Accueil / The Beatles / Les chansons / Les instruments / Les guitares de Paul McCartney

Les guitares de Paul McCartney

1956 – Zenith Model 17 acoustique

A l’occasion de son quatorzième anniversaire, en juin 1956, Paul reçoit de son père une magnifique trompette ! « J’avais l’habitude d’en jouer un petit peu mais je me suis vite rendu compte qu’il était impossible de chanter avec ce truc là dans la bouche ! ». A cette période, les groupes de siffle envahissent l’Angleterre, et le jeune McCartney ne cache pas son désir de posséder une guitare. C’est avec la permission de son père, qu’il rapporte la trompette chez Rushworth & Dreaper Music et l’échange contre une guitare Zenith model 17 acoustique vendue 15 livres et fabriquée en Allemagne par Framus. Sur cette guitare, qu’il utilisera jusqu’au premier voyage des Beatles à Hambourg, Paul a composé ses premières chansons dont notamment When I’m 64. Il possède toujours cette véritable pièce de collection et l’a réutilisée pour le documentaire Anthology où il joue un court extrait de Twenty Flight Rock.

McCartney “House Guitar”

Cette guitare espagnole bon marché aurait appartenu au père de Paul. Un groupe d’experts du Jacaranda Club a déclaré qu’il s’agissait d’une fabrication de chez Framus en Allemagne mais n’a pas été en mesure d’en déterminer avec exactitude le modèle. Il existe peu de photos montrant Paul avec cette guitare. La plus récente connue remonte à 1962, où il joue avec John dans la propriété de Forthlin Road.

1960 : Rosetti Solid 7

Guitare demie-caisse sunburst (virant du noir au rouge) fabriquée en Hollande par Egmond et rééditée par la société Rosetti qui a importé le modèle en Angleterre, les proposant aux alentours de £20 avec le Royal pickup/scratchplate inclus. Paul relate : « j’ai acheté cette guitare à Liverpool chez Hessy’s Music, juste avant que nous partions jouer à Hambourg. C’était un instrument terrible. C’était réellement juste une bonne pièce de bois avec un beau travail de peinture mais musicalement, c’était plutôt désastreux, une guitare vraiment bon marché ». De retour à Liverpool, après le départ du bassiste temporaire Chas Newby, Paul modifie sa Rosetti en remplaçant les cordes originales par trois ou quatre cordes « basse » provenant apparemment d’un piano. Il l’utilisera ainsi jusqu’au retour de Stuart Sutcliffe et de sa basse President. La Rosetti Solid 7 ayant retrouvé ses cordes originales, Paul lui offre un dernier voyage à Hambourg. C’est là qu’elle finit affreusement ses jours. Paul relate : « Un jour, alors que nous étions à Hambourg, je l’ai fait tomber accidentellement. Elle n’était pas vraiment hors d’usage mais j’ai pensé que cela ne valait pas la peine de la réparer… alors nous nous sommes tous acharnés à lui sauter dessus. Une façon, sans doute, de nous débarrasser d’un trop plein d’énergie !

1960 : Höfner Club 40 hollow-body electric

Après avoir acheté une Rickenbacker, John prêta cette guitare à Paul. Ce dernier possédait toujours sa Rosetti mais apparemment n’utilisait pas uniquement la Höfner Club 40 que pour poser sur les photos comme celle présentée à droite, datant du premier séjour des Beatles à Hambourg. Par la suite, John revendit cet instrument.

1961-1963 : Höfner 500/1 3/4 scale « violin » bass

Début 1961, les Beatles se retrouvent sans bassiste. En effet, découragé par son faible niveau musical de bassiste et filant surtout le parfait amour avec la jeune allemande Astrid Kirchherr, Stuart Sutcliffe décide de quitter le groupe. De plus, Chas Newby, bassiste de remplacement, avait repris ses cours et n’était plus disponible. L’absence de bassiste au sein du groupe posait un véritable problème. Personne ne voulait réellement assurer ce rôle. Finalement, Paul se dévoua pour la bonne cause. C’est à Hambourg, chez Steinway Musichaus, qu’il achète sa première basse Höfner : « Je me rappelle avoir fait plusieurs magasins, puis j’ai vu cette basse qui était plutôt bon marché. Je ne pouvais m’offrir une Fender. Les Fender avoisinaient les 100 livres. Tout ce que je pouvais mettre à l’époque c’est 30 livres maximum, et cette basse violon était juste à ce prix ». A l’instar de John Lennon et de sa Rickenbacker 325, l’image de Paul McCartney au sein des Beatles devient rapidement liée à celle de sa basse Höfner. Il utilise ce premier modèle sur scène et en studio jusqu’à l’album With The Beatles où Höfner lui offre un nouveau modèle actualisé. En 1964, il la fait revernir avec un enduit polyester de couleur sunburst (dégradé de marrons, et bruns) par Sound City à Londres et fait également installer de nouveaux micros et potentiomètres (boutons de volumes et tonalité). Après ce relooking, il s’en sert comme basse de rechange ou de secours, tout en lui préférant nettement la nouvelle. Elle réapparaît en 1968, sans sa plaque de protection, lors du David Frost Show pour la séquence de Revolution, et on la vit pour la dernière fois dans les images des répétitions de Twickenham, après quoi elle fut volée.

Note à celui ou celle qui l’aurait. La question n’est pas : vous a-t-il proposé assez. Il n’est jamais trop tard pour faire ce qu’il faut. Rendez-là.

1963 – 1969 : Höfner 500/1 bass

Réactualisant sa basse violon en 1962, Höfner en offrit donc un exemplaire à Paul McCartney fin 1963. Il l’utilise pour la première fois le 4 octobre 1963 lors de l’émission Ready Steady Go. On notera que ce modèle est doté d’une jointure tête-sillet-manche en deux pièces au lieu de trois, de nouvelles mécaniques remplaçant les anciennes en forme de ballon de rugby, de nouveaux micros ( avec plots en forme « d’agrafes », plutôt qu’en forme de « diamant », le deuxième étant plus proche du chevalet), le logo de la marque y est inscrit horizontalement plutôt que verticalement, le corps est arrondi à l’arrière alors que précédemment il était plat, et les repères incrustés sur le manche vont jusqu’à la 21ème fret plutôt que la 19ème. Bien qu’à partir de 1965 il ait largement opté pour la Rickenbacker en studio, Paul McCartney continuera d’utiliser ce modèle (il en eût plusieurs bien évidemment) jusqu’à Let It Be et plus encore. L’année 1966 marque malheureusement la fin des concerts des Beatles (le dernier eut lieu au Candelstick Park de San Francisco le 29 août). C’est à cette époque que Paul retire la plaque de protection nacrée de ses basses Höfner et y colle (sur la caisse, près du manche) la set-list des titres interprétés en concert. Une de ces basses sera conservée par Paul qui, à la demande d’Elvis Costello pour les séances de Flowers In The Dirt et les tournées qui suivirent, reprendra du service, arborant toujours la set-list originale de 1966 !n Un de La dernière apparition « live » de cette basse avec les Beatles remonte au concert que le groupe donne sur le toit d’Apple le 30 janvier 1969. A cette époque, Paul a apposé un autocollant « Bassman » provenant sans doute de son ampli. En parlant de sa célèbre basse Höfner, Paul a pour habitude de la comparer à la canne de Charlie Chaplin : « on s’attend à la voir » dit-il.

1964 : Epiphone Texan FT-79 acoustic

Acquise en décembre 1964, ce modèle fut utilisé pour la première fois sur l’album HELP et notamment sur Yesterday. Paul possède encore cette guitare.

1964 : Epiphone Casino modèle 1962

Sur les conseils du bluesman John Mayall, Paul fait l’acquisition d’une seconde Epiphone. Cette fois, il s’agit du modèle Casino avec plaque de protection blanche et vibrato Bigsby. Il l’utilisera pour l’enregistrement de plusieurs titres des Beatles dont notamment Ticket to Ride, Drive My Car et Taxman. En 1966, John et George se verront offrir deux modèles similaires par Epiphone.

Paul a conservé cet instrument qui a refait surface en 1989 à l’époque de Flowers In The Dirt.

1965 : Basse Rickenbacker 4001S gaucher (vernis fireglo)

Lorsque F.C. Hall, patron de Rickenbacker, donna à George Harrison et à John Lennon deux guitares en février 1964, il tenta aussi d’offrir à Paul McCartney ce modèle de basse, une des toutes premières basses pour gaucher élaboré par la marque, modèle si récent d’ailleurs qu’il possédait encore une tête faite pour une basse de droitier. Pour une raison inconnue McCartney ne conserva pas cet instrument. Cependant, John Hall, le fils de F.C. Hall, eut l’honneur d’offrir ce modèle à Paul pendant la tournée américaine des Beatles en 1965. « J’ai moi-même remis la basse à Paul dans la maison qu’ils louaient pour leur concert au Hollywood Bowl (30 août 1965), pas lors du concert lui-même. », se souvient Hall. « La maison se trouvait à Curzon Terrace, ce qui la situait quelque part sur les collines de Hollywood. [en fait cette maison appartenait à Burt Lancaster] A part le groupe et son entourage, il y avait aussi Joan Baez, Peter Fonda et Roger McGuinn ». Harrison se souvint que la basse fut utilisée pour la première fois lors de l’enregistrement de Think For Yourself (8 novembre 1965). Elle servit de basse de secours lors des tournées de 1965 et 1966, puis devint la basse de Paul à partir des enregistrements de Paperback Writer et Rain au printemps 1966. Il l’utilisa sporadiquement au cours des séances de ce qui devint l’album REVOLVER, puis systématiquement à partir des enregistrements de Penny Lane et Strawberry Fields Forever ainsi que pour tout l’album Sergent Pepper. McCartney la fit peindre à la mode psychédélique et c’est ainsi qu’elle apparut jusqu’à la fin de l’année 1968. McCartney ressorti ses Höfner lors des séances Get Back/Let It Be, mais revint à sa Rickenbacker pour ABBEY ROAD et continua de l’utiliser de manière répétée durant sa carrière en solo, aussi bien sur scène qu’en studio. Depuis 1969 en tout cas, la basse avait retrouvé un aspect beige naturel suite à un ponçage demandé par McCartney. En 1975, McCartney la renvoya chez Rickenbacker pour faire remplacer un micro, mais pour savoir ce qui fut fait dessus et dans quel état l’instrument revint dans les mains du bassiste, il faudrait le demander à Martin Arnquist, l’ancien directeur du « custom shop » de la marque.

1966 : Fender Esquire, modèle 1964, vernis sunburst.

McCartney fait l’acquisition de cette guitare, cousine de la Telecaster (à un seul micro), lors des séances d’enregistrement de l’album REVOLVER. S’agissant d’un modèle pour droitier, il dut faire déplacer l’attache sangle sur la partie inférieure de l’instrument ce qui lui permettait de jouer debout en la retournant. D’après Walter Everett, elle aurait été utilisée sur Helter Skelter et Good Morning. Cette affirmation, sans véritable preuve peu paraître quelque peu hasardeuse pour Helter Skelter. En revanche, il est vrai que l’on voit Paul avec cette guitare lors des séances de Sgt Pepper, mais de là à affirmer qu’il s’agit de Good Morning… Vu le son de Helter Skelter, il est difficile d’affirmer qu’elles guitares furent utilisées. Trop de distorsion. Selon Jean Garello, guitariste des Bottles, le riff sonnerait plus comme une Les Paul. Une Gibson en tout cas. Mais avec les Beatles on sait jamais ! Apparemment, Paul posséderait encore cette guitare.

1968 : Guitare acoustique Martin D-28

Cette guitare au son très pur, en finition naturelle, fait son apparition lors des séances du Double Album Blanc, Paul l’utilise notamment sur Blackbird. On la voit également lors des sessions de Get Back/Let It Be. Paul l’utilise sur Two Of Us.

1968 : Fender Jazz Bass modèle 1966

Cette basse ne faisait pas partie semble-t-il du « paquet cadeau » de la marque contenant guitares et amplis qui fut offert au groupe. En revanche ce lot contenait une Jazz Bass modèle droitier. La Jazz Bass de Paul fit son apparition lors des séances du Double Album Blanc. Les clefs de tension des cordes ovales sont particulières au modèle 1966, alors qu’à l’accoutumée les basses Fender étaient équipées de clefs en forme de trèfle. Si on en croit Walter Everett, auteur du livre « Les Beatles en tant que musiciens », cette basse aurait été utilisée sur cinq morceaux des Beatles : Yer Blues, While My Guitar Gently Weeps, Glass Onion, Sun King et Mean Mister Mustard (Walter Everett sous-entend également que le modèle droitier aurait été utilisé par John Lennon sur Helter Skelter et George Harrison sur Back In The USSR). A ce propos, Jean Garello, guitariste des Bottles, précise : « En ce qui concerne la Jazz Bass, j’ai toujours des doutes concernant son usage par Paul. Il l’a utilisée, mais quand ? Nous n’avons aucune véritable preuve à mon avis. George a utilisé le modèle droitier pour ABBEY ROAD. Paul a utilisé une Jazz Bass droitier sur l’album BAND ON THE RUN mais sûrement la Rickenbacker 4001 aussi. Je reste également perplexe sur les affirmations de Walter Everett sur l’utilisation du modèle droitier par John et George. On n’a tout simplement pas les preuves. C’est très probable, rien de plus ».

macca-guit

Pensez aussi à lire

3 novembre 1989 – Madrid (Palacio de los Deportes)- l’Espagne

LINE-UP Paul McCartney – chant, guitares (acoustique, électrique et basse), claviers Linda McCartney – voix, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × deux =

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !