Widgets Amazon.fr

Jim Capaldi

Jim Capaldi est né le 2 Août 1944 à Evesham dans le Worcestershire en Angleterre. Il se prend de passion pour la batterie très jeune et grandit près de Birmingham où il va étudier la batterie et les percussions avec assuidité pendant les années 50 et 60.

Avant de se faire remarquer au sein du groupe Traffic, un groupe le Spencer Davis Group était extrêmement connu en Grande Bretagne et apprécié du public et du monde du rock. Ce groupe avait été fondé en 1963 par Spencer Davis, Pete York et les frères Winwood à savoir Muff et Steve. Des succès pleuvent comme « Gimme Some Lovin » (qui servit de reprise pour les Blues Brothers bien plus tard), ‘I’m a Man », « Somebody help me »…

Le groupe se fait connaître en tournant avec les Rolling Stones et les Who. Du coup, il arrive fréquemment à John Lennon et à Paul McCartney d’assister aux concerts et aux soirées qui suivent comme l’atteste cette photo de Lennon prise avec Spencer Davis en 1967 (alors que Steve Winwood envisage déjà Traffic).

Jim Capaldi est donc le batteur, percussionniste, chanteur de Traffic, ce groupe « fusion » qui fera école. C’est Steve Winwood qui propose à ses amis Jim, Dave Mason et Chris Wood de « faire » une musique différente, de changer de registre : mêler le jazz au folk anglais, mais aussi au mouvement psychédélique issu de San Francisco, le tout enrobé d’une touche de musique indienne. Jim Capaldi trouve le nom un jour dans une rue en marchant et en attendant son tour pour traverser un passage clouté. Il n’a que 22ans et c’est sa première grande aventure musicale et probablement la meilleure à laquelle il prit part.

Le groupe se forme à Birmingham.

Nous sommes en 1967 et Steve – Stevie – Winwood n’a que 18 ans. Mais c’est déjà un génie… qui vient de quitter le Spencer Davis Group. Paper Sun devient l’un des hits de l’été 67, rapidement suivi par « Hole In My Shoe », que l’on peut qualifier d’authentiquement psychédélique. Capaldi écrit toutes les paroles des chansons de Winwood. Traffic va connaître un énorme succès aux USA et sera plutôt ignoré en Europe.

Le succès est récurrent pour MR FANTASY, COLOURED RAIN, en 1967.

Et çà rempile l’année suivante avec TRAFFIC, puis en 1969 avec HEAVEN IS IN YOUR MIND et LAST EXIT. Le succès du groupe, en plein mouvement psychédélique n’est pas immédiat mais le groupe finit malgré tout par se faire une place parmi les mastodontes de l’été de l’amour. Et quelle belle place !

Linda McCartney explique sa rencontre en 1967 avec le groupe Traffic. Nous sommes en mai 1967. « Lors de mon premier voyage en Angleterre, ceux que j’espérais le plus photographier étaient les Beatles et Stevie Winwood. J’ai aimé la voix de Stevie et sa façon de jouer de l’orgue dès ma première écoute de « Keep on Runnin’ » par le Spencer Davis Group. Aussi, lorsque que je suis arrivée à Londres, je me suis rendue chez Island Records avec mon book. J’ai dit que cela m’intéressait de photographier Stevie. Ils ont commencé par refuser, sous prétexte qu’ils venaient de former un nouveau groupe « Traffic » et qu’ils répétaient dans une ferme, à la campagne. Ils ne devaient avoir aucun contact avec la presse avant la sortie de leur prochain album. Mais l’assistante du PDG a déclaré qu’elle aimait beaucoup mon travail, et que je serais la première personne à photographier le groupe. On m’a alors conduite en voiture jusqu’à une ferme des Berkshire Downs où ils s’étaient installés (pour fignoler leur premier disque, MR FANTASY) .

Le temps était frais et clair et la ferme se trouvait au bout d’une route en terre battue. Je n’avais encore jamais vu de photo de Stevie Winwood mais il ne me déçut pas. J’ai pris quelques photos du groupe, mais aussi de lui, de Chris Wood, de Jim Capaldi et de Dave Mason. Après çà nous sommes allés nous promener à travers champs. Tout en faisant des photos, nous nous amusions à courir, à cueillir des fleurs, puis nous avons longé une voie de chemin de fer désaffectée.

Le soir, de retour à la ferme, ils firent un bœuf dans la pièce de devant, où était installé leur matériel. On leur avait amené le disque SGT PEPPER’S des Beatles qu’ils n’avaient pas encore écouté. « Bon dieu disaient-t-ils en écoutant, les Beatles ont remis çà ! ». Apparemment ils avaient essayé plusieurs choses sur leur album sans se rendre compte que les Beatles les avaient devancés.

Bien que j’ai été la première photographe de Traffic, je n’ai jamais vraiment songé à vendre ces images, pour la simple raison qu’à cette époque il n’y avait aucune demande en Amérique. Ce n’est que plus tard qu’ils sont venus en tournée aux Etats-Unis. On s’est souvent revus à New York (en 1968) et j’ai pris beaucoup de photos d’eux.

Le groupe Traffic se sépare une première fois à la fin de l’année 1968 car Stevie Winwood s’en lasse. Il prévoit en effet de collaborer à d’autres projets moins « super groupes » et avec Eric Clapton, il fonde l’éphémère mais géant Blind Faith. C’est lors des sessions de Blind Faith que George Harrison fera la connaissance des membres de Traffic (qui se voient toujours). S’il admire beaucoup la voix de Stevie Winwood, c’est avec Dave Mason et Jim Capaldi que George Harrisonaura le plus d’atômes crochus.

Lire  Rusty Anderson

Durant la tournée de la fin de 1969 avec Delaney and Bonnie, Dave Mason rejoint la troupe d’Eric Clapton avec George Harrison. Et Jim Capaldi assistera au concert du 15 décembre 1969 de John et Yoko avec la troupe Delaney and Bonnie au Lyceum de Londres. George Harrison est aussi présent sur scène ce soir là.

En 1970, le groupe Traffic se reforme mais la régularité des albums est aussi émaillée de disques solos de Stevie Winwood, (l’album WINWOOD sort en 1971) et en 1972 du premier disque de Jim Capaldi, OH HOW WE DANCED. Dave Mason sort lui aussi en 1970 un disque au nom ironique ALONE TOGETHER.

Le 13 janvier 1973, George et Ringo sont venus applaudir Eric Clapton au Rainbow Theater. Jim Capaldi joue de la batterie pour ce concert. Un live sortira par la suite du nom de ERIC CLAPTON’S RAINBOW CONCERT. Ils jouent avec Ronnie Wood, Pete Townshend, Rick Gretch et Steve Winwood. Dans le public on peut aussi apercevoir Joe Cocker, Led Zeppelin, Elton John et les Pink Floyd.

Tout ce petit monde se retrouve ensuite pour une soirée bien arrosée. George et Ringo sont bien sûr de la partie.

Cette même année, Jim Capaldi enregistre pour la première fois avec un ex-beatle à savoir George Harrison mais pour le compte d’Alvin Lee. Il s’agit du disque ROAD TO FREEDOM où George fait don de « So Sad » qu’il inclura quand même dans le disque DARK HORSE, paru un an plus tard. Les sessions ont lieu peu après le concert d’Eric Clapton . Et Jim Capaldi tient donc la batterie sur le disque d’Alvin Lee et croise fréquemment Harrison. Stevie Winwood est d’ailleurs aussi convoqué en tant que claviériste.

Entre temps, Traffic grave des disques et Jim Capaldi retrouve tous ses compères pour des participations à Vivian Stanshall par exemple.

Un second disque en solo sort en 1974, à savoir WHALE MEAT AGAIN.

En 1975, le groupe se sépare.

Jim enregistre alors « Love Hurts », une reprise des Roy Orbinson. Le succès est au rendez-vous, mais la suite de sa carrière restera plutôt en dents de scie hélas, même s’il essaye à nouveau de renouer, en 94, avec Steve. En vain, Traffic ne se reforme qu’avec eux pour un disque et une tournée. Mais de temps à autres Jim Capaldi aura quand même quelques succès populaires comme « this is reggae music » qui permet aux Eagles de se remettre en jambes.

Les disques de Jim Capaldi n’auront pas autant de succès que ceux de sa fabuleuse carrière avec Traffic, mais quelques uns comme SHORT CUT DRAW BLOOD sorti en 1975 (c’est celui qui contient « love hurts ») seront de très grands succès artistiques, critiques et populaires.

mais ceux qui suivront seront grandement critiqués pour une facilité accordée aux arrangements parfois légers comme sur CONTENDER ou ELECTRIC NIGHTS. Mais il y’a encore un public qui achète ses disques parce que Traffic est resté actif jusque dans les années 75 et que le nom de Stevie Winwood apparaît parfois au générique des disques (ce qui suffit parfois à provoquer un achat…mais pas toujours).

Jim Capaldi suivra aussi Bob Marley dans tous ses déplacements pour l’enregistrement de l’album CATCH A FIRE.

Les années 80 seront par contre très dures pour le musicien. Il enregistre pourtant beaucoup à un rythme de presqu’un album par an mais il aligne les échecs qui finissent par ralentir bien sûr le rythme de production des disques. Il y’a pourtant d’agréables surprises comme ce FIERCE HEART avec Stevie Winwood…mais qui restent anecdotiques quand même.

Alors commencent des périodes de silences, qui ne seront brisées que par l’accord de deux de ses idoles pour un nouveau disque, et sur le même titre en plus, à savoir George Harrison et Eric Clapton.

En juillet 1988, Eric Clapton et George Harrison prêtent main forte à leur ami Jim Capaldi pour le disque SOME COME RUNNING. Ils enregistrent des parties de guitare pour le titre « oh lord, why lord ? », qui est un hommage à l’activiste sud-africain Steve Biko. George Harrison fait même une apparition dans la vidéo qui servit de clip à ce titre. « Oh Lord, Why Lord ? » a même fait l’objet d’un single sorti en novembre 1988.

Dans les années 90, les projets de Jim Capaldi se raréfient. Il demande à Stevie Winwood de reformer le groupe Traffic mais à deux le temps d’un album FAR FROM HOME. Il rejoue avec Winwood sur ses disques comme REFUGEES OF THE HEART ou encore FINER THINGS.

Lire  Allen Ginsberg

Et il met 7ans à sortir de son mutisme pour composer un très bon album nommé PRINCE OF DARKNESS, considéré comme son meilleur depuis dix ans et sorti en 1995.

Mais cette même année, Jim Capaldi a le plaisir de devenir le batteur de Carl Perkins pour l’album GO CAT GO qui réunit sous la même galette rien moins que Paul, George, Ringo et même John Lennon (en live à Toronto). On peut entendre Jim Capaldi jouer avec George Harrison sur « Distance makes no difference with love ». John Lennon est présent avec la version 1969 de « Blue Sued Shoe ». Paul chante avec Carl Perkins sur « My Old Friend », une chanson qui date de 1981 à l’époque de TUG OF WAR quand Carl Perkins avait prêté sa voix à Paul pour « Get It ». Et enfin, on peut entendre Ringo chanter une version de « Honey Don’t ».

Le 2 décembre 1998, George Harrison assiste à New York à un concert donné par Dave Mason et Jim Capaldi. Les deux anciens membres du groupe Traffic prennent la parole pour dédier à George une chanson écrite pour lui nommée « You got a hold on Me » et destinée au futur album qu’il serait entrain d’enregistrer.

En 2001, George Harrison ne se sait pas encore condamné quand il reçoit un coup de téléphone de son ancien ami Jim Capaldi pour une commande d’un solo de guitare. Bien que diminué par son cancer, George Harrison relève le défi et va graver ce qui est probablement l’une de ses plus belles parties de guitare pour le titre « Anna Julia ». Le disque qui sortira le 22 octobre 2001, un mois avant la disparition de George s’appelle LIVING ON THE OUTSIDE. Sur « Anna Julia », c’est Ian Paice, le batteur de Deep Purple qui tient la batterie. Il avait aussi joué pour Paul McCartney sur son album RUN DEVIL RUN en 1999 et bien sûr pour l’excellent concert à la CAVERN le 14 décembre 1999.

Paul Weller est aussi présent sur ce titre. Il avait joué avec Paul, Linda et Noel Gallagher de Oasis le 4 septembre 1995 pour une reprise de « Come Together » sur le disque HELP au profit des victimes de la Bosnie.

Un clip a été tourné durant l’été 2001 mais George était en convalescence et il n’y figure pas. Jim Capaldi avait dit que cette chanson sonnant comme du Beatles il était normal qu’un Beatle y figure. Une première diffusion fut programmée au Brésil sur la chaîne TV Globo.

Sur le disque LIVING ON THE OUTSIDE, une piste vidéo fut rajoutée en septembre 2001 pour y adjoindre le clip de « Anna Julia ».

A l’issue de ces sessions, George avait rappelé Jim Capaldi pour enregistrer son nouvel album nommé alors « PORTRAIT OF A LEG END » qui deviendra BRAINWASHED. Deux titres ont été laissés à l’état de demos à savoir « love’s got a hold on me » ainsi que « Doing the Bonzo Dog ». Aucune de ces deux chansons n’ont jamais été finies et ne seront pas publiées pour BRAINWASHED. « Love’s got a hold on me » est sûrement la même chanson que celle que George a pu entendre lors du concert donné en 1998.

Le 29 novembre 2002, Jim Capaldi est l’un des 4 batteurs qui jouent seul ou à 4 pour le concert en hommage à George Harrison. Il entre sur scène avec Jools Holland pour jouer sur « Horse To The Water » avec aussi Sam Brown.

Il joue notamment avec Ringo Starr pour le final de « While My guitar gently weeps » et sur la voix de Paul McCartney pour la superbe version de « Something ». Un instant de grâce. Il joue aussi sur « wah wah » (Paul joue quand même des claviers derrière…), sur « My Sweet Lord », sur « Isn’t It A Pity » et aussi « All Things Must Pass ».

Il ne sera par contre pas présent le 24 septembre 2003 aux studios Warner Bros de Burbank en Californie pour le première du DVD « Concert for George ».

En novembre 2004, un somptueux livre des éditions Genesis rassemble de somptueuses photographies dans un livre dédié à George et au Concert For George de novembre 2002. Le livre comporte des textes écrits par Jim Capaldi et tous les musiciens présents au concert. Curieusement, Paul McCartney n’y figure pas….

Récemment, le 14 novembre 2004, Jim Capaldi venait de sortir un nouvel album jugé plutôt froidement par la critique. POOR BOY BLUE avec une moitié purement jouissive et une autre assez décevante.

Il venait aussi de créer un site internet en hommage au musicien Pete Seeger.

Malheureusement, à la fin de l’année 2004, Jim Capaldi est suivi pour des complications intestinales. Il succombera à sa maladie le 28 janvier 2005 à Londres à l’âge de 61ans en laissant derrière lui un héritage musical plus « sixties » que contemporain….mais majeur pour la période psychédélique….

jim

JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER

Envie de ne rien manquer des Beatles et de Yellow-Sub ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez nos actus, offres et information concours
JE M'ABONNE
Garantie sans SPAM ! Conformité RGPD.
close-link

Découvrez la boutique de Yellow-Sub

Envie de vous faire plaisir ? Simple curiosité ? Découvrez notre boutique et faites le plein de bonnes affaires !
SE FAIRE PLAISIR
close-link
Click Me