4JB

Toutes mes réponses sur les forums

Vous lisez 14 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #118483
      4JB
      Participant

      Sergent pepper’s est reputé etre le chef d oeuvre des beatles.

      « Only a northen song » meritait elle d etre ecarte de la selection finale ?
      Elle est dans l esprit de l album et de l epoque (1967)

      Sgt Pepper’s, l’album original, a une durée d’environ 40 minutes. Pour le support vinyle, c’est bien, on réussit à préserver une qualité audio correcte. Si on ajoute des minutes supplémentaires, l’ensemble se dégrade.
      Oui, ami(e)s, c’est ça le vinyle : plus tu ajoutes des minutes, plus le résultat sera moindre. Pas catastrophique, non, mais altéré.

    • #118481
      4JB
      Participant

      Pas du tout fan du son de Jeff Lynne que je trouve trop fréquemment terne, plat et uniforme.

      Ok avec cette appréciation. Jeff Lynne va trop loin, on l’entend clairement dans son dernier disque, proche de la caricature. Il pousse son concept jusqu’à l’absurde : des mediums, de la compression partout, presque plus de basses, les fréquences aiguës ratatinées.
      Par contre, il s’agit de jeter une oreille sur ‘Long Wave’ (2012), là où Lynne est moins drastique.
      Ecoute la chanson de Charles Aznavour -oui !, bon sang, on dirait du George Harrison. Avec Lennon au piano…

    • #118480
      4JB
      Participant

      Et ‘You Know My Name’ alors ?

      Débuté en 67, fini en 69. Lennon avait même proposé de le publier sous libellé ‘Plastic Ono Band’.
      Histoire connue, mais.
      Qui chante quoi dans cette aimable farce ?
      Le début, en lead, est le fait d’un McCartney au pic de sa forme.
      Entend-on la voix d’Harrison dans la version finale ?
      C’est sur ‘Anthology 2’ que l’on découvre -officiellement- la version intégrale, non éditée, de ‘You Know My Name (Look Up the Number)’.

    • #118478
      4JB
      Participant

      Bonjour
      Il y a également le cas de Help, avec les chants de McCartney et Harrison s’entrelacent avec celui de Lennon, créant comme « une chanson dans la chanson »

      On nomme cette manière (ou technique) le contrechant, c’est usité depuis fort longtemps, très ancien, je ne saurais dire le siècle. Au XXe, durant les 50s, les groupes de doo-wop ont largement appliqué le contrechant à la pop.

    • #118471
      4JB
      Participant

      Bonjour 4JB
      L’aspect technique m’échappe complètement (compression ?) mais j’aime bien la façon dont Jeff Lynne (…)

      Compression – Compresseur
      _________________________________
      Ça se présente comme ça :

      Jeff Lynne en a une dizaine, il les emploie tout le temps, c’est un modèle de référence dès… 1967.

      Ce fameux UREI sert (comme les autres compresseurs) à réduire la dynamique du signal. Ce qui est trop fort est abaissé, ce qui est trop faible est remonté, pour obtenir un équilibre agréable. On peut procéder à divers réglages, ou recompresser une piste déjà compressée, etc. Lynne a de l’expérience, il sait donner à une voix la présence souhaitée sans dénaturer le timbre.

    • #118465
      4JB
      Participant

      Je vais sans doute faire mon 4JB, mais je me prends à regretter que ces 2 chansons n’aient pas bénéficier de la patte de Jeff Lynne à la console.

      Un point (super)fort de Lynne : savoir comment faire sonner un lead vocal. Il a ses trucs à lui. Tout d’abord la bonne hauteur, la simplicité mélodique, puis les bons micros et enfin un savant dosage de la compression. Même pas besoin de réverbe ou d’écho, écoute ‘Learning To Fly’ (Tom Petty), il n’y a pas d’effets ajoutés. Mais, juste avant ce qu’on entend, un savoir-faire.
      Ooooh, il n’y a pas que lui, un Rick Rubin est également très habile, directif.
      En ’65, Paul était si fort, si rôdé, si jeune, pas besoin de soins particuliers, c’était toujours -presque- parfait. Ce garçon était alors mégadoué-béni.
      55 ans plus tard, quoi ?
      Tiens.
      Prenons Rick Rubin qui a produit le dernier Black Sabbath. Une seule consigne, réécouter le premier disque, le répéter à la maison, lui donner une suite. Résultat excellent, l’album sonne Black Sabbath, il a été N°1, fait rare pour un groupe heavy.
      —-
      Pardon pour tout ce blabla.

    • #118462
      4JB
      Participant

      Présentation détaillée du coffret des Shoes in TheSecondDisc, mini extrait : « Des décennies plus tard, ‘Present Tense’ reste exemplaire, avec son écriture tendue, ses rythmes entraînants, ses guitares croquantes et ses harmonies fortes. Les douze chansons de l’album sont toutes de qualité comparable (…). »

      She Satisfies: Cherry Red Laces Up Shoes’ Elektra Years on Box Set

    • #118460
      4JB
      Participant

      Bonjour 4 JB!,

      Tu oublies Day Tripper. Les couplets sont chantés en lead par Paul mais les refrains sont interprétés par John. Dans le cas de We can work it out, c’est le contraire. Paul chante les refrains et John les couplets.

      Oui, mais c’est sytématique. Tandis que dans ‘Magical…’, John reprend une partie vocale assurée par McCartney dans tout le reste de la chanson.

    • #118455
      4JB
      Participant

      Fait rare :

      Du début à la fin, les parts chantées sont clairement définies chez les Beatles. Même si le lead vocal peut être partagé (in ‘ A Hard Day’s Night’ ou ‘Any Time At All’ par ex.), John, Paul (ou George) chantent leurs parties lead du début à la fin. Sauf s’il s’agit de sections différentes, le passage McCartney de ‘A Day in The Life’, par exemple.

      Euh ?

      Imagines-tu Harrison reprendre le 2ême pont de ‘Two of Us’. Par exemple. Ou McCartney terminer ‘Sexy Sadie’ ?

      Et pourtant, écoute ‘Magical Mystery Tour -la chanson’, John Lennon, contre toute attente, se substitue à Paul McCartney au finish. Ce n’est pas un simple partage, mais une subtile alternance. Et ceci bien avant la production finale, il suffit de se référer à l’acétate.

    • #118454
      4JB
      Participant

      Oubliée par Sim cette publication officielle de 1970 :

      Bon oui, ce n’est pas un « nouveau disque », mais ‘Hey Jude- le LP’ non plus. Il s’agit pourtant d’un LP qui a une référence UK, ‘From Then To You – The Beatles Christmas Record 1970’.

      Ho ?
      Oui, ‘Hey Jude- le LP’, que l’on préfère nommer ‘The Beatles Again’ par coquetterie, compile. Tout comme ‘Christmas Album’, il s’agit d’assemblages puisés chez les Beatles.

    • #118453
      4JB
      Participant

      « In a Hurry » (…) bouffée joyeuse bienvenue le matin (…)

      Bon le début, passé la terrifiante intro « synthé qui joue tout seul ». nous ramène à l’éblouissant ‘Alone Again (Naturally)’, douce référence. Après, c’est du collage.
      Pas honteux, des bouts de trucs collés à d’autres bribes.

    • #118452
      4JB
      Participant

      D
      MAGICAL MYSTERY TOUR (33t us)

      Ce LP compilatoire a depuis belle lurette rejoint « la discographie officielle » des albums Beatles.
      Au format CD, on trouve une éblouissante mouture ‘vinyl replica’ du double 45T original dans le coffret ‘Compact Disc EP. Collection, avec sa pochette britannique. Guère esthétique, soit, mais moins cheap que celle du LP Capitol devenu la norme.

    • #118451
      4JB
      Participant

    • #118450
      4JB
      Participant

      Une autre variante eut été une pochette plus judicieuse :

    • #118442
      4JB
      Participant

      Et puis ajoutera, que si tu trouves ton bonheur dans de glorieuses séries B estampillées sixties ou seventies et bien….Plutot que chez l’ami Paul……C’est très bien et Dieu nous en préserve !

      Et c’est quoi les séries A ? Wings, Abba, Supertramp, Elton John ? Boney M ?
      10’000 pardons, mais mes classeurs n’ont pas les mêmes dos que les tiens, ton ministère est au grand jour, le mien aussi sauf qu’il n’est pas confiné.
      Avec les compliments de Dieu, qui préserve ton petit monde quand il a une minute à lui.

Vous lisez 14 fils de discussion
La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !