Accueil / The Beatles / Les chansons / The Beatles / Getting Better : The Beatles : paroles, traduction, histoire…

Getting Better : The Beatles : paroles, traduction, histoire…

Getting Better

Informations sur la chanson

  • Crédits : Lennon / McCartney
  • Durée : 2:47
  • Producteur : George Martin
  • Ingénieur : Malcolm Addey, Ken Townsend, Graham Kirkby

Les paroles de la chanson

It’s Getting Better all the time
I used to get mad at my school (well I can’t complain)
The teachers that taught me weren’t cool (well I can’t complain)
You’re holding me down, (ah) turning me round (ah)
Filling me up with your rules

I’ve got to admit it’s Getting Better (better)
A little better all the time (it can’t get more worse)
I have to admit it’s Getting Better (better)
It’s Getting Better since you’ve been mine

Me used to be angry young man
Me hiding me head in the sand
You gave me The Word
I finally heard
I’m doing the best that I can

I’ve got to admit it’s Getting Better (better)
A little better all the time (it can’t get more worse)
I have to admit it’s Getting Better (better)
It’s Getting Better since you’ve been mine

Getting so much better all the time
It’s Getting Better all the time (better better better)
It’s Getting Better all the time (better better better)

I used to be cruel to my woman
I beat her and kept her apart from the things that she loved
Man I was mean but I’m changing my scene
And I’m doing the best that I can

I admit it’s Getting Better (better)
A little better all the time (it can’t get more worse)
Yes I admit it’s Getting Better (better)
It’s Getting Better since you’ve been mine

Getting so much better all the time
It’s Getting Better all the time (better better better)
It’s Getting Better all the time (better better better)
Getting so much better all the time

La traduction de la chanson

Ça va de mieux en mieux tout le temps
Je devenais furieux à l’école (ben je peux pas me plaindre)
Les profs qui m’enseignaient étaient pas sympa (ben je peux pas me plaindre)
Vous me bridez, (ah) me faites tourner en rond (ah)
A me gaver avec vos règles

Je dois reconnaître que ça va de mieux en mieux (mieux)
Un petit peu mieux tout le temps (ça peut pas être pire)
Je dois reconnaître que ça va de mieux en mieux (mieux)
Ça va de mieux en mieux depuis que tu es mienne

J’étais un jeune homme colérique
Me cachant la tête dans le sable
Tu m’as donné le mot
J’ai enfin entendu
Je fais du mieux que je peux

Je dois reconnaître que ça va de mieux en mieux (mieux)
Un petit peu mieux tout le temps (ça peut pas être pire)
Je dois reconnaître que ça va de mieux en mieux (mieux)
Ça va de mieux en mieux depuis que tu es mienne

Tellement de mieux en mieux tout le temps
Ça va de mieux en mieux tout le temps (mieux mieux mieux)
Ça va de mieux en mieux tout le temps (mieux mieux mieux)

J’étais cruel avec ma femme
Je la battais et l’écartais des choses qu’elle aimait
Dis donc j’étais mesquin mais je change mon scénario
Et je fais du mieux que je peux

Je reconnais que ça va de mieux en mieux (mieux)
Un petit peu mieux tout le temps (mieux mieux mieux)
Oui je reconnais que ça va de mieux en mieux (mieux mieux mieux)
Tellement de mieux en mieux tout le temps.

L’histoire de la chanson

Quand on écrit des chansons, que ce soit avec le talent de Paul ou pas, l’inspiration peut venir à n’importe quel moment…vraiment n’importe quand…

Tandis que Paul promenait sa chienne Martha (qui se verra dédier une chanson éponyme sur le double blanc…) en compagnie de Hunther Davies (biographe officiel du groupe) sur Primrose Hill, une anecdote lui revint à l’esprit.
Alors que le printemps approchait, et que Londres baignait dans sa première véritable journée ensoleillée de l’année, Paul s’exclama à propos du temps :  » It’s Getting Better  » (ça va de mieux en mieux).

Cette phrase fit immédiatement rire Paul, car elle lui rappelait Jimmy Nicol. Ce dernier avait pris la place de Ringo à la batterie, l’espace de quelques concerts d’une tournée marathon en 1964 (Hollande, Hong Kong et Australie), qui souffrait des amygdales…
Le pauvre Jimmy avait été appelé précipitamment (du jour au lendemain) pour insérer la folle machine à 4 têtes de Liverpool. Ayant peur, ce qui peut se comprendre, de ne pas être à la hauteur (et relativement effrayé par la beatlemania…), il disait immanquablement à la fin de chaque concert  » it’s Getting Better  » quand les 3 autres Beatles encore en état de marche lui demandaient si ça c’était bien passé…Il ne resta néanmoins qu’une petite semaine (5 concerts) au sein de la formation, avant que Ringo ne se remette derrière sa batterie en Australie.
La phrase avait cependant marqué l’esprit de Paul, au point d’en faire une chanson. Il chercha les accord le soir même (chez lui à St John’s wood) et John y apporta immédiatement sa contribution.

On note d’ailleurs la complémentarité légendaire des deux compositeurs dans cette chanson. D’un côté, l’habituel optimisme de Paul, dans le refrain, pour lequel tout finira par s’arranger. De l’autre, un côté plus noir avec les couplets de Lennon qui admet certains de ses mauvais côté.
En fait, Paul chante que tout va de mieux en mieux, tandis que John lui indique que ça ne pouvait pas être pire de toute façon…

Musiciens ayant participé à l’enregistrement

Paul McCartney : voix principale, basse, guitare rythmique
John Lennon : choeurs, guitare rythmique
George Harrison : choeurs, tambourin, tamboura
Ringo Starr : bongos, batterie
George Martin : piano

L’enregistrement de la chanson

9 mars 1967 : enregistrement de 12 prises instrumentales
10 mars 1967 : overdubs ajoutés sur la piste 12
21 mars 1967 : enregistrement de 2 prises numérotées 13 et 14
23 mars 1967 : création de la prise 15 à partir des prises 13 et 14.
Version finale : prise 15.

Au cours des sessions d’enregistrement de « getting better », qui furent relativement peu nombreuses, Norman Smith (leur ancien ingénieur du son) les présenta à un jeune groupe qui enregistrait son premier album dans un autre studio d’Abbey Road : les Pink Floyd

Les Beatles rentrèrent en studio le 9 Mars en fin de soirée pour commencer à l’enregistrer. George Martin, producteur omniprésent est au piano. Il frappe les cordes à main nues afin de lui donner un son bien particulier pour l’occasion.

George Harrison est au Tamboura (qui joue en quelque sorte le rôle d’une basse…). John et Paul se chargent comme souvent des chœurs.

Ringo enregistra sa batterie alors que Paul lui chantait la chanson dans son oreille…anecdote amusante…

Un incident manqua néanmoins de peu de se produire. On l’a déjà évoqué, la drogue est omniprésente chez les Beatles à cette époque. Pourtant, le groupe s’est toujours fixé de ne jamais en prendre quand ils étaient en studio afin de ne pas altérer le travail fourni.

Ringo :  » La drogue et la musique n’ont jamais fait bon ménage. Alors on a pris soin de faire nos trucs en dehors des studios, puis on l’incluait après coup dans la musique « .

D’autant que George Martin n’approuvait pas vraiment la  » fumette  » (mais il n’était pas vraiment au courant que les Beatles prenaient des substances plus…fortes, comme le LSD !)

Cela n’empêcha pas le fait qu’un jour (le 21 Mars), Lennon prit accidentellement une dose de LSD, pensant prendre de simples excitants…

George Martin, pas vraiment au courant de toute l’histoire, emmena John sur le toit des studios, dont les rebords n’étaient pas protégés, ne sachant pas que John était en plein trip…pour lui, c’était un simple malaise, et donc un peu d’air suffirait largement. Le toit était d’ailleurs la seule solution, puisque l’entrée d’Abbey Road était en permanence (à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit) envahie par des dizaines ou des centaines de fans, espérant pouvoir apercevoir la silhouette d’une de leurs idoles. Quand Paul et George comprirent la situation, ils rattrapèrent très vite Martin et Lennon sur le toit, afin d’éviter tout accident.

Lennon se fit raccompagner chez lui, sur Cavendish Avenue par Paul et Mal Evans. Paul en profita d’ailleurs pour rejoindre Lennon dans son trip (c’est beau l’amitié…) en prenant quelques acides. Mais pour Paul, ce n’était que sa deuxième expérience du LSD…

George Martin :  » C’est la première et dernière fois que j’ai vu l’un des Beatles incapable d’enregistrer « .

John Lennon :  » Je n’en prenais jamais en studio. Sauf une fois, en fait. J’ai pensé prendre des excitants et je n’ai pas été capable de tenir le coup. Soudain, j’ai eu très peur devant le micro et j’ai dit : Qu’est ce qui se passe , je ne me sens pas bien…  »

A noter que le groupe Mancunien des frères Gallagher fit un petit clin d’œil à cette chanson, en baptisant une de leurs compositions de l’album  » Be Here Now  » :  » It’s Getting Better (man !!)

La contribution de chacun des Beatles

Paul McCartney : 70 % / John Lennon : 30 %

Les reprises de cette chanson par d’autres artistes

Steve Hillage

Téléchargements

Disques incluant cette chanson

Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band

Picture disk / Angleterre

La Banda De Sargento Pepper

33 Tours / Argentine

Intégrale Remasterisée

Clé USB / International

Pensez aussi à lire

ALL MY LOVING – The Beatles : les secrets de l’album (paroles, tablature)

Informations sur l’album Pays : Australie Support : EP Label : Parlophone Numéro de série …

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !