Discussions Beatles

Ce sujet a 128 réponses, 11 participants et a été mis à jour par  4JB, il y a 15 heures et 37 minutes.

  • Auteur
    Messages
  • #114405

    4JB
    Participant

    Tiens, ami(e), voilà ce qu’a écrit Rorold in ‘Let It Be aujourd’hui’ :
    « C’est un peu la vie non, tout finira par ce savoir sur les Beatles, il finira par ne plus avoir de nouveauté ect, donc plus trop grand chose à discuter non ? ».

    Oui et non.

    Par exemple, ça fait des années que je cherche des infos sur ce qui a été enregistré, hors les Nagra témoin des caméras*, pour le projet ‘Let It Be – Get Back’. Ce qui a été enregistré en multipiste, qui peut donc être mixé, On a des infos, mais incomplètes.

    Autre sujet qui, hélas, laisse le fan type Johnny (la personne, pas la musique) d’une froideur cadavérique : tous ces groupes qui ont prolongé le plaisir, se sont investis dans le développement d’une appartenance intime. Bien sûr, il y eut des succès grand public, les Tears For Fears, mais c’est juste une ou deux bricoles mainstream. Ailleurs, il y a de quoi s’extasier, qui connaît Sleepy Hollow ou Smyle ou Pete Dello ? Plein d’autres ont repris le flambeau, par amour, ça s’entend.

    * la source principale des centaines de bootlegs en circulation

  • #114414

    4JB
    Participant
  • #114431

    4JB
    Participant

    Concernant les séances Get Back-Let It Be de début 69, ce qui a été enregistré en multipiste, au propre, se trouve sur :
    – Le 45 tours Get Back / Don’t Let Me Down*
    – L’album ‘Let It Be’, même si le basique d’Across The Universe date d’avant 1969
    – Let It Be…Naked
    – Anthology 3

    De plus, Glyn Johns avait proposé deux moutures de l’album à venir, encore nommé ‘Get Back’ :

    On y entend, en plus des titres publiés sur les supports ci-dessus, Rocker, Save The Last Dance For Me, Get Back (Reprise). Les mixes de l’ensemble sont différents, un double CD les regroupe :

    https://www.discogs.com/The-Beatles-Get-Back-Glyn-Johns-Mix-/release/12103322

    Le concert sur le toit (rooftop) n’a jamais été publié dans son intégralité, sauf dans la version lo-fi des enregistreurs Nagra affiliés aux caméras.

    * mono mix. le dernier 45 tours mono des fabs

  • #114432

    4JB
    Participant

    L’aficionado du McCartney 1968-1971 appréciera t-il Pete Dello, tout juste revenu des cultes Honeybus ?

    Dans un univers open space, normalement oui.
    Ecoute :

  • #114433

    4JB
    Participant

    Bon, en ce moment je discute tout seul. Ce n’est guère le principe d’une discussion, à moins de n’avoir rien à dire.
    Genre débat public où « le responsable » demande s’il y a des questions et que personne ne lève la main.
    Un participant regrettera, au retour, de ne pas avoir demandé pourquoi ‘Love of The Loved’, une Lennon/McCartney enregistrée par les Beatles en 1962, reste officiellement inédite.
    – The Ballad of John and Yoko est un single enregistré rapido par Lennon et McCartney, les 2 autres étaient absents, en vacances. Okay. Et ? Est-ce que George et Ringo, à eux deux, auraient pu propulser le nouveau 45 tours 1969 des Beatles ? Sans John ni Paul ?
    – You Know My Name a été initialement enregistré en 1967. ça ressemblait à quoi, la version originale ? On connaît la chanson, plus ou moins longue, avec les ajouts d’avril 69. Mais l’originale, avant plein de compléments, elle ressemblait à quoi ?
    – Dans le bouquin ‘Anthology’, imprimé en toutes lettres, Lennon déclare « J’ai formé le groupe, je l’ai dissous ». C’est évident, ce sont des faits avérés. Pourquoi chercher autre chose ?
    Etc.

  • #114434

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour 4 JB!,

    Le 45 tours Get Back-Don’t Let Me Down des Beatles a été le premier single du groupe publié en stéréo aux États-Unis et au Canada. Voilà pour ma petite correction.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #114435

    Macaaron
    Participant

    Le concert sur le toit (rooftop) n’a jamais été publié dans son intégralité, sauf dans la version lo-fi des enregistreurs Nagra affiliés aux caméras.

    Peut être qu’on y aura le droit cette année, avec le film de P. Jackson …

  • #114436

    4JB
    Participant

    @ Alain Lacasse :

    Au Royaume-Uni, ‘Get Back / Don’t Let Me Down a été publé en mono le 11 avril 1969.

    On retrouve ce mix mono au format CD dans le coffret ‘CD Singles Collection’ (1999) et in ‘Mono Masters’ (2009) inclus dans la box ‘The Beatles In Mono’.

  • #114445

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour 4 JB!,

    Je sais que c’est le format mono qui a été choisi au Royaume-Uni pour ce 45 t. J’ai les 2 coffrets que vous mentionnez. De mon côté, je me rappelle m’être procuré ce single au début des années 70 à Québec (Canada). Et c’était en stéréo. A l’époque, il était probable que le format pouvait varier selon les pays.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #114547

    4JB
    Participant

    Gros article croisant ‘Let It Be’ et ‘Let It Bleed’ dans le dernier Record Collector, deux couvertures à choix :

  • #114548

    ALLIGATOR
    Participant

    Et Bill prenait la photo?

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114549

    4JB
    Participant

    Et Bill prenait la photo?

    Avant de prendre le large ?

    Sinon, intéressants témoignages de Michael Lindsay-Hogg qui enchaîna les tournages de Rock and Roll Circus et Let It Be. Il avait déjà filmé Beatles et Stones pour différents clips, Paperback Writer, Jumpin’ Jack Flash, Hey Jude…


    Bill est sur la photo !

  • #114550

    4JB
    Participant

    Il y a un sujet qui pourrait être -relativement, c’est selon- intéressant, l’appréciation quant aux chansons reprises par les Beatles.


    LP canadien

    Trois axes :

    1) Les reprises font partie de la saga des fabs, il y en a sur les disques, à la BBC et sur scène, jusqu’à leur dernière performance de 1966.
    2) Les 45 tours originaux, britanniques, ne comprennent que des compositions originales. Aux USA et partout ailleurs, moult reprises y figurent.
    3) Après le split, John, Paul, George et Ringo reprennent plein de chansons, Harrison sonne son grand retour avec une reprise.

    Très bizarrement, on ne considère pas ces covers comme « du Beatles ». Alors que toute leur carrière est bâtie sur ce socle. En janvier 1969, 8000 bootlegs pour témoin, ils se chauffent les doigts et les sens sur les vieux trucs.

    Alors ?

    ‘Long Tall Sally’ par les fabs, on boude parce que la signature n’est pas Lennon/McCartney ou on exulte parce que c’est bon ?

  • #114555

    ALLIGATOR
    Participant

    Long Tall Sally évidemment mais d’autres morceaux pas scarabéisants tel que Anna ou Baby it’s You envoients de la corde Lennonienne que diable!

    Marre d’entendre à chaque fois à la télé ou sur la 1ère vidéo venue Love me Do et autres fadaises du début,car oui,tout n’était pas rose non plus les amis.

    Certaines covers (et dieu sait que je ne suis pas spécialement un défenseur de la reprise) valent leur pesant de peanuts.

    Cela dit bonne idée de topic Jiji.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114556

    ALLIGATOR
    Participant

    Heu…par contre je maintiens et je signe que Roll Over Beethoven par georgio tape à côté,John ou Paul auraient tapé dans le mille.

    Une voix trop douce que ce jeune Lead Guitar.Non?

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114558

    4JB
    Participant

    Heu…par contre je maintiens et je signe que Roll Over Beethoven par georgio tape à côté,John ou Paul auraient tapé dans le mille.

    Une voix trop douce que ce jeune Lead Guitar.Non?

    En septembre 63, pour la BBC, Harrison nous offre une performance rauque’n’roll de ‘Roll Over Beethoven’, disponible sur le vol. 2 des enregistrements radio :

  • #114560

    ALLIGATOR
    Participant

    J’ai les 2 bbc et rien n’y fait,je ne m’y fait pas.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114564

    4JB
    Participant

    A noter que la seule compilation britannique publiée au temps où le groupe était encore actif (‘A Collection Of Beatles Oldies (But Goldies !)’, 1966) inclut une reprise, ‘Bad Boy’ de Larry Williams.

  • #114566

    ALLIGATOR
    Participant

    Bad Boy excellentissime.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114567

    4JB
    Participant

    Bad Boy excellentissime.

    Les Américains ont eu droit à ‘Bad Boy’ plus d’un an avant, in ‘Beatles VI’. Les Allemands aussi, via ce EP de septembre 65 avec, également de Larry Williams, ‘Dizzy Miss Lizzy’ :

  • #114570

    4JB
    Participant

    Bizarrement, les Yankees ont renommé la Dizzy Miss en Lizzie :

    Alors que la version originale, américaine pourtant, de son créateur spécifie bien Lizzy :

  • #114616

    Matthieu
    Participant

    Aaaaaah, je peux enfin poster ! (ça ne fonctionnait plus depuis quelques jours …)

    Alors, la plus Beatles des reprises Beatles c’est quand même Twist And Shout ! Tellement Beatles qu’on jurerait une originale (ce qu’elle est certainement un peu dans l’inconscient populaire) !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 3 semaines par  Matthieu.
  • #114625

    4JB
    Participant

    Aaaaaah, je peux enfin poster ! (ça ne fonctionnait plus depuis quelques jours …)

    Alors, la plus Beatles des reprises Beatles c’est quand même Twist And Shout ! Tellement Beatles qu’on jurerait une originale (ce qu’elle est certainement un peu dans l’inconscient populaire) !

    Sur le premier volume BBC, on entend ‘Soldier of Love’, version originale par Arthur Alexander. Là aussi, on pourrait croire à une chute Lennon/McCartney* de ‘With The Beatles’ tant l’empreinte vocale de John est forte et le groupe soudé au chalumeau.

    * n’était le son hélas limite limite.

  • #114630

    Ces derniers temps, j’ai (ré)écouté Chuck Berry, puis Little Richards (ses premiers albums ont été réédités en un somptueux coffret stéréo) et j’ai maintenant envie de découvrir Larry Williams qui me semble injustement délaissé.

  • #114655

    4JB
    Participant

    j’ai maintenant envie de découvrir Larry Williams

    Larry Williams, comme Little Richard, Earl King, Sam Cooke etc, fit partie de l’écurie Specialty. Deux coffrets, parfaitement remasterisés, digipacks, ont été publiés en 2012-2013 par One Day Music :

    On y entend évidemment, par Larry Williams, Dizzy Miss Lizzy, Slow Down, etc., six titres en tout. Mais aussi les éclats à jamais lumineux de Lloyd Price, Guitar Slim, Art Neville… Premier choix.

  • #114661

    4JB
    Participant

    Début mars 1969, John et Paul demandent à l’ingénieur du son Glyn Johns de leur présenter un projet d’album sur la base de ce qui fut enregistré sur le 8 pistes des studios Apple. A Johns de choisir, mixer, proposer. Il en résultera 4 variantes, avant mars 1970, où l’affaire est reprise en main par Phil Spector.

    – La proposition 1 n’est pas destinée à être publiée telle quelle, c’est une base de travail (bootlegs de l’acétate à écouter pour se faire une idée).
    – La 2) est le fruit des travaux de Glyn Johns en avril-mai, ce pourrait un album prêt à être commercialisé. Jugé insuffisant.
    – La 3) est à peu près comme la 2), avec quelques retouches.
    – La 4) date de janvier 1970, cela aurait dû être la version définitive de l’album ‘Get Back’. Sauf que non.

    Détails (en anglais) là :

    https://www.beatlesource.com/bs/mains/audio/GetBack/gb2intro.html

    Les varias 2) et 4), celles qui furent prises en considération donc, font l’objet de ce 2CD mis en vente par Moonchild Records :

    Le son est excellent, rien à voir avec la majorité des pirates basés sur les enregistrements-témoin des caméras. Voire d’autres, assourdis ou vaguement criards. Présentation spartiate mais ok, chaudement recommandé.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 2 semaines par  4JB.
  • #114663

    Emmmanuel P.
    Participant

    Bonjour tout le monde ! Si je comprends bien, c’est l’endroit où papoter 🙂 Je n’ai pas de réponse aux questions posées, mais par contre j’ai des questions auxquelles j’espère avoir des réponses !

    1. La sélection des titres sur les compilations RED-BLUE, sorties au début des années 1970
    Voilà ce que j’ai cru comprendre : Allan Klein est à l’origine de cette idée, et c’est John Lennon qui a établi la liste des morceaux. Je suis surpris par la 2ème information : les relations entre les Beatles étaient, disons, complexes à cette époque (certes on n’était pas dans la pire période mais quand même), et j’imagine mal les 3 autres ne pas avoir leur mot à dire. Question : qui a choisi les titres de ces 2 compilations ?

    2. Ma théorie personnelle rien qu’à moi I Me Mine sur le rejet des titres de Harrison par Lennon et McCartney lors des Get Back sessions
    Les faits : durant le mois de janvier 1969, Harrison présente au groupe de nombreux nouveaux titres, qui finiront sur All Things Must Pass. Ces titres sont d’une grande qualité : Let It Down, All Things Must Pass entre autres. Or les autres Beatles ne semblent pas en avoir cure. Je conseille à ce titre un podcast que j’ai adoré : SOMETHING ABOUT THE BEATLES, avec des commentaires très instructifs et SURTOUT des extraits particulièrement intéressants. Je recommande les épisodes 41 & 46 (The Winter Of Discontent) et 158 & 161 (January 1969). Le podcast est animé par Robert Rodriguez, et souvent un ou plusieurs invités.
    Bref, ma théorie : All Things Must Pass a un côté funèbre et implicitement acte la séparation des Beatles, et par ailleurs la mélodie ressemble à The Long And Winding Road. Pour ces deux raisons la chanson est mise à l’écart, consciemment ou pas, par McCartney.

    3. La séparation des voix et des instruments selon que la chanson est de Lennon ou Mccartney
    Mon observation : il me semble que sur les versions Stéréo, quand il s’agit d’une chanson de Lennon, la voix est nettement attachée à un des speakers, l’autre speaker étant dédié surtout aux instruments, alors que chez McCartney l’ensemble est davantage fondu. Exemple : écoutez Run For Your Life, à comparer avec You Won’t See Me sur le même album. Est-ce que j’ai raison ? Y-a-t-il une raison particulière dans ce cas ?

    Merci !

  • #114671

    4JB
    Participant

    Bonjour tout le monde ! Si je comprends bien, c’est l’endroit où papoter 🙂 Je n’ai pas de réponse aux questions posées, mais par contre j’ai des questions auxquelles j’espère avoir des réponses !

    1. La sélection des titres sur les compilations RED-BLUE, sorties au début des années 1970
    Voilà ce que j’ai cru comprendre : Allan Klein est à l’origine de cette idée, et c’est John Lennon qui a établi la liste des morceaux. Je suis surpris par la 2ème information : les relations entre les Beatles étaient, disons, complexes à cette époque (certes on n’était pas dans la pire période mais quand même), et j’imagine mal les 3 autres ne pas avoir leur mot à dire. Question : qui a choisi les titres de ces 2 compilations ?

    Toutes les sources citent Allen quant au choix des chansons. John Lennon a insisté pour que personne d’autre que George Martin ne vienne superviser les bandes.

  • #114673

    Matthieu
    Participant

    Et on ne comprend toujours pas pourquoi ‘I Saw Her Standing There’ ne figure pas sur le rouge.

    D’ailleurs il n’y a aucune reprise non plus sur ces doubles compilations, alors que, comme cela a été noté dans un autre sujet, les reprises font partie du répertoire des 4 du début à la fin. Un petit ‘Twist And Shout’ n’aurait pas dépareillé.

  • #114674

    4JB
    Participant

    Et on ne comprend toujours pas pourquoi ‘I Saw Her Standing There’ ne figure pas sur le rouge.

    D’ailleurs il n’y a aucune reprise non plus sur ces doubles compilations, alors que, comme cela a été noté dans un autre sujet, les reprises font partie du répertoire des 4 du début à la fin. Un petit ‘Twist And Shout’ n’aurait pas dépareillé.

    C’est d’autant plus curieux qu’il y avait, même pour un double vinyle, largement la place pour bien plus de chansons : 62 minutes au total pour les 4 faces, alors que le bleu 1967-1970 en compte près de 100 !

    Et, bon sang, aucune chanson signée Harrison…

    Voilà ce qui aurait pu être proposé :

    Love Me Do
    I Saw her Standing There
    Please Please Me
    From Me To You
    Twist And Shout
    She Loves You
    I Want To Hold Your Hand
    All My Loving

    It Won’t Be Long
    Can’t Buy Me Love
    A Hard Day’s Night
    And I Love Her
    Long Tall Sally
    Eight Days A Week
    I Feel Fine
    She’s A Woman

    Ticket To Ride
    Yesterday
    Help!
    You’ve Got To Hide Your Love Away
    The Night Before
    Day Tripper
    We Can Work It Out
    Drive My Car
    If I Needed Someone

    Norwegian Wood (This Bird Has Flown)
    Nowhere Man
    Michelle
    In My Life
    Girl
    Paperback Writer
    Taxman
    Eleanor Rigby
    Yellow Submarine

  • #114692

    4JB
    Participant

    La séparation des voix et des instruments selon que la chanson est de Lennon ou Mccartney
    Mon observation : il me semble que sur les versions Stéréo, quand il s’agit d’une chanson de Lennon, la voix est nettement attachée à un des speakers, l’autre speaker étant dédié surtout aux instruments, alors que chez McCartney l’ensemble est davantage fondu. Exemple : écoutez Run For Your Life, à comparer avec You Won’t See Me sur le même album. Est-ce que j’ai raison ? Y-a-t-il une raison particulière dans ce cas ?

    La version stéréo ORIGINALE de ‘You Won’t See Me’ met clairement la voix de McCartney sur un seul canal. On l’entend ainsi sur le LP stéréo de 1965. En CD, c’est dans le coffret ‘In Mono’ (!!!) que nichent les mixes stéréo d’origine : ils figurent, in ‘Rubber Soul’, comme des espèces de bonus, à la suite des 14 plages mono.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 2 semaines par  4JB.
  • #114694

    Flowers
    Participant

    Voilà ce qui aurait pu être proposé (etc.)

    J’aurais bien échangé la bof-bof It Won’t Be Long pour la sublime Here There and Everywhere…
    Mais bon il y a tant a dire…
    hé oui pauvre George, mais bon…meme pas un petit « If I Needed Someone » ? allez…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 2 semaines par  Flowers.
  • #114696

    Flowers
    Participant

    Toutes les sources citent Allen quant au choix des chansons. John Lennon a insisté pour que personne d’autre que George Martin ne vienne superviser les bandes.

    Tiens donc ? j’ai toujours cru que c’était Harrison qui s’y était collé, je ne sais plus d’ou je tenais ça…

  • #114707

    Emmmanuel P.
    Participant

    Tiens, ami(e), voilà ce qu’a écrit Rorold in ‘Let It Be aujourd’hui’ :
    « C’est un peu la vie non, tout finira par ce savoir sur les Beatles, il finira par ne plus avoir de nouveauté ect, donc plus trop grand chose à discuter non ? ».

    Oui et non.

    Par exemple, ça fait des années que je cherche des infos sur ce qui a été enregistré, hors les Nagra témoin des caméras*, pour le projet ‘Let It Be – Get Back’. Ce qui a été enregistré en multipiste, qui peut donc être mixé, On a des infos, mais incomplètes.

    Autre sujet qui, hélas, laisse le fan type Johnny (la personne, pas la musique) d’une froideur cadavérique : tous ces groupes qui ont prolongé le plaisir, se sont investis dans le développement d’une appartenance intime. Bien sûr, il y eut des succès grand public, les Tears For Fears, mais c’est juste une ou deux bricoles mainstream. Ailleurs, il y a de quoi s’extasier, qui connaît Sleepy Hollow ou Smyle ou Pete Dello ? Plein d’autres ont repris le flambeau, par amour, ça s’entend.

    * la source principale des centaines de bootlegs en circulation

    Bonjour JB, bonjour tout le monde : je voudrais vous conseiller ce site, que vous ne connaissez peut-être pas, et qui reprend des extraits sonores, des coupures de presse, des synthèses et analyses concernant le mois de janvier 69 –> https://theymaybeparted.com/

  • #114726

    4JB
    Participant

    Maintenant encore, on se réfère à ça :

    L’article du –populaire– Daily Mirror, reprenant l’auto-interview de McCartney destinée à la promo de son disque, est devenue référence.

    Alors que, on le sait bien, McCartney n’a pas quitté les Beatles. Ni George ni Ringo.

    La seule fois où Paul a laissé le groupe en rade, c’était en juin 1966, durant les sessions de ‘She Said She Said ‘. La seule fois ? Il semble que oui, jusqu’à nouvelle info.

  • #114788

    rorold
    Participant

    Donc mauvaise fois plus ou moins assumée de John ? interprétation scoop du daily mirror ? sous entendues de Paul ?…. tout a été dit sur la fin !, Paul ayant été jugé plus ou moins responsable de pas mal des malversations du groupe sur la fin… plus ou moins à tord :), on sait tous que sans Paulo, il n’y aurait jamais eu Abbey Road !, voulait il vraiment la fin du groupe, je pense que non personnellement !, il a simplement plus ou moins dit qu’il ne retravaillerait pas prochainement avec John et les autres je crois ce qui laisse pas mal d’interprétations non ?… 1 ans, 5 ans, 8 ans lol, la presse a précipité les choses à mon sens !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  rorold.
  • #114794

    4JB
    Participant

    En effet, cette interview réalisée par Peter Brown et Macca lui-même a donné lieu à une interprétation cavalière du Daily Mirror, titrant donc « Paul quitte les Beatles ». Extraits -hum- incriminés :

    Q: « Est-ce que les autres Beatles et George Martin vous ont manqué? Y a-t-il un moment où vous vous êtes dit: » J’aimerais que Ringo soit là pour ce break de batterie ?

    PAUL: Non.

    Q: « Vous planifiez un nouvel album ou un single avec les Beatles? »

    PAUL: Non.

    Q: « Est-ce que cet album est une pause d’avec les Beatles ou le début d’une carrière solo? »

    PAUL: Le temps nous le dira. Un album solo peut signifier le début d’une carrière solo ou une pause, un break. Donc, ce sont deux possibilités.

    Q: « Est-ce que ce breakest temporaire ou permanent, en raison de différences personnelles ou musicales? »

    PAUL: Différences personnelles, différences commerciales, musicales, mais surtout parce que je passe de meilleurs moments avec ma famille. Temporaire ou permanent ? Je ne sais vraiment pas .

    Q: « Prévoyez-vous un moment où Lennon-McCartney pourrait redevenir un partenariat actif ? »

    PAUL: Non.

    Intégrale ici :

    http://www.beatlesinterviews.org/db1970.0417.beatles.html


    Paul et Peter Brown (cité dans ‘Ballad of John…)

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par  4JB.
  • #114796

    4JB
    Participant

    On peut dès lors se poser une question.
    Lennon, lors de ses dernières interviews, parle surtout de Paul, quant à l’entité Beatles.
    McCartney, alors qu’on ne lui demandait rien en ce sens, a multiplié les références à Lennon ces 20 dernières années.
    Oui oui, le team Lennon/McCartney, c’est 1960-1965, après chacun y va de ses chansons propres.

    FAUX.

    Les garçons se présentaient leurs créations, l’un amenait un truc, quitte à fusionner, comme le démontre ‘I’ve Got A Feeling.
    Et ?

  • #114798

    rorold
    Participant

    Puis 4JB, John a été furieux de cette interview, de cette une journalistique mais dans le fond n’en a t’il pas été satisfait ? comme il l’a si bien dit , personne ne veux être celui qui dira que le rêve est terminé…. j’ai toujours moins bien compris pourquoi georges lui en as tant voulu aussi ( à Paul évidemment hein ) , il était clair que la fin fut surtout de la vaisselle brisée entre John et Paul, eux qui étaient si proches …parcque John a autant fait de l’ombre aux compositions de George que Paul voir plus par moment … bref.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par  rorold.
  • #114801

    4JB
    Participant

    John a été furieux de cette interview, de cette une journalistique mais dans le fond n’en a t’il pas été satisfait ?

    On peut supposer que c’est le titre du Daily Mirror, plus que l’interview (fabriquée par le Mc et Brown), qui l’a fait bondir. Car le titre aurait du être « John is quitting The Beatles ». Ce qu’il a fait fin septembre 1969. Sauf qu’on l’a prié de ne rien révéler de sa décision, Allen Klein était en train de renégocier les droits du groupe avec EMI/Capitol. Il s’agissait donc de temporiser…


    Allen Klein et l’ancien Walrus

    J’ai toujours moins bien compris pourquoi george lui en as tant voulu aussi ( à Paul évidemment hein )…

    Ah ça, George n’était guère emballé par le leadership de Paul dès ‘Hey Jude’, peut-être avant. De plus, quand ce dernier a lancé une action judiciaire contre Klein et ses anciens partenaires, le clou a été enfoncé. Grosso modo, moult articles, essais ou ouvrages détaillent ces différents aspects.

  • #114802

    ALLIGATOR
    Participant

    Se procurer Come Together de Dogget,un ouvrage très intéressant à ce sujet.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114808

    rorold
    Participant

    évidemment il y a moult articles et écrits sur cet état de faits !, mon interrogation était plutôt sur pourquoi presqu’une haine de George envers Paul pendant les 70’S et pas envers John… John a mis pas mal de véto sur les titres composés par George: Not Guilty, My sweet lord… ( je crois ! ) , tant et si bien que par dépit, George les a gardés et en a fait un triple album que l’on connait bien !!!… il me semble que John pouvait être assez incisif sur son jugement d’une chanson et que George en a bien fait les frais xD quand John ne voulait pas d’un titre c’était non, les gens gardent plutôt en tête le jugement croisé Lennon/Mccartney mais il n’étaient pas les 2 seuls compositeurs surtout à la fin !
    Du reste autant les écrits et les souvenirs racontés sur les joutes et les jugements Lennon sur Mccartney et Mccartney sur Lennon sont légions sur les chansons de l’un et de l’autre… autant je n’y étais pas évidemment, mais je vois mal comment même à la fin, George Harrison aurait pu émettre un jugement direct sur une composition de John ou Paul sans se faire un peu  » remballer  » je pense… je suis juste étonné que George n’ai eu de vrai ressentiment qu’envers Paul et pas envers John !

    en anecdote, George n’a évidemment pas connu l’ère du streaming musical, mais il serait agréablement surpris de voir que la chanson la plus écoutée des Beatles est: Here comes the sun, et non un titre Lennon/Mccartney, une belle ironie du sort qui montre tout le talent de George sur la fin du groupe !

  • #114809

    4JB
    Participant

    évidemment il y a moult articles et écrits sur cet état de faits !, mon interrogation était plutôt sur pourquoi presqu’une haine de George envers Paul pendant les 70’S et pas envers John…

    Ne pas oublier que George joue sur l’album ‘Imagine’ et que lui et John sont musiciens ensemble sur le ‘I’m The Greatest’, une compo de Lennon pour Ringo : 3 ex-Beatles réunis, quand même.
    Sinon, via un bootleg, on entend John aider George à trouver le début de la mélodie vocale de ‘Something’ : le premier jet d’Harrison manquait d’évidence, un peu plaintif.


    Lennon-Harrison, 1971

  • #114810

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour 4JB!,

    Dans mon souvenir, ma mémoire peut-être défaillante maintenant, les tensions entre George et John sont vraiment nées après que George ait dit non à John qui était prêt à venir chanté au Concert for Bangla Desh…mais avec Yoko.

    En 1973, John était en studio avec Ringo pour l’enregistrement de I’m the greatest à LA. George a téléphoné à Ringo et quand John s’est aperçu que c’était George au bout de ligne, il a pris l’appareil des mains de Ringo et demandé à George de se pointer au studio avec sa guitare. Harrison a été coincé. Ce dernier n’était pas prévu pour jouer sur cette chanson. Peut-être que Ringo était au courant du conflit entre les deux.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #114812

    rorold
    Participant

    l’anecdote sur le coup de tel chez ringo est intéressante, je ne la connaissais pas !… il me semble plutôt avoir lu que John avait décliné le concert for the Bangladesh de peur de tomber sur un traquenard et de voir surgir Paul derrière les rideaux ^^.

  • #114813

    4JB
    Participant

    Il y a plusieurs variantes quant à la défection de Lennon, en voilà une : John tenait à soutenir George, à exprimer sa gratitude pour son travail sur Imagine, mais ne souhaitait pas se produire sans Ono. Harrison, cependant, était résolu à ce qu’il n’y ait aucune représentation avant-gardiste lors de l’événement. Lennon avait finalement accepté, mais après une dispute avec Ono, il quitte New York deux jours avant les concerts.

    Source (et autres probabilités) :

    https://www.beatlesbible.com/1971/08/01/live-concert-for-bangla-desh/2/


    Photo vraisemblablement prise durant le temps des répétitions en vue du concert Bangla Desh.

    • #114814

      Flowers
      Participant

      Voir John avec un tee-shirt « United States Army » est assez savoureux non ?
      On est pas à une contradiction près vous me direz…

  • #114816

    4JB
    Participant

    Voir John avec un tee-shirt « United States Army » est assez savoureux non ?
    On est pas à une contradiction près vous me direz…

    Ah bah, ça rejoint l’esprit Country Joe McDonald brocardant l’armée et le Vietnam à Woodstock.

  • #114817

    4JB
    Participant

    Sinon, au plan vestimentaire encore, la tenue d’Harrison au concert Bangla Desh a t-elle été choisie par hasard ou en pied-de-nez ? Mystère…

  • #114818

    Ce n’est pas étonnant, les Beatles ayant inventé la couleur blanche en 1968!

  • #114819

    4JB
    Participant

    Tiens, quand on voit la photo ci-dessous, on pense au Lennon de la fin 1969, période peace :

    Et bien pas du tout : pour le film ‘Help!’, les garçons s’étaient grimés le temps d’une séquence. Etonnamment, ils évoquent certains de leurs looks à venir :


    …sauf Macca.

  • #114820

    4JB
    Participant

    Déjà évoqué sur l’ancien forum, ‘Help!’ est l’album des premières fois. Bien plus que ‘Rubber Soul’, en réalité.
    Pourquoi, comment ?

    – Harrison y place deux créations.
    – Des musiciens (hors George Martin) extérieurs au groupe interviennent (sur 2 chansons).
    – Pour la première fois, un membre du groupe (in Yesterday) n’est accompagné d’aucun des 3 autres, c’est une performance solo -avec un quatuor à cordes.
    – Sur la variante américaine de l’album, le sitar est ultraprésent sur ‘Another Hard Day’s Night’.
    – Ringo Starr y va de sa reprise country, bien avant ‘Beaucoups of Blues’.
    – McCartney s’impose comme guitariste (électrique ou acoustique).
    – ‘Ticket To Ride’ est donnée pour l’une de leurs premières drug songs.

  • #114821

    4JB
    Participant

    ‘Ticket To Ride’ est donnée pour l’une de leurs premières drug songs.

    Oooops.
    Pour l’une des premières drug songs des Beatles. Car, évidemment, il y en a un paquet avant, la plus fameuse (If You’re a Viper) date des années 30.

  • #114822

    4JB
    Participant

    Bon, ça valait le coup d’être précisé.
    Même si ça peut sembler superflu, accessoire. Car être persuadé que les garçons ont tout fait en premier est un leurre. Et, sérieux, pas besoin d’internet ou de wikipedia pour remonter la source, juste d’un peu de curiosité et, surtout, d’ouverture.

  • #114824

    ALLIGATOR
    Participant

    Restons dans les précisions alors,en nommant Andy White batteur sur Love me Do version L.P.

    L’album Help! fut le second où des zicos extérieurs arrivèrent.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114826

    4JB
    Participant

    Restons dans les précisions alors,en nommant Andy White batteur

    Mais oui.
    Ou peut aussi noter que George Martin ne produit pas P.S. I Love You, Ron Richards (The Hollies) fait le travail.

    —-

    Pour en revenir à ‘Help!’, John Lennon, avec un coup de pouce de McCartney, produit ‘You’ve Got To Hide Your Love Away’ (Harrison est au tambourin) pour The Silkie, un quartet pop-folk signé par Brian Epstein

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par  4JB.
  • #114832

    Je ne connaissais pas, ou j’avais oublié, cette versions des Silkie!

    https://www.youtube.com/watch?v=I12gaWpo65c

  • #114833

    4JB
    Participant

    Je ne connaissais pas, ou j’avais oublié, cette versions des Silkie!

    Ce n’est guère mémorable.
    Par contre, The Cyrkle, du côté de 1965-66, c’est une autre paire de manchettes. John Lennon leur a trouvé un nouveau nom (ils se faisaient appeler The Rhondells), Brian Epstein a managé ce groupe américain résolument excellent.

    Les disques ont été parfaitement réédités par Sundazed, l’oubli populaire dans lequel ils sont tombés semble incompréhensible quand on entend leurs merveilleux enregistrements.

  • #114834

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour 4 JB!,

    Red Rubber Ball, une composition de Paul Simon. Il les a connu pendant l’année qu’il a passé à Londres (1964-1965). Il s’intéressait à la scène folk britannique.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #114835

    4JB
    Participant

    Bonjour 4 JB!,

    Red Rubber Ball, une composition de Paul Simon.

    Oui.
    Connections doubles, mais, oh non, ça ne suffira pas à alerter le quidam, persuadé -à tort- que si c’est pas connu, c’est pas terrible. Redoutable équation, de quoi décourager qui se pique d’amour pour la pop ’60s, les trésors sur lesquels les baudets pissent dessus.
    Ok.
    Que faire ? Que dire ?
    « Rien ». C’est une option.

  • #114836

    ALLIGATOR
    Participant

    Jiji laisse le temps aux jeunes recrues de creuser le sillon,que ce soit toi ou moi on ne s’est pas fait musicalement parlant du jour au lendemain.

    Les vrais curieux iront voir d’eux même.✌

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114840

    4JB
    Participant

    Jiji laisse le temps aux jeunes recrues de creuser le sillon,que ce soit toi ou moi on ne s’est pas fait musicalement parlant du jour au lendemain.

    Les vrais curieux iront voir d’eux même.✌

    Tu as certainement raison.
    Revenons donc aux Beatles. Les posters psyché d’Avedon (réalisés suite à une séance photo d’août 67) offrent un aperçu saisissant de John, très acid freak, Paul-le romantique et George, mystique à souhait. Mais Ringo ? Pourquoi cette colombe ? Il fallait trouver un truc ?

  • #114843

    Matthieu
    Participant

    Même s’il n’avait peut-être pas encore totalement cette image en ’67, Ringo c’est le mec cool, ‘Peace & Love’, le V etc…

    La colombe lui va donc plutôt bien.

  • #114847

    4JB
    Participant

    Même s’il n’avait peut-être pas encore totalement cette image en ’67, Ringo c’est le mec cool, ‘Peace & Love’, le V etc…

    C’est peut-être cet aspect ‘Peace and Love’ pour tous qui lui valut la une de SLC en mars 1968. L’image est bonne, une accroche pop(ulaire).

  • #114851

    4JB
    Participant

    (Suite) : Playboy Paul avant psychédélisation de l’image :

  • #114852

    marcbeatles
    Participant

    Qu est ce qu il était beau !
    Et encore pas mal a 77 ans désormais…

  • #114853

    Macaaron
    Participant

    Et encore pas mal a 77 ans désormais…

    Sauf qu’il ne peut plus lire Tintin ! 🙂

  • #114854

    Et encore pas mal a 77 ans désormais…

    Sauf qu’il ne peut plus lire Tintin ! 🙂

    Ca, c’est un problème!

  • #114855

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour Olivier Northern Son!,

    Je pense que 77 est inclus. Il peut encore lire les albums de Tintin jusqu’au 18 juin 2020.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #114856

    Après, il peut demander une autorisation à Fanny, la veuve d’Hergé. Hergé recevait parfois des courriers en ce sens!

    Mais Paul lit-il Tintin?

  • #114857

    ALLIGATOR
    Participant

    Il préfère Magneto et Titanium Man.

    Les Beatles ?
    Du parfum pour mes oreilles...

  • #114859

    4JB
    Participant

    Après, il peut demander une autorisation à Fanny, la veuve d’Hergé. Hergé recevait parfois des courriers en ce sens!

    Même si, à Numa Sadoul, Hergé se déclare réceptif aux Beatles, ce n’est pas ‘le monde de Tintin’. Ni le sien. Dans les années 30, il aimait chantonner des airs de jazz dans le vent. Dans la série, la Castafiore est le principal personnage du domaine musical. Trenet y est cité par deux fois au moins, mais nulle trace de rock’n’roll* et encore moins de british invasion ’60s chez George Remi.

    *A l’exception de la fameuse réplique du capitaine, dont le nom est systématiquement estropié par la diva :

  • #114860

    4JB
    Participant

    Qu est ce qu il était beau !

    Curieusement, il existait chez les Rascals un garçon rappelant violemment McCartney :

    Occasion rêvée pour piquer à sec cette anthologie dont les premiers tiers jouent vainqueur :

  • #114870

    Au musée Hergé, on peut regarder sa collection de vinyles et l’on y trouve des galettes de Pink Floyd et des Beatles.

  • #114872

    4JB
    Participant

    Au musée Hergé, on peut regarder sa collection de vinyles et l’on y trouve des galettes de Pink Floyd et des Beatles.

    Et bien, Hergé n’a pas participé au hors-série de (A Suivre) en 1981, alors que le magazine était publié par Casterman.

    Il faut noter que sa santé se dégradait, même s’il travaillait encore (un peu) sur l’Alph’Art et qu’on le voit retrouver l’ami Tchang en mars 81.

  • #114875

    4JB
    Participant

    Par contre, en 2000, les futurs Beatles figurent dans une BD (post-Jacobs) de Blake et Mortimer, ‘La Machination Voronov’ :

    Jacobs et Hergé ont travaillé ensemble, parfois en étroite collaboration.

  • #114885

    J’ai eu l’occasion de demander à Sente, le scénariste de La machination, lequel était son Beatle préféré et il a répondu McCartney.

  • #114913

    4JB
    Participant

    Connaissez-vous ces chansons, très officiellement publiées sur ‘Best of The Beatles’ en 1966 par Savage ?

    Délire caniculaire, glissement dans la 4ème dimension ?
    Pas du tout :

    Il y aura bien un submarinier pour lever le voile.

    //////////////////////

    Saviez-vous que les Beatles avaient copulé avec Frank Ifield ? Pardon ?
    C’est écrit là, un LP Vee-Jay 100% officiel de 1964 :

    Dans la précipitation, le mot « compilation » a été légèrement altéré

  • #114919

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour 4 JB!,

    Le Pete Best Combo s’est formé quelques temps après le congédiement de Pete Best par les Beatles. Je résume grossièrement. La plupart des chansons figurant sur l’album illustré par la photo plus haut sont signées par Wayne Bickerton et Tony Waddington. Ils étaient aussi les chanteurs du groupe. Cette formation s’est séparée au début de 1968.

    Bickerton et Waddington ont ensuite quitté le micro pour passer derrière la régie. En 1973, ils se sont occupés d’un nouveau groupe qui a connu le succès mondial instantanné avec une chanson écrite pour eux par le duo Bickerton-Waddington. Et vous la connaissez. Il s’agit de « Sugar Baby Love ». Donc, le groupe en question c’était les Rubettes.

    Quant à Frank Ifield, il était sous contrat avec Vee-Jay. C’était une des multiples mises en marché des enregistrements des Beatles en 1964 chez cette compagnie de disque américaine.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #114920

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour 4 JB!,

    Petit ajout pour le Pete Best Combo. La plupart de ses enregistrements ont été publiés sur CD chez Cherry Red Records en 1996 sous le titre de The Pete Best Combo. Beyond The Beatles 1964-1966.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #114924

    4JB
    Participant

    Bonjour 4 JB!,

    Petit ajout pour le Pete Best Combo. La plupart de ses enregistrements ont été publiés sur CD chez Cherry Red Records en 1996 sous le titre de The Pete Best Combo. Beyond The Beatles 1964-1966.

    Cette compilation est forte d’un visuel qui n’est pas sans rappeler un EP germanique des Beatles publié en mars 65 :

    24 titres, encore facile à se procurer pour moins de 15€.

  • #114943

    J’ai zapé ce CD car à l’époque j’avais bien d’autres choses à acquérir, mais j’ai pu voir Pete Best en concert à Liverpool et c’était pas mal, le gars ne se mettait pas en avant par rapport à son groupe et est venu sur le devant de la scène pour chanter quelques chansons comme à contre-coeur. Un bon souvenir, je n’en demandais pas tant.

  • #114944

    4JB
    Participant

    Saviez-vous que la mort annoncée des Beatles date d’avant le 20 septembre 1969 ?
    Juste avant, quand Lennon fait part de sa décision aux musiciens du Plastic Ono Band (hum) qui vont jouer avec lui à Toronto.

  • #114945

    4JB
    Participant

    Bien avant Sgt Pepper’s, les quatre garçons préfiguraient l’orchestre fictif (le Lonely Hearts Club Band) de 1967. Amusant, non ?

  • #114947

    Amusant oui! Encore plus étonnant, la photo de l’intérieur de la pochette de For sale, collage à la Pepper!

    Assiste-t-on à la lente maturation d’une idée?

  • #114948

    Désolé, je suis incapable de poster une image dans cette « nouvelle » version du forum.

  • #114952

    4JB
    Participant

    Désolé, je suis incapable de poster une image dans cette « nouvelle » version du forum.

    Il faut passer par le biais d’un hébergeur d’image.
    https://www.zupimages.net/
    …par exemple.

  • #114959

    Test…

  • #114960

    Merci JB!

    Voici donc l’image que l’on trouve à l’intérieur de votre exemplaire de Beatles for sale!

  • #115009

    4JB
    Participant

    Les Beatles de 63-64 ne savaient pas s’ils allaient durer : ils avaient, avec Brian Epstein. joué le jeu de la pop, de la musique populaire.
    Tout allait vite, c’était supersonic.
    Bien plus que selon les codes d’aujourd’hui, il suffit de suivre ceux des ’60s : en 64, les Herman’s Hermits, en 66 Jefferson Airplane et le single du Jimi Hendrix Experience.
    Nous, en notre présent des années 2010, constatons qu’un temps fort de 2016 est (presque) identique à un de 2019.
    « Du son » réclame la foule, c’est ainsi que ça roule.
    Il y a toutefois dans l’image ‘For Sale’ une projection simple, « nous Beatles faisons partie d’un monde illusoire, c’est du cinéma ». Enfin, on peut l’imaginer ainsi.
    Ce concept sera, plus ou moins, repris dans ‘Pepper’s’, à savoir un groupe d’opérette interprétant « la musique des Beatles ».

  • #115018

    4JB
    Participant

    Chhhuuut.

    ……………

    En décembre 1970, John Lennon déclare que « les Beatles étaient les plus grands salopards sur terre ».
    Source :
    https://www.thetimes.co.uk/article/we-were-bastards-said-lennon-xpdnsk3j3tw

    On peut se demander pourquoi tel tonitruant éclat. Peut-être pour effacer l’image des gentils garçons qui s’aimaient à la manière de 4 boy-scouts, alors qu’il n’en était rien. Du soutien mutuel lors des dernières tournées, il semble que oui, être soudés pour tenir bon.
    Le reste était mis en scène, le groupe devait sembler indissociable, il devait paraître fort, relié par une invincible amitié.
    Encore aujourd’hui, cette image style Epinal subsiste. Bah, tant mieux peut-être, la poursuite du mythe renforce l’attachement popu, une forme de pureté ou d’amitié dans la tradition de ‘J2 Jeunes’.
    Lennon savait ce qu’il en était.
    Non ?

  • #115019

    Matthieu
    Participant

    Les Beatles de 63-64 ne savaient pas s’ils allaient durer

    Oui.
    Dans l’Anthology video notamment, on voit un extrait d’interview de 1963, après les premiers succès, où John (peut-être Paul je ne sais plus) déclare quelque chose comme : « On pourrait rêver durer encore 3 ans, mais nous serions chanceux de durer encore 3 mois ».

    Je cite de mémoire, mais c’est l’esprit.

  • #115024

    Lennon a tout dit et son contraire.
    Néanmoins, il y a peu encore, un photographe qui avait connu les deux groupes* disait que deqs Stones et des Beatles, les plus durs étaient les Beatles. Histoire d’image préfabriquées, oui. Les pré-fab four, comme dans les Ruttles!

    *désolé, je ne sais plus qui.

  • #115031

    4JB
    Participant

    Lennon a tout dit et son contraire.
    Néanmoins, il y a peu encore, un photographe qui avait connu les deux groupes* disait que deqs Stones et des Beatles, les plus durs étaient les Beatles. Histoire d’image préfabriquées, oui. Les pré-fab four, comme dans les Ruttles!

    *désolé, je ne sais plus qui.

    Lemmy, de Motörhead, a dit ça aussi. Il connaissait, actif durant les ’60s, tant comme musicien (The Rockin’ Vickers, Sam Gopal…) qu’en tant qu’assistant-roadie du Jimi Hendrix Experience.
    Il y était, membre actif, pas guignol de l’info.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 6 jours par  4JB.
  • #115052

    4JB
    Participant

    Tout le monde connaît ce signe, dit « des cornes », rassemblant les fans de rock :

    Or, sur la pochette du LP ‘Yellow Submarine’, le Lennon dessiné fait les cornes :

    Mais ce n’est pas tout, voyez cette photo :

    Y avait-il une autre signification, un symbole, hum, diabolique ?

  • #115055

    Quelques éléments ici…

    https://www.rtbf.be/classic21/article/detail_a-qui-les-cornes-du-diable?id=9634681

    Ronnie James Dio avait expliqué antérieurement que ce geste lui venait de sa grand-mère, qui l’utilisait pour chasser le diable et protéger la maison des mauvais esprits.

    UPDATE: Jinx Dawson, du groupe Coven, a expliqué sur ses réseaux sociaux qu’elle utilisait déjà ce signe sur scène, elle aussi, en 1967. Elle reproche d’ailleurs aussi à Gene Simmons de ne pas faire le signe convenablement, et ajoute qu’il dit, en réalité, le mot « amour » dans la langue des signes.

  • #115056

    … et voici le signe « amour » en langue des signes :

    On est donc plus en plein « peace and love » qu’en rock satanique, ouf!

  • #115061

    … et tout va bien, comme le dit Paul, en signe toujours :

  • #115062

    Tiens, sur cette photo, le sous-marin n’a pas l’espèce de fleur habituelle sous les périscopes mais plutôt une espèce de « P ».

  • #115067

    4JB
    Participant

    La beatlemania et les ventes (disques, concerts, produits dérivés) ont amené le groupe à dire stop! en 1966.
    Il y eut une pause de quelques mois, avant que, tout en moustaches, le groupe ne resurgisse via ‘Penny Lane / Strawberry Fields Forever’, en avant-poste de ‘Pepper’s’.
    Lennon a fait l’acteur durant cette pause, et Harrison s’est fait couper les cheveux (comme Lennon pour ‘How I Won the War’) avant son voyage en Inde :

    Les cheveux longs des Beatles était, au plan visuel, le signe distinctif de la british invasion.

    Là, il se passe quelque chose. L’entité Beatles sera encore intègre en 1967, avant de s’effacer dès 1968.

  • #115068

    4JB
    Participant

    Tiens, on pourrait aussi de demander si les 4 Beatles 1962-1969/70 étaient amis.
    Gros sujet.
    On évoquera une évidente complicité, un but à atteindre avant le triomphe. Une stratégie commune.
    Ne pas oublier le merveilleux travail de Brian Epstein, donner au groupe une image, puis typer les caractères, façon cartoon, des 4 garçons. Oui oui, c’est bon, tout le monde sait ça.
    Y avait-il de l’amitié entre eux ?
    Ce n’est pas sûr.
    Entre Paul et George, par exemple.
    Je dirais que non, mais c’est spécial.
    Ringo a l’image du « bon copain », toutefois, les journalistes qui ont suivi les tournées américaines ont relevé qu’il était distant, alors que John, Paul et George s’ouvraient à la discussion. Rarement ensemble, personne, en temps réel, n’a fait allusion à une amitié reliant les Quatre.
    Ooops.
    Peut-être que si, vos témoignages seront les bienvenus.

  • #115073

    Matthieu
    Participant

    Les cheveux longs des Beatles était, au plan visuel, le signe distinctif de la british invasion.

    Là, il se passe quelque chose. L’entité Beatles sera encore intègre en 1967, avant de s’effacer dès 1968.

    Oui, au début, il fallait donner l’image d’un groupe uni-forme. Voir tous les autres groupes contemporains 63-64, ou même avant, tous les membres d’un groupe sont généralement sapés de la même façon.

    En ’66-’67, si la popularité des Beatles est bien installée, si pas totalement acquise, ils peuvent se permettre des différences, et faire ressortir leurs personnalités propres. Cela se ressent tant au niveau de l’image* que de la musique**. Encore une fois, c’est un cheminement identique à leurs contemporains.

    *point culminant avec les 4 portraits disparates inclus dans le White Album.

    **point culminant avec les chansons du White Album où les styles n’ont jamais été aussi divers. On a souvent l’image d’un album où chacun des Beatles enregistrait dans son coin. Ce n’est qu’à moitié vrai. Les 4 ensemble figurent sur une bonne moitié des chansons.

  • #115078

    Je reprends une discussion de juin. On a beaucoup glosé sur la dispute entre Paul et John, mais ces deux là se sont réconciliés, alors que George et John, non. Je crois que c’est Paul qui en a parlé après la mort de George, il s’était réconcilié avec George aussi.

    Quant à l’amitié, c’est compliqué. Ils ont vécu pendant des années dans la même pièce, partagé des chambres d’hôtel… C’est Paul qui a rencontré George en premier, Ringo arrive bien plus tard… Le groupe était au départ celui de John… c’est sûr que tout cela crée une espèce de hiérarchie qui a été bousculée (Paul) et est devenue pesante (George qui explique qu’il est encore perçu comme un gamin, des dizaines d’années après…) L’acceptation des chansons de George, c’est aussi une question avec des conséquences financières… On est loin de l’idée d’un groupe de copains qui d’un coup partage de manière égalitaire les fruits d’une gloire soudaine!
    Je pense aussi au rachat de parts de je ne sais plus quelle société (Northern Songs?) en douce…
    Et puis la bonne entente entre Paul et George Martin…
    C’est compliqué, un groupe!

  • #115108

    4JB
    Participant

    Quant à l’amitié, c’est compliqué. Ils ont vécu pendant des années dans la même pièce, partagé des chambres d’hôtel…

    Oui oui, Tintin.
    Il est indéniable que, jusqu’à l’été 1966, l’équipe était à la colle. Peu de monde dans l’entourage, contrairement à aujourd’hui, où le staff d’un groupe (ou d’un artiste) tient du Club Med’.
    Cette proximité, à la spartiate, est-elle semblable à de l’amitié ?
    Pas facile. Ce n’est pas le ressort de l’amitié que se retrouver embarqués sur le même navire.
    Mais, de forts liens sont créés, une telle aventure ne pouvait avoir lieu sans une base (lLiverpool, le rock’n’roll…) solide.
    Toutefois.
    Vers 1971 (de mémoire), Lennon parle du split des Beatles comme une évidence, comparant la trajectoire du groupe à une bande de copains enthousiastes, mais que l’heure des rires au pub du coin a sonné, qu’il est temps de tirer un trait. Où est l’amitié là-dedans ?
    Non, pas facile.
    Tiens, Paul le Mc a t-il déjà déclaré que Lennon était « un ami » ?
    John revient sans cesse dans ses interviews, il sait très bien ce qui s’est passé. Mieux que nous.
    Parle t-il d’amitié ?

  • #115118

    JUNK
    Participant

    Quant à l’amitié, c’est compliqué. Ils ont vécu pendant des années dans la même pièce, partagé des chambres d’hôtel…

    Oui oui, Tintin.
    Il est indéniable que, jusqu’à l’été 1966, l’équipe était à la colle. Peu de monde dans l’entourage, contrairement à aujourd’hui, où le staff d’un groupe (ou d’un artiste) tient du Club Med’.
    Cette proximité, à la spartiate, est-elle semblable à de l’amitié ?
    Pas facile. Ce n’est pas le ressort de l’amitié que se retrouver embarqués sur le même navire.
    Mais, de forts liens sont créés, une telle aventure ne pouvait avoir lieu sans une base (lLiverpool, le rock’n’roll…) solide.
    Toutefois.
    Vers 1971 (de mémoire), Lennon parle du split des Beatles comme une évidence, comparant la trajectoire du groupe à une bande de copains enthousiastes, mais que l’heure des rires au pub du coin a sonné, qu’il est temps de tirer un trait. Où est l’amitié là-dedans ?
    Non, pas facile.
    Tiens, Paul le Mc a t-il déjà déclaré que Lennon était « un ami » ?
    John revient sans cesse dans ses interviews, il sait très bien ce qui s’est passé. Mieux que nous.
    Parle t-il d’amitié ?

    Réecoute « HERE TODAY »
    je pense vu l’émotion qu ‘il a sur scéne quand il la chante ,que PAUL LE Mc ,comme tu l’appelles , est assez sincére sur ce coup -là !
    toutes les réponses y sont
    et je pense que non ,en effet , on ne parle pas d’amitié …..mais d’amour
    ET oui l’amour et l’amitié ce n’est pas un long fleuve tranquille
    mésententes ,incompréhension ,brouilles font parties de ces histoires là
    Comment ne pas penser que ,avec toute leur histoire commune ,tout ce qu’ils ont vécu ensemble , depuis les tout débuts où ils sillonnaient l’ANGLETERRE ,musiciens anonymes , Hambourg etc ;comment ne pas penser qu’ils ont tissés entre eux des liens affectifs forts ???
    Et ce n’est pas parce que LENNON parle de bandes de copains sans plus qu’il faut le croire ; il avait aussi une sorte de pudeur à évoquer ce genre de sentiments je pense

  • #115119

    4JB
    Participant

    Message de cœur que celui de Junk, ci-dessus.
    On pourrait évoquer les soldats qui ont fait la guerre ensemble, ont tutoyé la mort et partagé une boîte de cassoulet. Ont tenu bon jusqu’à la libération. Ce qui les liait dépassait le libre choix, ils se sont retrouvés, malgré eux, embarqués dans une aventure exaltante. Pour qui, pourquoi ?
    Tel exemple ne manque pas d’absurdité, tout comme la beatlemania et tous phénomènes liés au fanatisme.
    Peut-être qu’un Richard Starkey, aux antipodes de ‘son personnage’ ou un McCartney, avide de lumière, étaient plus à même de résister à la pression… On ne sait pas, on peut juste supposer.

  • #115141

    4JB
    Participant

    Tiens, le look des Beatles qui semblait -hum hum- « so british » en 63:
    Des costard Pierre Cardin, des coiffures à la Brialy / Belmondo de 1961-62 et, pompon, des boots flamenco d’Anello & Davide.
    PAS MAL !

  • #115146

    Je suis assez d’accord avec Junk, même si cela est la version de Macca, peut-être pas plus fiable que les eruptions de lennon de son vivant. Je crois aussi que JB a raison quand il dit que les Beatles n’emploient pas le terme « amitié » pour décrire leurs relations.
    Il s’agit plus d’une famille, Dani parlant par exemple de son « oncle Ringo » …
    Donc « amour », oui…
    Et désamour, parfois…
    Ils sont des Beatles forever, pour le meilleur et pour le pire! « Boy, you gonna carry that weigh »… Un poids, pas très positif non plus comme image…

  • #115147

    Tiens, le look des Beatles qui semblait -hum hum- « so british » en 63:
    Des costard Pierre Cardin, des coiffures à la Brialy / Belmondo de 1961-62 et, pompon, des boots flamenco d’Anello & Davide.
    PAS MAL !

    …et des reprises de chansons américaines pour commencer, avec des Yeah que le père de Macca trouvait trop américains…

    C’est de l’alchimie, ça!

    Le liant british serait-il l’humour?

  • #115149

    rorold
    Participant

    Pour avoir assisté au concert de Paul le 12 juin 2015 au stade de France, il a clairement dit en parlant de John : Mon ami John !… ( et mon pote george ( on y verra une différence ou pas ))

    Quand on voit se genre de photos , celle-ci

    johnpaul1

    ok, c’est pas la moins connue , mais je ne pense pas qu’elle soit feinte pour l’objectif… et il y en a bien d’autres.

    pour moi John et Paul du moins c’était une relation de meilleur ami d’enfance ou adolescence, pour ceux qui en ont eu, ce sont des relations fortes et bizarres, qui peuvent évoluer bizarrement, de la proximité, parfois de la distance, souvent des sentiments forts ! c’est dur à décrire !!!…. je comprends parfaitement que Paul ai du mal à parler de sa relation avec John, voir qu’il n’en ai pas trop envie ( c’est parfois l’impression qu’il a donné ) sur certaines interview notamment une ( je ne sais plus laquelle ) ou il a dit: les gens ( en général, bouqin, journalistes ect ) croient tous savoir, tout dire, tout analyser de ce qu’il s’est passé pendant les Beatles et entre nous… mais nous sommes les seuls à savoir ce qui s’y est réellement passé, ce vécu m’appartient à moi seul ( avec les autres bien entendu )….. j’ai transcris les grandes lignes de ce que j’avais lu à l’époque.

    Qui peut vraiment connaitre la nature de la relation entre John et Paul, voir même entre les 4…. pas grand monde à part les 4 évidemment, 2 ne sont plus la, ils partiront sans le dire… pour ma part j’en ai mon idée propre 🙂 !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 10 heures par  rorold.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 10 heures par  rorold.
  • #115172

    rorold
    Participant

    Je n’ai pas trop compris l’allusion ou le comique en rapport avec : il ne peut plus lire ou ne pourra plus lire Tintin ! quelqu’un pourrait m’éclairer xD?

  • #115173

    Je n’ai pas trop compris l’allusion ou le comique en rapport avec : il ne peut plus lire ou ne pourra plus lire Tintin ! quelqu’un pourrait m’éclairer xD?

    C’était une allusion au slogan du journal Tintin « de 7 à 77 ans » qui n’était d’ailleurs pas d’Hergé et qui concernait le journal, donc. Voilà, une blague, quoi! Une blague de vieux, peut-être… Ou de franco-belge…

  • #115179

    4JB
    Participant

    A propos de « l’amitié »

    ……
    On le sait, c’est un rédacteur (Felix Dennis) de OZ Magazine qui l’avait révélé, une bonne part des paroles du brutal ‘How Do You Sleep’* aurait été trouvée par Ono et Allen Klein. Ce dernier avait du mal avec Macca, dès 1969. Le pognon.

    Bon ok, John Lennon a (aurait) été soutenu dans sa charge. Admettons. Est-ce ainsi qu’on traite un ami ? En le ridiculisant aux yeux du public, de l’audience ?
    Ho !
    Si tu es dans la collision, l’affrontement, tu bastonnes en privé, pas besoin de laver ton linge sale en grande lumière.
    Oui, bon, Yoko Ono… on arguera ceci ou cela. Le temps pour tenter de convaincre est largement dépassé.
    Reste la chanson, ‘How Do You Sleep’. Merci pour l’amitié.

    * virulente mise à sac de Paul par John, sur le LP ‘Imagine, 1971

  • #115180

    marcbeatles
    Participant

    En même temps, se gausser de another day decridbilise voire ridiculise l attaquant

  • #115185

    Macaaron
    Participant

    L’amitié n’est pas quelque chose de stable et à l’évidence, Paul et John étaient en froid à l’époque d’Imagine, on le sait tous.
    Mais finalement, ces conversations à travers leurs chansons (How do you sleep, Dear friend, Too many people, et d’autres) sont bien la preuve qu’ils étaient attachés l’un à l’autre. Même dans leur discographie solo, ils se provoquaient mutuellement en sachant bien que l’autre allait écouter l’album, et éventuellement réagir.
    Here Today est la dernière chanson de cette « conversation », et elle restera sans réponse. Et lorsqu’on écoute le texte, je pense que tout est résumé : Un john distant, pudique dans sa façon d’exprimer ses sentiments, mais un amour réel entre les deux. N’a-t-il pas dit « I Love You ? ».

    L’amitié entre John et Paul est difficilement contestable, en revanche, il est moins certain qu’il y ai une réelle amitié entre Paul et Georges par exemple, ou John et Ringo. Des liens forts oui, mais de l’amitié on ne peut pas vraiment le savoir.

  • #115186

    rorold
    Participant

    Yoko a foutue une belle m…. dans tout ça ! Et notamment la relation John/Paul. Comme l’a clairement dit George dans l’Anthology, Yoko n’aimait pas les Beatles, et c’est toujours le cas aujourd’hui ! … au mieux Paul l’a supporte, au pire il l’a insultée !
    Elle m’indiffère, mais je n’aime pas ce qu’elle a fait de John dans les années 70, elle l’a affaibli musicalement ( c’est mon point de vue )… elle aime sûrement les Beatles aujourd’hui pour le côté gros sous et image… les 2 démos de john qu’elle a offert pour Anthology, c’est à visée mercantile point final …..

  • #115187

    Yoko a foutue une belle m…. dans tout ça ! Et notamment la relation John/Paul. Comme l’a clairement dit George dans l’Anthology, Yoko n’aimait pas les Beatles, et c’est toujours le cas aujourd’hui ! … au mieux Paul l’a supporte, au pire il l’a insultée !
    Elle m’indiffère, mais je n’aime pas ce qu’elle a fait de John dans les années 70, elle l’a affaibli musicalement ( c’est mon point de vue )… elle aime sûrement les Beatles aujourd’hui pour le côté gros sous et image… les 2 démos de john qu’elle a offert pour Anthology, c’est à visée mercantile point final …..

    C’est plus compliqué que ça, il paraît même qu’au départ, elle était amoureuse de Paul!
    Je crois aussi qu’elle a aidé John dans un moment où il était mal…

  • #115189

    rorold
    Participant

    elle est même allée jusqu’à manger les biscuits de George !!! xD…. jusqu’où est allée cette sangsue :), quelle honte !

  • #115192

    « Nous sommes comme des frères », dixit Ringo, en couverture de ce nouveau numéro spécial d’Uncut sorti aujourd’hui :

  • #115195

    4JB
    Participant

    « Nous sommes comme des frères », dixit Ringo, en couverture de ce nouveau numéro spécial d’Uncut sorti aujourd’hui

    Oui, hum, sans remettre en question l’excellence du batteur, on remarque, au fil du temps, une différence entre ‘Ringo-le brave type’ et Richard Starkey. Déclarer « nous sommes comme des frères » n’est pas synonyme de « nous sommes amis », voyez les Davies ou les Gallagher…
    Variante imaginaire : nous sommes comme des amis.

    …..


    Variante imaginaire #2

    Sinon, ces hors-série Uncut sont en général des plus satisfaisants.

  • #115196

    rorold
    Participant

    « Nous sommes comme des frères », dixit Ringo, en couverture de ce nouveau numéro spécial d’Uncut sorti aujourd’hui

    Oui, hum, sans remettre en question l’excellence du batteur, on remarque, au fil du temps, une différence entre ‘Ringo-le brave type’ et Richard Starkey. Déclarer « nous sommes comme des frères » n’est pas synonyme de « nous sommes amis », voyez les Davies ou les Gallagher…
    Variante imaginaire : nous sommes comme des amis.

    …..


    Variante imaginaire #2

    Sinon, ces hors-série Uncut sont en général des plus satisfaisants.

    D’ailleurs en parlant de Ringo, qui se souvient de cette fameuse petite estocade de John sur Ringo : « le meilleur batteur du monde? C’était même pas le meilleur batteur des Beatles! »…. il a dit ça je ne sais plus quand ni sur quelle interview par contre !, donc je ne sais plus si c’était du pur humour sarcastique lennonien ou un tacle 🙂 !!!, en tout cas c’est pas très gentil non plus lol, qui pensais t’il meilleur batteur des Beatles tiens ? Pete Best !, jimmy Nicol !, ou notre génie touche à tout de Paul xD !.

    Je n’ai jamais su quoi en dire de cette citation de John !

  • #115199

    4JB
    Participant

    D’ailleurs en parlant de Ringo, qui se souvient de cette fameuse petite estocade de John sur Ringo : « le meilleur batteur du monde? C’était même pas le meilleur batteur des Beatles! »…. il a dit ça je ne sais plus quand (…)

    En même temps, Andy Newmark*, batteur sur Double Fantasy, essayait une rythmique sur une chanson, et Lennon de lui conseiller de « jouer comme Ringo ». C’est lui, Newmark qui l’a déclaré.

     » Cet homme a joué avec Sly and the Family Stone, Gary Wright, Roxy Music, Cat Stevens, Joe Walsh, B.B. King, Bowie, Roy Buchanan, même Harrison, tiens.

  • #115200

    « Comme des frères » c’est différent de l’amitié : la famille on ne la choisit pas, on na pas le choix! « c’est comme ça »…

  • #115202

    4JB
    Participant

    Je ne sais pas.
    Tiens, quand on voit l’image mise en vue par Rorold, celle-ci :

    A mon avis, sans l’ombre d’une certitude, il s’agit d’un Polaroïd pris alors que John et Paul posaient pour une séance photo mise en scène par Bailey, début 65. Les assistants font ça, ils shootent la séquence hors-cadre. Maintenant, c’est en numérique, mais le principe reste identique.

    Est-ce « une photo hors-champ » de cette séance ?

    Peut-être.
    Si tel est le cas, il s’agit de mise en scène, certainement pas d’une image-témoin. Ou alors, témoin de ce que le photographe souhaitait, David Bailey dépasse pas mal de superlatifs.

    Hum.
    Comment dire ?
    Quand on voit ‘Certains l’aiment Chaud’, Tony Curtis semble réellement amoureux de Marilyn. Alors qu’ils se détestaient

  • #115203

    rorold
    Participant

    on avouera JB, que cette symbiose musicale, ce truc incroyable, cette pop quasi parfaite !, ne peut pas être le fruits de 4 gars qui se sont rencontrés et dit : tiens si on faisait de la musique !!!, même Mick Jagger lui-même l’a dit : le monstre a 4 tête… ces 4 gars ont eu une relation qu’il est difficile de déchiffrer… le fruit de cette amitié, relation, collaboration est quand même sidérant, aucuns groupe ne peut revendiquer ça !… ni ne l’osera d’ailleurs !

  • #115204

    4JB
    Participant

    on avouera JB, que cette symbiose musicale, ce truc incroyable, cette pop quasi parfaite !, ne peut pas être le fruits de 4 gars qui se sont rencontrés et dit : tiens si on faisait de la musique !!!.(…)

    Hum.
    Les Beatles, à la base, c’est le groupe de Lennon, les Quarry Men rejoints par McCartney, puis Harrison.
    Suivent diverses formules, plein de noms différents, jusqu’à ce que, alors que Pete Best est pressenti pour batteur, John, Paul et George raccourcissent leur dernier libellé, Siver Beatles, en The Beatles.
    Pas de Ringo à ce moment-là. Si la formule gagnante sera celle des fab four que l’on sait, c’est parce que Brian Epstein a mouillé sa chemise. Parce que George Martin souhaitait un batteur de studio pour le groupe. Pas plus, jamais il n’aurait pris l’initiative d’éjecter Pete Best, il voulait juste un batteur plus performant lors des séances.
    Ok, tout ce blabla est monstre simplifié, mais c’est ainsi que ça s’est passé.
    La cohésion du groupe, dès Please Please Me et She Loves You, dépasse le club des amis. il s’agit d’une salve, il va dès lors, surtout depuis le triomphe américain ’64, de poursuivre le travail de Brian Epstein.
    Alors, tout sera mis en place, très rapidement, pour créer une image, celle du moment, il s’agissait de profiter de la frénésie, mettre en place des codes simplifiés, vite , vite. Un film, des photos, des jeux, des jouets, des beatle guitars en plastique, des perruques, des sucreries, la liste dépasse l’entendement.
    Et bien sûr, un fan-club, des cartes postales…
    Tout ça a engendré du cash.
    Sans cette folie mercantile, qui amenait le monde Beatles partout, pas de Sgt Pepper’s, tout ce temps accordé aux studios EMI (pas encore renommés Abbey Road).
    Désolé, ami(e)s, l’aspect artistique ne pèse pas lourd face à l’économique.
    C’est peut-être triste, mais c’est ainsi.
    Ce n’est pas près de changer.

  • #115208

    4JB
    Participant

    C’était il y a 50 ans…

    …et les Beatles enregistraient ‘Abbey Road’. Curieusement, pas d’allusion à ce moment fort de l’aventure humaine. Nous aurions pu avoir un truc comme ça :

  • #115211

    Matthieu
    Participant

    Par contre, The Cyrkle, du côté de 1965-66, c’est une autre paire de manchettes. John Lennon leur a trouvé un nouveau nom (ils se faisaient appeler The Rhondells), Brian Epstein a managé ce groupe américain résolument excellent.

    Les disques ont été parfaitement réédités par Sundazed, l’oubli populaire dans lequel ils sont tombés semble incompréhensible quand on entend leurs merveilleux enregistrements.

    Je viens de découvrir les rééditions Sundazed. Wow! Excellent, merci beaucoup!
    Ma préférence va à ‘Neon’.
    Leur reprise de ‘I’m happy just to dance with you’ est surprenante! Proche de l’originale mais avec de subtils changements.

  • #115213

    4JB
    Participant

    Je viens de découvrir les rééditions Sundazed. Wow! Excellent, merci beaucoup!
    Leur reprise de ‘I’m happy just to dance with you’ est surprenante! Proche de l’originale mais avec de subtils changements.

    Oui, les Cyrkle changent de tonalité à certains moments, bon plan.
    Le groupe est tombé dans l’oubli, sauf quand on évoque Paul Simon ou Brian Epstein.
    Dommage.
    Dommage.
    Peut-être que, dans 100 ans, une poignée de nains ira plus loin, entendra les chansons, sans références.
    rdv en 2119.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !