Essentielles rééditions récentes (vol. 2)

Ce sujet a 177 réponses, 7 participants et a été mis à jour par  4JB, il y a 4 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #112030

    4JB
    Participant

    En plus du Bowie, telles sont les dernières entrées du sujet ‘Essentielles rééditions récentes’ :

    https://yellow-sub.net/forum-ysn/topic/essentielles-reeditions-recentes

    Sans oublier, au 26 octobre, LE coffret tant attendu :

    ///////////////////////////////////////////////////////////

    Comme le forum ne propose pas plusieurs pages, les 271 messages pèsent lourd, ça prend un éternité à tout charger.
    D’où ce vol. 2 du sujet.

    ///////////////////////////////////////////////////////////

    Sont attendus, pour le 28 septembre, deux gourmandises. Le Small Faces sera fort de 3 discs (l’album en mono, en stéréo, et le dernier pour les alternates, sessions, etc.) et d’un DVD consacré aux passages TV des légendaires mods. Tout est remasterisé à neuf, + bouquin de 60 pages.
    Concernant Aretha, double CD contenant, chronologiquement, les singles, mono mix, de 1967 à 1970 (34 plages).
    Vivement la rentrée !

  • #112035

    Matthieu
    Participant

    La réédition du Small Faces semble de toute beauté.
    Rien de bien neuf côté audio cependant : tout le contenu audio est déjà disponible dans la réédition Sanctuary de 2012. (seul l’ordre des alternates a été changé, habile …).
    Vivement conseillé à qui ne posséderait pas cet album !

    Par contre, triple oui pour le double cd des singles 67-70 d’Aretha !

  • #112040

    Matthieu
    Participant

    On en a parlé dans le premier volume de ce sujet, les 3 premiers albums des Move ont fait l’objet d’éblouissantes rééditions en 2016.

    Pourquoi leur dernier album ‘Message From The Country’ n’a-t-il pas été traité de la même façon ?

  • #112041

    4JB
    Participant

    On en a parlé dans le premier volume de ce sujet, les 3 premiers albums des Move ont fait l’objet d’éblouissantes rééditions en 2016.

    Pourquoi leur dernier album ‘Message From The Country’ n’a-t-il pas été traité de la même façon ?

    Peut-être parce que ‘Message From…’ a été publié, contrairement aux autres, par Harvest/EMI. Ceci supposé, le compact disc de 2005 est remasterisé et fort de huit bonus.

  • #112042

    Matthieu
    Participant

    Peut-être parce que ‘Message From…’ a été publié, contrairement aux autres, par Harvest/EMI. Ceci supposé, le compact disc de 2005 est remasterisé et fort de huit bonus.

    Ok, merci.
    Après, cet ultime LP est quand même un bon coup en dessous des précédents. Si j’ai bien compris, il n’existe que parce que les Move le devaient encore contractuellement. Sans cela, ELO aurait officiellement démarré plus tôt.

  • #112045

    4JB
    Participant

    Le mythique album des Groovies est réédité en CD, 5 octobre 2018. Pas de détails pour l’instant (label, mastering…).

  • #112047

    Matthieu
    Participant

    ça aura au moins le mérite de nous faire reparler un peu des Groovies !
    Album-phare bien-sûr, un sacré monument.
    S’il pouvait s’agir d’une réédition identique à celles des trois premiers albums (Culture Factory) dont le mastering est exemplaire, ce serait une excellente nouvelle !

  • #112048

    4JB
    Participant

    ça aura au moins le mérite de nous faire reparler un peu des Groovies !
    Album-phare bien-sûr, un sacré monument.
    S’il pouvait s’agir d’une réédition identique à celles des trois premiers albums (Culture Factory) dont le mastering est exemplaire, ce serait une excellente nouvelle !

    Mmmm, on peut toujours espérer, mais je crains que ce ne soit pas le cas.
    Et, en effet, ces trois-là, sonorité superbe, valent leur pesant de nuggets :

  • #112068

    Matthieu
    Participant

    Le mythique album des Groovies est réédité en CD, 5 octobre 2018. Pas de détails pour l’instant (label, mastering…).

    Au fait d’où vient l’info ? Je n’ai rien vu/lu à ce sujet.

  • #112078

    Matthieu
    Participant

    Allez, on repart sur quelques rééditions assez récentes (pas trop anciennes dirons nous).

    En 2009, les 7 premiers albums de Jacques Dutronc sont réédités chez Culture Factory (cf les Groovies au dessus) sous forme de semi-replicas à pochettes ouvrantes.
    Jusqu’à 5 bonus par album.
    De Dutronc on connait bien sûr les classiques (Les Playboys, L’Aventurier, Il est cinq heures …), c’est donc ici l’occasion de redécouvrir sa discographie ’60s-’70s.
    La qualité des chansons est malheureusement inconstante, mais le très bon est vraiment très bon.

    Mon image

  • #112079

    4JB
    Participant

    Yep !
    Concernant la réédition de ‘Shake Some Action’, voilà le lien :
    https://www.spincds.com/coming-soon/shake-some-action-cd

  • #112080

    Matthieu
    Participant

    D’autres rééditions plutôt bien faites et cohérentes : les albums des Kinks.
    Les Kinks, c’est vraiment la définition de la musique so british. Des textes très tongue in cheek, et toujours de superbes mélodies.

    Depuis 2011, leurs albums sont réédités sous forme de digipacks* 2CDs (3 pour ‘Village Green’). On y retrouve les mixes mono et/ou stereo lorsqu’ils sont disponibles, les singles, des outtakes, des sessions à la BBC… De plus les livrets sont toujours bien fournis. Bref, c’est assez complet.

    Alors qu’une première fournée conséquente avait vu le jour en 2011, le rythme de parution s’est ralenti depuis. La dernière réédition est celle de ‘Everybody’s In Showbiz’ (2016). Toutes ces éditions sont encore trouvables à prix très correct, ne pas s’en priver.

    *sauf la réédition de ‘Lola’ couplée avec celle de ‘Percy’, qui, seul le diable le sait, est en boitier plastique laid comme un pou.

    Ci-dessous, les contenus de 2 rééditions :

    Mon image
    Mon image

    —-

    Si on souhaite se concentrer sur leurs prestations à la BBC (pour certains groupes, c’est limite une discographie parallèle), il existe ce coffret 5CDs, datant de 2012, qui reprend l’intégralité (?) de leurs passages à la vénérable institution de l’époque.

    Mon image

    Il existe aussi un coffret (CD ou vinyle, au choix) des albums disposant d’un mix mono. Par contre, il faut se lever tôt pour le trouver à un prix correct.

    Mon image

    Particularité assez inutile mais qui a le mérite d’exister (et qui a surtout le mérite de m’avoir fait découvrir les Kinks car c’est par là que j’ai commencé) : ce coffret des premiers albums jusque ‘Percy’ avec des pochettes alternatives, à chaque fois d’un pays différent.

    Mon imageMon image

    Après si on veut la faire plus courte, il doit exister une bonne compilation efficace de singles. Peut-être que quelqu’un a ça sous le coude ?

  • #112082

    4JB
    Participant

    Après si on veut la faire plus courte, il doit exister une bonne compilation efficace de singles. Peut-être que quelqu’un a ça sous le coude ?

    Celle-ci (Castle) est très bonne et pas chère. Chansons plagées selon dates de publication.

    Double, elle dépasse les ’60s, mais les titres ne sont pas placés par ordre chronologique. Bon son, Castle/Sanctuary également.

  • #112096

    Matthieu
    Participant

    Cette semaine (sortie le 10 août exactement) seront réédités les 5 premiers albums des FABuleux Teenage Fanclub.
    Rééditions vinyles uniquement pour le moment, chaque album sera accompagné d’un 45t bonus.

    Cliquer ici pour le détail.

    A noter que le tout sera remasterisé (at Abbey Road). Certains s’attendent à de probables rééditions CDs dans les mois à venir, avec leurs lots de B-sides, outtakes… Ce qui ne serait pas pour me déplaire.

    Après si on veut aller tout de suite à l’essentiel, il y a :
    Mon imageMon image
    5CDs, pochettes cartonnées. Avec ça t’es heureux.

  • #112098

    4JB
    Participant

    Les albums du coffret mini-prix ci-dessus sont parmi leurs meilleurs, mention spéciale à Grand Prix et Songs From Northern Britain. Amateurs/trices de Big Star, des Byrds, voire des Posies ? Voilà, si ce n’est déjà fait, une découverte digne de l’île aux trésors.

  • #112102

    Matthieu
    Participant

    Il est question, au début de ce topic, de la réédiiton 50ème anniversaire de l’album des Small Faces, groupe fondamental s’il en est.

    A noter que les albums du groupe ont déjà fait l’objet de rééditions dites deluxe sur 2 CDs (3 pour le fameux Odgens’) en 2012, sur le même modèle que les albums des Kinks présentés plus haut.
    Au programme des réjouissances, mixes mono/stereo bien sûr, mais aussi des alternates et quelques outtakes.

    Style musical principalement axé Rhythm & Blues aux débuts, et qui évolue en se teintant de psychédélisme.

    Mon imageMon image

    Mon imageMon image

    Mon imageMon image

    Aussi, cet album éponyme sur un autre label (sous format digibook), tout aussi important, car contient notamment les fabuleux ‘Itchycoo Park’ et ‘Tin Soldier’, à découvrir via les vidéos ci-dessous :
    Mon imageMon image


    Bref, que du bonheur !

  • #112104

    Matthieu
    Participant

    En 2017, réédition sur label Grapefruit et en 2 CDs de la discographie du groupe The Spectrum.

    Mon image

    Rien que pour ‘Samantha’s Mine’ :

    En boucle.

    De la très bonne british pop sixties comme on l’aime, bien que leur reprise d’Ob-La-Di Ob-La-Da soit plutôt ratée.

  • #112143

    Matthieu
    Participant

    Voici ce qui est prévu pour fin octobre 2018 : Réédition 50th anniversary en grande pompe du classique des Kinks, ‘The Kinks Are The Village Green Preservation Society’.

    Mon image

    Tous les détails ici.

    En gros, nouveaux masters mono et stereo, les singles, des outtakes, du live, des alternates, des posters … bref, ça a l’air bien rempli.
    Ce genre d’édition ne m’intéresse pas trop, car une partie du contenu audio est en double (vinyle + cd).

    Seront également de la partie : une édition 1CD, une édition 2CD, une édition 1LP. De quoi contenter à peu près tout le monde.

    Et en écoutant ‘Days’, on se dit que la vie est belle.

  • #112146

    4JB
    Participant

    Publication probable vers le 12 octobres :

    Although we don’t know anything officially, some details were inadvertently published for a short time yesterday, before being pulled. This new Imagine box set is expected to include 140 tracks (!) and consist of four CDs and two blu-ray audios. Expect raw studio mixes, the Quad mix, outtakes and audio montages that track each song from demo to finished product and more. There should be some separate vinyl too, but no vinyl in the box.

    Détails là :

    http://www.superdeluxeedition.com/news/john-lennons-imagine-album-2018-reissue-campaign-explained/#more-142928

  • #112167

    4JB
    Participant

    Des compiles de Manfred Mann ’60s, il y en a des caisses. Précision : le groupe, alors scindé en deux périodes, n’a, musicalement, rien à voir avec le Manfred Mann’s Earth Band des décennies suivantes, il s’agit là de r&b pop, de british beat, avec, sur la fin quelques brindilles psyché.

    Celle-ci, de 2008, est parfaitement agencée par Raven (label australien), le son est fabuleux, et les plus glorieux titres (Mighty Quinn par ex.) sont en impeccable mono. Les années 66-69 (avec Klaus Voormann à la basse) ne manqueront pas d’impressionner le gourmand de savoureuse crème anglaise.

    + livret 12 pages détaillé

  • #112190

    4JB
    Participant

    La date semble désormais arrêtée au 5 octobre :

  • #112194

    4JB
    Participant

    Lien concernant la prochaine réédition CD de ‘Shake Some Action’ :

    https://www.roughtrade.com/gb/music/flamin-groovies-shake-some-action

  • #112244

    4JB
    Participant

    Ce n’est pas un mythe ni -les blaireaux raffolent de la formule- une légende urbaine, les albums originaux des Beach Boys sont en mono.

    En 2012, réédition de celui-ci, digisleeve, mastering stellaire :

    Non seulement les chansons dépassent l’entendement, mais il y a, comme en bonus, les mêmes en stéréo, dont deux extraites du master mono.

    Ce LP, ami(e)s, n’a pas grand chose à voir avec ce qui suivait le fiasco commercial de ‘Pet Sounds’ en son temps, ni les disques de rattrapage d’après ‘Good Vibrations’. Hormis la reprise technicolor de ‘Then I Kissed Her’, il s’agit d’apogées signées Brian Wilson ou Brian Wilson/Mike Love. A l’image du 33 tours ‘Help!’ des Beatles, cette collection de purs soleils est peu considérée, comme s’il s’agissait de brouillons, ou d’esquisses. Il n’en est rien, il s’agit là de la bande originale de l’éternel été, de beaux jours rêvés autant qu’éternels. Mike Love a été éreinté par le despotisme d’une autorité fantoche, roulé dans la boue. Ce divin chanteur et solide compagnon de Brian fut, en 1965 au moins, l’un des maîtres des jours et des nuits de la saison radieuse, celle qui s’en va et revient : une promesse au-delà des minuscules serment humains.

    Et ces mixes stéréo, alors ?
    A vous le plaisir de la découverte. Il s’agit de good days et de sunshine.

  • #112249

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour 4 JB!,

    Tous les albums originaux des Beach Boys publiés en 1963 et 1964 étaient offerts en versions mono et stéréo. On parle donc de Surfin’ USA, Surfer Girl, Little Deuce Coupe, Shut Down Vol.2, All Summer Long, Christmas Album et Beach Boys Concert.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #112252

    4JB
    Participant

    Oui, c’est d’ailleurs écrit en grand :

  • #112255

    4JB
    Participant

    Cette compilation (2010), emballée à la diable, aléatoire au niveau de l’audio (needledrop clairement perçue), est pourtant, avant la culbute, l’une des plus réussies du label (FR) Magic.
    Les chansons, en mode sunshine pop, rivalisent toutes d’excellence, qu’il s’agisse du fait de vedettes d’alors (Mamas & Papas, Hollies, Monkees…), d’artistes devenus -hum- cultes, (Roger Nichols, The Cyrkle, The Parade…) ou des royaux We Five, Sunshine Company, Critters.
    Entre autres.
    D’une effarante laideur toute en vert militaire, la pochette reprend, évidemment, la terminologie franchouillarde « 60’s et 70’s »*, de quoi décourager le plus vaillant amoureux de pop estivale. Mais, sous ce piteux ramage, et même si le son est parfois ombragé, il s’agit là d’une sélection proche de l’absolu, du tout grand soleil propre à illuminer les plus obscures chaumières. Non, pas d’exagération, le nirvana solaire irradie 24 sélections à jamais catapultantes.
    Hein ?
    The Association ?
    Oui, bien sûr qu’ils sont de la party.

    *plutôt que 60s – 70s ou ’60s – ’70s

  • #112258

    Matthieu
    Participant

    (De retour après des vacances bien méritées, et toujours en plein déménagement…)

    Yes j’avais déjà parlé de cette compilation (en 2 volumes), de mémoire car les Grass Roots y figurent !
    C’est évidemment de haute volée, chaudement recommandé à tout amateur de pop ensoleillée !

  • #112264

    Anthony
    Participant

    Bon alors « Summer days (and summer nights!) »? La version stéréo, ça donne quoi? Ça donne « j’me suis fait enfler! » ni plus ni moins!

    Je pensais que j’aurai affaire à des remix stéréo aussi reluisants que ceux de Pet Sounds… Ben tiens! Fume! Dans le lot il y a bien deux ou trois titres avec un remix stéréo digne de ce nom (des qui étaient déjà connus depuis longtemps, style California Girls), mais le reste est du foutage de gueule pur et simple, dans le style duophonic fait à la va-vite.

    J’étais furieux, et le suis encore quand j’y repense. Ce n’est pas de la trahison de porte feuille, mais une trahison de fan.

  • #112273

    4JB
    Participant

    Bon alors « Summer days (and summer nights!) »? La version stéréo, ça donne quoi? Ça donne « j’me suis fait enfler! » ni plus ni moins!

    Je pensais que j’aurai affaire à des remix stéréo aussi reluisants que ceux de Pet Sounds… Ben tiens! Fume! Dans le lot il y a bien deux ou trois titres avec un remix stéréo digne de ce nom (des qui étaient déjà connus depuis longtemps, style California Girls), mais le reste est du foutage de gueule pur et simple, dans le style duophonic fait à la va-vite.

    J’étais furieux, et le suis encore quand j’y repense. Ce n’est pas de la trahison de porte feuille, mais une trahison de fan.

    Marrant, je suis, pour ma misérable part, emballé.
    Certes, il y a de la nouvelle duophonie dans l’air, c’est vrai.
    Le piqué des voix tient de l’orfévrerie.
    On sent que c’est « cranté ». Oui, ami(e)s, du travail de pros qui bossent avec des potentiomètres crantés. N’est-ce pas confondant ?
    Bon, on ne va pas embarquer dans la caravelle des techniciens, juste, éventuellement, entendre deux perceptions en tous points différentes.
    N’est-ce pas là sujet à embrasements pacifiques ?

  • #112276

    4JB
    Participant

    Tiens, il y a le vol.3 de la série Magic ‘Pop Power’ évoquée plus haut.
    Dans moins d’un an, il faudra aligner le cash.
    Maintenant, il en reste quelques uns à prix normal.

    Voilà ce dont-il s’agit :

    Encore plus visuellement affreux que le vol.1 (la balance des couleurs a du être confiée à Gilbert Montagné), le visuel colle à la diable les monstrueux dessins de John, Paul, George et Ringo tels que figurant sur cette -la pire- pochette d’un single français (à vos loupes) :

    Hééééééé ! T’en es où ?

    Keep calmos.
    Il est question de covers des Beatles.

    Le ventru te dira que c’est toujours moins bien. Il n’ a pas tort, c’est généralement en-dessous.

    Il y a, comme d’usage, une ribambelle d’exceptions. Et surtout, une révélation, la notion de bonnes chansons engloutissant le misérable « goûts et couleurs » qui, 999e édition, correspond à 1 divisé par la population mondiale.

    Oui, c’est dur, oui, les réseaux sociaux , aujourd’hui anéantis par leurs créateurs, ont encore de l’avenir. Je je je moi moi moi.

    Hum.

    Voilà ce dont il est question :

    https://www.discogs.com/Various-Pop-Power-60s-70s-Vol3-A-Tribute-To-The-Beatles/release/12107591

  • #112282

    Anthony
    Participant

    Marrant, je suis, pour ma misérable part, emballé.
    Certes, il y a de la nouvelle duophonie dans l’air, c’est vrai.
    Le piqué des voix tient de l’orfévrerie.
    On sent que c’est « cranté ». Oui, ami(e)s, du travail de pros qui bossent avec des potentiomètres crantés. N’est-ce pas confondant ?
    Bon, on ne va pas embarquer dans la caravelle des techniciens, juste, éventuellement, entendre deux perceptions en tous points différentes.
    N’est-ce pas là sujet à embrasements pacifiques ?

    Cela dit, il est peut-être utile que je le réécoute! 😀 😀

  • #112287

    Matthieu
    Participant

    Tiens, il y a le vol.3 de la série Magic ‘Pop Power’ évoquée plus haut.
    Dans moins d’un an, il faudra aligner le cash.
    Maintenant, il en reste quelques uns à prix normal.

    Voilà ce dont-il s’agit :

    J’avais déjà vu qu’il existait un volume 3, mais je ne m’y étais jamais trop attardé. A tort, pour sûr.
    28 titres, ça ne rigole pas !
    Hop, in the panier !

  • #112441

    Paul Gossart
    Participant

    Dans le genre nouvelle inattendue, quand on pense à l’oubli dans lequel était tombé Jean-Michel Caradec… Bien des titres n’ont jamais été réédités depuis le vinyle ; quant aux démos et inédits, je ne savais même pas qu’ils existaient. Comparé à d’autres publications du même genre, j’avoue être un peu surpris du prix (est-ce même vraiment rentable ?).
    Cela dit, les lives enregistrés (certes, pas toujours d’une bonne qualité) en 81 ne sont pas présents dans ce coffret, mais ont eux aussi été annoncés pour une future réédition.

    integralecaradec

    A paraitre le 28 Septembre chez EPM

    CARADEC / L’intégrale

    Quoi
    Première intégrale complète en cinq CD, des 8 albums studio de Jean-Michel Caradec (JMC) parus entre 1969 à 1981, année de son décès. Jusque-là sont parues quelques compilations CD (dont la dernière date de 2003) et une réédition en 1992 des 4 derniers albums. Ce coffret comprend 117 titres, (y compris l’ensemble de ses 45 tours, des versions inédites de certains titres) + un livret de 32 pages. Cela fait au bas mot 30 ans qu’on l’attend ! C’est donc un événement.
    Qui
    JMC est issu de la « parenthèse magique », cette période de la chanson française comprise entre la fin des années 60 et le début des années 80, durant laquelle une sorte de «conjonction astrale» (osons l’image!) de qualité unissait des paroliers et compositeurs de talents, des interprètes doués, des arrangeurs (Jean- Claude Vannier, Alain Goraguer, Michel Colombier, Jean Musy…) et producteurs pros, des orchestres complets et professionnels, de super studios, etc… Bref la quintessence de la musique de qualité (aussi bien en France qu’à l’étranger). Aujourd’hui, les vinyles de ces années sont très recherchés, car ils représentent aussi le condensé d’un son, d’une époque. JMC a évolué exactement dans cet univers.
    On a à jamais perdu cet esprit 70’s, car même les années 80/90/2000 et au- delà n’ont pas recréé cet esprit de qualité et d’audace. La chanson est devenue beaucoup plus prévisible, plus « algorythmée » !
    JMC s’inscrit dans la tradition des Le Forestier/Lenorman/Duteil/Cabrel… bref de la variété française du haut du panier. De grande qualité. Avec le personnel décrit plus haut. C’est aussi la rencontre fusionnelle entre la chanson à texte des années 50, l’esprit léger des années 60 et la pop des années 70. JMC a combiné tout cela en écrivant des chansons à la fois légères et sérieuses, bâties parfois de manière vaporeuse, parfois de manière très solide, parfois folk, parfois chanson ou orchestre. Bref, il s’adaptait à tous les répertoires, ce qui est très rare pour un auteur-compositeur-interprète de cette trempe. Il est au cœur de cette « chanson pop à texte » qui a connu d’autres bonheurs avec Souchon/Voulzy, Yves Simon, Michel Fugain, Françoise Hardy, etc.
    Pourquoi
    JMC possède un talent rare : paroles, musiques, arrangements et production au top. Des textes poétiques parfois surréalistes (évoquant l’environnement, les légendes, l’enfance, la nostalgie, la liberté…). Des musiques sensibles et travaillées. Un sens mélodique indéniable. Une très belle voix. De somptueuses harmonies. Des arrangements laissant largement la place à une instrumentation large (cordes, cuivres, flûtes, mandoline, etc.). JMC ne se refusait rien. Sur ce modèle, ses trois premiers albums (période Polydor) sont de purs chefs- d’œuvre. Il a aussi publié un magnifique album pour les enfants, dont est sorti le « tube » La colline aux coralines.
    JMC a donc publié huit albums de très grande tenue, pratiquement invisibles en magasin et en streaming. C’est aujourd’hui l’occasion de se rattraper ! De redécouvrir ce talent trop longtemps méconnu, ou seulement connu pour un seul titre : Ma petite fille de rêve. A noter aussi de premiers 45 tours qui annoncent pleinement son talent à venir, mais aussi de nombreux inédits, souvent des démos ou des compositions inconnues.
    JMC est encore populaire parmi un public amoureux de la chanson française de qualité. Il traverse les âges. Sa musique, ses textes sont intemporels. Il peut toucher à la fois le public qui l’a suivi à l’époque (et qui a aujourd’hui 60/70 ans) comme les générations plus jeunes, sensibles à des compositions de qualité, qui demeurent encore une fois totalement intemporelles et universelles.
    C’est aussi un legs considérable et rare, car il reste très peu de chanteurs issus des années 70 qui demeurent à ce point à RE-découvrir séance tenante… Certes, la sommes des interprètes de talent encore à découvrir est longue (Môrice Benin, Lydia Verkine, Gilles Marchal, Kernoa, Henri Tachan, Allain Leprest, etc, etc.), mais ce coffret intégrale de JMC est une somme incontournable.
    Quand
    Sortie nationale du coffret pour le 28 septembre 2018.
    Teasing ! Et ce n’est pas fini ! 2019 nous offrira l’occasion de découvrir JMC en live, en coffret CD/DVD, avec à la fois un enregistrement public de très grande qualité de son répertoire en 1981, mais aussi une foule de documents visuels, sous format DVD, relatant son parcours et sa vie.
    La réalisation de cette intégrale a été une véritable aventure humaine. Elle est l’œuvre de la volonté commune d’un éditeur passionné (EPM) et de l’ « Association des Amis de Jean-Michel Caradec » dont l’objet est la promotion de l’œuvre de l’artiste.

  • #112566

    4JB
    Participant

    Le mix mono ORIGINAL de ‘Run Run Run’, qui ouvre ‘A Quick One’ est effrayant : sale, truffé de bruits insolites (un jet, avant Back in The USSR, des drôleries rythmiques), on a l’impression d’halluciner. Un viol auditif.

    Et bien, à moins de se procurer le vinyle d’époque, mono donc, de 1966, ou de taper dans l’illégal, une seule issue, japonaise :

    Ce coffret, désormais assez onéreux mais trouvable, réserve de belles surprises, il vaut la peine de se ruiner ou de braquer la caissière de ton quartier.

  • #112571

    Matthieu
    Participant

    Alléchant programme que celui de cette box en effet ! N’ai jamais entendu ce mix mono estampillé 1966, je suis intrigué du coup !
    Se pourrait-il que ce deuxième album des Who soit le prochain sur la liste des rééditions de leur catalogue ?

  • #112572

    4JB
    Participant

    Alléchant programme que celui de cette box en effet ! N’ai jamais entendu ce mix mono estampillé 1966, je suis intrigué du coup !
    Se pourrait-il que ce deuxième album des Who soit le prochain sur la liste des rééditions de leur catalogue ?

    Possible.

    Quelques mixes rares ont été assemblés sur ce bootleg (digipack), son correct mais pas génial :

  • #112589

    Matthieu
    Participant

    Tiens, il y a le vol.3 de la série Magic ‘Pop Power’ évoquée plus haut.
    Dans moins d’un an, il faudra aligner le cash.
    Maintenant, il en reste quelques uns à prix normal.

    Voilà ce dont-il s’agit :

    J’avais déjà vu qu’il existait un volume 3, mais je ne m’y étais jamais trop attardé. A tort, pour sûr.
    28 titres, ça ne rigole pas !
    Hop, in the panier !

    Voilà, l’erreur est réparée ! Incroyable que ces reprises, plutôt « d’époque », soient pour la plupart si différentes des originales !

  • #112594

    4JB
    Participant

    Incroyable que ces reprises, plutôt « d’époque », soient pour la plupart si différentes des originales !

    Ce n’est pas ce qui ce fait de mieux en matière reprises Beatles (il y en a tellement), mais, en effet, on remarque que l’ossature solide des chansons ouvre la porte aux REcréations, aux récréations.
    Le team, plus ou moins flou, Lennon/McCartney, est assez étonnant. Car, si la plupart des chansons sont essentiellement créées par l’un ou l’autre, il y eut pourtant nombre de tête-à-têtes durant lesquels le tandem se retrouvait pour une « mise en Beatles » des chansons.
    Ainsi, en 1966, quand George Martin vint demander à McCartney son aide pour la bande originale de ‘The Family Way’, John et Paul étaient en plein travail.
    Ci-dessous, son témoignage, issu de la réédition XXI de ‘The Family Way’. Ça donne une idée de ce qu’on ne connaît pas forcément.

  • #112598

    4JB
    Participant

    Sinon, sur l’air(e )de « joyeux anniversaire » -bravo Robert, youpie Raymond-, on nous annonce un ‘Electric Ladyland’ jubilaire pour tout soudain (novembre).

    Jimi Hendrix, de guitariste génial, s’est métamorphosé en citron.
    Ce qui vaut mieux qu’un cornichon, certes.
    Super deluxe ? Sarko doit jouir, enfin, le peuple d’en bas à fini par comprendre.
    La musique, on l’espère, sera d’un autre niveau que si misérables opportunités popu.

  • #112934

    4JB
    Participant

    Programmée bien avant triste disparition, voici donc l’anthologie –Rhino– des singles d’Aretha Frankin (1967-1970), mixes mono originaux. C’est là, chez Atlantic, que la chanteuse met le feu soul aux poudres rythm’n’blues. Oui, bien sûr, les ballades gospel sont également au menu, rarement ennuyeuses (double CD, 34 plages, livret détaillant les sessions).

  • #112935

    Matthieu
    Participant

    Programmée bien avant triste disparition, voici donc l’anthologie –Rhino– des singles d’Aretha Frankin (1967-1970), mixes mono originaux. C’est là, chez Atlantic, que la chanteuse met le feu soul aux poudres rythm’n’blues. Oui, bien sûr, les ballades gospel sont également au menu, rarement ennuyeuses (double CD, 34 plages, livret détaillant les sessions).

    Très pris par le boulot ces dernières semaines, il faut absolument que je me chope ça !

    Sinon une réédition de Beggars Banquet des Stones est prévue pour mi-novembre (remaster).
    http://www.superdeluxeedition.com/news/the-rolling-stones-beggars-banquet-50th-anniversary-edition/

  • #112940

    4JB
    Participant

    Sinon une réédition de Beggars Banquet des Stones est prévue pour mi-novembre (remaster).
    http://www.superdeluxeedition.com/news/the-rolling-stones-beggars-banquet-50th-anniversary-edition/

    Tiens, il semble (à confirmer) que la version CD, remasterisée sous les auspices de de Bob Ludwig*, reprenne la pochette originale, celle publiée en 1968, dite ‘carte de visite’.

    * ce dernier, fameux en son temps, devra faire des prodiges pour surpasser -sans le dénaturer- le son exceptionnel des Rolling Stones ’68.

  • #112980

    Matthieu
    Participant

    Lien concernant la prochaine réédition CD de ‘Shake Some Action’ :

    https://www.roughtrade.com/gb/music/flamin-groovies-shake-some-action

    As-tu pu écouter cette réédition ? Le CD ne semble même pas en stock, étrange …

  • #112993

    4JB
    Participant

    Lien concernant la prochaine réédition CD de ‘Shake Some Action’ :

    https://www.roughtrade.com/gb/music/flamin-groovies-shake-some-action

    As-tu pu écouter cette réédition ?

    Non.
    A noter que deux rééditions (CD) du fabuleux disque valent d’y jeter une oreille affutée :
    – Celle inclue dans l’anthologie Sire de Rhino :

    – Et la version DBK de 2005, avec un remastering légèrement différent, bien senti.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 an et 1 mois par  4JB.
  • #113028

    Matthieu
    Participant

    Pour le mois prochain, sortie d’une double rétrospective de la carrière de Tom Petty :

    Mon image

    Les détails ici : http://www.superdeluxeedition.com/news/tom-petty-and-the-heartbreakers-best-of-everything-1976-2016/#more-144724

  • #113033

    4JB
    Participant

    C’est bien, mais pas chronologique du tout.
    Oui, on peut s’en ficher, bien sûr.
    Comme si, sur les doubles rouge et bleu des Beatles, on enchaînait ‘From Me To You’ à ‘Strawberry Fields Forever’, suivis de ‘All My Loving’ et ‘Something’.
    Pourquoi pas ?
    Une espèce de lecture aléatoire, hors du temps.
    Sinon, parfaitement remasterisée et respectueuse des saisons qui coulent, cette anthologie publiée à l’époque où Tom Petty était encore parmi nous, en 2000 :

  • #113073

    Matthieu
    Participant

    Mon image

    Réédition 2018 de l’album ‘Drop Out’ (1981) des Barracudas, bien connus des amateurs des coffrets Nuggets*.
    Label Parlophone, remasterisé à Abbey Road, en terrain connu donc !
    Programme classique : l’album, les faces B, des outtakes.
    Dignes héritiers de nos chers Fabs.

    *Les 2 premières chansons de l’album se trouvent en effet sur le mamma mia excellentissime coffret ‘Children of Nuggets’ (dit aussi Nuggets III)
    I Can’t Pretend
    We’re Living In Violent Times
    (Cliquer sur les titres pour écouter !)

  • #113074

    4JB
    Participant

    Wow! N’avais pas vu passer le Barracudas, fort de douze bonus. Merci pour le tuyau (en inox !).

  • #113086

    4JB
    Participant

    A propos du premier Barracudas, on peut relever que, comme parfois dans les ’60s, la pochette américaine était différente, la voilà, rééditée en 1994 sous même pochette au format compact disc :

    L’accent est mis sur le versant surf des Britanniques, comme on l’entend sur ‘Summer Fun’ (petit hit) ou, entre autres, ‘His Last Summer’.

    Les deux facettes du groupe (neo-garage et neo-surf) sont mise en évidence au verso du vinyle US (1982) :

    Le visuel surf du recto avait déjà été exploité en Australie près de 2 ans plus tôt.

  • #113089

    4JB
    Participant

    Encore un mot à propos des Barracudas : leur credo tenait en la chanson bouclant le LP original, (I Wish It Could Be) 1965 Again. Bon, on s’en doute rien qu’à voir coiffures et vêtements, n’est-ce pas. Quelques extraits des paroles : ‘Jan and Dean, Y’know what i mean. Shindig, Hullabaloo. Bandstand and Where The Action is too. Raw and Alive in ’65.

    Oui, le groupe, à l’aube des ’80s, tapait dans cette nostalgie-là, alors que les Stray Cats -entre autres- revisitaient les ’50s.

    Peu après, en 1983, voyez qui rejoint le gang :

    Oui, Chris Wilson, après ses mémorables années au sein des Flamin’ Groovies !

  • #113098

    4JB
    Participant

    Trois rééditions déjà rééditées ce millénaire :

    Le ‘Village Green’ a eu droit à plein de remasters, mono et stéréo, une impeccable deluxe de, déjà, 3 CDs (Sanctuary, 2004).
    Les deux Badfinger ont fait l’objet d’un double compact en 2013, complété d’enregistrements à la BBC.

    Kinks : 26 octobre (édition superluxe 5 CDs, 3 LPs et 3 singles et variantes plus économiques).
    Badfinger : 2 novembre , les deux disques (expanded) vendus séparément.

  • #113100

    Matthieu
    Participant

    Le ‘Village Green’ a eu droit à plein de remasters, mono et stéréo, une impeccable deluxe de, déjà, 3 CDs (Sanctuary, 2004).

    Oui, c’est celle que j’ai, et elle me suffit amplement !

  • #113101

    4JB
    Participant

    Le ‘Village Green’ a eu droit à plein de remasters, mono et stéréo, une impeccable deluxe de, déjà, 3 CDs (Sanctuary, 2004).

    Oui, c’est celle que j’ai, et elle me suffit amplement !

    Hélas assez coûteux en 2018, le coffret ‘Kinks in Mono’ (qui inclut ‘Village Green’, 2011) est intégralement remarquable : son, présentation, livre… Si vous tombez sur un exemplaire à moins de 200 €, go !

  • #113105

    Matthieu
    Participant

    Pour ma part, je suis plutôt parti sur les éditions Deluxe de chacun de ces albums, du coup j’ai déjà les mixes mono. Pas besoin de cette (néanmoins visuellement très jolie) box !

    Ou alors ont-ils remasterisés pour l’occasion ?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 an par  Matthieu.
  • #113108

    4JB
    Participant

    Pour ma part, je suis plutôt parti sur les éditions Deluxe de chacun de ces albums, du coup j’ai déjà les mixes mono. Pas besoin de cette (néanmoins visuellement très jolie) box !

    Ou alors ont-ils remasterisés pour l’occasion ?

    Nouveaux remasters en effet, pas franchement différents des versions ‘deluxe’, mais quand même clairement audibles : meilleure définition de l’ensemble, égalisation raffinée, on y gagne en agrément d’écoute sans perdre, du tout, la particularité spécifique aux vibrations toutes britanniques des Kinks première période.
    En ma misérable chaumière, seul le contenu de cette box tourne régulièrement, comme fait sur mesure.
    Le coffret contient également toutes les chansons hors-albums -en mono, ça va sans dire-via 3 discs spécifiques : The EPs, Mono Kollectables vol. 1 et vol. 2.

  • #113119

    4JB
    Participant


    Lire plus haut

    Bon sang de bois, les faces B des Barracudas tutoient les meilleurs Ramones ! Ecoute ‘Surfers Are Back’, ça dépasse l’entendement. Yeah !

  • #113195

    4JB
    Participant

    Brillant résumé de la situation ’69 en intro du livret (scan) :

    Les babas de l’époque 1969, aujourd’hui fonctionnaires à la retraite, considéreront, à raison peut-être, le psychédélisme -en terme musical- dès lors que les impros se rallongent et que le guitariste fait couiner la wah-wah le visage caché derrière un rideau capillaire blond.

    Pourquoi pas. Le terme ‘psychédélique’ date d’avant même les Beatles, des années 50 en fait, il est lié aux drogues, les fameux psychotropes, les hallucinogènes.

    En domaine pop-rock, c’est à partir de 1965 que la mouvance s’installe, notamment grâce aux Byrds (et à un joyeux pack underground). Dès 1966, Lennon s’incruste via ‘Tomorrow Never Knows’, le jeune public populaire usuel apprécie, et nous arrivons en 1967 où, en mode simplifié, deux courants s’installent :
    – La tendance britannique, où l’on cherche à amener la pop sur des terrains insolites.
    – Le mode US où l’on parle d’acid rock, le Grateful Dead en est l’une des figures majeures. Les compositions comptent à peine, il s’agit -on ne rit pas- d’entrer en transe. Au moins un peu.

    Revenons à nos moutons, ce coquet coffret dédié -c’est écrit dessus- aux british psychedelic sounds of 1969. D’entrée de jeu, toutes fuzz en attaque, The Factory incendie les paragraphes ci-dessus. Oui, le rock psyché d’Angleterre a encore du jus, de la puissance.

    Evidemment, on déchante un peu dès,en 7e position, les cotonneux Barclay James Harvest, première alarme quant au déclin.
    Mais, plus de 20 chansons de ‘Try A Little Sunshine’ rappellent à l’ordre. Les prémices à ce qui va arriver sont contrés par les Orange Machine ou les Fleur de Lys. Sans succès ? Oui et non, il reste quelques siècles pour se faire une idée…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 an par  4JB.
  • #113204

    Matthieu
    Participant

    En écoute chez moi ces jours-ci.

    Oui, la situation est bien résumée, la pop psyché UK n’était pas encore morte en 1969, mais la vague principale de 1967 (voir le coffret dédié « Let’s Go Down And Blow Our Minds », même modèle, pour l’année 1967) était bien la plus importante.

    De très belles choses au fil de ces 3 disques tout de même, et comme toujours avec le label Grapefruit, un livret aux petits oignons.

  • #113227

    4JB
    Participant

    En écoute chez moi ces jours-ci.

    Oui, la situation est bien résumée, la pop psyché UK n’était pas encore morte en 1969, mais la vague principale de 1967 (voir le coffret dédié « Let’s Go Down And Blow Our Minds », même modèle, pour l’année 1967) était bien la plus importante.

    De très belles choses au fil de ces 3 disques tout de même, et comme toujours avec le label Grapefruit, un livret aux petits oignons.

    Evidemment, un livret papier semble, aujourd’hui, aussi ringard qu’un journal vendu au kiosque de la gare.
    Va sur le quai, tout le monde -ou presque- a les yeux rivés sur le smartphone.
    Nous en sommes arrivés à Astérix, quand il est écrit « Toute la Gaule ? Non ! D’irréductibles résistent (…) ».
    Goscinny est (était) un génie, il a su cristalliser les mœurs et coutumes, oui bon, il est où le banquet concluant les histoires ?
    A vrai dire, le plus goûteux est celui de 1967 après JC, cité par Matthieu.
    Old School ?
    Absolument !

  • #113262

    4JB
    Participant

    (suite)

    Oui donc, en résumé, il y eut, avant le coffret ‘Try A Little Sunshine’, ces deux autres, consacrés à la psychedelia britannique de 1967 et 1968 :

    Le premier est le plus précieux, car la mouvance était alors fraîche du jour, inédite. Bien sûr, il y eut en 65-66 quelques alertes novatrices, aux USA essentiellement -mais pas que; toutefois la mutation du Swinging London en Psychedelic Piccadilly se concentre du côté de 1967. On peut regretter que ‘Maker’ ou ‘Try It’ des Hollies soient absents de la virée patchouli, mais les 80 plages baignant ‘Let’s Go Down And Blow Our Minds’ n’en demeurent pas moins parmi les plus exquises de la saga pop in UK.

  • #113301

    Matthieu
    Participant

    Sur le coffret dédié à l’année 1969, il y a une reprise de ‘Cry Baby Cry’, si cela peut pousser à la découverte !

  • #113367

    4JB
    Participant

    On m’a filé le double CD du ‘Village Green’ ©2018.

    Pour qui n’aurait pas une version physique, à toucher en mains propres, c’est le truc, pas trop cher, à se procurer avant le Nouvel-An.

    Ça se présente sous forme d’un bouquin, du solide, couverture en dur, reliure sévère.
    Le remastering stéréo rougit sous les applaudissements, le mono, euh…
    Il y a plein de bonus, dont des choses enregistrées bien après, et la crème du ‘Lost Kinks Album’.
    Ray Davies, empêtré dans des disques solo aimables, précise aujourd’hui que l’album n’est pas une ode à l’Angleterre, mais à son monde intérieur. Hum. Disons que son monde d’alors est affaire de bus rouges à deux étages trimballant les sujet(te)s de sa Majesté jusqu’au premier gazon voisin d’un pub avec fléchettes.

  • #113379

    4JB
    Participant

    C’est aujourd’hui 16.11 date de publication de ceci :

    Il s’agit de matériel live des Rolling Stones en 1994, remis à neuf, ça s’adresse donc aux fans envoûtés, les autres attendront peut-être la nouvelle mouture de Beggars Banquet à venir dans quelques jours. Là, ça risque de toucher l’essentiel.

  • #113426

    Matthieu
    Participant

    Ça bouge du côté des Yardbirds !
    Une réédition, qui s’annonce déjà comme essentielle, de titres live est prévue pour le 22 Février 2019.

    Mon image
    Mon image

    Inclus un DVD également.

    Cliquer pour plus de détails !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 11 mois et 3 semaines par  Matthieu.
  • #113428

    4JB
    Participant

    Ça bouge du côté des Yardbirds !

    Les Yardbirds sont un des groupes majeurs du rock anglais ’60s. On sait que, après Top Topham, trois guitaristes légendaires (Clapton, Jeff Beck, Jimmy Page) ont fait briller la formation de 10’000 feux. Tout à la fin, en 68, Page amène ses New Yardbirds à Led Zeppelin.

    Ce coffret est prometteur vu qu’il est publié par Repertoire, label pointu. Qui par ailleurs, dés les années 90, a entrepris de rééditer les Yardbirds de manière exemplaire, tant au niveau du son, de la logique et de la présentation.

    Par exemple :


    CD (digipack) de 1999 incluant 13 exceptionnels bonus

  • #113431

    Matthieu
    Participant

    Ce coffret est prometteur vu qu’il est publié par Repertoire, label pointu.

    On peut citer également la réédition de l’album ‘Roger The Engineer’ qui proposait les mixes mono et stereo de l’album.

    Pour ma part, j’ai un petit faible pour ‘Ultimate!’ (Rhino, pas mal non plus), qui offre une bonne vue d’ensemble.

    Mon image

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 11 mois et 3 semaines par  Matthieu.
  • #113448

    Matthieu
    Participant

    Je ne savais pas que c’était sorti cette année, mais je suis tombé dessus par hasard ce matin :

    Mon image

    Mignon petit digipack, le fameux album des Blossom Toes est ici remasterisé et augmenté de 10 bonus.
    Amateurs de Sgt Pepper, jetez vous dessus.

    (le remaster est ©2007, seul le packaging est ©2018 je pense)

  • #113450

    4JB
    Participant

    le fameux album des Blossom Toes est ici remasterisé et augmenté de 10 bonus.
    Amateurs de Sgt Pepper, jetez vous dessus.

    Ah ça, c’est la difficulté. Une bonne part des fans de Pepper’s (et des Beatles) sont, partiellement au moins, axés sur les personnes -presque- autant que sur la musique. S’il n’y a pas John, Paul & co à l’affiche, intérêt tout juste poli, proche du zéro. C’est un peu dommage, mais c’est ainsi.

    Parce que oui, le premier Blossom Toes (1967) est un joyau de la couronne psyché made in UK. Fi, contrairement à (par exemple) les désormais classiques ‘Odessey and Oracle’ des Zombies ou ‘S.F. Sorrow’, l’engouement demeure confidentiel.

    Les plus beaux trésors ont-ils pour destin de rester cachés ?

    (à suivre)

  • #113474

    4JB
    Participant

    Bonne nouvelle, ami(e)s, la réédition (CD) de Beggars Banquet est impeccablement remasterisée. Oh, la précédente, de 2002, était déjà superbien, mais là, on y gagne en profondeur, ça creuse, un ‘Parachute Woman’ est gagnant. Et, surtout, ça ne veut pas « imiter le vinyle », à l’image du récent coffret ‘Maximum As & Bs’ des Who, assez misérable (peu de gain, basses revues à la baisse, etc.). Ça sonne fort mais pas agressif. Bravo.

    Tout mini-bémol : sous étui cartonné reprenant la pochette publiée en 1968 est glissé… un boîtier plastique ordinaire (dit cristal), avec l’image WC. Pas de livret, juste un feuillet plié en deux. Un peu cheap, dommage.

  • #113477

    Matthieu
    Participant

    Merci pour le retour positif !

    J’ai voulu le choper samedi à la FNAC de Lille : « non désolé on ne l’a qu’en vinyle »… Allez, à plus. Ils n’ont toujours pas le coffret ‘The Action’ non plus. Grrrrrrr…

  • #113480

    4JB
    Participant

    Pour ma part, j’ai un petit faible pour ‘Ultimate!’ (Rhino, pas mal non plus), qui offre une bonne vue d’ensemble.

    La plus royale porte d’entrée aux Yardbirds dont on puisse rêver. Quand il s’agit de compilations, bon nombre d’auditeurs semblent se moquer de la chronologie, comme si c’était secondaire. Si les gars de Rhino avaient joués aux guignols, mélangé les guitaristes, le r&b, la pop et les saillies psyché, c’eut été un poil disgracieux. Ici, le cours du temps respecte les saisons du groupe, le mastering (Dan Hersch et Bill Inglot) est au taquet, livret (dos carré) de 54 pages, totalement ultimate, comme c’est écrit sur le fourreau/pochette.
    Encore disponible, à l’état neuf, dès 30€, une affaire en or massif.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 11 mois et 2 semaines par  4JB.
  • #113513

    Matthieu
    Participant

    Après les années 1965, 1966 et 1967, Jon Savage nous gratifie de sa quatrième rétrospective, celle de l’année 1968.

    Mon image

    https://www.discogs.com/fr/Jon-Savage-Jon-Savages-1968-The-Year-The-World-Burned/release/12881411

    C’est paru le 30 Novembre dernier, c’est donc tout chaud, et s’annonce déjà comme indispensable !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 11 mois et 1 semaine par  Matthieu.
  • #113515

    4JB
    Participant

    Après les années 1965, 1966 et 1967, Jon Savage nous gratifie de sa quatrième rétrospective, celle de l’année 1968.

    Mon image

    https://www.discogs.com/fr/Jon-Savage-Jon-Savages-1968-The-Year-The-World-Burned/release/12881411

    C’est paru le 30 Novembre dernier, c’est donc tout chaud, et s’annonce déjà comme indispensable !

    Wow ! Savage, c’est le contraire d’un branque ou, pire, de l’individu cadenassé. L’exalatation des chansons.
    L’exaltation des chansons, oui, leur teneur en huiles (Motul, par ex.) essentielles, peu importe la notoriété des créateurs/interprètes, juste ce qui dépasse, tape fort et bien. Les miracles ne sont pas de l’ordre « d’une carrière », Michel Polnareff, encore pire qu’un Mike Oldfield, que dire ? Sans faire appel aux tueurs professionnels ? Il n’y a pas de sot métier.

    On sait, cette notion d’album.

    Vous voyez ce qui se passe ?

    ???
    Bon, on arguera, à tort ou à raison, que le tout-numérque est la norme populaire des années 2010, smartphones à l’appui, personne ne peut nier ça.

    On en revient aux titres forts, certainement pas aux « albums ». Qui datent d’avant, est-ce que, passé Johnny, Adele ou Sheeran, le/la smartphoniste va écouter « l’album » ?

    Hum.

    ___
    ___

    Déjà évoqués il y a quelques mois, les deux albums Warner de Badfinger sont aujourd’hui disponibles, généreusement truffés de bonus (inédits, mixes alternatifs, ce genre).

    Au cœur d’un forum ‘Beatles’, le groupe occupe une gentille petite place, les années Apple pour témoin.

    Oui mais là c’est juste après, quand la Pomme entamait son pourrissement*. Dépités, vaguement amers, les Badfinger signent chez Warner. ‘Wish You Were Here’, produit par Chris Thomas (oui, celui du double blanc et des Pistols), est souvent considéré tel un acmé. A vrai dire, passé le flamboyant titre d’ouverture, le reste n’a pas excellemment vieilli. Il y a/avait cet aspect mollasson, un manque de conviction, des vocaux proches de l’ennui, MAIS. Quelques bonnes chansons.

    Ça n’a pas suffi, les Badfinger, de groupe maudit, ont viré à groupe mortel. Suicidaire. Sans faire les gros titres, pas de Kurt Cobain en leurs rangs.

    * il s’agira, un jour ou l’autre, de différencier Apple Records de Apple Corps, parce que, même si la Granny Smith est utilisée dans ces deux-cas là (il y en a d’autres), c’est TOTALEMENT différent. Ça n’intéresse personne, soit, mais c’est comme ça. Rdv en 3018.

  • #113538

    Matthieu
    Participant

    Tout mini-bémol : sous étui cartonné reprenant la pochette publiée en 1968 est glissé… un boîtier plastique ordinaire (dit cristal), avec l’image WC. Pas de livret, juste un feuillet plié en deux. Un peu cheap, dommage.

    Il y aurait une version 2CD (+flexi-disc ?) programmée pour le 7 Décembre, et apparemment sans boîtier plastique.

    https://www.amazon.com/dp/B07JK2HX48/?tag=imwan-20

  • #113654

    4JB
    Participant

    Le nom de Philamore Lincoln n’évoque pas grand-chose, si ce n’est rien. Pourtant, sous divers pseudos, ce batteurIchanteur touche-à-tout s’est illustré avec Brian Auger & The Trinity, John Lee Hooker voire les Who (en l’absence de Keith Moon, blessé, en 1967).

    C’est en 1970 qu’il publie son unique album :

    Très varié, sautant de pop baroque à un zeste de folk vaguement psyché, embrassant la le soft rock en mode nutin avant de s’offrir une friandise funky ou r&b, notre homme fait feu de toutes brindilles sans bavure ni accroc. Parmi les musiciens participant à l’élaboration des plages, rien moins que Jimmy Page, Jack Bruce, Herbie Flowers, John McLaughlin, certains membres du London Symphony Orchestra, Jim Capaldi, etc. Le disque est produit par Glyn Johns, assisté d’Andy.

    C’est tout ?

    Non,
    Brian Epstein avait repéré le garçon et l’avait signé sur NEMS (single ‘Running By The River’, 1967/68)

  • #113655

    Matthieu
    Participant

    Très alléchant ! Tu le vends bien !
    C’est ajouté à la Wantlist !

  • #113659

    4JB
    Participant

    ENFIN !

    Ça finit par arriver pour qui espoir ne rime pas avec noir.
    A peu près tout le monde a déjà entendu une fois dans sa vie ‘I Fought the Law’, sans forcément le savoir. Par les Crickets, par les Clash. Ou par celui -et son groupe- qui en coucha la version de référence.

    Oulah, les compilations du Bobby Fuller Four (Texas), ce n’est pas ce qui manque, Del-Fi avait troussé un vaillant florilège en l’an 2000. Là, il s’agit d’encore mieux, de ceci :

    L’intégrale des singles Mustang (et quelques gâteries) en pure mono, proprement remasterisée, est aujourd’hui en vente libre. Quelques ballades désuettes ne sauraient ternir les moments forts, quand ça joue clair et serré.

  • #113665

    Matthieu
    Participant

    2018 n’est pas encore finie pour le label Grapefruit : publication il y a 3 semaines de ce mini coffret 3 CDs (même format que tous ceux déjà évoqués)

    Come Join My Orchestra: The British Baroque Pop Sound 1967-73
    Mon image
    https://www.discogs.com/Various-Come-Join-My-Orchestra-The-British-Baroque-Pop-Sound-1967-73/release/12937673

    On y retrouve Donovan, les Zombies, les Move pour les plus connus.

    Réédition essentielle ? Ça se pourrait bien !

  • #113689

    4JB
    Participant

    Juste encore un mot concernant la belle équipe de Bobby Fuller, excellemment remise en selle par Now Sounds : il s’agit là d’une espèce de pont entre Buddy Holly et le british beat, entre les Crickets et les fabs. Qui eux aussi étaient Four. Ça joue compact, les voix sonnent clair et net. Les chansons sont fortes de remarquable simplicité, de pureté.
    On pourrait comparer si radieux tableaux au McCartney des vertes années, avant qu’il ne se mette à scotcher des bribes de mélodies pour mettre au four d’alambiquées tartelettes propres à bouleverser l’auditeur conquis d’avance.

    La ligne claire, oui, si difficile à faire vivre sans raideur ni redite.

  • #113690

    Mcbuty
    Participant

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/4/48/Temptations-masterpiece.jpg

    Les italiens (?) reéditent et remastérisent 5 albums, introuvables en cd pour certains, époque Norman Whitfield , le son est fantastique : « Puzzle People » (1969) , « Psychedelic Shack » (1970), « Sky’s the limit » (1971), « Solid Rock » (1972) et « Masterpiece » (1973) ; le mythique  » All directions « (1972) avec « Papa was a rolling stone » étant dispo depuis quelques années en deluxe réplicas.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 10 mois et 3 semaines par  Mcbuty.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 10 mois et 3 semaines par  Mcbuty.
  • #113698

    Mcbuty
    Participant

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/4/48/Temptations-masterpiece.jpg

    Les espagnols (?) reéditent et remastérisent 5 albums, introuvables en cd pour certains, époque Norman Whitfield , le son est fantastique : « Puzzle People » (1969) , « Psychedelic Shack » (1970), « Sky’s the limit » (1971), « Solid Rock » (1972) et « Masterpiece » (1973) ; le mythique » All directions « (1972) avec « Papa was a rolling stone » étant dispo depuis quelques années en deluxe réplicas.

  • #113808

    4JB
    Participant

    Dans le dernier Rock&Folk, le coffret de The Action occupe une page entière.
    Nous autres, amoureux fous de l’art mod, sommes évidemment, parkas au vent, en transe.
    Ça ne suffira pas, même avec la sévère caution George Martin, à interpeller l’adulateur de la galaxie Beatles. Qui, le plus souvent, sera prêt à casser sa tirelire pour une box des Wings, parce que c’est affaire de personnes. Pas de musique, mais d’un attachement « à la Johnny ».
    Ce n’est pas une insulte, juste une observation. La vie continue, elle n’a que ça à faire, la vie, pas vrai ?

  • #113811

    Matthieu
    Participant

    Ayé, petite commande passée de ce qu’on a évoqué dernièrement :

    – la compilation de singles du Bobby Fuller Four
    – le petit coffret « Come Join My Orchestra: The British Baroque Pop Sound 1967-73 »
    – l’album « Ferguslie Park » de Stealers Wheel

    Bien hâte de recevoir tout ça !

  • #113812

    Matthieu
    Participant

    Bien aimé aussi le petit coffret des Shoes, intitulé « Black Vinyl Shoes – Anthology 1973-1978 », les p’tits gars avaient de l’énergie et des idées à revendre !

  • #113902

    4JB
    Participant

    Bien aimé aussi le petit coffret des Shoes, intitulé « Black Vinyl Shoes – Anthology 1973-1978 », les p’tits gars avaient de l’énergie et des idées à revendre !

    Espérons que le grandiose ‘Present Tense’ bénéficie bientôt de si royal traitement, il s’agit d’un étalon power pop que le temps n’érode pas.

    ———

    ———

    Nouvelle édition Esoteric de l’album de réunion des Byrds (1973) :

    On pourrait, de prime abord, préférer celle de Raven, publiée en 2014, enrichie de deux bonus, remastering irréprochable. Mais se négocie aujourd’hui à des prix affolants. Oui, 4-5 ans après.

    Esoteric propose généralement des produits soignés, à checker si intérêt (22 février).

  • #113917

    4JB
    Participant

    Fraîchement publié, ce concert du 5 décembre 2015 :

    Pas encore écouté.

  • #113918

    4JB
    Participant

    Deux coffrets à paraître le 22 février via (le très recommandable) label Grapefruit :



    Les trois premiers Groovies augmentés de 17 (!) bonus.

    L’intégrale de ce groupe anglais -trop- oublié.

    Infos :
    https://www.cherryred.co.uk/label/grapefruit/

  • #113919

    Matthieu
    Participant

    Aaaaaah mais je prends les deux direct!! Indispensable les amis!!

    Pour les Groovies c’est cool, les bonus des anciennes éditions CD refont surface. En espérant que les albums utilisent les derniers remasters en date, imbattables!

    Pour Plastic Penny, je ne connais que l’album ‘Currency’ et c’est excellent ! Jetez vous dessus!

    Deux super nouvelles !

  • #113924

    Matthieu
    Participant

    Mon image

    Des heures de régalade en perspective !

  • #113931

    Matthieu
    Participant

    Juste encore un mot concernant la belle équipe de Bobby Fuller, excellemment remise en selle par Now Sounds : il s’agit là d’une espèce de pont entre Buddy Holly et le british beat, entre les Crickets et les fabs. Qui eux aussi étaient Four. Ça joue compact, les voix sonnent clair et net. Les chansons sont fortes de remarquable simplicité, de pureté.
    On pourrait comparer si radieux tableaux au McCartney des vertes années, avant qu’il ne se mette à scotcher des bribes de mélodies pour mettre au four d’alambiquées tartelettes propres à bouleverser l’auditeur conquis d’avance.

    La ligne claire, oui, si difficile à faire vivre sans raideur ni redite.

    Acheté, écouté, validé !
    J’ai été immédiatement transporté, les chansons sont fortes, pas de chichis de production.
    Again, un très grand merci pour cette découverte !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 9 mois et 3 semaines par  Matthieu.
  • #113936

    4JB
    Participant

    Juste encore un mot

    Acheté, écouté, validé !
    J’ai été immédiatement transporté, les chansons sont fortes, pas de chichis de production.
    Again, un très grand merci pour cette découverte !

    Le tragique décès de Bobby a fait couleur autant d’encre que de larmes. Toutefois, comme tu le relèves, il s’agit de chansons fortes, mises en place par le rigoureux Bob Keane, légendaire figure de la production pop&rock.

    P.S. La collection ‘Piccadilly Sunshine’ (ne connais pas TOUS les volumes) est aussi délicieuse qu’impressionnante.

  • #113945

    Matthieu
    Participant

    Grosse journée demain :

    – d’abord la sortie, chez Grapefruit (sous-label Cherry Red Records), du volume 2 du coffret « I’m A Freak Baby », rassemblant les premiers pas du hard rock/métal au Royaume-Uni, années 1968-1973. On a déjà évoqué ici, je pense, le volume 1. Il y a maintenant une suite et c’est tant mieux !
    Mon image

    – et puis la sortie, chez RPM (sous-label Cherry Red Records aussi), d’un coffret 3CD intitulé « All The Yound Droogs », rassemblant les oubliés du Glam, début années 70.
    Mon image
    Mon image

    Bref, qualité, église, village, joli, pas cher, tout ça tout ça !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 9 mois et 3 semaines par  Matthieu.
  • #114020

    4JB
    Participant

    A mi-chemin entre les Beatles 67-68 et les XTC, Newell, peu connu, publia en 1993 cet album que le Rolling Stone américain hissa au plus haut rang :

    Le label Cherry Red le remet en course, une sacrée bonne idée.

  • #114031

    Matthieu
    Participant

    Tiens, dans la série Piccadilly Sunshine présentée un peu plus haut, le volume 13 s’ouvre avec la chanson ‘She’s Dangerous’ du groupe The Secrets.
    En intro (et plus tard dans la chanson), on retrouve les mêmes bruits de véhicule de pompier utilisés dans la chanson ‘Fire Brigade’ de ces sacrés Move!

  • #114040

    4JB
    Participant

    ‘Fire Brigade’ de ces sacrés Move!

    En notre XXIe siècle, il y a un problème concernant les Move : les sinistrés qui, plantés dans le champ étriqué ‘Jeff Lynne>ELO’*, n’y comprennent rien, voire, pire, ne vont pas s’intéresser aux moments les plus cruciaux du groupe.
    Oui, la terre continue de tourner malgré tout. Elle est bien brave.

    *les amateurs de tout ce qui est rondelet

  • #114058

    Matthieu
    Participant

    Les Move (décidément un groupe essentiel!) sont aussi au programme du coffret ‘I’m A Freak 2 Baby’ dont je parlais un peu plus haut, via leur ‘Turkish Tram Conductor Blues’:

    Car, oui, après avoir dégainé une kyrielle de singles pop tous plus lumineux les uns que les autres, et après s’être un peu ramassés en s’essayant au style cabaret, les Move durcissent le ton, d’abord par leur album ‘Shazam’, mais surtout avec ‘Looking On’ et Jeff Lynne.

    Pour rappel, 3 albums essentiels réédités chez Esoteric Records il y a quelques années, que du bonheur !

  • #114100

    4JB
    Participant

    Coffret 6 CDs (Grapefruit) présentant, en mono et en stéréo, l’intégrale Pye des Searchers, dauphins du Mersey Beat :

    https://www.cherryred.co.uk/product/the-searchers-when-you-walk-in-the-room-the-complete-pye-recordings-1963-67-6cd-clamshell-box-set/

    29 mars.

  • #114132

    4JB
    Participant

    Pour les Groovies c’est cool, les bonus des anciennes éditions CD refont surface.

    Remastering OK, singles mono et sessions studio en bonus (toutes déjà publiées sous divers formats) et, dans le coffret laminé, un exemplaire livret de 24 pages. 25€ sur Amazon France, c’est cadeau.

    Checké, approuvé

  • #114135

    Matthieu
    Participant

    Cool!
    Exemplaire en route vers chez moi ! Bien hâte !

  • #114138

    4JB
    Participant

    Cool!
    Exemplaire en route vers chez moi ! Bien hâte !

    Sinon, en bon fan ravagé, me suis procuré la toute récente réédition de ‘Shake Some Action’, label Man In The Moon. Turbobof à tous les niveaux, contenant et contenu, lui préférer la version DBK de 2005, très soignée, à compléter avec le peu connu et fantastique ‘I’ll Have A… Bucket Of Brains’ (EMI, 1995).

  • #114139

    Matthieu
    Participant

    A l’image du coffret présenté ci-dessus, il nous faudrait l’équivalent pour les années Sire.

  • #114141

    4JB
    Participant

    A l’image du coffret présenté ci-dessus, il nous faudrait l’équivalent pour les années Sire.

    Tous les enregistrements Sire ont été compilés (et remasterisés) sur le double ‘At Full Speed’, Rhino, 2006 :

    Bon, en trouver un exemplaire pas trop onéreux n’est guère aisé…

  • #114148

    4JB
    Participant

    Etonniationnele :

    Ces deux Badfinger-là ont récemment été repris en main par les petites mains expertes de ‘Real Gone Music’. Il s’agit de ce qui suivait les publications Apple, le groupe marchait alors sur les sentiers de l’espoir, on connaît la suite, tragique.

    Et ?

    Ça sonne ultrabien, le travail sur les bandes, par Dan Matovina, est un coup de fouet. De Maître. Les titres originaux sont décuplés, les bonus tracks ruissellent, et pas des petites merdes.

    Le titre d’ouverture de ‘Wish You Were Here’ te donne l’impression d’assister à un concert de rock’n’roll, au premier rang. Sérieux.

    Quant on évoque les Badfinger, on dit souvent « dommage, dommage ». Là, en opérant à un tri personnel, on peut se créer une sélection excitante, les garçons tapaient dans le vif de leur sujet.

  • #114152

    4JB
    Participant

    Le producteur des deux disques ci-dessus est Chris Thomas, qu’on remarque dès le double Blanc, puis avec Roxy Music ou les Sex Pistols. Entre autres.

  • #114164

    Comment être sûr de commander les bonnes rééditions?

  • #114170

    4JB
    Participant

    Comment être sûr de commander les bonnes rééditions?

    Concernant les albums Apple, les dernières rééditions, en digipack, 2010. En voilà un :

    https://www.discogs.com/Badfinger-No-Dice/release/4867573
    ……

    Les deux publications Warner ci-dessus sont celles, ©2018, de Real Gone Music :

    https://www.discogs.com/Badfinger-Badfinger-Expanded-Edition/release/12905375

    https://www.discogs.com/Badfinger-Wish-You-Were-Here-Expanded-Edition/release/12799100

  • #114178

    « Real Gone Music » Merci!

  • #114203

    4JB
    Participant

    Le beatleaddict connaît Brian Poole & The Tremeloes parce qu’ils ont été préférés aux fabs suite à l’audition Decca de janvier 1962.
    Avec le recul, ça peut sembler une invraisemblable maladresse, une gaffe de premier ordre.
    Oui, mais, qui a pris la peine de simplement écouter les disques de Brian Poole & The Tremeloes ?

    Brian Poole & The Tremeloes

    Le double CD publié par BGO regroupe les albums et EPs de la période 1963-1965, on y découvre -si tel est le cas, un groupe très au point, fort d’une fraîcheur et d’un allant propre au beat des primes années.
    Alors non, l’ingéniosité des Beatles n’y est pas entendue, on ne trouvera pas non plus certaine suprématie mélodique.
    Mais, pour peu qu’on ait fait le tour des chansons créées ou interprétées par John, Paul, George et Gringo première période et qu’on ne bute pas, ce vaillant florilège prolonge les délices. Car oui, à défaut de tutoyer le génie pop, c’est excellent. Daté, certes, et alors ?
    Ça vaut toujours mieux que, pour l’amateur de power pop en ligne claire, l’épaisseur des Wings, la pesanteur sans issue de ce qui suivit, -traditionnelles exceptions, on sait- la saga pop, érudite ou concentrée sur les « grands noms », ceux que le plus grand nombre applaudit, oui ça vaut mieux. Parce qu’on peut toujours aller plus loin, découvrir ou, comme ici redécouvrir.
    Opopop.
    Zéro illusion. D’autant que la période Beatlemania est souvent considérée telle un marchepied amenant à ‘Hey Jude’ ou ‘Abbey Road’.
    C’est la vie.
    Celles des fans de, par exemple, Paul McCartney. Même si ce dernier sait (et le proclame) que les belles années sont derrière lui, personne n’arrivera à faire entendre telle raison extra-temporelle.
    Un jour ou l’autre, en 3489 peut-être, on admettra que le fanatique de Johnny Hallyday est de nature analogue au fanatique de McCartney.
    Fanatique ?
    Oui, c’est la racine de « fan », à vos dicos.
    Le plus moche, dans tout ce blabla, c’est l’absence de musique.
    Chez Brian Poole & The Tremeloes, vous l’entendez. Pas de révolution, juste ce qui passait à la radio entre les Beatles et les Rolling Stones.

  • #114204

    4JB
    Participant

    Tiens, en prolongement au baratin ci-dessus, qu’en est-il des Dave Clark Five ?

    Alors que l’on trouve aisément de brillantes anthologies consacrées aux Herman’s Hermits, aux Hollies, Manfred Mann ou à Dave Dee, Dozy, Beaky, Mick & Tich, habitués des classements ’60s. les Dave Clark Five sont, en notre millénaire, mystérieusement absents des catalogues.

    Voyez ce qu’il en était en temps réel :

    La plupart de leurs créations sont sans finesse, mais d’une efficacité proche de ce que les Cheap Trick réaliseront 10 ans plus tard, des accords simples, comme ceux d’Eddie Cochran, une certaine évidence. La clarté électrique.

    Ainsi, en 1964-65, selon les régions. ceci :

    Oui, déjà, des effets ‘psyché’ et un plan power pop en germe. Ils viennent de Londres, créent la sensation.

    Leurs disques finiront bien par être réédités, on ne sait pas quand, on ne les trouve que, inofficiels, sur le marché de l’Est. Ce qui est mieux que rien.

  • #114211

    Tiens, justement : quel CD conseilles-tu pour Manfred Mann?

  • #114213

    4JB
    Participant

    Tiens, justement : quel CD conseilles-tu pour Manfred Mann?

    Les Manfred Mann sixties ?

    Parce que après, nous dégringolons vers une espèce de hard-prog FM, plaisant pour les amateurs, pourquoi pas ?
    Toutefois.
    Il existe un nombre effarant de compilations.
    Deux sont bien. La première, correctement agencée est celle-ci, peu onéreuse et presque parfaite :

    La deuxième, un cran en dessus et celle-là, publiée par Raven :

    Le mix mono original de ‘Migthy Quinn’y figure, ce qui n’est pas rien. 28 titres remasterisés au plus piqué, disponible encore pour moins de 19€, ça ne va pas durer.

  • #114217

    Thanks!

  • #114222

    4JB
    Participant

    N. Ungemuth n’est guère tendre avec cette réédition en grande pompe. Avis partagé (concernant l’album original) :

  • #114223

    En fait, l’article ne traite que de l’album original.
    Je pensais profiter de la réédition pour le découvrir, ça me refroidit un peu, beaucoup…

  • #114224

    4JB
    Participant

    Je pensais profiter de la réédition pour le découvrir, ça me refroidit un peu, beaucoup…

    Bah, autant se faire une opinion par soi-même.
    Essayer de ne pas subir le jougs de l’influence « monstre sacré », écouter la musique et déterminer si elle te parle ou non.
    Comme chacun sait, les assoiffés de « grands noms » ont, pas obligatoirement mais souvent, une perception sans grand rapport avec la matière proposée. Ce pas uniquement dans la section rock, c’est idem avec la littérature, le cinéma, etc.
    Tenez-vous, il existe même une compilation des babioles publiées par Keith Richards, une espèce de best of. Il y a un magot à parier qu’il s’en est vendu plus de 20 exemplaires. Incroyable ? Non, juste anodin.

  • #114225

    4JB
    Participant

    Dans deux jours donc, publication de ce sextuple annoncé il y a plusieurs semaines (voir plus haut) :

    Il va sans dire que l’amoureux des Wings ou de ‘Whatever Gets You Thru The Night’ n’est pas concerné. Par contre, le fin gourmand de (Mersey) Beat y trouvera son compte, nous sommes là au plus rouge de l’histoire, juste au moment de la beatlemania. Le candide demandera pourquoi les Searchers n’ont pas percé. ERREUR ! Ils alignent trois N°1 certifiés en 63-64 et figurent encore dans le Top 5 en 1965. Il s’agit donc d’un groupe majeur, populaire, pas d’un infortuné combo malchanceux qui, si talentueux fut-il, manqua le coche.

    En deux mots, non trois, il s’agit de Liverpool, de guitares et d’harmonies vocales.

  • #114228

    Matthieu
    Participant

    Dans deux jours donc, publication de ce sextuple annoncé il y a plusieurs semaines (voir plus haut) :

    […]

    En deux mots, non trois, il s’agit de Liverpool, de guitares et d’harmonies vocales.

    Très intéressant que cela ! Hop, sur la liste !

    A mon retour de vacances, m’attendait aussi le petit coffret des Flamin’ Groovies récemment paru et couvrant les années ’68-’71. Me suis tout écouté d’une traite, éclate totale !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 3 semaines par  Matthieu.
  • #114236

    4JB
    Participant

    Sur la photo, 3ème depuis la gauche, Jimmy Page, futur patron de Led Zep.

    A vrai dire, ce n’est pas la meilleure période des Yardbirds, le groupe avait déjà usé Clapton et Jeff Beck. Le chanteur*, vaillant au début, n’était pas des plus redoutables, la section rythmique assurait le job.

    Pas encore écouté/visionné ceci :

    Il contient certainement des pics, des étincelles, le proche futur allait confirmer l’ingéniosité de Page. Exaltant, non ?

    *Keith Relf a publié quelques fades singles en solo, avant de s’embarquer dans Together, Renaissance ou Armageddon. Ce dernier combo vaut surtout par la participation au projet de Bobby Caldwell, l’un des plus extraordinaires batteurs de la saga rock.

  • #114238

    Matthieu
    Participant

    Arg, tentant.
    Était paru aussi il y a quelques temps un double CD « Yardbirds ’68 », avec Jimmy Page toujours. Je n’ai jamais pu écouté la chose, ne l’ayant jamais trouvé à prix correct.

  • #114239

    Matthieu
    Participant

    Reçu ceci il y a peu :
    Mon image

    Le groupe Rainbow Ffolly (oui, 2f !) doit faire partie de ces groupes cultes.
    Un seul album en 1968, tendance pop psyché, ici présenté en mono et stereo. Et l’album de la réunion en 2016, habilement intitulé ‘Ffollow-Up!’

    Le tout est réparti sur 3 CDs avec bonus. Quelques reprises, et non des moindres : ‘The Continuing Story Of Bungalow Bill’, ‘Sunshine Of Your Love’, ‘Lucy In The Sky With Diamonds’, ‘The Bells Of Rhymney’, ‘I Can Hear The Grass Grow’, ‘Something Else’.

    Leur chanson ‘Drive My Car’ n’a par contre rien à voir avec celle des Beatles.

    Tous les détails ici.

    A noter que les Rainbow Ffolly peuvent par exemple se retrouver sur la compile suivante, en plage 14 :
    Mon imageMon image

    Contenu alléchant.

  • #114245

    4JB
    Participant

    La chanson, psyché-folk, de Rainbow Ffloly sur ‘Insane Times’ donne envie. En espérant que le groupe n’ait pas viré Pink Floyd-Elton John passé ce superbe essai. Commande passée, (à suivre).

  • #114249

    4JB
    Participant

    A noter également que ‘Insane Times’, compilation EMI, est toujours facile à acquérir, à des prix infiniment corrects. Le livret de 16 pages est soigné, avec présentation de chaque plage/groupe ou artiste. Il s’agit d’une excellente introduction au versant pop de la la psychédélia britannique, avec des noms célèbres (Tomorrow, Hollies, Yardbirds, Syd Barrett, Koobas…) et d’autres, tels les Rainbow Ffolly évoqués ci-dessus, moins exposés.
    Recommandée aux novices désireux d’en savoir -et d’en aimer- plus.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 2 semaines par  4JB.
  • #114251

    4JB
    Participant

    Concernant le Yardbirds ‘Live and Rare’, actuellement en reconnaissance :
    – Présentation exemplaire, chaque disc est glissé dans une pochette ouvrante, avec un dos (ou une tranche), livret spécifique inséré pour chacun d’eux + un livret dos carré pour l’ensemble.
    – Même si le plus représenté est la période Jimmy Page, les performances avec Clapton et Jeff Beck sont également mises en écoute.
    – Hormis le live (TV et radio), quelques raretés -singles mono, publicités créées par les Yardbirds- émaillent l’ensemble.
    – Le mastering est très ‘hi-fi’ dans l’ensemble, un choix respectable autorisant une écoute confortable à volume moyen.
    – Pas encore visionné le DVD, qui est présenté comme fort en redécouvertes.

    …………….

    Le sticker apposé sur le coffret :

  • #114252

    4JB
    Participant

    Yardbirds encore, puisque d’actualité :
    – Les deux tubes du groupe, ceux qui passent encore sur les radios type Nostalgie, sont signés Graham Gouldman, futur 10cc.
    – 2-3 autres hits, oubliés par le grand public, sont signés par le groupe.
    – Et, le beatleaddict l’apprendra peut-être. les Yardbirds, qui ont partagé quelques shows avec les fabs, ont, sans succès, fait appel à eux. témoignage de Jim McCarty, batteur du groupe :

    Source : livret Repertoire de ‘For Your Love’

  • #114253

    Matthieu
    Participant

    Je ne sais pas pourquoi, j’avais en tête que cette réédition ‘Live & Rare’ ne couvrait que l’année 1967, alors que c’est bien plus large !
    Tant mieux !

  • #114254

    4JB
    Participant

    Je ne sais pas pourquoi, j’avais en tête que cette réédition ‘Live & Rare’ ne couvrait que l’année 1967

    Le DVD présente en grande partie un gala français de 1967. Drame, Keith Relf est mixé 100x trop en avant. Bon, évidemment, il n’avait pas de retour, difficile de chanter juste quand on ne s’entend pas, surtout que Relf n’était ni Van Morrison ni Eric Burdon. Demeurent la rythmique ok de McCarty-Dreja, et le volcan Jimmy Page qui, passé le départ de Jeff Beck, n’a pas tardé à se manifester haut, fort et rouge.

  • #114255

    4JB
    Participant

    Dans deux jours donc, publication de ce sextuple annoncé il y a plusieurs semaines (voir plus haut) :

    […]

    En deux mots, non trois, il s’agit de Liverpool, de guitares et d’harmonies vocales.

    Très intéressant que cela ! Hop, sur la liste !

    Le livret de 36 pages présente les Searchers, à juste titre, comme de sérieux « rivaux » aux Beatles ’63.
    Chacun des 5 albums Pye du groupe est ici proposé, sous pochettes cartons individuelles, en mono et en stéréo, avec des bonus tracks. Exemple :

    De plus un 6e disc présente pas moins de 26 (!) titres non-album, singles ou EPs :

    Nous sommes des petits vernis, qui eut cru. il y a cinq-six ans, que de tels coffrets flambant neufs seraient encore mis en vente ?

    Note : le beatlemaniac regrettant que ‘Some Other Guy’ (Leiber-Stoller) par les Beatles ne subsiste qu’en version au son médiocre (Live at the BBC) appréciera -éventuellement- l’interprétation studio des Searchers, impeccable.

  • #114263

    4JB
    Participant

    Les friands de vinyle se réjouiront -peut-être- d’une reissue en disque rose de la pièce maîtresse de Matthew Sweet (1991), limitée à 1000 ex. :

    Sinon, toujours disponible à miniprix, l’édition Legacy, double CD :

    Power Pop de fort belle tenue, guitares exemplaires. N’a pas vieilli d’une seconde.

  • #114271

    4JB
    Participant

    Searchers encore : Record Collector (revue papier, pas des caves) décoche 4 étoiles au coffret, cool :

  • #114275

    4JB
    Participant

    Reçu ceci il y a peu :
    Mon image

    Le groupe Rainbow Ffolly (oui, 2f !) doit faire partie de ces groupes cultes.
    Un seul album en 1968, tendance pop psyché, ici présenté en mono et stereo. Et l’album de la réunion en 2016, habilement intitulé ‘Ffollow-Up!’

    Le tout est réparti sur 3 CDs avec bonus. Quelques reprises, et non des moindres : ‘The Continuing Story Of Bungalow Bill’, ‘Sunshine Of Your Love’, ‘Lucy In The Sky With Diamonds’, ‘The Bells Of Rhymney’, ‘I Can Hear The Grass Grow’, ‘Something Else’.

    Leur chanson ‘Drive My Car’ n’a par contre rien à voir avec celle des Beatles.

    Tous les détails ici.

    Après écoute de l’ensemble suivi d’un focus sur les points plaisants, 2-3-mots, pour situer.

    1) Une chanson comme ‘Goodbye’ ressemble en tous points à ce que McCartney va diffuser sur ses disques d’avant 1976.

    2) L’album original du groupe, enregistré en toute liberté, n’était qu’un avant-projet, un recueil de demos assemblé avec grand soin. EMI-Parlophone l’a publié tel quel, alors que les Rainbow Ffolly pensaient qu’on allait « mettre au propre » les sessions captées avec les frères Jackson.

    3) Il s’agit là, souvent, de bonne musique passée en arrière-plan, la concurrence était vaillante.

    4) L’album de la reformation relève de l’anecdotique, on relèvera l’excellence préservée des harmonies vocales et quelques compositions joliment troussées.

  • #114276

    4JB
    Participant

    Primal Scream, conduit par Bobby Gillepsie, est passé de la tendance Paisley/Byrds des débuts à diverses variantes de rock stonien, en glissant vers l’electro, Madchester, les expériences. Et, à vrai dire, une certaine confusion.

    Un digest est annoncé pour le 24 mai, la pochette pointant sur notre héros, semble, au coup d’œil, se concentrer sur le versant guitares de Primal Scream. Double CD, 31 titres.

    Cette chanson fait partie de la sélection ‘Maximum Rock’n’Roll’, Bobby y fait son Mick & Keith en doublé :

    Evidemment, Jagger eut été encore plus convaincant, Mick a une voix moins « de guitariste », mais les Rolling Stones n’ont pas délivré un single aussi merveilleusement excitant depuis beaucoup trop longtemps.

  • #114296

    4JB
    Participant

    Cherry Red annonce pour la fin du mois un amalgame de singles des groupes de Liverpool ! Non, pas ceux contemporains des fabs, mais la vague 1979-1986, avec Dead or Alive, It’s Immaterial, Freeze Frame…

    Infos :
    https://www.cherryred.co.uk/product/birth-of-a-nation-inevitable-records-an-independent-liverpool-1979-1986-singles-b-sides-and-peel-sessions-3cd/

  • #114300

    4JB
    Participant

    Située à peine plus haut que Liverpool, mais dans les terres, Manchester.
    Ce double ne se concentre pas sur une période déterminée, on y entend aussi bien les Hollies qu’Oasis. Et pas mal de noms à découvrir en plus de Simply Red, Joy Division ou des Buzzcocks : The Toggery Five ou les Salford Jets.
    Après le guide du Routard, le guide du Rockard. Un peu moins mainstream certes, comme le Routard des premières années.
    Gerry and the Holograms ?, Oui, ami(e)s.

  • #114303

    Matthieu
    Participant

    J’ai couru le marathon de Paris dimanche dernier, et je reste sur la capitale toute la semaine pour profiter et me reposer un peu!
    Hier petit tour chez Gibert Joseph.
    Je suis reparti, entre autres, avec le coffret ‘Fab Gear’ et celui des Searchers récemment présenté. Hâte de rentrer chez moi pour écouter tout ça !

  • #114304

    Matthieu
    Participant

    J’ai aperçu la compilation mancunienne mais ne me suis pas bêtement pas attardé dessus, je vais y retourner!

    Par contre pour les groupes scousers, il existe un autre coffre dédié chez Cherry Red et qui couvre à peu près la même période :
    ‘Revolutionary Spirit: The Sound Of Liverpool, 1976 – 1988’

    https://www.cherryred.co.uk/product/revolutionary-spirit-sound-liverpool-1976-1988-various-artists-5cd-deluxe-boxset/

    (Désolé je ne mets pas d’image mais je suis sur mobile, pas pratique)

  • #114308

    4JB
    Participant

    J’ai couru le marathon de Paris dimanche dernier, et je reste sur la capitale toute la semaine pour profiter et me reposer un peu!
    Hier petit tour chez Gibert Joseph.
    Je suis reparti, entre autres, avec le coffret ‘Fab Gear’ et celui des Searchers récemment présenté. Hâte de rentrer chez moi pour écouter tout ça !

    Le ‘Fab Gear’, très soigné, contient de ravissantes babioles pop, mais aussi quelques petites choses à l’intérêt mesuré. Toutefois, le reflet « insouciantes sixties » est ici mis en valeur.

  • #114316

    4JB
    Participant

    L’album du frèrot de Paul McCartney, produit en 1974 par ce dernier (il y joue, compose, participe aux harmonies vocales, ainsi que certains Wings) est réédité en double CD +DVD (outtakes, singles et extras). Bon, le LP original est correct, mais pas bouleversifiant non plus.
    28 juin (Esoteric).

  • #114322

    L’album du frèrot de Paul McCartney, produit en 1974 par ce dernier (il y joue, compose, participe aux harmonies vocales, ainsi que certains Wings) est réédité en double CD +DVD (outtakes, singles et extras). Bon, le LP original est correct, mais pas bouleversifiant non plus.
    28 juin (Esoteric).

    J’aime beaucoup cet album, une espèce de Wings avec un autre chanteur.

    Plusieurs chansons me restent en tête : Leave it, The Man Who Found God on the Moon… Bien sûr, j’ai acheté ce disque (réédition CD déjà) pour son rapport avec Macca, mais je l’ai vraiment beaucoup écouté avec plaisir.

  • #114382

    Matthieu
    Participant

    On a parlé dans ce topic du double CD ‘1968 The Year The World Burned‘ (Ace), compilé par Jon Savage, ainsi que du triple ‘Looking At The Pictures In The Sky – The British Psychedelic Sounds of 1968‘ (Grapefruit).

    Pour compléter, Esoteric a publié cette année ceci :
    Mon image
    Mon image

    Tracklist complète -> ici

    Très très sympa !

  • #114391

    4JB
    Participant

    A propos du coffret ci-dessus :
    ….

    Pas mal de noms liés aux ’70s sont ici plagés : Deep Purple, Barclay James Harvest, Van Der Graaf Generator, Genesis, Status Quo etc. Chez les Sam Gopal (groupe aussi bénin qu’amusant), il y a Lemmy. Oui, le Lemmy.

  • #114392

    4JB
    Participant

    Toujours à propos du coffret mis en lumière par Matthieu :
    La terminologie employée dans le titre (Underground sounds) est assez fausse, une grande partie de ce qui est proposé n’avait rien d’underground, certains singles ont même été des smash hits ! Ce qui n’enlève rien aux qualités des musiques ici assemblées.

    On dira que c’est du chipotage. Oui, mais non. Ce serait comme prétendre que les Rita Mitsouko étaient un groupe alternatif. Hum.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 mois et 2 semaines par  4JB.
  • #114394

    Matthieu
    Participant

    Oui, je dirais qu’une bonne moitié du coffret n’a pas grand chose d’underground.
    Enfin, ça dépend où on met le curseur bien sûr, mais un habitué de ce genre de compilations sera plutôt en terrain connu.

    La chanson ‘Talkin’ About The Good Times’ des Pretty Things est carrément présente sur ces 3 compilations ®1968 !

  • #114395

    Matthieu
    Participant

  • #114413

    4JB
    Participant

    HEEEEYYY!

    28 juin :

    Never before heard recordings of The Dirty Mac performing The Beatles classic, ‘Revolution’ and the aptly titled track ‘Warmup Jam’.

  • #114419

    Matthieu
    Participant

    Joli !
    J’ignorais complètement qu’ils avaient répété ‘Revolution’ à cette occasion.
    Ayant déjà un DVD du concert, je pensais me prendre uniquement la version 2CD, mais j’ai vu qu’il y avait une interview de 18 minutes de Townshend en bonus sur le nouveau DVD, donc je risque de craquer pour l’édition 4 disques (de plus, le film sera certainement restauré).

    Il faut se rendre compte que ces 2 jours de tournage, hauts en couleurs, à la mi-décembre ’68, c’est à peine 3 semaines avant le début des Get Back Sessions, souvent représentées comme grisâtres.

  • #114420

    Matthieu
    Participant

    Ah en fait les bonus video (dont l’interview de Townshend) sont déjà présents sur mon DVD, je ne m’en souvenais plus !
    J’hésite …

  • #114422

    C’est étonnant, ce Revolution. Il ne figure même pas dans les CD de piraterie! En espérant que ce ne soit pas un truc de dix secondes.

    Par contre, je vois qu’un bootleg propose « Big Fat Mama (as Dirty Mac And The Filthy Five) Various – Walldorf Rock’n’Roll Weekender 2015 ‎(CD, Comp) » Je ne sais pas du tout ce que c’est.

  • #114426

    Les nouveautés Dirty Mac semblent uniquement présentes dans les CD, si je comprends bien.

    http://www.superdeluxeedition.com/news/rolling-stones-rock-n-roll-circus-four-disc-box-and-3lp-vinyl/

  • #114467

    Matthieu
    Participant

    Mon image

    En 2016, RPM édite ce double CD rassemblant la fine fleur des groupes suédois R&B des sixties.
    En novembre 1963, c’est le premier pays étranger où jouent les Beatles. Les autres suivront de près (Stones, Who, Hendrix …), marquant ainsi la culture musicale suédoise.

    Résultat, cette compil’ tabasse. (Tracklist complète ici!)

    Pour preuve, le « Land of 1000 Dances » des Namelosers ci-dessous.

    Ou encore le « Somebody To Love » des Cheers.

  • #114490

    4JB
    Participant

    Le 2 août, Woodstock fête son 50e avec un coffret de… 38 (trente-huit !) CDs, 432 chansons :

    https://theseconddisc.com/2019/05/developing-rhino-celebrates-woodstock-50th-with-massive-complete-38-cd-box-set/

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 mois par  4JB.
  • #114493

    Matthieu
    Participant

    Oh le coffret mammouth!
    1969 exemplaires, 800$ pièce, impressionnant!
    A noter que des éditions plus raisonnables (3 ou 10 CD) seront aussi proposées.

    J’ai quand même l’impression qu’on vit une époque où les maisons de disques jettent leurs dernières forces dans la bataille.
    Un coffret comme ça était assez inimaginable il y a quelques années. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe chez Dylan par ex ou d’autres: toutes les sessions, tous les concerts (d’une même tournée !), tout est maintenant en train d’être publié.
    Les compilations thématiques, par genre, par époque, les intégrales etc… continuent à pleuvoir.

    Bon ok il y a une bonne part de demande des acheteurs (maintenant via les forums etc… les gars sont tout à fait au courant de ce qu’attendent les potentiels acheteurs), mais on est sur des choses pas très grand public, qu’on trouve peu en magasin.

    Et puis après ?

    Juste une réflexion en vrac, comme ça, pas très structurée…

  • #114527

    4JB
    Participant

    Concernant le big coffret Woodstock, on notera que la prestation des Who a duré 65 minutes et que seuls quelques extraits y figurent.
    On peut entendre l’intégralité de leur set sur ce compact disc ©2019, semi-bootleg publié par LetField Media. Le son n’est pas génial mais pas monstre pourri non plus :

    Setlist :
    https://www.setlist.fm/setlist/the-who/1969/max-yasgurs-farm-bethel-ny-bd6b522.html

  • #114528

    4JB
    Participant

    J’ai quand même l’impression qu’on vit une époque où les maisons de disques jettent leurs dernières forces dans la bataille.
    Un coffret comme ça était assez inimaginable il y a quelques années. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe chez Dylan par ex ou d’autres: toutes les sessions, tous les concerts (d’une même tournée !), tout est maintenant en train d’être publié.
    Les compilations thématiques, par genre, par époque, les intégrales etc… continuent à pleuvoir.

    Bon ok il y a une bonne part de demande des acheteurs (maintenant via les forums etc… les gars sont tout à fait au courant de ce qu’attendent les potentiels acheteurs), mais on est sur des choses pas très grand public, qu’on trouve peu en magasin.

    Et puis après ?

    Juste une réflexion en vrac, comme ça, pas très structurée…

    Délicat de taper dans la prédiction.
    Tiens, il y a 10 ans, les fins malins du marché annonçaient la mort du compact disc pour 2012.
    Et puis il y a -toussotement- le retour du vinyle. Ici, il faut voir un truc : pas mal de monde s’est acheté (ou racheté) une platine, il s’agit donc d’en faire usage, de « l’amortir »…
    Là maintenant, les rééditions physiques jonglent entre les deux formats, certaines adoptent les deux supports, d’autres uniquement vinyle ou uniquement CD.
    Sinon, bien sûr, tout se passe en dématérialisé.
    Bon.
    « Les Beatles » du XXIe siècle n’ont pas, loin de là, été les premiers à voir leur back catalogue remixé, ça fait près de 20 ans que le processus est en route. Ça concerne, de prime abord, les têtes d’affiche, les grandes vedettes. Sans oublier le 5.1
    Maintenant, tu sors de chez toi, prends un bus pour te rendre à la gare, attends quelques minutes avant d’embarquer, fais le trajet puis t’installe sur une terrasse. Tu ne verras que des êtres scotchés à leurs -toussotement N°2- téléphones.
    (à suivre)

  • #114529

    Matthieu
    Participant

    D’après le tracklisting fourni par le lien Rhino, la performance des Who semble bien complète, Disc 23.

  • #114534

    4JB
    Participant

    D’après le tracklisting fourni par le lien Rhino, la performance des Who semble bien complète, Disc 23.

    Ah oui, dis donc ! On peut espérer que l’équivalent du ‘disc 23’ sera prochainement publié en solo. Townshend n’est guère emballé par la prestation des Who à Woodstock, mais ils ont ce soir-là un son dantesque, parfaitement sale.
    Croisons les doigts.

  • #114562

    4JB
    Participant

    Prix plancher pour ce coffret à paraître en juillet :

    Sweet Baby James (1970), Mud Slide Slim and the Blue Horizon (1971), One Man Dog (1972), Walking Man (1974), Gorilla (1975), In the Pocket (1976). Les deux premiers de la sélection touchent au sublime et nombre de remarquables chansons figurent in ‘One Man Dog’ et ‘Gorilla’.

  • #114571

    Ma collection de James Taylor restant bien incomplète, je pourrais bien craquer pour ce coffret, il n’y a rien de mauvais chez JT!

    Celui de Woodstock, je me vois plutôt l’emprunter, si ma médiathèque l’achète, ce qui m’étonnerait…

  • #114573

    4JB
    Participant

    Ma collection de James Taylor restant bien incomplète, je pourrais bien craquer pour ce coffret

    James Taylor a fait ses débuts discographique sur Apple :

    Un bon disque, toutefois moins exaltant que les deux premiers chez Warner. Tout a été remasterisé à neuf pour ce box set, sous la houlette de, surprise, Peter Asher !

  • #114575

    4JB
    Participant

    Pour qui ne connaît rien des débuts Warner de James Taylor. voici un instant choisi :

    Le coffret est en pré-vente sur Amazon Italie, 24,50 € (!!!).

  • #114578

    Ce doit être un petit coffret avec pochettes en carton, du genre minimum et il n’y a que 6 CD, mais ça peut être bien (et peut-être suivi d’un second coffret?)

  • #114579

    Il est encore moins cher sur la version anglaise du site!

    Et le coffret n’est peut-être pas si cheap que ça car il y a des « liner notes »… sans doute un livret…
    Le prix va peut-être augmenter, alors…

  • #114581

    4JB
    Participant

    Deux rééditions pas toutes récentes (2005) mais exemplaires :

    Par rapport aux publications originales, l’optimisation te fouette le sang*.

    A ce moment-là (1983-1985), John Cougar Mellencamp faisait le boulot de Stones en rade, ravivait la flamme des Creedence. Un peu comme les Heartbreakers de Tom Petty quand ils se piquaient de rock’n’roll, c’est assez comparable.
    Contrairement à un Springsteen, tour à tour pesant ou ascétique, Mellencamp, via deux LPs sans tache, se place en gardien des valeurs électriques, ou acoustiques pour de vrai. Pas de synthés qui couinent à gauche, pas de Linn Drums. Mais un batteur absolument extraordinaire, que John Fogerty en personne lui empruntera pour quelques performances immaculées. Son nom est Kenny Aronoff, on devrait lui ériger des statues dans chaque capitale mondiale, en province aussi, cet homme est une force de vie frappée.

    L’observateur a vu que notre homme entre le T-Shirt dans le pantalon. C’est un signe.

    * Des basses, de la présence et des guitares !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 3 semaines par  4JB.
  • #114589

    4JB
    Participant

    En 1968, les influences américaines retrouvaient des couleurs après les fastes de la british invasion. Elle-même nourrie de racines US, ce ne sont pas les Beatles qui prétendront le contraire.

    Les Eclection, sujets de sa majesté, sont parfois croisés dans les rééditions multi-artistes. Leur style n’est pas clairement défini.

    L’étiquette la plus cool serait baba-pop. On y entend du Jefferson Airplane, du Fairport Convention des tout débuts. Voire, précurseurs, les beaux accords de ‘Wishing You Were Here’ des Chicago (trois Beach Boys dans les chœurs, quand même).

    L’unique LP du groupe, remis en piste par Esoteric, se laisse lécher comme une glace framboise/pop chips :

  • #114620

    Matthieu
    Participant

    D’après le tracklisting fourni par le lien Rhino, la performance des Who semble bien complète, Disc 23.

    Ah oui, dis donc ! On peut espérer que l’équivalent du ‘disc 23’ sera prochainement publié en solo. Townshend n’est guère emballé par la prestation des Who à Woodstock, mais ils ont ce soir-là un son dantesque, parfaitement sale.
    Croisons les doigts.

    En espérant que le son soit correct.

    Tiens, j’ai toujours trouvé bizarre que le Live At Leeds sonne si puissant, alors que le Live At The Isle Of Wight sonne tout riquiqui…

  • #114621

    Matthieu
    Participant

    Le ‘Fab Gear’, très soigné, contient de ravissantes babioles pop, mais aussi quelques petites choses à l’intérêt mesuré. Toutefois, le reflet « insouciantes sixties » est ici mis en valeur.

    Pas encore tout écouté (c’est assez dense), mais le CD4 remporte les suffrages pour l’instant !

  • #114622

    Matthieu
    Participant

    Située à peine plus haut que Liverpool, mais dans les terres, Manchester.
    Ce double ne se concentre pas sur une période déterminée, on y entend aussi bien les Hollies qu’Oasis. Et pas mal de noms à découvrir en plus de Simply Red, Joy Division ou des Buzzcocks : The Toggery Five ou les Salford Jets.
    Après le guide du Routard, le guide du Rockard. Un peu moins mainstream certes, comme le Routard des premières années.
    Gerry and the Holograms ?, Oui, ami(e)s.

    Ici c’est du très lourd, cette compilation a beaucoup tourné. Pas mal de genres sont passés en revue. Gros coup de coeur.

  • #114623

    Matthieu
    Participant

    The Spencer Davis Group ‎– Taking Out Time: Complete Recordings 1967-1969
    Mon image

    Coffret 3CD de chez RPM, qui reprend les enregistrements du Spencer Davis Group, après le départ de Steve Winwood.

    Pas encore tout écouté, mais dès le début du premier morceau (‘Time Seller’ en mix mono), tu sais que tu vas passer un bon moment !

  • #114628

    4JB
    Participant

    Voir plus haut (Matthieu, 22.12.2018) :

    Comme d’habitude avec le label Grapefruit, il s’agit d’un travail méticuleux où le meilleur, majoritaire, côtoie le dispensable-mais sympa quand même. Il s’agit là de Baroque pop britannique, d’où l’absence des fameux Left Banke, américains.
    Quelques noms ultraconnus (Strawbs, Bert Jansch, Barclay James Harvest, Donovan…), une brassée d’artistes-culte (Harmony Grass, Billy Nicholls, The Alan Bown!, The Honeybus, etc…) et nombre de curiosités enfin sorties de la pénombre.

  • #114633

    4JB
    Participant

    Outre la magnificence de la composition, ‘Penny Lane’ bénéficie d’un solo de trompette piccolo dû à David Mason.

    Sur le disc 1 du coffret mis en exergue par Matthieu, Tony Hazzard a fait appel aux services de Mason. Celui-ci lui a demandé s’il souhaitait qu’il improvise de manière analogue à ‘Penny Lane’. Réponse de Hazzard : « Yes, please. ». C’est vrai qu’on le reconnaît illico. Plaisir de l’enchantement around the Beatles.

  • #114634

    Tony Hazzard a fait appel aux services de Mason

    On peut écouter cette curiosité ici :

    https://www.youtube.com/watch?v=UzE6aUfktO4

  • #114636

    4JB
    Participant

    Tony Hazzard est loin d’être un cave, il a composé un paquet de titres pour, entre autres, les Yardbirds, Hollies, Manfred Mann, Swinging Blue Jeans, etc.

  • #114638

    Tony Hazzard est loin d’être un cave, il a composé un paquet de titres pour, entre autres, les Yardbirds, Hollies, Manfred Mann, Swinging Blue Jeans, etc.

    Notamment « Ha ha said the clown », une chanson que j’aime beaucoup.

    Tiens, je m’achèterais bien son « Tony Hazzard Sings Tony Hazzard « 

  • #114641

    4JB
    Participant

    L’amateur de Jeff Lynne notera éventuellement cette récente publication :

    Il en existe une autre, ‘BBC Radio Sessions 1967-1969’.

  • #114643

    Voilà qui m’intéresse! Sais-tu si les deux se recoupent?

  • #114665
  • #114670

    4JB
    Participant
  • #114731

    Matthieu
    Participant

    A propos du petit coffret Spencer Davis Group

    Si l’écoute du 1er CD fut enthousiasmante, celle du 2ème fut bien décevante.
    En ouverture, ‘Aquarius’ en allemand, on est à la limite de la blague.
    Heureusement, le 3ème CD principalement consacré aux sessions BBC rattrape bien le tout !

  • #114858

    4JB
    Participant

    Les Creedence furent, entre 1969 et 1971, l’un des groupes les plus populaires du moment. Non contents d’aligner les albums à une cadence infernale, John Fogerty et les siens continuaient à viser le hit, les hits.

    La performance à Woodstock (tout le monde ne se souvient même pas qu’ils ont joué lors du légendaire festival) n’a quère laissé de grands souvenirs à John, même si le quarté gagnant ne démérite pas. Sortie le 2 août.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !