Accueil / The Beatles / Les chansons / Les secrets des chansons / You Know my name (look up the number)

You Know my name (look up the number)

Dans l’interview qu’il a accordée à Mark Lewisohn en 1988, Paul McCartney déclare que « You Know My Name » est sans doute le morceau des Beatles qu’il préfère (cf. « The complete Beatles recording sessions » – p. 15).

Certes, nous aurions pu nous attendre, de la part du créateur de « Yesterday », à une réponse plus convenue. Cependant, Paul justifie avant tout son choix par l’ambiance loufoque et l’aspect expérimental qui font de ce morceau une œuvre unique et inclassable au sein de l’héritage musical du groupe.

Chanson-gag par excellence, « You Know My Name » est en fait un patchwork composé de 5 séquences musicales différentes dont le destin particulier suscita nombre d’interrogations.

TU T’APPELLES DENIS O’DELL ET NOUS CONNAISSONS TON NUMÉRO…

Dans « L’intégrale Beatles » (p. 186), Steve Turner nous rappelle que John trouva l’inspiration en examinant la couverture d’un annuaire téléphonique sur lequel figurait le slogan : « Vous connaissez le nom ? Cherchez le numéro ».

Plus intéressant encore, il nous apprend que le fameux Denis O’Bell cité à deux reprises dans le morceau par John, n’est autre que le nom déformé de Denis O’Dell, producteur associé du film « A hard day’s night » et qui devint directeur d’Apple Films et Apple Publicity.

Ce dernier raconte qu’aucun des Beatles ne lui avait parlé de la chanson. Mais un beau jour, il commença à recevoir de multiples appels anonymes à son domicile. Les mystérieux correspondants répétaient inlassablement : « Nous connaissons ton nom et nous avons ton numéro ». Et ce n’est qu’après que Ringo lui eut fait découvrir le morceau qu’il réalisa le pourquoi de sa mésaventure.

Il y a quelques années, Denis O’Dell accepta de révéler le fameux numéro (01 834 2470) au magazine hollandais « Beatles Unlimited » (voir galerie de photos)

VOUS AVEZ DIT BRIAN JONES ?

Neville Stannard fut le premier à évoquer la probable participation de Brian Jones, des Rolling Stones, à ce morceau (cf. « The Long And Winding Road – revised and updated » – 3rd edition – 1984 – p. 79).

Probable, en effet, puisqu’un doute subsistait encore. Certains émettaient l’hypothèse qu’il aurait pu s’agir d’un musicien homonyme, saxophoniste au sein d’une autre formation de Liverpool, The Undertakers (et dont le chanteur n’était autre que…Jackie Lomax !).

C’est la raison pour laquelle Mark Lewisohn posa la question directement à Paul McCartney. Et ce dernier répondit sans l’ombre d’une hésitation qu’il s’agissait bien de Brian Jones des Rolling Stones (cf. « The complete Beatles recording sessions » – p. 15).

En 1989, Paul livra également un commentaire dans le livre intitulé « Blinds and shutters » et consacré au Photographe Michael Cooper (repris dans « The Beatles Anthology » – p. 203 et dans « Rolling with the Stones » – Bill Wyman – p. 274) :

« Le jour où on a proposé à Brian Jones de participer à l’une de nos séances, il est venu avec un saxo, à notre grande surprise. Il est arrivé à Abbey Road dans un grand manteau afghan. Il a joué du saxophone sur un morceau assez dément, « You Know My Name (Look Up The Number) ». C’est un drôle de solo de saxo – pas incroyablement bien joué, mais il se trouve que c’était exactement ce qu’on cherchait : un sax hésitant, tremblotant. Brian était très bon pour ça ».

DES SESSIONS D’ENREGISTREMENT QUI S’ÉTERNISENT

Dans « The complete Beatles recording sessions » (pp. 112, 116 et 175), Mark Lewisohn nous décrit par le détail le contenu de ces sessions qui s’étalèrent exceptionnellement sur 22 mois.

En voici la synthèse :

  • mardi 17 mai 1967 : enregistrement de la séquence 1 (14 prises).
  • mercredi 7 juin 1967 : enregistrement de nouvelles pistes sur la prise n° 9 du 17 mai.
  • jeudi 8 juin 1967 : enregistrement des séquences 2 (12 prises), 3 (4 prises), 4 (6 prises) et 5 (une seule prise). C’est précisément ce jour-là que Brian Jones apporta sa contribution au saxophone alto sur la séquence 5.
  • vendredi 9 juin 1967 : assemblage des 5 séquences et mixage (mono) de la version « définitive » baptisée prise n° 30. A ce stade, « You Know My Name » n’est encore qu’un instrumental.
  • mercredi 30 avril 1969 : seuls John et Paul se retrouvent en studio pour enregistrer les vocaux sur les différentes séquences.

LA SÉQUENCE PERDUE…PUIS RETROUVÉE

A l’époque de la publication de l’ouvrage de Mark Lewisohn (1988), la seule version disponible est celle de la face B du single « Let It Be » (Apple R 5833), rééditée la même année sur le CD « Past masters – volume 2 ». Or l’écoute attentive de cette version ne révèle la présence que de 4 séquences !

Mark Lewisohn nous aurait-il menti ? Et cette 5ème séquence, existait-elle encore ?

En fait, il fallut attendre la sortie du volume 2 de l’Anthology en 1996, pour voir enfin apparaître le fameux chaînon manquant. Dès lors, nous disposions enfin des 5 séquences annoncées par l’auteur britannique :

  • séquence 1 ou séquence introductive (du début à 1 mn 05 sec.) : les Beatles y développent le thème musical de base ;
  • séquence 2 ou séquence « ska » (de 1 mn 05 sec. à 2 mn 16 sec.) : les Beatles prennent un évident plaisir à jouer dans ce style musical originaire de la Jamaïque et ancêtre du reggae ;
  • séquence 3 ou séquence « crooner » (de 2 mn 16 sec. à 3 mn 45 sec.) : Paul imitant Ringo dans une parodie de chanteur de charme (cf. « Revolution in the head » – Ian MacDonald – 1st american edition 1994 – note n° 1, p. 208) ;
  • séquence 4 ou séquence « Goon show » (de 3 mn 45 sec. à 4 mn 29 sec.) : intermède comique et débridé dans la plus pure tradition des « Goon shows » dont John et Paul étaient si friands durant leur enfance ;
  • séquence 5 ou séquence « jazzy » ( de 4 mn 29 sec. à 5 mn 42 sec.) : la fameuse séquence au cours de laquelle Brian Jones nous fait apprécier ses talents de saxophoniste.

Par conséquent, la version de l’Anthology 2 se conclut au bout de 5 mn 42 sec. Or, selon Mark Lewisohn, la prise n° 30 originale dure 6 mn 08 sec. (en réalité, 6 mn 09 sec. ).

Il nous manque donc malheureusement 27 secondes pour pouvoir enfin goûter l’intégralité de la prise n° 30 telle que les Beatles l’avaient bouclée le 30 avril 1969.

Mais, me direz-vous, que représentent ces 27 secondes en comparaison des mutilations beaucoup plus importantes infligées à la version single qui ne dure, quant à elle, que 4 mn 16 sec. (soit une réduction d’1 mn 53 sec. par rapport à la fameuse prise n° 30).

Que s’est-il donc passé et pourquoi faire subir un tel traitement à ce morceau ?

Pour le savoir, il convient d’effectuer un bref retour en arrière le mercredi 26 novembre 1969, date à laquelle John Lennon crut bon de donner quelques coups de ciseaux dans la bande en vue de sortir le morceau en single (avec « What’s the new Mary Jane » en face B) sous couvert du Plastic Ono Band (cf. « The complete Beatles recording sessions » – p. 194). John était tellement désireux de faire aboutir son projet qu’un numéro de catalogue (APPLES 1002) fut attribué à ce single et que sa sortie fut fixée au 5 décembre 1969. Mais l’affaire capota non sans que quelques acetates soient préalablement pressés.

Voici l’un d’eux tel qu’il fut présenté dans le magazine japonais « Tokyo Beatles Fan Club » en 1996. On remarque que le titre mentionné sur l’étiquette est simplement « Look up the number » et la vitesse de lecture …33 t 1/3 !

Finalement, cette version écourtée vit malgré tout le jour en face B de « Let It Be » le vendredi 6 mars 1970.

A l’examen, on constate qu’elle a été amputée de la totalité de la séquence 2 (séquence ska) d’une durée de 1 mn 11 sec. Au passage, on note que John en a également profité pour écourter la fin de la séquence 1 de 19 secondes. Et ce n’est pas fini, car la comparaison avec la version de l’Anthology 2 fait également apparaître une coupure de 23 secondes au tout début de la séquence 4.

Si l’on additionne ces différentes chutes, on s’aperçoit, ô miracle, que le total s’élève à 1′ 53 » (1′ 11 » + 19 » + 23 ») qu’il suffit alors d’ajouter à la version single (4 mn 16 sec. + 1 mn 53 sec. = 6 mn 09 sec. ) pour reconstituer l’intégralité de la prise n° 30 décrite par Mark Lewisohn ! Etonnant, non ?

Ce qui, dans le même temps, revient à constater que la version single contient les 27 secondes qui font défaut à la version de l’Anthology 2 qui, rappelons-le, ne dure que 5 mn 42 sec. (en l’occurrence, la coupure a été effectuée au bout de 4 mn 20 sec. dans la séquence n° 4).

En conclusion et afin que vous puissiez avoir une meilleure vision des choses, voici un tableau récapitulatif inspiré des travaux de Yuichi Wakayama (« Looking up the number » – Tokyo Beatles Fan Club – 1996 – pp. 35 et 36) et que j’ai modifié sur deux points :

  • la durée de la version single : 4′ 16 » (Y. Wakayama indique, pour sa part, 4′ 19 »)
  • la durée de la version Anthology 2 : 5′ 42 » (Y. Wakayama indique, bizarrement, 5′ 20 » !)

EPILOGUE

Comme souvent, la discographie parallèle permet de compléter utilement le panorama :

  • un fan ingénieux et apparemment expert en informatique a pris la peine de reconstituer l’intégralité de la prise n° 30 à partir des deux versions officielles existantes. Elle figure sur le CD « Highlights – The Beatles upgraded collection » (cf. « The 910’s guide to the Beatles outtakes – part One » – p. 165).
  • il existe également une courte version démo enregistrée par John au piano (vraisemblablement au printemps 1967) et que l’on retrouve sur le CD « The lost Pepperland reel » (cf. « The 910’s guide to the Beatles outtakes – part one » – p. 257).

De plus, aussi inattendu que cela puisse paraître, « You Know My Name » a fait l’objet d’une adaptation française par Gérard St Paul sous le titre « Dis-moi je t’aime » en 1970 (LP Production 7000).

beatles-ynmn

EUR 11,99 EUR 23,29
Expédition sous 6 à 10 jours ouvrés
EUR 24,31
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés
EUR 11,17 EUR 14,45
Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés

Pensez aussi à lire

27 avril 2015 – Tokyo – Tokyo Dome (Japon)

LINE UP Paul McCartney Rusty Anderson Brian Ray Paul « Wix » Wickens Abe Laboriel Jr. WOODBRASS …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + 1 =

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !