Liam Lynch

Liam Lynch, qui est ce jeune trentenaire américain, plus connu pour avoir été sur MTV l’un des animateurs d’une émission du nom de THE SIFT AND HOLLY SHOW ?
C’est tout simplement un musicien qui commence à se faire un nom et qui pour y arriver n’a pas trouver mieux à faire que de demander de l’aide à Paul, Ringo et George Martin….

Liam Lynch est né le 5 septembre 1970 dans le Midwest. C’est dans une école de l’Ohio qu’il va rencontrer un certain Matt Crocco, avec qui il deviendra l’un des présentateurs les plus connus de MTV. Les deux gamins sont plutôt remuants, cancres et amusent les autres dans les cours de récréations avec des sketches d’imitations de toutes sortes de personnes. Ils réussissent à s’enregistrer et à se filmer mais leurs exploits comiques ne restent limités qu’au strict cadre familial dans les années 70 et 80.

Liam Lynch publie aussi des poèmes dans divers journaux de lycées et universitaires au début des années 90. Il apprend la guitare et traîne ses guêtres à Nashville où il participe à quelques enregistrements et écrit de la musique. Comme cela ne le mène nulle part, il décide de continuer à persévérer. Et en 1995, alors qu’il se trouve en Angleterre, il décide de s’inscrire à la nouvelle école d’arts de Liverpool…la fameuse, LIPA, sponsorisée par Paul et Linda McCartney.

Le concours est très rude pour rentrer dans cette université. Seulement 40 places, mais à sa grande surprise, Liam Lynch est retenu à la fin de l’année 1995. Il devient ainsi un étudiant mais il a réussi son concours d’entrée dans la catégorie jeune guitariste et du coup, il obtient le privilège avec 5 autres élèves, de bénéficier de cours de guitare particuliers donnés par Paul McCartney en personne. Un an de cours donc entre 1996 et 1997 tandis que Paul partage encore son temps entre Linda, malade, FLAMING PIE et l’ANTHOLOGY.

Par la suite, Liam Lynch réussit un autre tour de force, il assiste aux séances d’enregistrement de IN MY LIFE, l’album de George Martin qui réunit entre autres Phil Collins, Robin Williams et Jim Carrey.

Toujours lors de son séjour à Liverpool, outre ses cours avec Paul McCartney, il fréquente un certain John Parish un producteur qui est entrain de lancer la carrière d’une toute jeune débutante nommée PJ Harvey. Il a aussi l’occasion de participer à des émissions documentaires de la BBC.

 

De ces années de Liverpool, est sorti un disque qui circule encore sous le manteau, WE’RE ALL NIGHTERS.

Il décide en 1997 de se servir de ce regain de popularité indirect pour produire son shox de marionnettes qu’il envisage avec Matt Crocco depuis sa plus tendre enfance et à force de persuasion, mais surtout grace à son déjà impressionnant CV, il s’ouvre les portes de MTV qui accepte de diffuser en 1998 une série baptisée SIFL AND OLLY. Une série qui parodie l’actualité internationale façon « guignols de l’infos » mais qui mêle aussi des imitations de célébrités. Le succès n’est pas immédiat mais suffisant pour que MTV commande une deuxième saison et une exportation en Europe à l’horizon 1999. Mais la deuxième saison ne donne pas satisfaction aux pontes de MTV et l’émission ferme ses portes.

 

Deux années de discrétion s’annoncent alors pour les deux jeunes gens. Malgré tout, la série est devenue culte et notamment, en 2002, un fan réclame absolument que soit diffusé le clip d’une chanson de Liam Lynch nommée « United States of Whatever ». Et du coup, c’est toute une série de chanson parodiques qui refont surface comme « the spit contest », « the forest elf song » ou « I’m so curious ». En France, c’est le groupe « la chanson plus bifluorée » qui pourrait faire office de SIFL ANS OLLY.
Du coup, un site web fait surface http://www.sifl-n-olly.com…et propose l’intégralité des chansons et poèmes satiriques du duo. Un CD voit le jour en 2002 dont voici la pochette.

Liam Lynch décide donc en 2002 de réenregistrer toutes les chansons de SIFL AND OLLY avec Matt Crocco. Et il a suffisamment de matériel pour un album.
Il décide alors de se faire aider pour sa tâche et rencontre alors le réalisateur Ben Stiller qui vient de remporter un succès relatif avec ZOOLANDER.
Et Ben Stiller décide alors de l’embaucher pour l’écriture d’un projet qui n’a pas encore vu le jour mais avec le groupe THE TENACIOUS D.
Il mène alors des projets de vidéos pour THE TENACIOUS D mais aussi pour l’album du retour des FOO FIGHTERS.

 

Ce projet reçoit en 2002 de très bonnes acclamations par le NME et c’est un jour en zappant sur MTV que Ringo se prend de passion pour la chanson « United States of Whatever ». Sans perdre une minute, lui qui a en tête de monter son propre label, du nom de Pumpkinhead Records, décide de rentrer en contact avec le jeune Liam Lynch par l’intermédiaire des contacts de Mark Hudson.
En janvier 2003, alors que Ringo met la touche finale à son disque RINGORAMA, Il surgit avec Mark Hudson pour donner un coup de main à la batterie sur le disque FAKE SONGS. Il joue donc sur « Cuz you do » et « Try Me ».
Le disque sort le 1er avril 2003.

L’autre grand invité du disque est Jack Black. Et sur le DVD qui accompagne le CD, on peux voir Ringo jouer de la batterie et plaisanter un peu avec Liam Lynch. Ringo et Mark Hudson annoncent la naissance de Liam Lynch, le premier poulain de leur label Pumpkinhead Record.

Le disque comprend des imitations de chansons de David Bowie, de Bjork, de Depeche Mode et on peux aussi donc y entendre Ringo.

 

Peu après la sortie de FAKE SONGS, Liam Lynch lance un nouveau concept sur MTV, une série animée nommée CLONE HIGH et qui selon son auteur est un hommage à George Harrison (notez la similitude avec « Cloud Nine »).
Liam Lynch a souvent affirmé que ses spectacles comiques sont directement inspirés des Monthy Python et que le caractère comique de George Harrison, c’estRingo Starr qui lui en a parlé. Il faut croire aussi que c’est probablement la vision de ses émissions qui a du rappeler à Ringo combien George avait parfois lui aussi sû faire passer ses délires comme par exemple dans le clip de « Crackerbox Palace ».

Liam Lynch, qui cherchait un label a donc obtenu le soutien de Ringo Starr.

Et voici ce qu’il dit sur sa collaboration avec Ringo.

« Ce fut un vrai régal de travailler avec Mark et Ringo. Ce n’est pas seulement un honneur que d’avoir pu rajouter leurs noms au mien pour donner de la crédibilité à mon projet mais je suis stupéfait aussi de voir qu’ils ont su rester naturels. Ils savent se souvenir que l’industrie du disque n’a pas toujours été une machine à faire des disques et c’est ce qui compte le plus pour eux. Il n’y a parfois pas de règles quand on fait un disque et c’est aussi ce qui compte pour moi.

Quand il s’agit de s’amuser pour créer, on s’est alors trouvé de nombreux points communs avec Ringo et Mark. Ce n’est que çà. Et je ne voulais pas signer un contrat d’enregistrement avec une major parce qu’il y’a toujours un coup fourré dans ce genre de situations. Je ne veux pas non plus être un poulain dans une grande écurie non plus. J’aime que les choses restent simples, travailler avec quelques personnes avec qui je me sens à l’aise et ensuite, ils deviennent de bons amis et c’est génial.

Mais en plus ils ont aussi perçu que je n’avais pas qu’une seule corde à mon arc. Ils ont très bien senti que la musique n’est pas uniquement mon seul dada. Et que si j’ai besoin de me consacrer à des projets comme faire un film, une émission de télévision ou encore un clip pour un groupe, ils savent que c’est une activité complémentaire et que çà ne compromet pas notre contrat. Je peux vraiment m’estimer heureux de les compter parmi mes proches amis.

Liam Lynch travaille aussi avec le groupe No Doubt depuis 2002, avec les Foo Fighters depuis cette année là aussi. On l’a aussi entendu sur un duo avec le groupe Sum 41 nommé « I Want ».

Bref, un artiste plutôt comique qui prépare déjà un deuxième disque (avec Ringo ?? nous ne le savons pas encore) et dont les œuvres peuvent être découvertes sur ce site http://www.111productions.com/home.html

liam

Pensez aussi à lire

1975-09-10 : HIPPODROME, BRISTOL, ANGLETERRE

LINE-UP Paul McCartney SET LIST Venus And Mars Rock Show Jet Let Me Roll It …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − dix =

La newsletter de Yellow-Sub

N/'attendez plus !
Abonnez-vous à la newsletter de Yellow-Sub et recevez les dernières actus par email !