Il a neigé sur Yesterday

Ce sujet a 10 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  4JB, il y a 2 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #112549

    4JB
    Participant

    Oui, une bonne part des paroles est ridicule, ne serait-ce que pour Penny Lane décrite telle, non la fameuse rue, mais comme une jeune femme « qui n’aura jamais de cheveux blancs ».
    Marie Laforêt, en 1977, interprète néanmoins avec classe une chanson qui traite de la séparation des quatre. Le tout, à la française, Jean-Claude Petit est dans le coup.
    Les clins d’œil musicaux sont légion, plutôt bien amenés. De la variét’, certes, mais largement acceptable. D’ailleurs, ça a marché très fort.

    Une chanson qui traite de la séparation des Beatles ? Mine de rien, c’est assez rare.
    Non ?

  • #112550

    ALLIGATOR
    Participant

    No comment.
    Et oui je connais,par contre pas l’album,c’est juste un simple ou y’a t’il une galette?

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #112551

    Flowers
    Participant

    Ah je m’en souviens comme si c’était hier. Sorti l’année d’après le « Michele » de Gérard Lenorman et largement inspiré de qui on sait…

  • #112554

    4JB
    Participant

    N’est-ce pas curieux que tel titre ait fait un tabac… en 1977 ?
    C’eut été en 1971-72, ok, il n’y avait pas encore la cicatrice, la plaie était ouverte, John lâchait ‘How do you Sleep’.

  • #112557

    los paranoias
    Participant

    Les choeurs à la française aussi, style « Il était une fois », toute une époque !
    Une allusion à la séparation des Beatles aussi dans « ex-fan des sixties » de Gainsbourg, par Birkin. Même période, sortie début 1978.

  • #112558

    frenchysacha3
    Participant

    N’est-ce pas curieux que tel titre ait fait un tabac… en 1977 ?
    C’eut été en 1971-72, ok, il n’y avait pas encore la cicatrice, la plaie était ouverte, John lâchait ‘How do you Sleep’.

    C’est le début de la première vague de nostalgie sixties en France, avec Rockellection de Laurent Voulzy, et au cinema Diabolo Menthe, par exemple. En 72, on croit encore que la révolution va avoir lieu, on croit que les idéaux nés dans la décennie précédente vont triompher, que l’Amour et la Paix vont régner sur le monde.

    En 1977, c’est la gueule de bois, on ne peut plus se cacher que le vieux monde a gagné, alors on regarde avec tendresse cette époque ou on y croyait avec toute la candeur des premiers émois, et les Beatles étaient l’incarnation musicale de cet espérance.

    Ce n’est pas tant les Beatles eux-même qu’elle évoque, cette chanson, mais plutôt tout ce que les Beatles ont pu incarner pour des millions de gens. C’est bien en 1970 que Lennon a chanté Dream is Over, mais il a fallu le temps que chacun l’assimile, puis encore un peu de temps pour avoir la nostalgie de cette époque ou on pensait que tout était possible.

    Et le plus fort, c’est que si les Bealtes on incarné cette époque et ces idéaux, la séparation des Beatles, a aussi incarné la fin de cette époque.

  • #112559

    Jaul
    Participant

    Bonjour,

    Musicalement j’ai toujours bien aimé cette chanson , elle respire la variété Française des années70 et moi j’aime bien!

    Concernant Ex fan des sixties j’ai toujours adoré cet intro qui me fait penser aussi à l’intro de la chanson de Jo Dassin A toi ….

    Bon, va falloir que j’écoute le disque de Paul quand meme….

    Bon après midi à tous.

    Jaul

  • #112563

    4JB
    Participant

    Sacha3 pointe le curseur au bon endroit. Car oui, il s’agit alors de nostalgie, et non d’une réaction à chaud. Voulzy est un bon exemple, les Anglais, eux, redécouvrent les temps forts de la vague mod, c’est un peu plus bruyant, tandis que les Clash envoient la beatlemania mordre la poussière.
    Les évocations diversent d’un pays à l’autre. Diabolo menthe d’un côté, pint of lager de l’autre.

  • #112564

    ALLIGATOR
    Participant

    Bon il a beau avoir neigé sur Yesterday,ce morceau n’a jamais été frigorifié pour autant.
    Mais y’a tellement mieux dans le Macca sixties.
    Les titres ont la vie dure.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #112565

    los paranoias
    Participant

    Puisque Diabolo Menthe est évoqué, Yves Simon, avec quelques autres, apportait une autre couleur à la variété française, somme toute plus sensible que l’imitation ras-les-pâquerettes de la production et des arrangements pour Marie Laforêt. À l’époque, jeune orphelin des Beatles, ces jeunes français nourris de pop anglaise me touchaient plus. Voire davantage que l’œuvre en cours en solo des ex-B. !

  • #112567

    4JB
    Participant

    Marie Laforêt est terriblement sexy, sa voix évoque.
    Si Yves Simon et son équipe,ou JW Thoury, voire Christophe, avaient participé à ‘ Il a neigé…’, nous aurions pu avoir une chanson de référence, basée sur une bonne idée : le split d’un groupe pop.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !