1969 : (avant-)dernière année Beatles

Ce sujet a 38 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  B. Bl, il y a 7 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #113938

    4JB
    Participant

    Le 20 septembre 69, Lennon informe qu’il s’en va.
    Toutefois, en janvier 1970, ‘I Me Mine’ est enregistré pour l’album ‘Let It Be’.

    Quand on évoque 1969, tout le monde a le réflexe ‘Abbey Road’.

    Toutefois, plusieurs chansons (les fameux singles, ami-e-s) font les beaux jours des kids d’alors :

    Get Back
    Don’t Let Me Down
    The Ballad Of John And Yoko
    Old Brown Shoe

    et

    Give Peace A Chance
    Cold Turkey

    Incongrus, ces deux derniers ?
    Historiquement, ‘Give Peace A Chance’ est une Lennon-McCartney :

    Quant à ‘Cold Turkey’, avec Ringo Starr à la batterie, ce fut une chanson proposée par Lennon aux 3 autres, afin qu’elle figure sur une publication Beatles.

    Oui, bon, l’orage grondait, John Lennon était sous diverses emprises.

    De plus, les nouveaux groupes et artistes (Led Zeppelin par exemple) sonnaient l’heure de la relève.

    1969, c’est aussi les séances ‘Get Back-Let It Be’, le concert sur le toit, ‘Come and Get It’ par les Badfinger. Entre autres.

    On peut se souvenir aussi que George Harrison avait quitté les sessions ‘Get Back’ avant de revenir finir le boulot.

    En 1970, le LP ‘Let It Be’ est presque posthume. Pas vraiment, mais presque.

    Alors ?

    Ci-dessous, une sélection de classic albums ’69 :

    …et de 3 singles qui, couronnées de succès en 1969, n’ont rien perdu de leur force de frappe :

    Juste pour situer.

    Des commentaires, ressentis ? Oui, non ?

  • #113939

    rorold
    Participant

    Même si ça a été démenti par les Stones, et par diverses publications, la pochette de Let it Bleed avec son fameux gâteau d’anniversaire, m’a toujours sonné comme: chouette les Beatles ne sont plus, c’est nous les nouveaux rois du petr… rock xD, on sait qu’ils étaient potes, mais quand même jagger a attendu le split pour déclarer que  » les stones sont le plus grands groupe .. blabla  »

    une pochette prémonitoire ce let it bleed et quand même bien tombée en calendrier à l’époque xD.

  • #113942

    4JB
    Participant

    Même si ça a été démenti par les Stones, et par diverses publications, la pochette de Let it Bleed avec son fameux gâteau d’anniversaire, m’a toujours sonné comme: chouette les Beatles ne sont plus, c’est nous les nouveaux rois du petr… rock xD, on sait qu’ils étaient potes, mais quand même jagger a attendu le split pour déclarer que » les stones sont le plus grands groupe .. blabla »

    une pochette prémonitoire ce let it bleed et quand même bien tombée en calendrier à l’époque

    L’album ‘Let It Bleed’ des Rolling Stones a été publié en décembre 69. bien avant le 45 tours ‘Let It Be’ et le LP du même nom.
    Etait-ce un clin d’œil malicieux ?
    La chanson des Beatles a été enregistrée, pour la base, au début de l’année, les premiers acétates circulaient dès le printemps…

    Let It Bleed – Let It Be, hasard, coïncidence ?
    Ça n’a pas grande importance. Oui, les deux chansons ont donné leurs titres aux albums, elles sont toutefois dissemblables.

    En 1969, les Beatles étaient encore un groupe. Harrison y va pourtant de son deuxième 33 tours solo,’Electronic Sound’. La face B fut sujet à litiges, elle serait essentiellement due à Bernie Krause, qui initia le Beatle au fonctionnement du Moog, le glorieux synthé que, par ailleurs, on entend in ‘Abbey Road’.

    A ce propos, Apple Records (voire Zapple) ouvrait en grand les horizons. Si le groupe n’avait pas explosé, George aurait publié, en 1970, un disque comprenant toutes ses chansons qui ne trouvaient pas leur place chez les Beatles. Il l’exprime lui-même, de vive voix (>>youtube) durant le tournage de ‘Get Back / Let It Be), le futur ‘All Things Must Pass’ eut été réalisé en marge du groupe. Un troisième album solo, en somme.

    Nous en étions là, en 1969.
    Et ?

    C’est là que ça devient intéressant.

  • #113943

    4JB
    Participant

    Lennon en 1969 ?

    On se souvient de ‘Come Together’, accusé de plagiat par les éditeurs de Chuck Berry. A raison. Ça donnera lieu, en 1975, à l’album ‘Rock’n’Roll’.

    Deux autres de ses temps forts ’69 peuvent être mis sous la loupe, The Ballad Of John And Yoko et Don’t Let Me Down.

    Ce dernier tient, quant à l’intro, du pur plagiat :

    Quant à ‘The Ballad Of John And Yoko’, c’est moins évident, il n’empêche que la ressemblance dépasse, de loin, le fait du hasard.

    Sans oublier, ben oui, Beethoven joué à l’envers.

  • #113944

    rorold
    Participant

    Tout ça nous ramène très probablement au fait que les Beatles auraient peut être pu perdurer un peu plus longtemps… harrison serait parti de toute façon, la mise de coté par le tadem Lennon/mccartney lui devenant insupportable )… mais le groupe aurait probablement amorcé sa descente musicale après Abbey Road,… leur carrières solo me font penser cela, elles ne m’interressent guère au delà des premiers albums solo… imagine/all things must pass, le premier album solo de Paul je ne l’écoute pas . bref .

  • #113948

    Anthony
    Participant

    Je ne pense pas exactement comme rorold, je pense que les Beatles auraient amorcé leur descente en 72, voire fin 71, et non pas dès après Abbey Road. Je pense sincèrement que leur album de 1970 (sorti à la place de Let It Be) aurait été leur sommet absolu. Jugez-en: Instant Karma + Cold Turkey + Maybe I’m Amazed + Junk + Every Night + All Things Must Pass + What Is Love etc… le tout avec les apports de chacun et la production de George Martin, ça aurait fait très mal.

    Cela dit, il est vrai qu’en 69 d’autres groupes étaient en train de monter le mât du navire et étaient proches de la vigie, si vous voyez à quelle citation je fais référence. Je crois que des groupes comme les Who ou Led Zeppelin donnaient le ton en 69 peut-être plus que les Beatles et inventaient leur époque comme les Fab l’ont fait en 64-65. Bref c’est vrai que la roue commençait à tourner.

    En tout cas, du point de vue artistique je suis convaincu que les Beatles n’avaient pas encore atteint leur sommet potentiel.

  • #113949

    rorold
    Participant

    Après Anthony en terme d’impact, auraient ils pu mieux faire que Sgt Pepper ! mystère mais sacré challenge… quand on voit l’icone qu’est cet album encore aujourd’hui malgré le fait qu’il ne soit pas le plus accessible en écoute , ça doit en faire réver des artistes !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 9 mois et 3 semaines par  rorold.
  • #113951

    Flowers
    Participant

    Je crois que des groupes comme les Who ou Led Zeppelin donnaient le ton en 69

    Bien sur et on oublie trop souvent Crosby, Stills, Nash & Young qui est un évènement. Et à Woodstock on est clairement déjà passé a autre chose.

  • #113975

    4JB
    Participant

    Bien sur et on oublie trop souvent Crosby, Stills, Nash & Young qui est un évènement. Et à Woodstock on est clairement déjà passé a autre chose.

    En effet, la vague folk-country-rock (amalgame) constituait l’une des forces vives de 1969, tout comme la manière stylée de The Band.
    D’autres tendances frappaient le diapason, le prog rock, le hard et, oui, le gospel. George Harrison, inspiré par ‘Oh Happy Day’, créé par les Edwin Hawkins Singers en 1967, 2 ans avant la consécration, dépose un ‘My Sweet Lord’ empreint de gospel.
    Ne pas oublier non plus que 1969 sonnait le retour du rock’n’roll, après la vague heavy blues. ‘Oh! Darling », d’inspiration ’50s, montre à quel point le groupe avait tout compris, assimilé en temps réel.

  • #114036

    4JB
    Participant

    Quelques chansons, ou esquisses, vont être répétées par les 4 début 69, genre ‘Teddy Boy’ ou ‘All Things Must Pass’ (cette dernière avec chœurs de John et Paul), pour se retrouver finalement sur les disques solo.
    Pas tant que ça, en fait.
    En 1969, les Led Zeppelin détrônent les Beatles au referendum (NME) de meilleur groupe.
    Toutefois, les singles (voir plus haut) et le LP ‘Abbey Road’ ne sont nullement en perte de vitesse, le groupe est fort, influent et, comme d’hab’, pile dans l’air du temps, pas une seconde de retard sur la -féroce- concurrence des nouveaux venus. Bien sûr, ils n’ont plus la sauvagerie telle qu’alors pratiquée par les Stooges, ni la sève intuitive des Silver Apples, etc.
    L’héritage ’69 des Beatles est conséquent, à effet durable. Si Lennon n’avait pas détruit le groupe en septembre, il aurait pu rester au plus haut encore un an ou deux.
    Comme tel ne fut pas le cas et que, passé 1971, les créations de John, Paul*, George et Ringo vont tout doucement décliner, pourquoi ne pas prendre en considération le panorama musical de 1969, riche, empreint des mêmes matériaux que ceux disponibles au grand magasin Beatles ?
    A chacun(e) sa perception de la saga pop.

    *Paul, comme ses compères, va piquer du nez. Mais il en avait encore sous le pied. Entre deux misères et du rock-à-papa, notre homme bombardera encore de l’uppercut irrésistible.

  • #114039

    Matthieu
    Participant

    Et pour 350€, on peut acheter un paquet de bons disques de 1969 !

  • #114041

    4JB
    Participant

    Et pour 350€, on peut acheter un paquet de bons disques de 1969 !

    ???

    Maintenant, rien n’est plus facile que de prolonger 1969 et de (hormis ‘Let It Be’) accueillir le nouveau Beatles de 1970. Qui n’aurait rien eu (ou à peine ) à voir avec les chansons déjà composées, un LP tendu, très rock, méchant.
    Hein ?
    Mieux ça que les Wings ou cette bien triste variét’ que l’on sait.
    Hum ?
    Il y a, en 1969, de quoi emplir une malle, avec les Beatles et tous les autres. Après, ce sera idem. mais sans les Beatles.

  • #114042

    Matthieu
    Participant

    Et pour 350€, on peut acheter un paquet de bons disques de 1969 !

    ???

    En référence au prix supposé de la nouvelle édition d’Egypt Station.

  • #114050

    4JB
    Participant

    Et pour 350€, on peut acheter un paquet de bons disques de 1969 !

    ???

    En référence au prix supposé de la nouvelle édition d’Egypt Station.

    Ah oui !
    Ce serait piquant de situer « l’amateur Beatles ’69 » quant à la musique d’alors. Oui, la musique, pas les idoles qui la produisent.
    Tout le monde, depuis le temps, sait que 1969 est pleine à craquer de tonnerres, de coups de foudre. Par chance, le film ‘Woodstock’ a réussi à capter une part de la frénésie, infime, mais -et oui- connue. Les Stooges n’y sont pas, le MC5 non plus, tant pis. Sans oublier ceux qui y étaient (Johnny Winter, Creedence…) mais n’ont pas, pour diverses raisons, été retenus pour le film.
    Les Beatles à Woodstock ?
    Les Who ont fait le job, Townshend a éjecté, frappé, Abbie Hoffman.
    Mais bon, comme d’hab’, on ne retient qu’une part « TF1 », filtrée, juste au moment où John Lennon proposait ‘Cold Turkey’ à Paul, George et Ringo.

  • #114052

    4JB
    Participant

    Et si ‘Cold Turkey’ avait été la goutte (poudrée) qui fit déborder la pompe ?
    Fin août-début septembre 1969, Lennon enregistre quelques démos de la chanson, qu’il propose aux Beatles, ce pourrait, selon lui, être le prochain single des 4. On ne sait exactement QUI refusa d’inscrire la drug song au catalogue Beatles, mais le fait est que Ringo Starr en est le batteur sur la version ‘Plastic Ono Band’ publiée en octobre. Ringo sera également à la batterie sur le LP de 1970.
    Et alors ?
    Si ‘Cold Turkey’ eut été, selon le souhait de son initiateur, le tout nouveau 45 tours des Beatles, John aurait-il sabordé le groupe ce 20 septembre 69 ?
    Est-ce une bonne question ?
    Peut-être pas, selon le précepte routinier « on ne réécrit pas l’histoire ».
    OK.
    N’empêche…

    Ci-dessous, le disque qui aurait pu, provisoirement, précéder un ou deux chapitres supplémentaires :

  • #114067

    4JB
    Participant

    En 1969 toujours, Paul McCartney compose et produit ‘Goodbye’ pour Mary Hopkin. Les arrangements sont dus à, tenez-vous, Richard Hewson.
    Richard Hewson ?
    Oui, celui qui signa ceux de ‘The Long and Winding Road’, honnis par le Mc.
    Pas rancunier, Macca lui confiera les rênes du douloureux ‘Thrillington’ peu après.
    Là, nous sommes dans le moche. Pro, mais laid.
    ………
    N’est-ce pas dommage que la démo, absolument fantastique, de ‘Goodbye’ par Paul et sa guitare, n’ait jamais vu officiellement le jour ?

    Ecoutez :


  • #114069

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour 4 JB!

    Cependant, permettez-moi de vous rappeler que Hewson avait aussi fait les orchestrations pour la chanson Those were the days interprétée par Mary Hopkin quelques mois plus tôt et que le travail était, selon moi, impeccable. Paul avait produit l’enregistrement mais Hewson l’avait orchestré.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #114070

    4JB
    Participant

    Bonjour 4 JB!

    Cependant, permettez-moi de vous rappeler que Hewson avait aussi fait les orchestrations pour la chanson Those were the days interprétée par Mary Hopkin quelques mois plus tôt et que le travail était, selon moi, impeccable. Paul avait produit l’enregistrement mais Hewson l’avait orchestré.

    Bonjour Lord Lacasse, ‘Those Were the Days’ a été enregistré et publié en 1968, avant l’intervention de Richard Hewson sur’…Winding Road’. McCartney a fait sa connaissance par l’entremise de Peter Asher, frère de Jane, bien connu pour le duo Peter & Gordon qui interpréta du (Lennon/)McCartney inédit par les Beatles.

  • #114073

    Alain Lacasse
    Participant

    Bonjour 4 JB,

    Vous pouvez m’appeler Alain. Lord, ça fait Anglais et je ne le suis pas.

    Je rajouterais, à votre message, que c’est aussi Hewson qui a fait les orchestrations pour la chanson Dear Friend sur le premier album de Wings, Wild Life, en 1971. Même si McCartney rageait du traitement appliqué à The Long and Windind Road par Richard Hewson, j’en déduis que les 2 artistes se sont expliqués et que le dossier s’est terminé là.

    On peut supposer que Hewson a possiblement bâclé son travail sur Across the Universe et la ballade de McCartney en raison des pressions de Spector, producteur du disque, et Allen Klein (Apple) pour cause de la sortie imminente du film Let It Be et de l’album qui devait l’accompagner.

    Merci beaucoup et à bientôt!
    Alain Lacasse.

  • #114076

    Flowers
    Participant

    le duo Peter & Gordon qui interpréta du (Lennon/)McCartney inédit par les Beatles.

    notamment un « Woman » pas du tout indigne signé McCartney Cru 1966, et dont on peut francement se demander s’il n’est pas au fond supérieur au « Woman » de John pondu 14 ans plus tard…

  • #114085

    4JB
    Participant

    Bien avant le BanglaDesh, Lennon et Harrison participent au concert de charité de l’Unicef, fin 69 : très bonne version de ‘Cold Turkey’. Y participent, entre autres, Clapton, Klaus Woormann, Alan White ou Billy Preston.

  • #114088

    Patricia
    Participant

    Manque un titre cult de Gainsbourg

  • #114092

    4JB
    Participant

    Manque un titre cult de Gainsbourg

    Ce sujet 1969 est articulé autour des Beatles et de leurs premières escapades solo -ou duo- alors que le groupe était encore en fonction.
    Et, sauf erreur, Serge n’a pas collaboré avec John, Paul, George et Ringo…
    Le minuscule joint date d’avant (Qui est in, qui est out) et d’après (Ex Fan des Sixties), où les garçons sont cités.

  • #114093

    Flowers
    Participant

    Et, sauf erreur, Serge n’a pas collaboré avec John, Paul, George et Ringo…

    non seulement il n’a jamais collaboré avec eux, mais je me souviens parfaitement de ce numéro de R&F de 1982 célébrant les 20 ans du groupe ou plusieurs personnalités donnaient leur avis sur le quatuor…et il n’y avait rien de très admiratif de la part de Gainsbourg qui faisait comprendre n’avoir pas été impressionné plus que ça. Sacré Serge.

  • #114099

    4JB
    Participant

    On notera également qu’avant la fin 1969, McCartney attaque la mise en œuvre de son premier LP solo, alors que, dès octobre, Ringo démarrait les séances du futur ‘Sentimental Journey’, avec l’aide de, entre autres, Paul le Mc en personne.

  • #114104

    Et, sauf erreur, Serge n’a pas collaboré avec John, Paul, George et Ringo…

    non seulement il n’a jamais collaboré avec eux, mais je me souviens parfaitement de ce numéro de R&F de 1982 célébrant les 20 ans du groupe ou plusieurs personnalités donnaient leur avis sur le quatuor…et il n’y avait rien de très admiratif de la part de Gainsbourg qui faisait comprendre n’avoir pas été impressionné plus que ça. Sacré Serge.

    Il faut plutôt se tourner vers Jane Birkin et « Wonderwall »!

  • #114105

    Ci-dessous, le disque qui aurait pu, provisoirement, précéder un ou deux chapitres supplémentaires :

    J’adore quand tu réécris l’histoire… l’Histoire! avec ton talent d’infaugraphiste! J’y crois, je vais chercher ce 45t, peut-être même que je l’ai déjà!

  • #114128

    4JB
    Participant


    Live Peace in Toronto

    Décembre 69, Lennon, via le Plastic Ono Band, publie le premier album live de la saga Beatles. Clapton, Voormann et le futur Yes Alan White composent l’ossature de ce simili-groupe monté à toute vitesse pour le concert du 13 septembre à Toronto.
    Il parait que, à ce moment-là, Lennon aurait informé la petite équipe de sa décision de quitter les Beatles. Trois chansons interprétées ce 13 septembre avaient été précédemment enregistrées par les fabs, Money, Dizzy Miss Lizzy et Yer Blues.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 1 semaine par  4JB.
  • #114130

    Je n’arrive pas à poster de photos, mais il y a sur le site de Klaus Voormann un de ses dessins qui illustre la répétition du groupe dans l’avion. Mythique.

    Dommage, vraiment dommage que l’on ait pas un beau live des Beatles, à quatre, en 69. Il y a le concert sur le toit, certes (bien que pas encore sorti officiellement en 2019) mais c’est court, répétitif… On aurait pu avoir un truc travaillé, deux heures de concert au Royal Albert Hall… snif!

  • #114131


    Live Peace in Toronto

    J’ai toujours trouvé qu’il y avait un décalage entre, d’une part, le titre et la pochette de cet album, et son contenu : d’un côté l’aspect moderne, contemporain, et de l’autre le roots, l’enregistrement à l’arrache.

  • #114133

    4JB
    Participant

    Dommage, vraiment dommage que l’on ait pas un beau live des Beatles, à quatre (…)

    Il y en aura, le Hollywood Bowl par exemple, mais bien après 1969.
    A ce moment-là, il n’y avait que via le double ‘The Beatles’ Story’ (Capitol, 1964) que l’on pouvait se procurer un disque où l’on entend un extrait des garçons sur scène.

  • #114143

    Dommage, vraiment dommage que l’on ait pas un beau live des Beatles, à quatre (…)

    Il y en aura, le Hollywood Bowl par exemple, mais bien après 1969.
    A ce moment-là, il n’y avait que via le double ‘The Beatles’ Story’ (Capitol, 1964) que l’on pouvait se procurer un disque où l’on entend un extrait des garçons sur scène.

    Je voulais dire « les Beatles en 69 ». Ils étaient devenus meilleurs, musicalement, « instrumentalement » parlant. Un son que j’aime beaucoup, quelque chose de bien différent d’Hambourg ou de 1964-5-6… et que l’on ne retrouvera pas non plus dans les années solo, différentes encore.

  • #114144

    4JB
    Participant

    Dommage, vraiment dommage que l’on ait pas un beau live des Beatles, à quatre (…)

    Il y en aura, le Hollywood Bowl par exemple, mais bien après 1969.
    A ce moment-là, il n’y avait que via le double ‘The Beatles’ Story’ (Capitol, 1964) que l’on pouvait se procurer un disque où l’on entend un extrait des garçons sur scène.

    Je voulais dire « les Beatles en 69 ».

    Le hic, n’est-ce pas, c’est que les Beatles avaient abandonné la scène en 1966, et que rien n’a pu les faire changer d’avis. Le « concert » sur le toit était plus une performance destinée au film ‘Let It Be’ qu’une représentation publique. Aujourd’hui, on parlerait d’un ‘event privé’.
    Au contraire du show à Toronto en septembre 69.

  • #114159

    C’est le Hic, Capitaine, mais ils auraient pu transformer ça en gig ad hoc!

  • #114200

    4JB
    Participant

    1969 —Dépêche—-

    A la fin janvier 1969, George Harrison (c’est enregistré. on peut l’entendre sur de nombreux bootlegs) déclare aux autres Beatles que ses créations, alors nombreuses et de qualité, n’auront pas toutes leur place sur les prochaines publications du groupe. Qu’il envisage donc de les regrouper sur un album « chansons » en marge des 4, un LP solo. En 1970, il sera nommé ‘All Things Must Pass’. Ce qui, comme on peut l’écouter, ne signifie nullement qu’il souhaitait une séparation du groupe : via Apple, Harrison avait déjà publié ‘Wonderwall Music’, ‘Electronic Sound’ allait suivre peu après, en mai 69.

  • #114201

    Ca permet de penser qu’il y aurait pu y avoir dans les années 70 une alternance des albums (singles) Beatles (ensemble) / solo… Sans doute plus difficile à gérer pour Paul et John que pour George et Ringo…

  • #114205

    4JB
    Participant

    A force d’habitude, de persuasion, de ronron et traintrain, on en vient à admettre que, oui. les Beatles, via ‘Abbey Road », se sont séparés suite à un sommet. Lennon lui-même, en interview avec sa muse du Plastic Ono Band en 1971, le voit ainsi. C’était en 1969 qu’il s’agissait de boucler l’usine. Avec de forts compléments début 1970. ‘I Me Mine’ pour témoin.

    – Il s’agit là du plus évident –

    Toutefois, il y a plein de petits détails qui ne collent pas. Ainsi, Macca désirait un retour en public, sur scène. George et John ont clairement dit non. Pourtant, en 1969, ces deux-là ont fait du live. « Pas en tant que Beatles » hurle t-on dans l’oreillette. Mais tout comme, ça faisait partie de la mouvance Apple, tout était possible et permis.

    Jusqu’au 20 septembre 1969, où tout bascule. Dan Richter est clair, « John a laissé Yoko Ono prendre les commandes, elle ne les a pas prises, il les lui a données ». C’est désormais évident, ça c’est passé ainsi.

    On peut aller un millimètre plus loin : pourquoi Lennon a t-il sabordé son groupe, alors au mieux de sa forme ? Deux ans plus tard, Harrison déclare : « Je suis prêt à remonter un groupe avec John et Ringo, mais juste avec eux ». Exit McCartney, exit Ono.

    Ça donne à réfléchir.

    Un puzzle ?

    Pas mal de pièces à assembler.

  • #114215

    Un puzzle pour la future édition d’Abbey Road en valise?

  • #114227

    4JB
    Participant

    Il y a un éventuel point de vue.
    En 1969, les 4 n’étaient plus les copains d’abord, les élucubrations arty de de John&Yoko coûtaient un saladier à Apple.
    Pas très Zen.
    Pourtant, le LP ‘Abbey Road’ reste l’un de leurs disques les plus appréciés. De plus, la simplicité de sa pochette est, encore aujourd’hui, source vive, on ne compte plus les « photos sur le passage piéton » qui ont inspiré des milliers de misères.
    Quel point de vue ?

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !