Accueil / The Beatles / Les chansons / The Beatles / Revolution 1 : The Beatles : paroles, traduction, histoire…

Revolution 1 : The Beatles : paroles, traduction, histoire…

Revolution 1

Informations sur la chanson

  • Crédits : Lennon / McCartney
  • Durée : 4:16
  • Producteur : George Martin
  • Ingénieur : Geoff Emerick, Phil McDonald, Peter Bown

Les paroles de la chanson

You say you want a Revolution
Well you know
We all want to change the world
You tell me that it’s evolution
Well you know
We all want to change the world
But when you talk about destruction
Don’t you know that you can count me out, in
Don’t you know it’s gonna be alright
Alright, alright

You say you got a real solution
Well you know
We’d all love to see the plan
You ask me for a contribution
Well you know
We are doing what we can
But when you want money for people with minds that hate
All I can tell you is brother you have to Wait
Don’t you know it’s gonna be alright
Alright, alright

You say you’ll change the constitution
Well you know
We’d all love to change your head
You tell me it’s the institution
Well you know
You better free your mind instead
But if you go carrying pictures of Chairman Mao
You ain’t going to make it with anyone anyhow
Don’t you know it’s gonna be alright
Alright, alright

La traduction de la chanson

Tu dis que tu veux une révolution
bon, tu sais
nous voulons tous changer le monde
tu me dis que c’est le progrès
bon, tu sais
nous voulons tous changer le monde
mais quand tu parles de la destruction
ne crois-tu pas que tu peux te passer de moi ?
Ne sais-tu pas que tout ira bien, bien, bien
tu dis que tu as une bonne solution
bon, tu sais
que nous aimerions tous voir le plan
tu me demandes une contribution
bon, tu sais
nous faisons tous tout ce que nous pouvons
mais si tu veux de l’argent pour des gens
pleins de haine
tout ce que je peux te dire, mon frère, c’est que tu devras patienter
ne sais-tu pas que tout ira bien, bien, bien
tu dis que tu vas changer la constitution
bon, tu sais
on aimerait tous changer ton esprit
tu me dis que c’est une institution
bon, tu sais
tu devrais plutôt libérer ton esprit
Mais si tu continues à apporter des portraits
du Président Mao
il est sûr que tu n’obtiendras rien de personne
ne sais-tu pas que tout ira bien, bien, bien …

L’histoire de la chanson

« Revolution » est, a t’on besoin de le dire, né de la plume de John Lennon. Il s’agit de la face B du single, sorte de réponse rock faite à la face A ,nettement plus prononcé dans le domaine pop, voire même ballade… On retrouve donc sur ce 45 T le même antagonisme au niveau des compositions des deux leaders que sur celui du « single de Liverpool », qui opposait (et associer en même temps…) le « Strawberry Fields Forever » de John et le « Penny Lane » de Paul. Néanmoins, dans le cas qui nous intéresse, il n’y a pas de thématique précise comme pouvait l’être l’enfance à Liverpool sur le simple sortie en 1967.

Les ébauches de cette chanson furent Ramenés dans les bagages de John de leur fameux séjour en Inde, à Rishikesh auprès du Maharishi Yogi. Elle ne fut réellement terminée que quelques jours plus tard, alors que Cynthia était en Grèce.

Cette chanson est bien sur en rapport avec l’air du temps. Comment en effet ne pas tenir compte, pour un groupe comme les Beatles, des événements qui émaillèrent la planète depuis le début de l’année, notamment en France, et le désormais célèbre Mai 68.

Néanmoins, contrairement à ce que l’on pourrait penser, John ne s’est pas investit personnellement et physiquement dans ces événements. En effet, en Mars de cette année là, de violents incidents, et même affrontements avaient opposés la police et les manifestants révolutionnaires sur Grosvenor Square (à Londres) devant l’ambassade des Etats-Unis. Mick Jagger se rendit sur les lieux, mais pas John…Ce dernier s’était contenté de suivre les événements retransmis à la télévision, de sa maison de Weybridge.

John avait présenté cette chanson, à Paul en particulier, comme un « single potentiel ». Sa requête fut rejeté…la chanson étant jugé trop peu commercial. On peut effectivement comprendre que « Hey Jude » avait un côté plus universel, et une capacité à plaire à un plus grand public. Pour autant, ce jugement sur « Revolution » ne portait que sur « Revolution 1 » (la version qui figure sur le « White Album »), car Lennon, trop désireux d’en faire le nouveau single des Beatles en avait fait une version électrique, qui constitue d’ailleurs un des enregistrements les plus « violents » du groupe.

Si l’on excepte le son de la chanson, la grande nouveauté de ce titre réside dans la prise de position de Lennon (et donc du groupe) sur un sujet « brûlant » de l’actualité, et même une prise de position politique. Jusque-là, Brian Epstein ( leur défunt manager ) avait soigneusement veillé à ce que les Beatles ne s’autorise pas ce genre d’incartade, mais le « summer of love » de l’année précédente, et les événements du début de l’année 68 ont eu tôt fait de venir à bout des préceptes de Brian, d’autant plus que lui même n’était plus là (rappelons que Brian est décédé l’année précédente, peu avant la parution de « Sgt Pepper’s »).

Pour autant, un vers fait polémique dans la chanson, dans sa version blues (revolution 1 sur l’album) : La phrase : « Don’t you know that you can count me out/in » ( Ne savez vous pas que vous pouvez / ne pouvez pas compter sur moi). Au vu de ce vers contradictoire, on voit bien que Lennon à encore du mal à définir son niveau d’engagement dans ce mouvement. D’ailleurs, dans la version du 45T, John chantera : « Don’t you know that you can count me out ».

John Lennon : « Je voulais dire ce que je pensais de la révolution. J’estimais que l’heure était venue d’en parler, de même que j’avais estimé que l’heure était venue pour nous de répondre enfin aux questions sur la guerre du Vietnam. […] Il y a eu deux versions de la chanson…J’ai fais les deux parce que je n’étais pas sur ».

On peut donc interpréter ce vers comme une réponse de Lennon aux révolutionnaires, qui demandaient son soutien à leur cause. John s’en est expliqué par la suite, même s’il partageait l’espoir du changement, il pensait qu’une vraie révolution serait issue d’un changement des mentalités…et non d’actions violentes. En tout cas, la chanson fit bien sur polémique dans la presse du monde entier…et le titre lui même ( comme ce fut le cas avec « Back In The Ussr ») était trompeur. Il ne s’agit pas d’une chanson de révolutionnaire, mais d’une chanson contenant la réponse d’un artiste qui se devait de choisir son camp…

Charles Manson, l’horrible meurtrier que tout le monde connaît pour ses méfaits du 9 Août 1969, déclara avoir était inspiré de « Revolution », autant que de « Piggies », « Blackbird », « Rocky Racoon », « Helter Skelter », « Honey Pie » et « Revolution 9 », pour commettre les assassinats dont il est reconnue coupable…

Musiciens ayant participé à l’enregistrement

Paul McCartney : chœurs, piano, basse, orgue
John Lennon : voix principale, guitare rythmique acoustique
Derek Watkins : trompette
Freddy Clayton : trompette
Don Lang : trombone
Rex Morris : trombone
J. Power : trombone
Bill Povey : trombone
George Harrison : chœurs, guitare principale
Ringo Starr : chœurs, batterie

L’enregistrement de la chanson

30 mai 1968 : enregistrement de 16 prises, numérotées de 1 à 10 et de 13 à 18.
31 Mai 1968 : ajour d’overdubs à la prise 18, et création de la prise 19.
4 Juin 1968 : ajout d’overdubs à la prise 19. Création de la prise 20
21 juin 1968 : ajout d’overdubs à la prise 20. création des prises 21 et 22.
Version finale : prise 22.

Les premières séances de travail en studio sur le titre « Revolution » avait commencé dès le retour des Beatles de leur séjour en Inde, c’est à dire le 30 Mai, aux Studios Abbey Road. Cette séance se continua le 31, sur ce qui allait devenir « Revolution I » ( ce n’est que le 21 Juin que « Revolution I » sera terminée avec l’ajout du solo de guitare et de la section cuivre).

L’enregistrement de « Revolution » à proprement parler (c’est à dire la version 45T), ne commença que le 10 Juillet. Ce jour là, non moins de 15 prises seront effectuées.

Comme dit précédemment, la particularité de cette version est d’être « sauvage » par rapport à la version du « White album », un son tout particulier dans l’œuvre des Beatles…

George Martin : « Nous sommes allés jusqu’à la distorsion sur ce morceau, ce qui nous a valu bien des récriminations de la part du service technique. »

Paul McCartney : « J’ai bien aimé le son de Revolution ».

Les séances d’enregistrement de la version 45T se continuèrent dans la foulée, les 11 (ajout de la basse et du piano) et 12 Juillet. John effectuera un dernier mixage de la chanson le 15 de ce mois. C’est la prise numéro 16 qui fut retenue comme définitive (version crée le 11 Juillet).

On notera pour cette chanson la présence de Nicky Hopkins au piano, chacun des Beatles étant à son instrument traditionnel….

Un vidéo clip fut enregistré en couleur (au même titre que « Hey Jude »), et diffusé dans le cadre du David Frost Show. On peut voir ce clip dans les VHS/DVD de l’Anthology Beatles.

De nombreux artistes reprirent cette chanson, parmi lesquels figurent Billy Bragg, Vega 4 ou encore Head shop…On en compte même une dans le cadre d’une publicité…pour un opérateur téléphonique….

La contribution de chacun des Beatles

John Lennon : 100 %

Les reprises de cette chanson par d’autres artistes

Mother Earth, Head Shop, Thompson Twins, Mike+The Mechanics, Tuli Kupferberg, Billy Bragg, Santo & Johnny

Téléchargements

Disques incluant cette chanson

The Beatles

CD / International

Love

CD / International

The Beatles

33 Tours / Angleterre

The Beatles

Cassette / Angleterre

The Beatles (Remaster.)

CD / International

The Beatles

33 Tours / Etats Unis

The Beatles

33 Tours / France

The Beatles

33 Tours / Brésil

The Beatles

33 Tours / Allemagne

Los Beatles

33 Tours / Argentine

Intégrale Remasterisée

Clé USB / International

Pensez aussi à lire

Paperback writer / Rain – The Beatles : les secrets de l’album (paroles, tablature)

Informations sur l’album Pays : Australie Support : Single Label : Parlophone Numéro de série …

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !