Accueil / 4JB

4JB

Toutes mes réponses sur les forums

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 2,349)
  • Auteur
    Messages
  • #115825

    4JB
    Participant

    Tout le monde -ici- connaît ‘Tommy’ :



    Saviez-vous que George Martin en a été le producteur ?

    ???
    Non, pas de l’insurpassable version originale (1969), mais pour l’interprétation, au début des années 90, à Broadway, ce en entente avec Pete Townshend. L’album, double, témoin de la comédie musicale, existe, le voici :

  • #115823

    4JB
    Participant

    En revenant plus haut JB, tu as une oreille hallucinante ou un matériel audio de fou !… je n’ai pas du tout perçu la perte de la partie accoustique sur le début de Dear prudence, mais une amélioration nette !

    Euh oui…
    La guitare Epiphone Casino de Lennon est une guitare électrique demi-caisse de style Gibson*. La voici, et la Gibson dont elle est inspirée :

    Ce n’est pas une guitare acoustique (ou guitare sèche), elle a des micros, elle est prévue pour être branchée sur un ampli guitare. C’est ainsi, de 1966 à 1971 (in Imagine – le LP) que John l’utilise. C’est celle qu’il utilise sur le toit, le ‘rooftop concert’ du 30 janvier 69. Ou à Toronto.
    Pour ‘Dear Prudence’, elle est traitée comme une guitare acoustique, on place un micro devant, on n’utilise que que le son ainsi produit, sans amplification. Ce qui lui confère une sonorité inédite.
    Or, le remix ©Giles Martin, savamment égalisé, donne l’impression d’autre chose, nous ne percevons plus l’originalité VOULUE, ce n’est pas grave. Juste différent de l’intention initiale.

    *Epiphone était une marque spécifique, rachetée par Gibson en 1957, qui proposa alors des modèles ‘plus petit prix’ de ses onéreux articles.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 heure et 41 minutes par  4JB.
  • #115819

    4JB
    Participant

    La question que je me suis toujours posée, c’est : Ou fut l’intérêt de Yoko de torpiller les Beatles ou tout du moins de grandement y contribuer, (…)je ne vois pas trop ce qu’elle a gagné avec la séparation des Beatles !

    Il n’y avait pas de chansons d’Ono chez les Beatles.
    Par contre, ell est en face B des singles de Lennon (ou Plastic Ono Band). Elle partage ‘Some Time in New York City’ avec son époux, récidive in ‘Double Fantasy’… Sans ce formidable projecteur, l’artiste musicale Yoko Ono eut-elle simplement existé ?
    La lumière, l’égo, la soif de reconnaissance.

  • #115816

    4JB
    Participant

    ***INTERLUDE***
    Anecdote : en 1965-66, lors d’un concert (ou d’un show organisé par MM ou NME), Pete Townshend a joué avec les Beatles sur une chanson, mais derrière le rideau. On l’entendait mais on ne le voyait pas. C’est lui qui l’a déclaré.
    Ce qui nous amène à ce sujet tout neuf :

    https://yellow-sub.net/forum-ysn/topic/the-who#post-115814

    ***Fin de l’nterlude***

  • #115815

    4JB
    Participant

    Peut-être devrait-on ouvrir un sujet dédié aux grands méchants Who.
    Matthieu ?

    Allez !

    Bravo !
    On peut espérer que quelques subimariniers amèneront leurs pierres -précieuses- à l’édifice en construction.

    https://yellow-sub.net/forum-ysn/topic/the-who#post-115814

  • #115814

    4JB
    Participant

    Tiens, le nouvel album à paraître le 22 Novembre, s’intitule ‘WHO’, tout simplement.

    Premier « single », ‘Ball And Chain’

    Yeah, mal du tout, ce ‘Ball And Chain’, les deux comparses (avec Zak Starkey à la batterie) sont en grande forme, Daltrey chante bien mieux qu’il y a 14 ans.

    En parallèle, une intro typiquement Who a été gravée par Townshend solo en 1982, cet homme est un démon ! Dance it away :

  • #115807

    4JB
    Participant

    en 1970, on ne peut vraiment plus parler de psychedelia. D’où le terme de « Progressive Pop ».
    – The British Progressive Pop Sounds of 1970 – New Moon’s In The Sky

    Le visuel n’est guère engageant, et puis, ouille encore Barclay James Harvest, voire, aïe, Magna Carta. Nous entrons de plain pied au purgatoire.
    Mais Octopus, Love Sculpture, l’oreille se redresse.
    Allez.
    Commandé.

  • #115805

    4JB
    Participant

    Les « révélations » de la cassette de Lewisohn faisaient les gros titres de France Inter ce midi pour un reportage très court, il est vrai qu’il n’y a pas tant que ça à dire… si ce n’est à rêver…

    Dream is over ?

    Bah.
    Il s’agit de se la faire Columbo, noter les petits détails, se demander ce qui cloche entre le 8 et le 12/13 septembre. Qui se trouvait là, le mobile du -ahem- crime ?
    – Le 8.9.1969, Lennon a des projets Beatles.
    – Juste après, il demande « le divorce » d’avec le groupe. Lennon a toujours évoqué ce terme de divorce. Pourquoi ? Pourquoi ce terme ?
    Plusieurs variantes possibles.
    Un brin d’histoire.
    En 1974, Lennon remonte sur scène avec Elton John, il s’est peu avant réconcilié avec McCartney. Or, ce 28 novembre 74, Ono attend John Lennon en coulisses. Dès ce moment, tout bascule, nous entrons dans la période ‘larve’ de Lennon.
    Ce sont des faits consignés, tout le monde connaît ça. Jusqu’au deal ‘Double Fantasy’, où Ono obtient ce qu’elle voulait.
    Là encore, c’est très documenté.

    Non, je ne saurais prétendre au génie -scénarisé-du lieutenant. Toutefois, éliminer ce qui ne colle pas au tableau relève du bon sens, tiens, un exemple : la chanson ‘God’, tu connais ?
    A la base, Lennon chante, après « I don’t believe in Beatles », « I just believe in me ». Ce sont les paroles originales, or, sur l’album publié, il y a « I just believe in me, Yoko and me ».
    Hey lieutenant, c’est un petit détail, non ?

    Des comme ça, il y en a des dizaines. Au moins.

    JE.
    Je pense, peut-être à tort, que John Lennon a été manipulé, de A à Z, par une femme qui a tout compris, qui savait comment y faire.
    Ceci explique les revirements de septembre 69, tout devient clair.
    C’est une impression forte, ce n’est pas forcément la vérité.

  • #115804

    4JB
    Participant

    J’ai un peu peur pour ce nouveau Who.
    En même temps, rester sur ‘Endless Wire’ serait super moche. Et dur de faire pire.

    Ah ?
    On peut le préférer à son pâteux prédécesseur, le mal nommé ‘It’s Hard’* (1982…!).
    La guitare de Townshend est généralement de bon niveau in ‘Endless Wire’ (We Got A Hit, l’intro de Fragments). Les compos pourraient rappeler (évoquer) McCartney, quelques instants plaisants panachés de passages à vide ou en pilotage semi-automatique.

    * Toutefois, miracle de la résurrection, les riffs au scalpel tout à la fin, à 3:36 de ‘Cry if You Want’, Pete à son sommet, aussi inimitable que, dans un genre différent, Jimi Hendrix.


    Peut-être devrait-on ouvrir un sujet dédié aux grands méchants Who.
    Matthieu ?

  • #115798

    4JB
    Participant

    Le post partait de l’idée qu’on commençait à tout savoir sur les 4.

    Pourtant, cet article parle d’une remise en cause importante de ce qu’on pense savoir en général sur la fin du groupe.
    https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2019/09/12/cinquante-ans-apres-abbey-road-l-enregistrement-qui-reecrit-a-peu-pres-tout-ce-que-nous-pensions-savoir-sur-les-beatles_5509679_4832693.html

    Et Mark Lewisohn n’est pas le premier guignol venu quand il s’agit des Beatles.

    John souhaitait-il vraiment faire un nouvel album début septembre 69 ? Pourquoi annoncer aux autres son départ du groupe le 20 du même mois ?

    Très intéressant article, vraiment. Merci.
    La conclusion « Yoko Ono est donc réhabilitée » peut toutefois être discutée : en effet, c’est lors de l’envol pour Toronto, avec le Plastic ONO Band, que Lennon informe les musiciens son intention de quitter les Beatles, soit 4-5 jours après le projet d’un nouveau LP des Beatles…
    Curieux.

  • #115797

    4JB
    Participant

    La pochette, signée Peter Blake (remember ?) n’est pas sans évoquer celle qu’il confectionna pour Paul Weller en 1995 :

  • #115795

    4JB
    Participant

    Le nouveau Who est attendu pour le 22 novembre :



    « The eleven-track album was mostly recorded in London and Los Angeles during Spring and Summer 2019, with songs which cover a myriad of subjects including the Grenfell Tower fire, musical theft, spirituality, reincarnation, the power of memory and ‘an old rock star that has lost his marbles’.
    Roger Daltrey rates it amongst their strongest  »I think we’ve made our best album since Quadrophenia in 1973, Pete hasn’t lost it, he’s still a fabulous songwriter, and he’s still got that cutting edge ». »

  • #115794

    4JB
    Participant

    (suite)

    A noter que, jusqu’à la fin 1968, tous les albums britanniques des Beatles étaient publiés en mono et en stéréo.

    En 1969, le 45 tours Get Back UK original était en mono .

  • #115791

    4JB
    Participant

    (…)
    C’est pour cette raison que le mix stéréo du double blanc arrive à faire illusion bien qu’enregistré en mono..

    Hum.
    Enregistrer en mono signifierait enregistrer sur une seule piste.
    Tous les albums des Beatles ont été enregistrés en multipiste, puis mixés en mono et/ou en stéréo. Abbey Road n’a pas été mixé en mono, mais uniquement en stéréo, sur la base d’enregistrements en huit pistes.

  • #115782

    4JB
    Participant

    Bonjour à tous (…)
    Le double blanc était déja parfait Abbey Road devrait l’ être aussi

    Parfait ?
    Certainement pas, le son de la guitare en intro de ‘Dear Prudence’ pour preuve : la version originale capte l’Epiphone Casino de Lennon avec un micro placé devant, comme s’il s’agissait d’une guitare séche. Ce qui amène à cette empreinte unique, une demi-caisse électrique traitée en acoustique. Hyper bien trouvé.
    Or, le remix 2018 a pulvérisé cette délicieuse particularité, ce n’est pas moche, ça sonne Yamaha. Pffff.
    Pourquoi pas ?

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 2,349)
La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !