » et le solo de John que j’adore.

    • #107178

      JohnnyMoondog
      Participant

      LIB contient de très bons titres, le fond du problème n’est pas là.
      C’est juste que le concept de départ n’a pas fonctionné.
      Le concert sur le toit à mon avis c’est là que le truc commence à prendre forme et c’était sans doute la voie à explorer : produire 40 minutes de musique originale et la jouer « en concert » et non pas se limiter à des répétitions.

      L’autre possibilité c’était de reprendre l’enregistrement à 0 avec George aux manettes. Mais une chose est sure l’inspiration était encore bien là et Abbey Road en est la preuve flagrante.

  • #107179

    john mama
    Participant

    L’autre possibilité c’était de reprendre l’enregistrement à 0 avec George aux manettes. Mais une chose est sure l’inspiration était encore bien là et Abbey Road en est la preuve flagrante.

    Exactement ce qu’ils ont fait avec Abbey Road. Ils ont repris de bouts de chansons pré-enregistrés à Rshikesh, pendant les sessions du double blanc, ou pendant le projet « get back », ils sont repartis de zéro avec pour finir à un produit abouti avec le succès (et le plaisir) que l’on sait. Faire un album, c’est comme faire une maison, faut commencer par la base, les fondations. Glyn Jones et Spector n’ont fait que de la retape sur LIB (sans d’ailleurs porter de jugement de valeur sur leur boulot), du tape à l’oeil.
    Ou alors la solution était de le présenter tel quel, c’est-à-dire pas fini. Un « naked » avant l’heure. De toute façon à l’époque n’importe quel produit estampillé « beatles » même moyen faisait n°1.

  • #108439

    4JB
    Participant

    Oui mais pourquoi ce libellé sous miradors, « il restait trois ans » ?

    Tout d’abord, voyons les faits. Lennon se casse, les Beatles sont out après ‘Let It Be’. Tout simple, mais tel quel.

    1) Il y a le cliché : « ils se sont séparés au sommet ».
    2) Lennon approuve, ajoutant qu’il ne se voyait pas chanter « She Loves You’ à l’âge de 30 ans ».
    3) En avril 1970, Paul déclare quitter les Beatles en gros titre.
    C’est très sommaire, mais assez conforme à ce qui est dit, ressenti, répété, ressassé. Peut-on remettre en question ces 3 points ?

    NON !!! braille la foule.
    Oui, murmure le renard.

    1) Si, tenant compte des talents réunis des 4, de leur capacité à produire ensemble des chansons fortes, ils auraient pu se séparer en 1973 AU SOMMET.
    2) Lennon, sous perfusion, n’a dit à peu près que des conneries en 1970. La preuve ? En 1975, il chante et enregistre à merveille ‘Peggy Sue’, aussi ado, si ce n’est plus, que ‘She Loves You’.
    3) Encore du pur bullshit, il suffit de lire l’article/interview, rédigé sous contrôle de Macca en personne.

    Ce que personne ne semble entrevoir, c’est que John, Paul et George auraient composé de nouvelles chansons pour le groupe, il ne s’agit pas de compiler « les chansons en solo », exercice aussi vain que fallacieux, pour bricoler un ou deux LPs sans queue ni tête.

  • #108461

    Flowers
    Participant

    Lennon approuve, ajoutant qu’il ne se voyait pas chanter « She Loves You’ à l’âge de 30 ans ».

    tiens je la connaissais pas celle là

  • #108462

    Flowers
    Participant

    Ce que personne ne semble entrevoir, c’est que John, Paul et George auraient composé de nouvelles chansons pour le groupe

    certes…encore eut-il fallu que John et George acceptent, seul Paul – a ma/notre connaissance – y croit encore depuis…68, et pousse a d’ultimes albums (sous sa férule ce qui en agace plus d’un). John « joue le jeu » c’est vrai, mais c’est bien la volonté d’un seul il semble. Et meme si c’est Ringo qui trouve le titre du dernier opus…
    Bref, cette « uchronie » rigolote consistant a repousser le groupe jusqu’en 73 nous fait un peu oublier qu’il est déjà miraculeux qu’ils aient tenu en quatre jusqu’en 70…
    Mais bon ça c’est un topic battu et rebattu…

  • #108463

    4JB
    Participant

    George Harrison quitte les sessions ‘Let It Be’, mais il revient !
    En 71, il joue sur le LP ‘Imagine’, il invite Lennon à participer au concert BanglaDesh. Ce dernier accepte, mais ce sera avec Ono. Brouille…

  • #108465

    Laurent
    Participant

    J’ai toujours pensé que le meilleur album des Beatles n’avait jamais été enregistré.
    Avec un peu de bon sens, de nuance et de recul et surtout un management rigoureux (Epstein n’a jamais été remplacé) la route aurait pu se prolonger encore un peu et c’était d’ailleurs probablement l’envie intime des uns et des autres. Faire sa vie et se retrouver occasionnellement.
    Des 72 les chemins prennent des directions toutes différentes et le comportement erratique de John condamnait de fait toute perspective.
    Band on the run, Sometimes in NYC ou Living in the material worldl ne sont plus du Beatles.
    Mais quel dommage, quel dommage que le meilleur des débuts solos n’a pas donné l’occasion d’un ou deux disques supplémentaires des Beatles.

  • #108470

    4JB
    Participant

    Avec un peu de bon sens, de nuance et de recul et surtout un management rigoureux (Epstein n’a jamais été remplacé) la route aurait pu se prolonger encore un peu et c’était d’ailleurs probablement l’envie intime des uns et des autres. (…)

    John Lennon (vous savez, celui de John&Yoko) ne semblait pas de cet avis, quand bien même il enregistre avec George et Ringo.

  • #108473

    4JB
    Participant

    J’ai toujours pensé que le meilleur album des Beatles n’avait jamais été enregistré.

    Il a pour nom ‘With The Beatles’.
    Après tel diamant noir, le groupe aurait pu éclater (à la manière des La’s, des Pistols et autres mémorables météorites) qu’il serait resté à jamais gravé dans les mémoires vives.
    Tout y est, la créativité de Lennon/McCartney, les premiers pas, fantastiques, de George à la composition*, la chanson pour Ringo (une bonne, exceptionnellement bien interprétée par le batteur encore vocalement vif), des covers sublimées, entre girls groups et pionniers remis dans les phares. Et ce, prodige d’entre les miracles, sans inclusion du moindre single.
    Pourquoi faire ?
    TOUTES LES CHANSONS sont -potentiellement- des singles A et B. Incroyable, inouï. Ce n’est pas un 33 tours, c’est une bourrasque.

    * les coquelets préfèrent le terme de songwriting. Grand bien leur fasse.

  • #108477

    john mama
    Participant

    « les premiers pas, fantastiques, de George à la composition*, »

    ouais non mais là aussi faut arrêter avec le soi-disant génie de Georges Harrison, il faut quand même attendre 66 et revolver pour trouver une vraie bonne compo avec Taxman, et encore Lennon l’a tellement aidé sur ce titre qu’il sonne comme une compo de Lennon. J’aime bien Harrison, sa modestie, son recul sur le phénomène beatles, qui contraste avec les égos surdimensionnés des deux autres, mais franchement pour une ou deux bonnes chansons de GH on en trouve plus d’une dizaine coté Lennon ou McCartney. D’ailleurs faut voir ce qu’il fait une fois passé All things must pass

  • #108478

    4JB
    Participant

    « les premiers pas, fantastiques, de George à la composition*, »

    ouais non mais là aussi faut arrêter avec le soi-disant génie de Georges Harrison, il faut quand même attendre 66 et (…)

    Oui oui.
    Il n’est pas question de génie, mais d’une entrée en matière tout simplement forte de café. ‘Don’t Bother Me’ est une chanson adorable, hyper bien construite, les guitares sonnent tellement juste, on ne sait pas qui joue quoi dans les entrelacs rythmiques.
    Vocalement, c’est aussi bon que ‘Hold Me Tight’, Harrison était l’un des trois principaux chanteurs lead des Beatles jusqu’à la fin 63.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !