Chuck Berry

LA BIOGRAPHIE DE CHUCK BERRY

Chuck Berry est né le 18 octobre 1926 à Saint Louis , Missouri . Longtemps la légende le fit naître en 1931 car à l’age d’or du rock and roll il ne faisait pas bon être trop vieux pour les adolescents.
Il chanta d’abord dans les cœurs de l’église baptiste de son quartier commençant à prêter l’oreille à des artistes qui deviendront ses principales influences : Charlie Christian, T Bone Walker et Muddy Waters. Intégrant divers orchestres, le plus fameux étant le Sir John Trio (1), il gravit petit à petit les marches de la célébrité. C’est sur les recommandations de Muddy Waters que Chuck rencontre les Frères Chess de la maison de disques Chess Records et passe une audition qui sera positive. Dès les premiers morceaux, Chuck réussi ce que l’on nomma ensuite le Crossover c’est à dire réussir à intéresser le public blanc pour un artiste noir (Elvis Presley fit également le crossover mais dans le sens inverse) .

Entre 1955 et 1961 chuck posa les bases du Rock and roll moderne, signant ses compositions avec un cachet que nul autre ne peut lui contester. Son écriture était de plus fort brillante et les sujets abordaient ce que la jeunesse attendait : L’école, les voitures, les filles, etc…….. Sa musique était l’assimilation parfaite du blues violent noir et de la country musique blanche, encore une raison de la réussite du Crossover.

Une des autres marques de fabrique de Chuck c’est la fameuse « Duck Walk » façon de jouer de la guitare en marchant comme un canard ! Il est impossible de donner une liste complète de tous les hits et les standards du rock and roll tant notre homme fut prolixe ! On peut raisonnablement situer sa contribution à environ une cinquantaine de titres majeurs ce qui est vraiment exceptionnel.

L’influence de Chuck diminua au début des années 60 mais le flambeau fut repris par la British invasion qui porta haut les reprises de Chuck Berry. On peut citer les Beatles, les Rolling Stones, les Yardbirds, les Pretty things , les Troggs et bien d’autres qui portèrent à leurs répertoires les perles de notre homme.

Chuck n’a qu’une faille : Les concerts. Maladivement hanté par les escroqueries de toutes sortes qui ont émaillé ses débuts, il n’a qu’une idée : Rattraper l’argent qu’on lui a volé, ce qui nous vaut l’engagement, a bas prix, de musiciens locaux pour chaque concert, sans que ceux ci ne soient avertis de la liste des morceaux ( Que va t’on jouer ? : Des morceaux de Chuck Berry ! ). Cela nous vaut aussi son arrivée sur scène guitare non accordée et son arrêt pile lorsque l’heure de jeux est atteinte ! Vous voulez que je continue ? il me faut tant de dollars !

Bref mieux vaut ne pas s’attarder sur ceci et je vous propose de faire un petit tour par sa discographie pour en connaître d’avantage.

QUAND LES BEATLES CHANTENT CHUCK BERRY

Les reprises de Chuck Berry par les Beatles sont :

  • Roll Over Beethoven (Hambourg)
  • Sweet Little Sixteen (Hambourg)
  • Little Queenie (Hambourg)
  • I’m talkin About You (Hambourg)
  • Roll Over Beethoven (With the Beatles)
  • Rock And Roll Music (Beatles For Sales)
  • Too Much Monkey Business (Live at the BBC)
  • Carol ( Live at the BBC)
  • Johnny B Goode ( Live At The Bbc )
  • Menphis Tennessee ( Live at the BBC)
  • Roll Over Beethoven ( Live at the BBC)
  • Sweet Little Sixteen ( Live at the BBC )
  • Rock And Roll Music ( Live at the BBC)

LA DISCOGRAPHIE DE CHUCK BERRY

 LA PREMIÈRE PÉRIODE CHESS RECORDS

Ce sera la période la plus faste et de loin en ce qui concerne les hits.

La première session eut lieue le 21 mai 55. Quatre titres furent enregistrés avec en coup de maître : Maybellene et 30 days (Maybellene sera numéro 1 des charts R’n’B).

A la suite de ce succès, Chess organisera une autre séance en décembre de la même année. En 1956, de nombreuses publication de single connurent un grand succès : Roll Over Beethoven, Too Much Monkey Business, You can catch me.

Le premier véritable album sortira en mai 1957 sous le nom : After School session et sera, comme souvent à l’époque, une compilation des différents singles et Eps édités depuis 1955.

En 1958 parait Sweet Litlle sixteen que l’on retrouvera en mars sur le deuxième album : One dozen Berrys. Mais les choses vont très vite et en mars 1958, Chess sort un 45 tours mythique : Johnny B Goode/Around and around.

S’en suivra toujours sur le mode compilatoire l’album Chuck Berry is on top. Cet album comprendra également les classiques Little Queenie, Roll Over Beethoven, Carol, almost Grown. Toujours peu de temps après sortira un nouveau 45 tours : Back in the USA (Back in the USSR, Back in the US ?).

Le matraquage de tube reprendra en 59/60 et verra la naissance de Let it Rock, Bye bye Johnny, et du LP Rockin at the hops.

Nous voila arrivé en 1961 et Chuck triomphe avec sa chanson I’m Talkin About You. En mars sortira également le nouveau Lp : New juke box hits. Chuck fera son premier séjour en prison entre février 62 et octobre 63 et c’est à peu près au même moment où les groupes Anglais s’empareront de sa musique.

Août 63 verra la publication d’un faux live ; Chuck Berry on stage, les applaudissements étant rajoutés sur les enregistrements originaux. Au début de 1964, notre ami sort encore deux hits : Nadine et No particular place to go puis en septembre You never can tell et en novembre Promised Land.

Chess sortira ( Plutot Checker, une filiale) en août un Lp : Two Great guitars réunissant Chuck Berry et Bo Diddley (autre poulain de l’écurie) .

Novembre 64 voit la sortie d’un autre Lp : Saint Louis to Liverpool ( Un remerciement vis-à-vis de son succès en grande Bretagne ).

Le suivant sortira en avril 65 sous le nom de Chuck Berry in London. Sans hit particulier mais en partie enregistré en Angleterre et de bonne qualité.

Novembre 65 c’est la date de sortie de Fresh Berry’s de nouveau sans hit majeur. En juin 1966 Chuck Berry quitte Chess pour Mercury Records.

LA PÉRIODE MERCURY

Durant la période 1966/1969 Chuck Berry va enregistrer 5 albums pour Mercury.

Le premier sera : Golden hits qui verra le jour en mars 1967. C’est une sorte de Best off ou Chuck réenregistre les titres Chess les plus connus. Ce disque est diversement apprécié par les fans, certains pensent que les nouvelles versions sont supérieures aux anciennes, d’autres (comme moi) pensent qu’elles n’ont pas grand intérêt, si ce n’est un son plus moderne.

En septembre 1967 apparaît Chuck Berry in Menphis. Cet album voit l’apparition avec bonheur d’une section de cuivres.

Le suivant sera le premier véritable live de Chuck Berry, mais au lieu d’y enregistrer ses plus grands succès il va nous livrer un disque de blues : Live at the Filmore East ! Enregistré avec le Steve Miller Blues Band, ce disque est une pure merveille !

Nous nous retrouvons en novembre 1968 pour l’album « From Saint Louis To Frisco ». Cet album tient encore bien la route , mais ne comporte aucun hit.

Le dernier concernant la période Mercury sortira en juin 1969 sous le nom : Concerto in B.Goode. Ce disque comporte une plage de 20 minutes du nom de l’album et 5 autres nouvelles chansons. De nos jours il est pratiquement impossible de trouver ce CD.

LA SECONDE PÉRIODE CHESS RECORDS

Novembre 1969 voit le retour de Chuck dans l’écurie Chess , avec la sortie un an après de l’album Back Home (album très difficile de trouver en cd). C’est album contient la chanson : I’m a Rocker qu’Eddy Mitchell adaptera en français sous le nom : Je suis Rocker.

En septembre 1971 sort l’album San Fransisco Dues (Trouvable difficilement aussi) pas de hit, mais album agréable !

En octobre 1972, nouveau Raz de marée avec la sortie de : The London Chuck Berry sessions. Composé d’une face studio et d’une face Live ce disque fera parler de lui avec le succès impressionnant de : My Ding A Ling (Antoine en fera une reprise) et sera de nouveau numéro 1 (pour le 45 tours).

En août 1973 sort l’album Bio (Rien a voir avec l’agriculture). Un très bon album, mais de nouveau sans hit notoire. Le dernier album de cette période sera « Chuck Berry » tout simplement. Il sort en février 1975, toujours aussi bon mais sans hit et quasiment impossible à trouver de nos jours.

Ensuite Chuck n’aura plus de maison de disque. Une certaine lassitude l’empêche aussi de s’investir dans une recherche sérieuse. Afin de maintenir son train de vie , il enchaîne concert sur concert jusqu’à la signature en 1979 avec la firme ATCO.

Cette collaboration donnera naissance à ce qui est aujourd’hui le dernier album studio de monsieur Chuck : Rock it, avec sa superbe pochette de vaisseau spatial en forme de guitare. Cet album est somptueux et vient nous rappeler que durant la période des synthés, on peut toujours faire du rock ‘n ‘ roll.

Puis de nouveau rien , jusqu’à ce que la firme MCA mette en chantier un film commémorant les 60 ans de notre ami en 1986. Ce film donnera naissance, en complément, d’un CD, d’une VHS. Les parties chantées voyant la collaboration de Julian Lennon, Eric Clapton, Keith Richards et de bien d’autres artistes. Je vous recommande chaudement le film et le cd. Le film explique parfaitement la condition des « rockers » noirs dans les années 50, les escroqueries dont ils ont été victimes et le cd retrace parfaitement le concert hommage.

Seize ans se sont passés et Chuck n’enregistre plus ! A noter dans le début des années 90 un nouvel album qui fut détruit ainsi que le studio qui l’abritait dans un incendie « suspect » et une collaboration en 1995 avec un rappeur du nom de Shabba Ranks et qui donna naissance à un d’un single mêlant rap et rock du titre : Go Shabba go !

Un album tout neuf devait sortir pour les 75 ans de Chuck, mais il est de nouveau en retard !

Espérons…

chuck

Pensez aussi à lire

7 décembre 1989 – Toronto (SkyDome)- Canada

LINE-UP Paul McCartney – chant, guitares (acoustique, électrique et basse), claviers Linda McCartney – voix, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + 12 =

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !