Clapton 1964-1970

Ce sujet a 18 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Matthieu, il y a 5 mois et 1 semaine.

  • Auteur
    Messages
  • #113947

    4JB
    Participant

    Les premières années d’Eric Clapton épousent la saga rock-pop-bues, elles constituent un élément moteur des ’60s.

    Après, c’est autre chose*.

    Il y a actuellement un film sur les écrans, la une du dernier Rock&Folk, un hors-série du Rolling Stone gaulois, bref on (re)parle du guitariste.

    Les beatleaddicts savent bien que Clapton assure le remarquable solo de ‘While My Guitar…’ et que peu après, il rejoint les rangs du Plastic Ono Band original, qu’on l’entend sur le ‘Wonderwall Music’ d’Harrison…

    Il y a la fameuse image :

    ——————–

    Quatre albums (sélection) pour capter :


    Là, sur scène avec les Yardbirds, Clapton décoche, avant les autres, une poignée de soli inouïs pour l’époque.


    Avec Mayall, sur sa Les Paul, il donne les clés du heavy blues qui fera fureur peu après.


    En 1967, après l’irréprochable ‘Fresh Cream’. Clapton, Bruce & Baker sont au pic du renouveau anglais.


    Nouveau groupe incluant Duane Allman, fort de l’indestructible ‘Layla’.

    * oui, dès 1974, Eric Clapton devient un pilier de l’AOR, c’est très différent des années précédentes.

    Ces années-là, 1964-1970, passionnent-elles le submarinier ?
    Avis, ressentis, ou désintérêt poli ? Des anecdotes ?

    https://en.wikipedia.org/wiki/Eric_Clapton

    Bonus : une composition Clapton-Harrison (ce dernier y joue de la guitare aussi) par les Cream (1968 pour l’enregistrement) :

  • #113954

    4JB
    Participant

    Durant la période dite, Clapton apparaît également sur divers enregistrements, avec Champion Jack Dupree, The Powerhouse*, Aretha Franklin, Jackie Lomax, Rolling Stones (R’n’R Circus), Martha Velez, Leon Russel, Delaney and Bonnie, Billy Preston, Crickets…

    Sans oublier sa participation majeure à Blind Faith, avec Stevie Winwood, Ginger Baker et Ric Grech :

    * sur la compile ‘What’s Shakin’ (Elektra)

    Bonus : Lennon et Clapton lors du Rock’n’Roll Circus :

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 3 semaines par  4JB.
  • #113956

    4JB
    Participant

    Au printemps 1965, dernier 45 tours de Clapton avec les Yardbirds, à qui il reproche* de virer trop pop, commercial. ‘For Your Love’ est une composition de Graham Gouldman :

    for y

    * une ou deux décennies plus tard, le guitariste ne s’embarrassera plus de tel purisme, allant jusqu’à confier la production de certains disques à …Phil Collins ou Russ Titelman. Mais c’est un tout autre chapitre dans la carrière de Slowhand.

  • #113958

    Matthieu
    Participant

    Les beatleaddicts savent bien que Clapton assure le remarquable solo de ‘While My Guitar…’

    Eric Clapton rejoindra également le line-up du Concert for Bangladesh pour y jouer le solo sur cette même chanson, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il était particulièrement à côté de ses pompes.

    Mon image

    Il avouera plus tard s’être complètement trompé de guitare.

    Quatre albums (sélection) pour capter :
    […]
    Ces années-là, 1964-1970, passionnent-elles le submarinier ?
    Avis, ressentis, ou désintérêt poli ? Des anecdotes ?

    Ces quatre albums sont indispensables !
    J’aime bien son Unplugged aussi, malgré son allure de prof d’économie.
    Mon image

    ‘Layla’, tirée de l’album de Derek And The Dominos, est interprétée et complètement ré-arrangée. Je me demande même si cette version n’est pas plus connue que « l’originale ».
    Disons qu’il a réussi à faire deux versions de la même chansons, au moins aussi connues l’une que l’autre!

  • #113960

    Matthieu
    Participant


    Là, sur scène avec les Yardbirds, Clapton décoche, avant les autres, une poignée de soli inouïs pour l’époque.

    Celui-là, c’est Maximum R’n’B, comme on dit. Rien que pour le ‘Smokestack Lightnin’ qui emporte tout !

  • #113963

    4JB
    Participant

    Les facettes musicales du Clapton 64-70 sont variées, à l’image de son apparence visuelle :

  • #113965

    4JB
    Participant

    Les amateurs de Clapton période Cream qui n’auraient qu’un best of plongeront sur ce radieux coffret, pochettes ouvrantes (sauf Goodbye) en carton épais, impecc’ :

  • #113966

    4JB
    Participant

    Dès la fin 1964, en compagnie des Yardbirds, Clapton partage la scène avec les Beatles :

  • #113970

    4JB
    Participant

    Quand, durant les sessions ‘Get Back – Let It Be’, George Harrison plaque le groupe, John Lennon propose qu’on le remplace par… Eric Clapton s’il ne revient pas. Lennon : « He’s just as good and not such a headache », qu’on peut traduire par « Il est tout aussi bon mais ne se prend pas la tête« .

  • #113971

    Matthieu
    Participant

    Les facettes musicales du Clapton 64-70 sont variées, à l’image de son apparence visuelle :

    Ligne du bas, au milieu, c’est là qu’il est le plus cool. T’as beau faire l’allure dans le rock, c’est important !

    Les amateurs de Clapton période Cream qui n’auraient qu’un best of plongeront sur ce radieux coffret, pochettes ouvrantes (sauf Goodbye) en carton épais, impecc’ :

    J’ai ce petit coffret, il est effectivement très bien !

    Quand, durant les sessions ‘Get Back – Let It Be’, George Harrison plaque le groupe, John Lennon propose qu’on le remplace par… Eric Clapton s’il ne revient pas. Lennon : « He’s just as good and not such a headache », qu’on peut traduire par « Il est tout aussi bon mais ne se prend pas la tête« .

    Je n’ai pas entendu les bandes, mais Lennon était vraiment sérieux ? ou c’était plus dit sur le ton de la blague ?
    Car s’ils font partie du même grand univers musical, leurs approches sont tout de même différentes.

  • #113974

    4JB
    Participant

    Je n’ai pas entendu les bandes, mais Lennon était vraiment sérieux ? ou c’était plus dit sur le ton de la blague ?

    Du lard ou du cochon ?
    Sais pas.
    Il fallait trouver une solution, une issue, même provisoire. Ne pas oublier que Clapton sera sur scène avec Lennon peu après, à Toronto. 1969.

  • #113980

    4JB
    Participant

    Ligne du bas, au milieu, c’est là qu’il est le plus cool. T’as beau faire l’allure dans le rock, c’est important !

    En été 1969, Clapton avait tout du guitariste anglais cool, la dégaine, la pose et les boots :

    Bon, on arguera -à raison- que l’apparence n’est pas tout, qu’il s’agit d’apprécier la musique avant toute considération visuelle.
    Okaye.

    Toutefois, Eric Clapton, passé 1973, ne ressemblera plus à rien, costards Armani, bretelles, barbichette faussement négligée, sans évoquer les chemises…
    N’y a t-il pas concordance ?

  • #114000

    4JB
    Participant

    Il y a un problème avec l’album de 1970, ‘Layla And Other Assorted Love Songs’, le mix est épouvantable.

    En 2011, un nouveau remaster sauve vaguement les meubles, mais, si c’est moins touffu qu’avant (tous supports confondus), l’album baigne dans une confusion que l’on peut regretter.
    Non ?
    On peut en effet apprécier la confusion des timbres, la batterie sans relief, les vocaux engloutis, la basse perdue.
    Remarque que les guitares ne s’en sortent guère mieux, même si correctes, acceptables.
    Il serait temps de remixer tout ça, la musique est bonne, jusque là desservie par un « résultat final » en dessous du médiocre.

  • #114005

    Matthieu
    Participant

    Il y a un problème avec l’album de 1970, ‘Layla And Other Assorted Love Songs’, le mix est épouvantable.
    […]l’album baigne dans une confusion que l’on peut regretter.
    Non ?

    Oui c’est vrai.
    Après les chansons sont bonnes, et pour peu que l’on écoute le disque, à la cool, en fond (ce que j’ai plutôt tendance à faire avec cet album), ça passe tout de même assez bien, on ne s’en rend pas trop compte.

  • #114006

    4JB
    Participant

    On peut également, dans la période impartie, faire part de ce bon live :

    Pas extraordinaire, non, Duane Allman n’y participe pas et on note la curieuse absence de ‘Layla’. Enregistré en octobre 1970, le double sera publié début 1973. Les Japonais ont, en vinyl replica, remasterisé l’affaire tout bien, sauf que ça manque de basse :

    C’est tout ?
    Non, en 1970, le God un peu hagard lâche son premier LP solo. Pas pourri, non, mais la guitare entre deux chaises. Les déflagrations psyché-blues n’y sont pas, et ce n’est pas encore le Clapton mainstream qui ravira le grand public dès 1974. On -les fans, surtout- relèvera un ‘Let It Rain’ réussi et une reprise de ‘After Midnight’ (JJ Cale) inférieure à l’originale, toutefois intéressante pour les nouvelles directions que prendra Clapton les années suivantes. Un peu maigre.

  • #114012

    4JB
    Participant

    Curiosité bien connue :

    L’album des Blind Faith*(1969) a fait parler de lui pour sa pochette, les Yankees, censeurs bienveillants**, préféreront ce visuel, correct, sans danger :

    *Clapton, Winwood, Baker, Grech
    ** Les censeurs sont systématiquement sûrs de leur affaire, ils œuvrent pour une communauté lisse, propre, sans heurts. L’avenir, réglementé et bientôt sous le joug de la technologie intuitive, leur appartient.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 2 semaines par  4JB.
  • #114023

    4JB
    Participant

    Histoire de conclure sans panache, un album (1970) à la pochette cool :

    Delaney & Bonnie n’ont, musicalement, laissé aucune trace.

  • #114024

    Alain Lacasse
    Participant

    Sauf la chanson « Never ending song of love ».

  • #114027

    Matthieu
    Participant

    Je reviens juste d’avoir vu le film-documentaire ‘Life in 12 Bars’.
    L’amour de Clapton pour la musique blues y est très largement présenté.
    Ce qui est cool, c’est que la partie musicale du film se concentre justement sur ces années 64-70, avec pas mal d’images/videos d’époque, même si ça mélange un peu la chronologie de temps en temps. (rien de très grave)
    Pour la suite, ça parle surtout de ses différentes addictions et de son fils, mais pas du tout de musique.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !