Wings : Back To The Egg

Forum de discussion orienté sur la vie et l'oeuvre des Beatles, mais aussi à la vie et l'oeuvre de Paul, George, Ringo et John
circle63
Messages : 1087
Enregistré le : sam. 10 août 2019 13:46

il est enervant macca. durant les seventies, retrospectivement, il sort ses meilleurs albums. concernant les albums des wings, il y a toujours des chansons superbes qui cotoient du tres moyen, une legerete qui donne des albums bricoles.(y compris sur le surcote "band on the run" qui a mon sens souffre des memes maux) . back to the egg s'inscrit dans cette lignee de disques pas completement aboutis.
marcbeatles
Messages : 215
Enregistré le : mar. 17 janv. 2017 05:26

On sort du sujet BTTE, mais d accord avec toi, il y a des titres faiblards sur BOR
Par exemple, mamunia ou encore no words
Ça va paraître iconoclaste, mais je peux écouter BTTE sans rien zapper
ALLIGATOR
Messages : 678
Enregistré le : mer. 18 janv. 2017 16:16

Tu va te faire engueuler par la bienpensance Marco fais gaffe,j'en rajoute une couche? Ok...
Que ce soit band on the run ou l'oeuf je ne jette rien,bon spin it on moyen moyen quand-même.(patapay)
marcbeatles
Messages : 215
Enregistré le : mar. 17 janv. 2017 05:26

Je ne jette même pas spin it on, guitares au top
Ok, j agrave mon cas, je sais...
JBBarras
Messages : 4036
Enregistré le : lun. 16 janv. 2017 07:06

[quote quote=116990]Tu va te faire engueuler par la bienpensance Marco fais gaffe (...)[/quote]
Mais non, voyons, personne n'engueule personne. Et quelle bienpensance ? Le but de ce sujet est que les friands amateurs de 'Back To The Egg' défendent le disque. D'autre part, qui apprécie McCartney y trouvera quelques jolies minutes de bon plaisir.
VALTON
Messages : 886
Enregistré le : sam. 11 févr. 2017 19:19

[quote quote=116984]C’est effectivement une énigme que le single « Getting closer » n’ait pas marché, alors que jusqu’à présent les singles de Paul avaint fonctionné (ex : With a little luck).
Perso, j’aime beaucoup ce titre. Je trouve que l’enchainement avec Reception fonctionne bien.
Oui, vraiment incompréhensible pour moi.[/quote]

ah disons qu'on est pas passés loin c'est aussi mon avis, un "hit and miss"...j'aime bien aussi j'avoue, pour la fin ambitieuse qui envoie bien la patate, épique comme j'aime ! mais...un peu confuse aussi ça part dans tous les sens et je crois que ça joue un peu, le son est assez brouillon
VALTON
Messages : 886
Enregistré le : sam. 11 févr. 2017 19:19

[quote quote=116985]

‘Back To The Egg’ n’avait-il pas été, à la base, conçu tel un album-concept ?[/quote]

(oui les sessions ou on retrouve "Cage" entre autres)

je pense que Macca a été sensible aux critiques sur ses derniers albums et il a voulu retrouvé "l'esprit Band on the run" ou quelque chose approchant...en tous cas il y a une "ambition" (supergroupe etc.). Et après tout il y a un sérieux contrepied sur l'album qui précède ce qui validerait cette idée. Bon, que le résultat n'ait pas été très probant c'est autre chose.
Marook
Messages : 94
Enregistré le : jeu. 7 sept. 2017 06:48

Le drame de Back To The Egg est le même que pour une grande partie du travail de McCartney jusqu’à Flaming Pie.
On a toujours le sentiment que le degré d’investissement et le travail ont été réduit à portion congrue.
BTTE n’est ni pire, ni meilleurs que l’ensemble de la production des années 70 à l’exception du chef d’œuvre Ram.
Il y bien ici quelques titres plaisants tel que Arrow Through Me qui aurait pourtant mérité un bien meilleur sort avec des arrangements digne de ce nom.
Ca lorgne vers le Stewie Wonder de la grande époque, mais ce n’est ni soigné, ni emballé avec grâce et ca se termine en eau de boudin.
Winter Rose aurait sûrement mérité mieux en devenant un vrai titre.
Rockestra Theme et Baby's Request fonctionnent plutôt bien.

Reste que pour l’essentiel les compositions sont moyennes quand elles ne sont pas médiocres ( We're Open Tonight, Spin It On , Old Siam Sir, To You, After the Ball / Million Miles) quand elles ne sont pas ratés (Again And Again And Again & So Glad to See You Here)
La presque totalité du travail des 4 fantastiques sur la décennie 70 semble avoir été marqué du sceau du dilettantisme et de l’à peu près. Là ou ensemble ils délivraient du travail d’orfèvre le rendu en solo donne plus fréquemment lieu à de la production de grande consommation.
La donne allait changer pour Mc Cartney à partir de Flaming Pie pour une seconde partie de carrière solo plus en lien avec son immense talent.
marcbeatles
Messages : 215
Enregistré le : mar. 17 janv. 2017 05:26

Pas totalement d acoord avec toi
Tu dis qu'il n'y a pas d'investissement jusque Flaming pie?
Et Tug of war / Pipes of peace à Montserrat avec Goerge Martin et une pléide d 'invités ????
Le meilleur bassiste de jazz et un des meilleurs batteurs de jazz / rock !!!
Il y a eu investissement total en 82, mais la qualité des compos n était que partielle.
En sortir un Dress me up as a robber ou encore un Hey hey, c'est assez indigne.
Bref, je pense que le dilletantisme n'est pas la cause de certains ratés.
C'est tout simplement le manque d'inspiration.
Et contrairement à toi, je le sens beaucoup moins dans les 70 s, du temps des Wings.
ALLIGATOR
Messages : 678
Enregistré le : mer. 18 janv. 2017 16:16

J'ai toujours aimé Dress me up as a robber.
Cette gratte acoustique me plait.
Marook
Messages : 94
Enregistré le : jeu. 7 sept. 2017 06:48

C'est vrai que le travail sur Tug Of War et Pipes Of Peace est soigné.
Trop peut-être tant la musique y semble aseptisé.
Je ne crois pas au manque d'inspiration mais plutôt à un entourage complaisant et béni oui-oui incapable de dire au Maître s'il s’agit d'une daube.
En ce sens Wings n'est pas un groupe mais une poignée de musiciens à géométrie variable parfois talentueux d'ailleurs comme le formidable Juber.
Le dilettantisme hélas est trop souvent présent.
L'exemple de Arrow Through Me est pour la parfaite démonstration.
Beau travail de song-writing sabordé par des arrangements pouet-pouet variétoche et par une fin qui n'en finie pas.
Avec un peu moins de complaisance et un peu d'exigence nous avions un grand titre.
Après je sais que les anciens ont une forme de culte pour le travail de Paul dans les années 70.
Je vois les choses autrement et préfère l’ère contemporaine plus intègre, plus honnête et plus en lien avec son formidable talent.
ALLIGATOR
Messages : 678
Enregistré le : mer. 18 janv. 2017 16:16

Merci pour Ancien lolo?
Non t'inquiète en 86 j'avais 18 balais et ça ne m'a pas empêché de conchier sur son Press to Play,entre autre exemple.
Lebolduc
Messages : 195
Enregistré le : jeu. 21 nov. 2019 01:22

Bonjour
J'avais totalement oublié cet album, j'ai fait une petite écoute rapide pour me le remettre en mémoire, et, du coup je comprends mieux pourquoi je ne m'en souvenais pas vraiment :il est comme London Town, assez anecdotique. Pas de grandes chansons, l'album est honnête, mais sans réelle surprise. Je préfère vraiment la suite, McCartney II, plus lâché, parfois ratées, parfois totalement réussies, mais en tout cas plus vivant.


JBBarras
Messages : 4036
Enregistré le : lun. 16 janv. 2017 07:06

[quote quote=117008]Bonjour
J’avais totalement oublié cet album, j’ai fait une petite écoute rapide pour me le remettre en mémoire, et, du coup je comprends mieux pourquoi je ne m’en souvenais pas vraiment :il est comme London Town, assez anecdotique. (...)[/quote] Oui, dans l'ensemble. Par exemple le "rock" I've Had Enough, bonne intro, ne sera jamais un de ces temps forts qui traverse le temps et l'espace. Bon, ça c'est le point faible de McCartney, peu de rock'n'roll à énergie durable dans sa disco solo. Il y en a un peu, 'Hi Hi Hi' (version studio) ne manque pas de tranchant. Affûté.
On peut toutefois mettre en avant deux temps forts de 'London Town' que l'on ne retrouve pas in 'Back To The Egg' : la chanson-titre et 'With A Little Luck'. Là Paul le Mc s'essaie au soft rock à l'américaine, une oreille sur Steely Dan, l'autre sur les mélodies qui trottent dans sa tête. On peut ne pas y être perceptible, voire rejeter ce moment passager. Pourtant (épargnez-moi/nous les 'goûts et couleurs' svp, merci) ça, ça tient la route. Nous y entendons de l'homogène, un son de piano (Fender Rhodes, Wurlitzer ?) porteur, des harmonies vocales naviguant entre la Californie et cette rue de Londres, Abbey Road. Les deux compositions font bonne figure, riches, confortables. Sans effort. Ce n'est pas laborieux, ça ne ressemble pas à des tentatives, c'est accompli.
marcbeatles
Messages : 215
Enregistré le : mar. 17 janv. 2017 05:26

Je trouve également Morse Moose aventureuse (pour Paul) et réussie
JBBarras
Messages : 4036
Enregistré le : lun. 16 janv. 2017 07:06

[quote quote=117018]Je trouve également Morse Moose aventureuse (pour Paul) et réussie[/quote]
En effet.
On y entend du spontané, ce n'est pas gâché par des guitares hum hum. Un Lennon aurait publié cette création sans mélodie, la fanbase aurait -peut-être- apprécié tel squelette désossé. Va savoir.
Le début fonctionne en plein. 10/10.
JBBarras
Messages : 4036
Enregistré le : lun. 16 janv. 2017 07:06

[quote quote=117018]Je trouve également (pour Paul)(...)[/quote]
C'est là que nous ne nous entendrons jamais. Ou que partiellement.
Il n'y a pas de "pour Paul" dans mon univers. Si, par exemple, Kraftwek, Cluster ou Brian Eno balancent du plus FORT que McCartney, que McCartney II, il n'y a pas de "pour Paul".
Ce peut être élargi à l'infini, jusqu'en l'an 2019.
Ce (pour Paul) peut être validé par qui considère que McCartney est en dessus de la musique, ou qu'il s'agit de faire des exceptions. (Pour Paul).
J'aimerais être d'accord avec ça. Avec le principe, reconnaître une espèce de dieu, une référence que l'on prie.
Mais j'aime mieux le rock'n'roll, j'aime mieux les bonnes chansons. Celles qui touchent, celles qui impriment.
Ahem.
"Pour Paul", pardon, mais que dire ? On différencie les anciens des jeunes ? On le met dans un banc à part ? On le considère comme un has-been qui a bien le droit d'avoir une chapelle pour lui tout seul ?
Je n'en sais rien, je vois juste ce qui est, ce qui existe.
marcbeatles
Messages : 215
Enregistré le : mar. 17 janv. 2017 05:26

Je voulais juste signifier que la structure et le son de ce titre sont plus aventureux, audacieux que ce qu'on trouve par ailleurs sur London Town.
J'allais dire plus généralement en regard de son ouevre, mais c'est oublier ses multiples aventures, notamment via le Fireman.

Après, que celà concerne Paul ou un autre, il est clair que le fan jugera avec plus de mansuétude l'oeuvre de son poulain.
Et qu'il criera au chef d'oeuvre pour un titre ou un album qu'un esprit plus lucide et plus ouvert jugera simplement bon, voire même moyen.

Tu es clairement un amateur de musique.
Et moi plus un fan.
Qui essaye malgré tout de garder un minimum de lucidité.
Par exemple tout dernièrement devant, par exemple, Get enough ou In a hurry.

Au delà, quelqu'un comme François Plassat, dont on a évoqué le dernier bouquin récemment, me parait être le fan ultime.

Sur ce forum, j'ai l'impression qu'on a une palette complète.
Ce qui en fait sa richesse
RecherThierry
Messages : 53
Enregistré le : dim. 9 sept. 2018 11:22

J'ai toujours aimé Back to the egg, son côté brut (pas brute, ni brutal; sec, si vous préférez), que ce soit dans les rocks aussi bien que dans les ballades. Je crois que c'est mon préféré de la période Wings. Il semble vouloir aller droit au but dans chaque titre, quitte à tourner en rond ou bien à faire court - à part "Winter rose", peut-être plus "arrangé".

Concernant le bouquin de Plassat, je l'ai lu assez vite (cadeau de Noël...).
J'ai du mal à saisir pourquoi on critique le fait qu'il soit fan. Il me semble que lorsque on consacre un livre à quelqu'un, il vaut mieux l'apprécier, ou qu'il nous inspire. Bien sûr il existe des bouquins à charge sur des tas de gens, il y a des auteurs qui adorent dire du mal, et qui y consacrent des mois d'écriture.
Je préfère quand même des bouquins écrits par amour plutôt que par détestation...
Cela dit, il se présente lui-même comme un fan en introduction, mais n'échappe pas aux critiques négatives habituelles envers les albums généralement peu appréciés - Press to play, Give my regards to Broadstreet et, dans une moindre mesure, Wild life ou Red rose speedway, par exemple. Au début, je m'attendais (je le redoutais) à des analyses élogieuses du moindre album, de la moindre chanson de McCartney, mais il m'a paru quand même un minimum nuancé.
VALTON
Messages : 886
Enregistré le : sam. 11 févr. 2017 19:19

[quote quote=116998]
La donne allait changer pour Mc Cartney à partir de Flaming Pie pour une seconde partie de carrière solo plus en lien avec son immense talent.[/quote]

ok mais jamais trop compris cette "frontière" Flaming Pie que certains mettent en avant, bon album mais assez peu promu à l'époque et peu joué. Rien ressenti à l'époque. Ou alors la frontière seraient les Anthology, juste avant, au pretexte qu'il y a ce travail entre threetles qui redonne le gout du succès ? Mouais. La vraie frontière à mon avis, le vrai redémarrage reste Flowers In The Dirt, celle-là me semble très très nette.
Répondre